Presse néerlandaise du mercredi 9 avril 2003

La guerre en Irak et les laborieuses négociations de formation d’un
gouvernement CDA-PvdA, qui sont dans l’impasse depuis que le Centraal Planbureau a
exposé les conséquences négatives du programme financier des partenaires présumés, se
partagent la une des quotidiens.

Le populaire De Telegraaf annonce par ailleurs que la princesse
Margarita et son époux Edwin de Roy van Zuydewijn vont donner prochainement une
conférence de presse pour attirer de nouveau l’attention sur leur contentieux avec
l’Etat. Margarita ouvrira d’autre part un site Internet sur sa querelle de famille.

 

  • NRC Handelsblad d’hier soir : "L’armée américaine a renforcé sa
    position à Bagdad – Lourdes contre-offensives – Entretien Bush-Blair – Des
    familles en fuite", "Une rupture dans la concertation sur la formation de
    gouvernement est proche"

  • de Volkskrant  : "Bombardement américain sur les dirigeants irakiens",
    "Les Etats-Unis ne tiennent pas absolument à avoir Saddam vivant", "Un
    manque de confiance et un peu d’amateurisme – Les sous ne sont pas la vraie cause de
    l’échec qui menace la formation d’un gouvernement CDA-PvdA"


    Trouw  : "Le canon pointe sur l’hôtel et tire", "La contre-offensive
    irakienne a peu de succès", "Formation : pas de rupture, pas
    d’accord"


    De Telegraaf  : "A la recherche de Saddam – A la quête d’ADN dans les
    ruines d’un restaurant
    ", "Une nuit de réflexion pour sauver la
    formation", "Margarita prendra de nouveau la parole"


    Algemeen Dagblad  : "La crise de la formation conjurée – Pas d’accord,
    mais le CDA et le PvdA cherchent une issue", "Les Américains accroissent la
    pression à Bagdad"

 

* * *

 

Le dossier du jour : Formation de gouvernement

" Deux négociateurs inexpérimentés, une guerre et une
récession
", écrit le Volkskrant dans une analyse à la une.
"Suffisamment d’ingrédients pour une formation de gouvernement qui achoppe."

" Il y a plusieurs jours que le CDA et le PvdA se chamaillent
sur les finances et ils n’ont pas avancé d’un pas dans ce domaine, mardi soir
. Mais
la formation du deuxième gouvernement Balkenende ne risque pas d’échouer à cause des
sous, mais en raison d’un manque de confiance et d’une certaine forme d’amateurisme
."

"En travaillant avec acharnement sur leurs chiffres, Bos et
Balkenende ont donné dans le piège
. Ils ont perdu de vue le fait que tout budget
est virtuel
. Aucun gouvernement ne réussit à réaliser exactement les objectifs
fixés
. Vu sous cet angle il paraît absurde, et c’est pourquoi c’est tellement
difficile à expliquer, que la formation achoppe sur une divergence d’opinion portant un
ou deux milliards de plus ou de moins sur le budget national de 2007
."

"Le manque d’expérience joue des tours aux négociateurs. La
mémoire collective (de formation) du CDA et du PvdA a été sérieusement affectée par
le résultat dévastateur de deux élections
. Les chefs d’équipe sont des
’débutants’ dans le métier
. Balkenende en est à sa deuxième formation, certes,
mais il préfère qu’on ne lui rappelle pas la première
. Il s’accroche mordicus à
la réalisation d’un équilibre budgétaire en 2007, bien que même les meilleurs
économistes de son propre parti jugent que c’est déraisonnable
. L’obstination
commence à devenir un trait caractéristique du premier ministre. On lui reproche de plus
en plus souvent son manque de créativité intellectuelle’ . Sa position
inébranlable sur l’équilibre budgétaire est encouragée par une partie très influente
de sa propre base, qui aurait préféré continuer de gouverner avec le VVD, dont le
leader est également un ’budgéteur’ sévère." " Bos, lui, s’est lancé dans
cette aventure dans un état de quasi-virginité politique
. Il a été député
pendant deux ans, puis secrétaire d’Etat pendant deux ans. Il est entouré d’une
équipe qui a encore moins d’expérience
. Ce n’est qu’à l’arrière-plan qu’évoluent
quelques vétérans. Le leader PvdA semble avoir surestimé ses talents de négociateur .
Il pensait pouvoir convaincre Balkenende de la nécessité de renoncer à l’équilibre
budgétaire s’il a des effets sociaux négatifs. Il s’est d’ailleurs aussi trompé sur
l’effet global du paquet de vingt milliards d’économies. Si la formation aboutit, le
PvdA devra expliquer pendant quatre ans pourquoi il fallait toutes ces terribles mesures
d’austérité
. Ce n’est pas le rôle favori d’un parti qui veut manifester une
nouvelle fraîcheur
. C’est la raison pour laquelle Bos tient tant aux investissements
supplémentaires dans l’enseignement, les soins et la sécurité. C’est la seule façon de
faire avaler la pilule."

A l’issue de cinq heures de concertation, hier, Bos a déclaré :
"Nous ne nous en sommes pas sortis, mais nous continuons". Et Balkenende a dit
à la presse : "Il n’y a pas de raison de dire ’nous rompons’."

 

Commentaires

" Il n’est pas rare que les gouvernements néerlandais arrivent
au finish à pas trébuchants
", remarque l’éditorialiste du NRC Handelsblad
d’hier soir. " Mais un gouvernement qui va au départ en trébuchant est tout de
même passablement unique
. Si la relation est déjà si trouble d’emblée, il vaut
mieux renoncer à la compétition."

" La leçon de l’an dernier était que la politique appartient
aux citoyens, pas aux politiciens
", fait valoir le Trouw ce matin. " Les
leaders politiques du CDA et du PvdA semblent avoir déjà oublié cette leçon et leurs
promesses
. Un accord de gouvernement sur un feuillet A4, davantage de dualisme,
davantage d’ouverture : aucun de ces objectifs n’a été réalisé. Après 76
jours de formation, Balkenende et Bos ont l’obligation d’entreprendre une ultime tentative
pour poser la base d’un gouvernement
."

" Combien de temps tiendra un gouvernement formé sans le
moindre enthousiasme ?
" s’interroge le Volkskrant . "Cette question
s’est posée hier soir, lorsqu’il est apparu que le CDA et le PvdA veulent poursuivre leur
tentative de former un gouvernement. Après plus de deux mois, ils ne sont toujours pas
d’accord, mais ils continuent de trimer assidûment."

" Malgré tout, une combinaison de centre-gauche reste toujours
préférable
", selon le journal de cette tendance, " parce qu’elle offre
la meilleure perspective d’une politique socialement responsable
." " Un
accord est toujours possible
. Mais il faut que les négociateurs Bos et –surtout
– Balkenende manifestent rapidement leur intention de faire équipe et qu’ils
n’essaient pas seulement de sauver les apparences."

" Un gouvernement CDA-PvdA était logique ", selon l’ Algemeen
Dagblad
, " mais l’amateurisme, d’un côté, et les dictées, de l’autre,
mènent rarement à des relations stables
." "Il est triste de devoir
constater qu’une telle coalition ne semble pas aboutir, même dans les circonstances
préoccupantes actuelles."

"Des millions d’électeurs se demandent désespérément à qui
ils ont accordé leur confiance. Ils ont raison, mais leur conclusion ne leur est d’aucune
utilité. De la vieille politique, voilà ce que c’est ."

 

Actualité internationale

Union européenne - Etats-Unis

Interviewé par le correspondant à Berlin du NRC Handelsblad
(p.4), le chrétien-démocrate allemand Wolfgang Schäuble déclare discerner à
Londres, Paris, Washington et Berlin la volonté de se rapprocher de nouveau, dans la
controverse sur l’Irak
. "Je suis optimiste et je pense qu’on tirera la leçon des
dégâts causés."

" Il est urgent d’instaurer une politique étrangère et de
défense européenne
, mais nous en sommes encore loin. Nous n’avons pas besoin de
nouvelles institutions, nous devons d’abord essayer d’arriver à une vision commune des
problèmes du monde
. L’Europe s’est déjà engagée dans la voie d’une coopération
militaire plus intensive, à Helsinki, et au sommet de l’OTAN, à Prague, la fondation
d’une force d’intervention rapide a été décidée. Il faut d’abord appliquer ces accords
dans la pratique."

" Il n’est pas fructueux de se chicaner longuement sur la
question de savoir si c’est plutôt la faute de Washington ou de Paris et de Berlin
",
dit Schäuble à propos du fossé qui s’est creusé entre l’Europe et les Etats-Unis de
George W. Bush. " Si les Américains avaient un partenaire européen plus fort
– plus dynamique et plus uni -, ils seraient disposés à coopérer davantage
.
Nous Européens ne devons pas nous demander ce que les Américains doivent faire
autrement, mais ce que nous devons faire autrement. A Washington aussi, on comprendra que
tout ne s’est pas passé de façon optimale."

" Schröder a intérêt à resserrer les rangs dans l’UE et
l’OTAN
. Les problèmes se sont créés à cause de son ’non’ unilatéral et
prématuré à la guerre
. Cela l’a isolé et il n’avait plus que le président
français comme partenaire
. C’est ainsi qu’on a perdu l’équilibre international. Il
faut corriger cela maintenant et mon impression est que le gouvernement rouge-vert l’a
compris aussi et qu’il y travaille."

Dans le Volkskrant (p.5) de ce matin, l’ancien ministre allemand
des Affaires étrangères Klaus Kinkel estime qu’on ne peut pas dire, comme on le pense
généralement aux Pays-Bas, que c’est surtout la France qui s’est opposée à la guerre
en Irak et que Berlin s’est caché derrière Paris
. " L’Allemagne a même
beaucoup fait pour prévenir la guerre
. Mais je trouve la manière dont elle l’a
fait tout à fait erronée
. L’Allemagne s’est ainsi isolée et les relations
américano-allemandes ont subi une grave avarie. Oui, la politique étrangère allemande
s’est cachée derrière la menace de veto des Français. Quant à la France, elle a
évidemment ses propres intérêts."

S’agissant de l’après-guerre, Kinkel déclare : " L’Allemagne
souhaite évidemment aider à reconstruire et démocratiser l’Irak, dans le cadre de l’ONU
."

 

Economie, Finances

Licenciements

Le NRC Handelsblad (pp.1 et 15) et l’ Algemeen Dagblad
(pp.1 et 10) font mention d’un "énorme accroissement du nombre de
licenciements". L’an dernier, les employeurs ont déposé 139 000 demandes
d’autorisation de licenciement, une augmentation de 40 % par rapport aux 100 000 demandes
de 2001. Par rapport à 2000, il s’agit même d’une augmentation de 80 %. C’est ce
qui ressort de statistiques que le ministère des Affaires sociales publiera
prochainement.

 Fonds Social Européen

"Les contribuables ratent presque un demi-milliard d’euros parce
que les Pays-Bas n’arrivent pas à employer de façon adéquate les subventions de
Bruxelles (FSE) à la lutte contre le chômage néerlandais", relève le Trouw
(p.9). "Ces pertes s’élèveront encore davantage les prochaines années."

 Shell

Le NRC Handelsblad (p.15) et le Trouw (p.7) notent
que GroenLinks, bien que peu porté sur la monarchie, a décidé de solliciter l’aide du
chef de l’Etat. La Reine Beatrix, en tant qu’actionnaire de la compagnie pétrolière
Shell, doit manifester son mécontentement concernant un possible bonus des dirigeants du
groupe, écrit le député GroenLinks Kees Vendrik dans une lettre ouverte au premier
ministre Balkenende. Il y a des années que GroenLinks s’irrite des fortes augmentations
dont se gratifient les managers des grandes entreprises. Maintenant qu’il s’avère que les
dirigeants de Shell pourraient obtenir un bonus spécial équivalant à deux ans de
rémunération, Vendrik demande à la Reine de prendre position et de faire voter contre
cette proposition à la prochaine assemblée générale des actionnaires. "Ce serait
un geste magnifique de laisser paraître sa désapprobation". "Après tout, elle
fait partie du gouvernement, qui est contre ces augmentations."

 

Affaires françaises

L’ Algemeen Dagblad évoque le débat que le Parlement européen
consacre aujourd’hui, à Strasbourg, au projet de défense européenne du général en
retraite Philippe Morillon, actuellement europarlementaire PPE. "Dans son rapport,
Morillon ne fait pas la moindre allusion au sommet sur une Défense Européenne que la
Belgique organise à la fin du mois avec la France, l’Allemagne et le Luxembourg. ’Je
serai bref. Si les Britanniques ne participent pas, il n’y aura pas de Défense
Européenne. Et s’ils ne viennent pas à la fin du mois, il vaut mieux ne pas tenir le
sommet’."

Le Telegraaf (p.13) fait mention du "nombre record" de
détenus dans les prisons françaises et annonce le décès de Cécile de Brunhoff, la
mère spirituelle de Babar.

Dernière modification :

Haut de page