Presse néerlandaise du mercredi 7 décembre 2011

Trouw (chrétien progressiste) : Des centaines d’arrestations à Moscou.

De Volkskrant (centre gauche) : Téléphonie mobile trop chère : accords de cartel.

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Les tarifs de la téléphonie mobile trop élevés depuis des années.

De Telegraaf (populaire) : Mettre les hooligans définitivement hors jeu.

Het Financieele Dagblad : S&P demande aux pays de la zone euro de passer à l’action lors du conseil européen.

NRC-Handelsblad : Des dizaines de morts dans des attentats dans la capitale afghane Kaboul.

* * *

AFFAIRES EUROPEENNES

Lettre de Herman van Rompuy

Le Président de l’UE, Van Rompuy, souhaite, comme la Chancelière Merkel et le Président Sarkozy, que chaque pays adopte la règle d’or qui devrait être pourvue de mécanismes de corrections automatiques. Van Rompuy considère que ces mesures ne nécessitent pas de changement du Traité européen comme l’avaient évoqué Merkel et Sarkozy », note le Volkskrant, qui ajoute : « Beaucoup de pays, parmi lesquels les Pays-Bas, craignent un long processus de changement. » Le Financieele Dagblad relève : « Dans sa lettre aux 27 dirigeants de l’UE, Van Rompuy qualifie un changement de traité trop prenant. Il préfère de petites adaptations. Selon des sources bien informées, il a peur que les Britanniques et les Polonais bloquent un changement du Traité, ce qui écarterait toute amélioration de la discipline budgétaire. »

Statut AAA des Pays-Bas

« S&P incite les pays de la zone euro à agir au sommet européen », titre le Financieele Dagblad à la une : « L’agence de notation voit trois éléments qui justifieraient une décote du statut triple A des Pays-Bas : les querelles au sein de la zone euro, le besoin important de financement des banques néerlandaises et la politique monétaire. Selon S&P, un rôle plus important de la BCE pourrait enlever le risque de décote pour les Pays-Bas ».
En page intérieure, le FD publie les différentes réactions politiques. Pour le ministre des Finances, M. De Jager, « l’avertissement de S&P est un signal clair. Des décisions importantes devront être prises au sommet européen. D’après le ministre, il est prématuré de qualifier le sommet de jeudi et de vendredi de Sommet des sommets. ‘Cette crise est un monstre à plusieurs têtes, elle ne pourra pas être conjurée avec un sommet. Il s’agit de fixer à long terme une surveillance budgétaire qui ne permette plus de s’y soustraire’. M. De Jager a nié qu’un contrôle budgétaire accru équivaut à un transfert de souveraineté supplémentaire. Le député travailliste, Ronald Plasterk, voit en l’avertissement de S&P un soutien : S&P dit aux pays riches de ne pas économiser davantage. Cela nous conforte dans notre opinion. Mme Blanksma, députée du CDA (parti chrétien-démocrate), estime que l’avertissement de S&P vise les problèmes au sein de la zone euro. Si nous voulons imposer la discipline budgétaire aux autres pays, les Pays-Bas doivent eux-mêmes être en règle. Le CDA soutient le gouvernement en cas de changement du Traité. Le député libéral Harbers (VVD) considère l’avertissement de S&P comme un avertissement général à l’adresse de tous les pays dotés du triple A. Pour conserver la confiance, les Pays-Bas devront respecter les accords que le gouvernement a conclus. »
Dans ce contexte, l’AD publie une interview de Moritz Kramer, de S&P, ainsi qu’un tableau comparatif entre les Pays-Bas et la Grande-Bretagne « qui garde son statut triple A, bien que ce pays ait un déficit budgétaire bien plus important ». Le Trouw, de son côté, titre « Une décote des pays de la zone euro n’aura pas de conséquences importantes ». Dans son supplément, le Trouw publie une interview de Ronald Plasterk sous le titre « Il est absolument nécessaire d’obtenir des résultats ».

ACTUALITE INTERIEURE

Pauvreté

Le rapport annuel sur la pauvreté, réalisé par le SCP (Sociaal en Cultureel Planbureau) et le CBS (Centraal Bureau voor de Statistiek), fait apparaître, sur la base des chiffres de 2010, que les Pays-Bas comptent plus d’un million de pauvres, explique le Volkskrant. « Plus de 50 000 personnes déclarent ne pas avoir suffisamment d’argent pour chauffer correctement leur logement. Un nombre encore plus important ne peut pas prendre chaque jour un repas chaud. En 2013, 125 000 ménages supplémentaires rencontreront des difficultés. Les personnes seules sont particulièrement touchées : 1 sur 4 doit vivre avec un revenu inférieur au salaire minimum – avec 2 enfants, la limite inférieure est de 1420 euros par mois. Les familles monoparentales sont le plus exposées à une pauvreté durable (plus de 3 ans). Le nombre d’enfants élevés dans la pauvreté est en augmentation (1 sur 10) et leur nombre continuera de croître pour arriver à 367 000 en 2012, le nombre le plus élevé depuis le début du siècle. La crise touche également les personnes seules jusqu’à 65 ans et les allochtones : le risque que ces derniers se retrouvent sans argent avant la fin du mois et quatre fois supérieur par rapport aux autochtones. Le nombre de travailleurs indépendants (zzp’ers) qui ont atteint le niveau de pauvreté a augmenté de 9% et ils représentent actuellement la moitié du nombre des travailleurs pauvres. Ces travailleurs sont rarement assurés contre le chômage et l’invalidité et cela les rend particulièrement vulnérables en cas de difficultés économiques. L’association néerlandaise des banques alimentaires signale leur apparition pour la première fois cette année dans ces institutions. Un quart des pauvres sont propriétaires de leur logement, avec une dette de 176 000€. »

Endettement

Le Financieele Dagblad mentionne une étude de la Nederlandsche Bank (DNB) selon laquelle les jeunes entre 25 et 35 ans représentent une catégorie à risque du fait des emprunts immobiliers qu’ils ont contractés sur des objets dont la valeur s’est amoindrie. « Cet emprunt remonte à l’époque où la valeur marchande des biens était très élevée et où l’on prenait un emprunt maximum, supérieur à la valeur de la maison ». Cette catégorie de population n’a pas eu le temps de constituer un capital et est particulièrement vulnérable en cas de chômage.

Chômage

Le Telegraaf annonce « Cinq cents mille chômeurs » à la mi-2012, selon le bureau économique de la banque ING. « La dernière fois que les Pays-Bas ont connu 500.000 chômeurs remonte à 1984 et à 1994. L’ING fonde ses prévisions sur les annonces de réorganisation dans de nombreuses entreprises et dans la fonction publique. Elle prévoit un taux de chômage de 6,3% de la population active (contre 5,4% cette année). La province de Groningue serait la plus touchée, avec 9% de chômage, alors que la Zélande resterait sous la moyenne nationale avec 4,3%.

Demandeurs d’asile

Le Volkskrant relève que la Commission de Conseil sur les Questions des Etrangers (Adviescommissie voor Vreemdelingenzaken) a remis au ministre de l’Immigration et de l’Asile, M. Gert Leers, un avis sur les procédures de consultation dans les dossiers d’expulsion de demandeurs d’asile en fin de procédure : l’intégration de la personne devrait être prise davantage en considération. Pour cela, il conviendrait de recueillir le point de vue des responsables municipaux et des chefs d’établissements scolaires. La Commission a examiné le modèle allemand, où des commissions installées au niveau des Länder et composées de représentants des autorités locales, des services sociaux et de personnalités indépendantes formulent une recommandation. Le ministre fera connaître sa réaction au printemps 2012. Le PVV craint pour sa part que ces consultations aboutissent à des décisions favorables aux demandeurs d’asile

Emprisonnement des personnes en situation illégale

Le député D66 Gerard Schouw fait référence à la décision de la Cour européenne de Justice de Strasbourg – qui s’est opposée hier à « l’emprisonnement d’une personne au motif qu’elle est sans papiers » pour annoncer que « le gouvernement peut mettre une croix sur son projet de rendre l’illégalité punissable ». Le ministre de l’Immigration et de l’Asile projette d’infliger aux personnes sans papiers une amende de 3800€ maximum ou une peine d’emprisonnement qui pourra atteindre 4 mois, avant qu’elles fassent l’objet d’une procédure d’expulsion, explique le Trouw. Un porte-parole de M. Leers ne pense pas que la décision de la Cour de Strasbourg ait des conséquences pour les Pays-Bas. L’illégalité devient une infraction sanctionnée d’une amende et non d’une peine de prison. Le ministre a en outre toujours insisté sur le fait que la priorité doit être donnée au départ volontaire. La Cour indique que si le départ n’est pas possible, les Etats membres sont libres d’infliger une peine d’emprisonnement. Il s’agit donc d’une peine qui découle de poursuites pénales. La détention des étrangers est en revanche autorisée ».

A SIGNALER

Libye-CPI

Le Trouw évoque la demande adressée hier par la Cour Pénale Internationale au gouvernement de transition libyen. La Cour a demandé officiellement au gouvernement si, et quand, il a l’intention d’envoyer Saif al-Islam Kadhafi, le fils de Moammar Kadhafi, à La Haye.

AFFAIRES FRANÇAISES
Le Volkskrant et le Trouw évoquent la mise en vente prochaine du département transport de Veolia Environnement.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 07/12/2011

Haut de page