Presse néerlandaise du mercredi 9 décembre 2009

Les policiers qui ont tiré durant les troubles sur la plage de Hoek van Holland (Hollande du Sud) en août dernier, faisant un mort et plusieurs blessés, étaient insuffisamment formés et trop peu nombreux, et la plupart n’avaient pas le grade et les compétences requis pour gérer la situation dangereuse qui s’était créée lors de cette fête de danse perturbée par des hooligans.
L’institut pour la sécurité et la gestion de crise COT présente aujourd’hui son enquête sur le rôle de la commune et de la police de Hoek van Holland dans cette affaire.

— -

- NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Pas d’argent pour les étudiants lents – Projet de Plasterk pour l’enseignement supérieur", "Graves attentats à Bagdad, 110 morts"
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Les agents de police des troubles sur la plage de Hoek van Holland étaient des ’bleus’", "’Une fusion du PvdA dans un nouveau mouvement n’est pas un tabou’" (interview de la secrétaire d’Etat Klijnsma)
- de Volkskrant (centre gauche) : "L’image de solidité de Rabobank en a pris un coup", "La testostérone rend justement social" (étude suisse dans Nature)
- De Telegraaf (populaire) : "De l’électricité sur l’autoroute – ProRail va faire rouler des voitures électriques par induction", "GVB interdit le port d’une croix chrétienne" (tramways d’Amsterdam)
- Trouw (chrétien progressiste) : "Boere avoue : je l’ai fait – L’ancien SS reconnaît les liquidations" (procès d’Aix-la-Chapelle)

— -

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas – Srebrenica

"Osman Suljic, le maire de Srebrenica, est mécontent de l’usage fait de l’aide au développement néerlandaise dans sa commune", note le Volkskrant (p.4). "En 1995, 8 000 musulmans de sexe masculin ont été victimes d’un génocide dans cette ville", rappelle le journal. "Les Pays-Bas dégagent 5 millions d’euros par an pour Srebrenica, mais selon Suljic cet argent est réparti de façon peu efficace et sans participation des autorités de la commune. ’Je ne vois pas un centime de l’argent néerlandais sur le compte en banque de la commune’, affirme le maire Suljic, 56 ans. L’argent est dépensé en totalité par le biais d’ONG et de l’organisation onusienne PNUD. ’Je comprends que le secteur des ONG joue un rôle important à Srebrenica, mais ce rôle est trop partial’, déclare Suljic. ’L’administration locale est tenue à l’écart."
"Selon le maire, les priorités des ONG ne sont pas les bonnes. ’Il arrive qu’elles réalisent des projets dont Srebrenica n’a pas besoin, par exemple toutes sortes de formations. Le plus important pour nous, ce sont les infrastructures. J’ai encore 2 500 demandes de réparation de maisons.’ De plus, Suljic estime que les ONG et le PNUD dépensent trop pour des voitures de luxe et versent des salaires trop élevés. ’Chez nous 90 % des fonds iraient directement à la population, chez les ONG c’est moins de 70 %. Un ingénieur de la commune gagne trois fois moins qu’un ingénieur du PNUD."
"Riny Bus, chef de poste adjoint de l’ambassade des Pays-Bas en Bosnie, dit qu’elle ne se retrouve pas dans ces critiques. ’Les Pays-Bas et la commune de Srebrenica se concertent durant des visites régulières d’agents de l’ambassade et via le PNUD, qui contribue à la coordination de l’aide néerlandaise et coopère étroitement avec la commune.’ Selon Mme Bus, les frais généraux du PNUD ne sont que de 7 %."
"Bus pense que l’insatisfaction du maire vient du fait que les Pays-Bas, en effet, posent des priorités plus larges que la municipalité de Srebrenica. ’Nous finançons des programmes visant à la réconciliation’, explique-t-elle."

— -

ACTUALITE INTERIEURE

PvdA Amsterdam-Ouest

"La direction du PvdA pensait avoir enfin une réponse à Geert Wilders à Amsterdam, en la personne d’Ahmed Marcouch", écrit l’éditorialiste du Volkskrant. "L’éloquent président du quartier Slotervaart n’hésite pas à confronter sa base allochtone à ses propres problèmes et semblait donc le candidat idéal pour regagner la confiance des électeurs."
"Wouter Bos lui-même n’a pas caché qu’il soutenait Marcouch. La direction du parti a payé le prix de cette intervention spontanée lundi soir et les membres du parti ont préféré Baâdoud, fût-ce avec un écart minime. Une cuisante défaite pour la direction du parti, dont l’autorité est de nouveau mise en doute. De plus, on peut se demander si Bos et la présidente Ploumen n’ont pas trop fait prévaloir les intérêts nationaux du parti sur les souhaits de la population des quartiers concernés. Il reste à voir si Baâdoud sera moins utile à Amsterdam-Ouest que Marcouch."

"L’élection de l’inconnu Achmed Baâdoud à la tête de la liste du PvdA dans le quartier amstellodamois Nieuw-West est une défaite gênante pour la direction du parti", estime aussi le commentateur du Telegraaf. "Baâdoud se pose tout simplement en Néerlandais et ne tient pas à souligner sans cesse son ethnicité dans le débat sur l’intégration. Tout bien considéré, sa victoire est aussi un fiasco pour l’approche multiculturelle soft de la direction du parti."

"Le leader du PvdA est coincé entre les vieux et les nouveaux Néerlandais", remarque le Trouw (p.6) dans une analyse. "Le parti considère les figures de proue comme Marcouch, le maire de Rotterdam Ahmed Aboutaleb et la présidente de quartier Fatima Elatik (Amsterdam-Zeeburg) comme des exemples d’émancipation de migrants. On peut se demander si le grand groupe d’électeurs autochtones potentiels du PvdA le comprend ainsi."

Changement climatique

"Trop de bonnes intentions, trop d’accords bénévoles et beaucoup trop de centrales à charbon : alors qu’à Copenhague on débat d’un accord climatique international, l’opposition a critiqué la politique climatique des Pays-Bas mardi, à la Deuxième Chambre", rapporte le Volkskrant (p.2).
"Quelques partis ont exprimé des doutes sur le changement de climat durant ce débat. Le député PVV De Mos a parlé d’un ’complot climatique’. Il faisait référence aux milliers de courriels piratés de scientifiques britanniques, dont il ressortirait que des données sur le réchauffement de la terre ont été manipulées." "La députée VVD Neppérus a déclaré qu’elle croyait à la théorie du changement climatique. Mais s’il y a des incertitudes, elle souhaite une étude indépendante" (également Trouw p.8).

PVV La Haye

L’ensemble de la presse annonce que le député PVV Sietse Fritsma (37 ans) mènera la liste du mouvement de Geert Wilders aux élections municipales de mars 2010. Il restera actif à la Deuxième Chambre, où il s’occupe des affaires d’asile et de migration au nom du PVV. Selon Geert Wilders, le PVV a une liste de vingt candidats à La Haye (de Volkskrant p.2, Trouw p.5, AD pp.7 et 22, De Telegraaf p.11).

— -

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le NRC Handelsblad (p.9) publie en rubrique culturelle un article de Margot Dijkgraaf sur l’exposition "Het Egypte van Gustave Flaubert" (L’Egypte de Gustave Flaubert) au musée archéologique de Leyde.

— -

A signaler :
La secrétaire d’Etat PvdA Klijnsma (Affaires sociales), dans une interview à l’AD (pp.1 et 2), n’exclut pas que son parti, à l’avenir, coopère avec d’autres partis. Il ne faut pas exclure la possibilité que le parti se fonde dans un mouvement progressiste plus large, qui tienne davantage compte des souhaits actuels de l’électorat travailliste. "Il faut toujours oser réfléchir à de nouvelles coalitions. Il s’agit pour moi des principes du PvdA, qui sont toujours très actuels."

— -

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 23/12/2009

Haut de page