Presse néerlandaise du vendredi 1er février 2008

Le journaliste d’investigation Peter R. de Vries est convaincu d’avoir résolu le mystère de la disparition de Natalee Holloway à Aruba, fin mai 2005. Le spécialiste des affaires criminelles a annoncé qu’il révélerait dimanche, durant son programme télévisé sur la chaîne commerciale SBS6, ce qu’il a découvert en enquêtant avec une caméra cachée.
La mère de Holloway est arrivée aux Pays-Bas hier. Peter R. de Vries l’a immédiatement mise au courant des résultats de son enquête.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Beatrix a 70 ans - Le photographe des stars Anton Corbijn photographie la Reine - Un portrait officiel conservateur", "La Rabobank crée des tampons de milliards d’euros à cause de la crise"
De Telegraaf (populaire) : "’Joran avoue dans l’affaire Natalee’ - Caméra cachée de Peter R. de Vries - Le procureur d’Aruba : Ceci est choquant"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "’Aveux complets’ de Joran dans l’affaire Holloway - Peter R. de Vries affirme avoir résolu la disparition", "Les propriétaires peuvent économiser beaucoup d’argent" (remboursement des prêts immobiliers)
de Volkskrant (centre gauche) : "Beaucoup de méthodes de soins infirmiers sont vaines - Raser les patients avant une opération est inutile et parfois même nocif", "Danser chez Beatrix contre les brimades" (participation d’écoliers à la fête de la Reine, ce soir), "Peter R. a la ’solution’ de l’affaire Natalee"
Trouw (chrétien progressiste) : "Plaidoyer en faveur de la suppression des préretraites - Les plus de 58 ans doivent travailler plus longtemps", "Un chat au long passé" (découverte d’un cadavre de chat emmuré, lors de la restauration de la Grande Eglise de Veere)

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Radiotélédiffusion

1) Deep Throat . "Les chaînes de télévision BNN et VPRO pourront diffuser le film pornographique Deep Throat ", annonce le Volkskrant (p.3). "C’est ce que le premier ministre Balkenende a fait savoir. ’Aux Pays-Bas, nous n’interdisons pas de programmes à l’avance’, a dit le premier ministre. "Les médias s’interrogeaient parce que le vice-premier ministre Rouvoet avait déclaré qu’il étudiait la possibilité d’une interdiction, alors que le ministre Plasterk (Médias) disait qu’il n’y songeait pas. Le premier ministre souligne que Deep Throat sera diffusé après 22 h, dans le respect des règles" (également AD p.4, Trouw p.6).
Radiotélédiffusion publique. "Le directeur de l’EO [chaîne publique évangélique], Henk Hagoort, deviendra le nouveau président du conseil d’administration de la radiotélédiffusion publique", note le Trouw (p.5). "Hagoort (né en 1965) succèdera à Harm Bruins Slot, qui avait déjà annoncé son départ. Hagoort reprendra la présidence du conseil d’administration le 1er août 2008 au plus tard. ’Les chaînes publiques se portent bien’, selon Hagoort. ’Nous avons très bien évolué ensemble. Je veux renforcer encore plus la qualité et le pluralisme. C’est ainsi que nous pourrons nous distinguer à Hilversum et avoir un impact sur la société’."

"Avec cette nomination, le ministre des Médias Plasterk rompt avec une tendance : le nouveau patron vient de la radiotélédiffusion même", souligne le Volkskrant (p.18). "Ses prédécesseurs étaient presque tous d’anciens hommes politiques ou des gestionnaires." "Les réactions au sein de la radiotélédiffusion publique sont positives. ’Il est attentif, connaît ses dossiers’, dit le directeur de BNN, Lucas Goes. ’Sa nomination est une bonne nouvelle. Il fait partie d’une nouvelle génération et il vient de Hilversum. Ce n’est pas un quelconque boucher de La Haye. Son seul défaut est en fait qu’il est de l’EO. Mais cela ne jouera jamais un rôle dans la pratique’."

AWBZ

"La suppression proposée de l’AWBZ [frais médicaux spéciaux] toucherait des centaines de milliers de personnes", relève le Trouw (p.4). "La classe politique n’est guère positive sur la recommandation du Conseil de la Santé publique et des Soins. La secrétaire d’Etat à la Santé publique Bussemaker et les partis de coalition CDA et PvdA ne sont pas partisans de démanteler l’AWBZ et de transférer les soins aux assureurs commerciaux et aux communes, comme le Conseil de la Santé publique et des Soins (RVZ) l’a proposé hier."
"La secrétaire d’Etat a réagi hier en disant qu’elle trouvait la recommandation intéressante et utilisable, mais qu’elle attendrait un rapport du Conseil social et économique (SER) sur l’AWBZ avant de porter un jugement définitif. Ce rapport est prévu pour la mi-mars. A court terme, elle essaiera plutôt de freiner la montée du coût de l’AWBZ que d’envisager une modification du système" (également de Volkskrant p.9, De Telegraaf p.10).

L’éditorialiste du Trouw rappelle que "l’objectif de l’AWBZ mise en place il y a quarante ans était de financer des soins qu’on estimait impossibles à assurer en raison de leur coût élevé". "Progressivement, elle a été étendue à toutes sortes de soins supplémentaires qui ne sont pas tellement chers, comme les vaccinations, certains articles de soins infirmiers et les soins prénataux. Il est bon de faire des coupes sombres là-dedans, mais il est raisonnable de maintenir l’AWBZ. Du moins jusqu’à ce qu’il y ait une alternative convaincante."

PRESSE HEBDOMADAIRE

HP/De Tijd consacre un dossier à la campagne néerlandaise : "Fascinés par les paysans - Comment les Néerlandais découvrent la campagne". "L’énorme succès du programme télévisé Boer zoekt vrouw [paysan cherche femme] fait apparaître un grand amour pour les paysans et la campagne. Alors que les citadins, il y a quelques décennies, les considéraient encore avec beaucoup de dédain. Qu’est-ce qui a changé ?" L’hebdomadaire donne la réponse suivante à la fin de l’article : "Dans l’environnement social rural des paysans célibataires, la sécurité va encore de soi, chacun connaît ses voisins, le respect pour ses parents est normal et nulle part on ne voit des Marocains, des Turcs ou des burqas. Il ne faut vraiment pas être agent de police à Amsterdam-Slotervaart pour deviner que cet univers de cochons qui grognent, de potées fumantes et de buffets de chêne patinés recèle un paradis. L’immense succès de Boer zoekt vrouw n’est rien de moins qu’un signe des temps. Ce programme fait appel - sciemment ou non - à des sentiments et des désirs typiques des Pays-Bas de maintenant. Ceux qui voudront savoir dans cent ans à quoi aspirait notre pays en 2008 ne consultera pas les ouvrages de Harry Mulisch, Geert Mak, Arnon Grunberg ou Paul Scheffer, mais les aventures d’Agnes, Arjan, Erik, Frank, Frans, Gerard, Gerko, Henk, Jan et Klaas."
Pour le directeur du Sociaal Cultureel Planbureau Paul Schnabel, interviewé à l’occasion de la parution de son dernier livre, une compilation de ses chroniques, "ce programme en appelle manifestement au besoin d’authenticité, de pureté". "Un homme et une femme se trouvent et vont gérer une famille, mais aussi une entreprise. C’est comme cela que le monde a commencé. Cela indique un besoin de sortir d’un monde compliqué et de retrouver un monde simple." Interrogé sur "un autre phénomène actuel, Geert Wilders", le sociologue dit : "Du point de vue politique, ce que Wilders fait est fantastique. Personne n’avait prévu qu’en 2006 il n’obtiendrait pas seulement quelques votes de droite, mais tous. Après avoir siégé plus d’un an à la Chambre avec neuf députés, le groupe PVV a réussi à merveille à dominer le débat politique."
En rubrique Circuit, HP/De Tijd évoque le regain d’intérêt, aux Pays-Bas comme dans le reste du monde, pour la chanson et la musique pop françaises. "Qu’il s’agisse d’icônes comme France Gall et Françoise Hardy ou de nouvelles idoles comme Carla Bruni et Marina Celeste, le pop français est chaud."
Vrij Nederland, dans un article de couverture intitulé "Bos peut-il éviter la récession ?", présente l’avis des "économistes, banquiers, spécialistes des placements et politiques sur ce que les Pays-Bas (ne) peuvent (pas) faire" dans la crise actuelle.
En rubrique intérieure, le magazine énumère dix raisons permettant de supposer que la Reine des Pays-Bas abdiquera bientôt. "Elle aura soixante-dix ans cette semaine. Et la question n’est pas de savoir si la Reine Beatrix va prendre sa retraite, mais quand. Tout indique que ce sera plutôt une question de mois que d’années."
"Paysan cherche avenir" titre VN au-dessus d’un reportage de Tomas Vanheste. "Le paysan néerlandais est une espèce humaine en voie de disparition, selon un cliché. Mais il est en train de ressusciter comme idéal romantique à la télévision, dans Boer zoekt vrouw, et sur les riches terres néerlandaises." Le rédacteur en chef, Emile Fallaux, assure les lecteurs que "le reportage était déjà planifié longtemps avant que 4,3 millions de téléspectateurs suivent le dating show rural."
Elsevier s’intéresse au site de courts-métrages YouTube, dont les usagers placent huit heures de prises de vue inédites par minute. "YouTube vous rend célèbre en une journée. Mais combien de temps cela va-t-il encore durer ?" Un problème de droits d’auteur menacerait en effet l’entreprise : le matériel que beaucoup d’internautes téléchargent sur le site ne leur appartient pas.
Dans une interview-portrait, le ministre de la Santé publique Ab Klink dit notamment qu’il ne pense "pas que l’Etat de droit vacille aux Pays-Bas". "Il est tout à fait normal que des courants de migration de diverses religions entraînent des tensions. Ce serait un miracle sociologique s’il n’en était pas ainsi. Mais l’Etat de droit doit baliser et délimiter." "J’aurais aimé faire une étude prospective d’un thème comme l’adhésion de la Turquie à l’UE. Je trouvais que le débat était tiré trop rapidement dans la sphère de l’islam contre les Lumières. J’aurais posé d’autres questions, plus pragmatiques : que signifie l’adhésion de la Turquie pour l’agenda de l’Europe, pour la gestion de l’UE, pour le marché du travail, pour l’immigration, pour le porte-monnaie des gens ? Je n’ai pas encore vu cette analyse-là." L’idéologue du CDA habite le même village que Balkenende, Capelle aan den IJssel, précise l’auteur de l’article. "Il y a aussi de l’amitié dans la politique, dit Klink. ’Ce n’est pas que je passe chez Jan Peter tous les jours. Ce n’est pas nécessaire. Notre affinité intellectuelle est plus profonde que l’amabilité et l’amitié."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Volkskrant (pp.1 et 5) suit le dossier de la Société Générale, notant que BNP Paribas semble convoiter la banque en difficulté.

Le Telegraaf annonce à la une que, "par suite de la grande pénurie de bouteilles de verre quelques grands producteurs de Bordeaux vont mettre leur vin en bouteilles de plastique."

Dernière modification : 19/08/2008

Haut de page