Presse néerlandaise du vendredi 10 juin 2011

LES GRANDS TITRES

- Trouw (chrétien progressiste) : Les écoles mixtes forment la citoyenneté.
- De Volkskrant (centre gauche) : Jongerius ignore les réserves au sein de la FNV.
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Rotterdam est la ville la moins sûre de tout le pays.
- De Telegraaf (populaire) : Monter la garde avec une gueule de bois [maréchaussée].
- NRC-Handelsblad : Plus de rôle pour l’OTAN après Kadhafi.

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

The Hague Institute for Global Justice (THIGJ)

Le Volkskrant annonce qu’un « nouveau nom vient s’ajouter aujourd’hui à la liste déjà longue des institutions internationales installées à La Haye : le Hague Institute for Global Justice. Ce nouveau think tank dédié à l’étude de la paix, du droit et de la sécurité internationale a été créé à l’initiative du maire de La Haye, M. Jozias van Aartsen. La principale ambassadrice du THIGJ est Mme Madeleine Allbright, une amie de M. van Aartsen. Le THIGJ dispensera quelques cours en association avec l’université de Leiden, mais son principal objectif est la recherche. Le 3ème gouvernement Balkenende (2006-2007) a accordé à cet institut 17 M€, prélevés sur les revenus du gaz naturel, qui doivent lui permettre de fonctionner pendant cinq ans, jusqu’à ce qu’il puisse s’autofinancer. M. Nico Schrijver, professeur à l’université de Leiden et doyen a.i. du nouvel institut, explique que le THIGJ pourra effectuer des recherches pour la Banque mondiale, la Commission Européenne ainsi que pour les agences des Nations unies. Beaucoup de commandes d’études sont adressées à des bureaux comme Ernst&Young ou Berenschot, qui sont plus rôdés pour l’acquisition de contrats. Mais ces bureaux commerciaux doivent ensuite s’adresser à des spécialistes, qu’ils n’ont pas chez eux. M. Schrijver serait favorable à un regroupement de plusieurs instituts actifs dans le domaine du droit international, comme Clingendael, l’institut Asser et l’Institute for Social Studies, mais reconnaît que cela va pour l’instant trop loin ».

* * *

AFFAIRES EUROPEENNES

Schengen

« Pas de nouvelle ouverture des frontières à l’Est », note le Volkskrant à l’issue de la réunion des ministres de l’Intérieur et de la Justice hier à Luxembourg. « M. Leers [ministre de l’Immigration et de l’Asile] a joué le rôle du père fouettard : ‘Mieux vaut délivrer un message désagréable que refuser de voir les choses en face. Parce que si nous laissons la Roumanie et la Bulgarie adhérer trop tôt à la zone Schengen, au bout du compte, c’est le contribuable néerlandais qui recevra la facture. (…) Si nous voulons pouvoir confier les clefs de nos frontières à ces deux pays, il faut être certain qu’elles sont en de bonnes mains, que nos intérêts sont bien protégés. (…) Ces exigences accrues sont le résultat des leçons du passé. Nous avons trop rapidement accepté l’adhésion de certains pays à l’UE et à Schengen. Cela nous a causé beaucoup de problèmes et cela a rendu les citoyens méfiants. Auparavant, un homme politique pouvait dire ‘croyez-moi, faites moi confiance’. Ces temps sont révolus. Les gens ne vous croient plus si facilement, ils veulent voir des résultats’. (…) Les Pays-Bas ont été soutenus par l’Allemagne, la France et la Finlande » (p.5)

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Partis politiques

- CDA  : De nombreux médias signalent les travaux de réorganisation et de réflexion organisés par la présidente du CDA, Mme Peetoom. LeTrouw souligne que le nouveau Think tank Strategisch Beraad confié à l’ancien ministre Aart Jan de Geus [Santé de 2002 à 2003, Affaires sociales de 2003 à 2007, actuellement Secrétaire général adjoint de l’OCDE] « doit permettre de resserrer les rangs du CDA. Le Strategisch Beraad compte 23 membres de sensibilités très variées et doit définir les nouvelles orientations d’un parti décimé et déchiré. M. De Geus a conscience que ‘ce sera un processus très délicat’. (…) Ce think tank est la deuxième commission mise en place par Mme Peetoom. Le CDA a confié à la théologienne Jacobine Geel le soin de moderniser les fondamentaux du parti (justice, solidarité, gestion de la création divine et responsabilité partagée) ». Le Volkskrant relève la présence dans ce think tank de « l’ancien spindoctor de M. Balkenende [Premier ministre de 2002 à 2010], M. Jack de Vries, contraint de quitter son poste de secrétaire d’Etat à la Défense en 2010, en pleine campagne électorale. M. Klink [ministre de la Santé de 2007 à 2010] a également été convié à y prendre part, mais a finalement décliné l’invitation ».

- PvdA : Selon le Volkskrant, le débat parlementaire sur « les plus faibles dans notre société » a donné l’occasion au chef de file du PvdA, M. Job Cohen, de « se présenter comme chef de l’opposition : ‘Pourquoi le gouvernement et le Premier ministre font-ils preuve d’une telle indifférence face aux conséquences [des mesures d’austérité] pour la population, pour les gens qui souffrent du syndrome de Down, pour les handicapés mentaux légers, pour tous les gens qui, moyennant le soutien nécessaire, peuvent travailler et prendre part à la vie de notre société ?’ ». Le Telegraaf cite les réactions du leader travailliste aux critiques parues hier dans la presse à son encontre (cf. AD 09.06.2011) : « Je crois que le principal reproche que l’on me fait est d’être trop courtois. Eh bien je tiens à le rester. (…) Je ne démissionne pas. » En privé, un certain nombre de travaillistes confient ne guère apprécier que l’on tente de noircir un membre du parti.

- VVD  : Le secrétaire d’Etat à la culture, M. Halbe Zijlstra (VVD), présente aujourd’hui ses projets d’économies dans le secteur de la Culture, relève Elsevier. Après une série de mesures annoncées notamment dans les domaines de la Défense (- 1Md€), des transports en commun (- 140M€), de la fonction publique (-2,5Md€), de l’accueil des enfants (-1,5 Md€), de la santé (-2,5 Md€), des ateliers sociaux (-1,8 Md€) et des retraites (-700M€) [voir Volkskrant p.3], M. Zijlstra expliquera comment il compte réduire de 200M€ un budget total de 900 M€ de subventions annuelles. Un certain nombre d’éléments ont déjà fui dans les médias, rappelle Elsevier : « Contrairement aux recommandations du Conseil pour la Culture, il prévoit d’introduire toutes les mesures d’austérité en une seule fois, en janvier 2013. Les maisons de production dans le secteur des théâtres sont toutes supprimées. Les instituts sectoriels perdent un certain nombre de leurs compétences. Le Theater Instituut Nederland est menacé de disparition. Le fonds Mondriaan pour les arts plastiques est réduit de plus d’un tiers. Le Fonds pour les Arts de la scène ne recevra plus que 43 M€, plusieurs millions de moins que dans la situation actuelle et dans 3 ou 4 villes, les orchestres disparaissent. Les musées sont dans l’ensemble épargnés ». Dans son supplément culturel (V4 et 5), le Volkskrant réfléchit dans ce contexte à l’évolution du parti libéral sur la question de la place de l’art dans la société. « C’est la ligne Blok contre la ligne Bolkestein, estime Herman Bockma. Il y a 25 ans, un certain nombre d’éminents libéraux publiaient un ouvrage intitulé ‘Libéralisme, Art et Politique’. On y retrouvait les idées de Bolkestein, Ivo Opstelten, alors maire de Delfzijl, appelait les artistes de sa commune à s’insurger contre les mesures d’austérité et le président du groupe parlementaire VVD à la Deuxième Chambre, Ed Nijpels, y tenait un plaidoyer vibrant en faveur des subventions. (…) Pendant des décennies, le VVD, associé au PvdA et au CDA, a été un ardent défenseur du monde artistique. (…) Tout cela est la faute du PVV, estime le secteur culturel en réaction au projet de 200 M€ d’économies du secrétaire d’Etat libéral. (..) Mais Stef Blok, le président du groupe VVD à la Deuxième Chambre, n’a jamais caché ses idées sur les subventions. En 2004, il a publié dans le Volkskrant une tribune qui a suscité beaucoup d’émotion, où il expliquait qu’il fallait mettre fin à ‘la facilité avec laquelle beaucoup d’artistes se tournent vers l’Etat’ et se demandait pourquoi l’argent des contribuables devrait financer des manifestions culturelles. Deux courants s’opposent chez les libéraux, ceux qui estiment que l’art relève de l’intérêt général (F. Bolkestein, Atzo Nicolaï, Ed Nijpels) et ceux qui estiment qu’il relève de l’intérêt particulier (Han ten Broeke, Stef Blok). »

- PVV : Le Volkskrant constate que Geert Wilders a omis de mentionner sur les registres publics du Parlement, à la rubrique de ses activités extra parlementaires, la société « OnLiberty », inscrite sous son nom à la Chambre de Commerce et figurant à l’adresse de la Deuxième Chambre. « Cette société a pour objectif de recueillir et exploiter des droits de propriété intellectuelle. Le leader du PVV peut également l’utiliser pour gérer des investissements, des crédits et d’autres activités commerciales » (p.2).

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le Volkskrant mentionne la publication de la suite des mémoires de Jacques Chirac, « Le temps présidentiel ».

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 10/06/2011

Haut de page