Presse néerlandaise du mercredi 7 décembre 2005

L’ensemble de la presse ouvre ses colonnes aux nécrologies de Frits (Frederik Jacques) Philips, le fils de l’un des fondateurs du géant de l’électronique du même nom, décédé lundi soir à Eindhoven. Frits Philips y était extrêmement populaire et la "Ville Lumière" du Brabant du Nord avait fêté en grandes pompes son centième anniversaire, le 16 avril dernier.
Selon le groupe Philips, "Mijnheer Frits" était "un entrepreneur au grand cœur", qui a joué un grand rôle dans la reconstruction des Pays-Bas après la Deuxième guerre mondiale et dirigé le numéro un européen de l’électronique grand public de 1961 à 1971. "La figure de proue d’une multinationale qui a fait prospérer notre ville", a commenté le collège du maire et des échevins d’Eindhoven.

-NRC Handelsblad d’hier soir : "Rice dément les tortures de la CIA", "Les communes retirent leur soutien à la politique d’asile", "Frits Philips (1095-2005) - L’homme qui a donné un visage à Philips"
-Trouw : "Le nouveau système de sécurité sociale est funeste pour les licenciés âgés qui ont bénéficié d’un golden handshake", "Un avion s’écrase sur un immeuble d’habitation à Téhéran : 115 morts", "Frits a donné un visage social à Philips"
-de Volkskrant : "’Les personnes âgées fortunées contribueront à financer l’AOW’" (retraite de base), "Eindhoven en deuil après la mort de Monsieur Frits", "Un avion iranien s’écrase dans un quartier d’habitation"
-De Telegraaf : "La coalition se querelle à propos de la compensation de la note d’énergie", "Monsieur Frits (100 ans) n’est plus parmi nous", "Le PSV s’est placé !" (football)
-AD Haagsche Courant : "Fin de la lourde période d’examen - Une expérience d’examen flexible commencera dans 15 écoles secondaires le mois prochain", "Adieu Frits", "Un revers pour le onze orange"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Vols de la CIA

"Le ministre des Affaires étrangères Bot n’est pas satisfait des déclarations de sa collègue américaine Rice concernant l’existence de centres de détentions secrets où l’on interroge des suspects de terrorisme", relève le Volkskrant (p.5). "Selon Bot, lui et ses collègues européens auront un ’entretien corsé’ avec Rice, plus tard cette semaine. La responsable n’a pas donné de ’réponse satisfaisante’ aux nombreuses questions de l’Europe sur les camps clandestins et les transports de prisonniers de la CIA."
"Bot a dit mardi à la Deuxième Chambre que les Pays-Bas (’pour autant que je sache’) n’ont pas coopéré à des pratiques illégales. ’Je n’y contribuerai en aucune façon en tant que ministre’."
"Tous les vols de la CIA ne sont pas illégaux, a dit le ministre, lorsque des députés l’ont interrogé sur un mystérieux avion qui a atterri à Schiphol le mois dernier et y est resté plus d’un jour. Interrogé, le gouvernement américain lui avait répondu qu’il s’agissait d’un ’vol régulier’. La radio VPRO a annoncé hier que quelques avions de la CIA ont aussi été signalés à l’aéroport de Rotterdam."
"Bot, par contre, s’est montré satisfait de la déclaration de Rice selon laquelle les Etats-Unis ne se rendaient pas coupables de tortures de suspects. Il a parlé dans ce contexte de ’garanties’ offertes par elle."
"La manière dont les Etats-Unis usent du droit humanitaire international joue un rôle, pour le gouvernement et la Chambre, dans le processus décisionnel sur une nouvelle mission de paix en Afghanistan", rappelle le journal de centre gauche (également Trouw p.4, De Telegraaf p.7).

Pour l’éditorialiste du Volkskrant, "quelques questions préoccupantes sont restées sans réponse". "Il est évident que la menace terroriste actuelle pose des exigences particulières aux services secrets. Une partie du travail de renseignement doit rester confidentielle. Rice a également raison de dire que les règles du droit (de guerre) international ne s’appliquent pas toujours au traitement des terroristes faits prisonniers. Mais tout cela doit justement inciter à aboutir à de nouveaux accords clairs sur les bornes qu’un Etat de droit doit respecter. Ce n’est que sur cette base que la lutte contre le terrorisme peut recevoir le soutien international indispensable."
"Hélas, le gouvernement Bush, les dernières années, a surtout donné l’impression que le respect des normes juridiques internationales est une faveur et qu’il veut assouplir le plus possible les règles. Bien plus que d’explications sur les pratiques de la CIA dans un passé récent, l’Alliance atlantique a besoin d’un signal clair de la Maison Blanche indiquant que le vent a tourné sur ce point crucial. Par exemple, en approuvant pleinement l’amendement du sénateur McCain portant interdiction de tout traitement inhumain vis-à-vis de prisonniers."

Selon la chroniqueuse Anet Bleich, dans le même Volkskrant, "la situation est suffisamment inquiétante pour poser sans démagogie la question suivante : y a-t-il un goulag américain, un réseau de camps où les droits de l’homme sont violés systématiquement ?" "Le seul fait qu’on puisse se demander si les Etats-Unis entretiennent un goulag montre que le gouvernement Bush s’éloigne dangereusement des valeurs démocratiques."

Union européenne : budget pluriannuel

"Pour boucler le budget, le premier ministre britannique opte pour une réduction globale de 871 milliards à 847 milliards d’euros", écrivent Klaas Broekhuizen et Hendrik Jan van Oostrum dans un commentaire éditorial du Financieele Dagblad. "Ce faisant, Blair crée tout d’abord une marge pour réduire sa propre contribution par rapport à celle que la présidence luxembourgeoise avait prévue pour lui. Mais ce n’est pas suffisant. Pour arriver à ce montant, il faut aussi couper dans les dépenses programmées et les nouveaux Etats membres seront les plus durement touchés."
"Si Blair réduit surtout la part du budget de ces pays, c’est qu’il spécule sur l’intérêt qu’ils ont à aboutir rapidement à un accord." "Blair met les chefs de gouvernement des nouveaux Etats membres au pied du mur : s’ils persistent la semaine prochaine, il n’y aura pas d’accord et il y aura des retards dans le versement des subventions qu’ils convoitent. Il y a donc de sérieuses chances qu’ils mettent de l’eau dans leur vin."
"Cela n’a évidemment rien à voir avec le célèbre ’fair play’ britannique. Comme l’a dit l’ancien eurocommissaire Frits Bolkestein : à Bruxelles on se bat sans vergogne pour l’argent, le pouvoir et l’influence."

ACTUALITE INTERIEURE

Prix de l’énergie

"Le conflit entre le gouvernement et la Chambre sur la compensation des citoyens pour la cherté de l’énergie s’est aggravé mardi", relève le Volkskrant à la une. "Le CDA veut désormais qu’une loi dispose que chaque ménage touchera l’an prochain 35 euros de soutien, à cause de l’augmentation de la facture d’énergie. Le parti gouvernemental bénéficie en l’occurrence du soutien de la Chambre presque tout entière."
"Le gouvernement, sous la houlette du ministre des Finances Zalm, refuse d’accorder cette compensation. Le CDA a déposé hier un amendement (projet de modification de la loi) pour régler la question. Le gouvernement devra appliquer l’amendement s’il veut éviter une rupture avec la Chambre."
"Le ministre Zalm a déclaré avec émotion que le gouvernement a déjà annoncé plus de trois milliards d’euros d’allégement des charges. Le responsable VVD a accusé le CDA de rupture de promesse, le parti donnant maintenant une autre signification au concept de pouvoir d’achat qu’il y a quelques mois. Le conseil des ministres se penchera sur l’amendement vendredi."
"En attendant, les négociations sur une possible solution battent leur plein dans les coulisses. Les bagarreurs ont jusqu’au 21 décembre, veille des vacances parlementaires, pour trouver un compromis. Ce jour-là tous les budgets pour l’année prochaine seront mis en vote."
"La discussion sur l’opportunité de compenser les citoyens pour l’augmentation de la facture d’énergie s’est brusquement transformée en question de prestige pour le ministre VVD Gerrit Zalm et le président du groupe parlementaire CDA Maxime Verhagen", remarque le Trouw (p.5). "L’expression crise ministérielle a même été employée de ci de là." "On a fébrilement recherché une solution politique qui évite toute perte de prestige, hier. Sans résultat, pour le moment."
"L’hiver approche, la chaudière ronronne et la température monte dans le débat sur la compensation des citoyens pour la cherté de l’énergie", écrit le commentateur du NRC Handelsblad d’hier soir. Lorsque le PvdA a réclamé une compensation en 2004, le CDA ne l’a pas soutenu, souligne le journal du soir. "Pourquoi le leader CDA Verhagen insiste-t-il brusquement sur une compensation cette année ? C’est un mystère que les non-initiés peuvent aisément considérer comme une tentative de gagner la faveur des électeurs. Après tout, les élections municipales sont proches. Il est à l’honneur du gouvernement de ne pas s’engager dans cette voie facile."

ECONOMIE, FINANCES

Prévisions des banques

L’économie néerlandaise reprendra en 2006, selon les grandes banques Rabobank et Fortis. Selon Bert Heemskerk, de Rabobank, les Néerlandais consommeront davantage l’année prochaine. "Les dernières années, la consommation a toujours été le maillon manquant du rétablissement économique." Rabobank rassure aussi les propriétaires : la hausse des taux d’intérêt restera limitée et le prix des maisons d’habitation continuera de monter en 2006, de 2,5 pour cent en moyenne.
Les prévisions de Rabobank et de Fortis, qui a également publié une prospective hier, sont très proches. Rabobank prédit une croissance économique de 2 pour cent en 2006, Fortis une croissance de 2,1 pour cent. Les deux groupes considèrent la consommation particulière comme le principal moteur de la croissance.
Les économistes des deux banques pensent que le chômage baissera l’an prochain. Fortis prévoit une baisse du taux de chômage à 6,4 pour cent de la population active, Rabobank à 6,25 pour cent (De Telegraaf p.23).

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Telegraaf (p.8) développe le cas d’un camionneur néerlandais pris en otage et maltraité par de faux agents de police dans le Nord de la France, alors qu’il transportait du cuivre destiné à l’Allemagne. Selon la compagnie d’assurance TVM Verzekeringen, la police française aurait à peine enquêté sur cette affaire, la quatrième du genre dans la région, et ses spécialistes des affaires de fraude auraient retrouvé eux-mêmes la cargaison volée, sur un terrain industriel de Givet.

Dernière modification : 07/12/2005

Haut de page