Presse néerlandaise du vendredi 11 octobre 2013

- Trouw : Les victimes de trafic humain trop faiblement dédommagées.
- De Volkskrant : Les étudiants de Inholland victimes d’exigences plus élevées en fin d’études.
- AD Haagsche Courant : Un postier escroque le fisc.
- De Telegraaf  : La Russe ivre pas responsable.
- Het Financieele Dagblad : UPS se jette sur le marché de la grande consommation.
- NRC-Handelsblad : L’enlèvement du Premier ministre montre l’anarchie en Lybie.

* * *

Budget 2014

« Les partis proches d’un accord sur le budget », titre leVolkskrant ; « Le cabinet va payer cher pour le soutien [de l’opposition] », annonce le Telegraaf. « Selon des personnes bien informées », l’accord qui pourrait être conclu aujourd’hui ou durant le week-end avec le D66 et les partis chrétiens ChristenUnie et SGP revoit à la baisse l’alourdissement des charges, prévoit des mesures en faveur des familles et transfère de l’argent sur le budget de l’éducation : « Le ministère des Finances calcule l’impact des projets révisés sur les prévisions budgétaires ». Le Telegraaf estime que « D66 a obtenu cinq cent millions d’euros pour l’éducation, les partis chrétiens dans les quarante millions pour les familles avec des enfants ; ceux-ci demandent également de l’argent pour le ministère de la Défense. La pression fiscale sur les classes moyennes doit fortement baisser pour rendre le travail plus attractif. Les négociateurs tiennent compte d’un nouveau débat de politique générale sur l’accord obtenu avec le Premier ministre et les chefs des groupes parlementaires impliqués, combiné au débat budgétaire ».

Audiovisuel public

Le Volkskrant note qu’en dépit des manifestations organisées par le personnel de l’audiovisuel public contre les projets de réforme engagés par les gouvernements Rutte I et II (au total 300M€), une majorité parlementaire – VVD, PvdA et PVV – est favorable aux réformes proposées. Le VVD est d’avis que ce secteur doit apporter sa contribution à l’assainissement des finances publiques, alors que l’impact sur le public semble faible. Pour les libéraux, il faut veiller à assurer un financement par la publicité, au besoin en allongeant les blocs entre les programmes. Les sociétés de radio-télévision ont été contraintes par les premières réformes à fusionner, à produire des séries plus longues et à acheter davantage de programmes à l’étranger.

FMI-Déficit budgétaire

« Mauvais carnet de notes pour les Pays-Bas », annonce le Telegraaf Financier. Si le déficit budgétaire des Pays-Bas est estimé à 3,2% en 2014, en revanche, il devrait s’élever à 4,8% en 2015, 4,9% en 2016, 4,7% en 2017 et 4,4%, prédit le FMI. « Du fait du déficit, la dette de l’Etat va continuer d’augmenter. La norme est de 60%, mais à la fin de l’année, les Pays-Bas devraient atteindre 74,4%, pour arriver à 83,2% en 2018, le niveau de l’Espagne. Ce pronostique négatif se fonde également sur des dépenses croissantes dans les secteurs des retraites et de la santé ». Selon un porte-parole du ministère des Finances, les différences entre les chiffres du CPB et ceux du FMI s’expliquent par le fait que ce dernier considère l’impact des mesures d’austérité sur un an au lieu d’en calculer l’effet structurel sur plusieurs années.

La France dans les média néerlandais :

Le NRC consacre un reportage au « débat sur la nature du FN ».

Le Volkskrant explique que « Les parlementaires sont d’incorrigibles sexistes ».

Cette revue de presse est réalisée à partir des quotidiens suivants : Trouw (chrétien progressiste – 105.000 ex.) ; De Volkskrant (centre gauche – 262.000 ex.) ; AD Haagsche Courant (indépendant populaire – 430.000 ex.) ; De Telegraaf populaire – 605.000) ; Het Financieele Dagblad(financier - 62.500 ex.) ; NRC-Handelsblad(centre – 199.000 ex.)
Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Suivez nous sur www.twitter.com/FranceinNL.

Dernière modification : 09/09/2014

Haut de page