Presse néerlandaise du vendredi 11 juin 2004

La grande surprise des élections européennes aux Pays-Bas, dont les
résultats "officieux" mais fiables à plus de 99 % sont publiés et commentés
par tous les quotidiens ce matin, est l’entrée au Parlement européen, où il occupera
deux sièges, du nouveau parti "Europa Transparant" du fonctionnaire européen
Paul van Buitenen, l’artisan de la chute de la Commission Santer.

"Je ne suis pas beau et je n’ai pas d’argent, mais le message est
passé", a déclaré hier soir l’unique candidat de ce parti fondé pour lutter
contre la corruption et la fraude au sein des institutions européennes. "En tant que
parlementaire j’aurai plus de compétences pour m’attaquer aux irrégularités. Les
commissaires ne pourront plus balayer mes dossiers de la table." "Je suis
conscient d’avoir recueilli des votes protestataires. Mais je suis pro-européen, pas un
Pim Fortuyn. Les gens ont droit à une Europe meilleure."

Les résultats officiels définitifs ne seront publiés que le 15 juin
prochain.

  • NRC Handelsblad d’hier soir : "Sévères critiques à l’adresse du
    cerbère des finances - La Cour des Comptes qualifie l’AFM d’attentiste",
    "Les militaires resteront encore huit mois en Irak", "Remkes n’était pas
    au courant du groupe terroriste" (révélations des presse espagnole et italienne
    mercredi)
  • Trouw  : "Etonnante victoire de Van Buitenen - Le taux de participation
    de 39,1 pour cent aux élections européennes est beaucoup plus élevé que prévu",
    "L’euroscepticisme des électeurs néerlandais"
  • Algemeen Dagblad  : "L’Europe aura son poil à gratter - Taux de
    participation élevé, deux sièges pour Van Buitenen - M. Propre savoure sa
    vengeance
    ", "Pendant la Coupe d’Europe nous mangerons des pizzas"
    (stratégie de vente des supermarchés)
  • De Telegraaf  : "Le CDA reste le plus grand - Les électeurs
    récompensent Van Buitenen
    ", "Ray Charles est décédé"
  • de Volkskrant  : "Taux de participation élevé, le VVD perdant - Van
    Buitenen aura deux sièges à Bruxelles", "Chirac suggère Veerman pour un poste
    européen", "Van der Laan veut accorder sa chance à BNN" (avenir de
    l’organisation publique de radiotélédiffusion des jeunes)

* * *

Le dossier du jour : Elections européennes
aux Pays-Bas

" Pour la première fois, le taux de
participation aux élections européennes a augmenté aux Pays-Bas
", souligne le Volkskrant
dans son grand article à la une. " Mercredi plus de 39 pour cent des électeurs
ont exprimé leur suffrage, un tiers de plus qu’en 1999. Le VVD est le grand perdant
.
Ce parti perd deux de ses six sièges, ainsi qu’il ressort du décompte de 99,1 pour cent
des votes."

" Le CDA est en légère perte, mais reste le plus grand groupe
néerlandais du Parlement européen, avec 24,5 pour cent des votes. Le parti descend de
neuf à sept sièges. Cela lui en fait autant que le PvdA, qui gagne un siège
."

" Le premier ministre CDA Balkenende a qualifié le résultat
de" ’formidable vote de confiance’ pour son parti. Mais selon le leader PvdA Bos, les
électeurs ont sanctionné le gouvernement, puisque tous les partis gouvernementaux ont
reculé
."

" Le parti Europa Transparant du nouveau venu Paul van Buitenen
(’M. Propre’) entre au Parlement avec deux sièges
. L’ancien fonctionnaire de la
Commission européenne veut de nouveau exposer la fraude et la corruption à Bruxelles
."

"Le leader du groupe parlementaire VVD, Van Aartsen, les
responsables libéraux Hoogervorst (Santé publique) et Rutte (Affaires sociales) ont
donné comme explication du mauvais résultat la ’semaine corsée’ que le VVD a derrière
lui, avec la démission de leur collègue de parti la secrétaire d’Etat Nijs
(Enseignement) et la querelle avec l’ancien leader du parti Dijkstal."

" GroenLinks perd deux de ses quatre sièges . Buitenweg,
tête de liste, s’est néanmoins montré satisfaite. Les prévisions avaient été encore
plus pessimistes. Le D66 est réduit de moitié et garde un siège . Son chef de
file In ’t Veld est ’déçue’. Le leader du parti, Dittrich, a néanmoins constaté ’avec
soulagement’ que les Démocrates ne disparaîtront pas tout à fait du Parlement
européen. Le résultat a également été un grand revers pour la combinaison
ChristenUnie/SGP, qui perd un de ses trois sièges
."

" Le SP fait partie des gagnants, à côté du PvdA et d’Europa
Transparant. Les socialistes passent de un à deux sièges. La LPF et le Partij voor de
Dieren [parti pour le bien-être des animaux] n’ont pas recueilli suffisamment de votes
pour siéger à Bruxelles et Strasbourg
."

" Les Pays-Bas occuperont 27 des 732 sièges du nouveau
Parlement européen
. En 1999, avant l’élargissement de l’UE à dix nouveaux Etats
membres, les Pays-Bas avaient encore 31 sièges sur un total de 626.

"Le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Nicolaï, s’est
réjoui du taux de participation. Il a parlé de ’rupture de tendance’, parce que c’est la
première fois qu’il n’a pas baissé depuis que le Parlement est élu directement
(1979)."

" Le président du groupe parlementaire PvdA, Bos, estime que
les électeurs ont donné un coup de férule au gouvernement Balkenende. ’La coalition
arrive tout juste à 40 pour cent. Si c’est pas un signal, qu’est-ce qu’il vous faut ?’
"

"Selon le premier ministre CDA Balkenende, les élections
européennes ne sont pas un sondage d’opinion sur la popularité de son
gouvernement."

" C’est contre le gré de la Commission européenne que le
résultat néerlandais des élections pour le Parlement européen a été publié hier
",
remarque le Trouw à la une, dans une analyse. " Mais le résultat même
plaira encore beaucoup moins à la Commission. Les partis qu’on peut qualifier
d’eurosceptiques ont obtenu presque vingt pour cent des voix
. Les votes protestataires
ont été considérables hier."

Certes, Van Buitenen, connu pour avoir révélé une affaire de
corruption qui a fait tomber la Commission européenne, ne peut pas être qualifié
d’eurosceptique. "Mais le thème de sa campagne, la lutte contre le gaspillage et la
fraude, implique surtout les électeurs qui se méfient de Bruxelles et veulent tenir
l’Europe à une grande distance. D’autres partis ont un aspect eurosceptique plus net. Le
SP et la LPF ont mené une campagne nettement anti-européenne. Ajoutez-y le Partij voor
de Dieren, plus difficile à situer, et ce sont presque vingt pour cent des suffrages qui
sont allés à des partis qui ont leurs doutes sur l’unification européenne."

Commentaires

" Le premier ministre Balkenende a conclu que les électeurs
s’intéressent à l’Europe
", rapporte le Trouw . " C’est peut-être
un peu exagéré, mais on peut tout de même conclure de ce résultat que l’Europe
commence à les intéresser, bien que ce ne soit pas toujours dans un sens positif
."

Compte tenu de la portée européenne d’une bonne partie des votes, il
est hasardeux de ramener le résultat de ces élections à la situation à La Haye
,
comme c’est l’usage dans la politique néerlandaise, fait valoir le journal chrétien
progressiste. Les partis de la coalition ont en effet fortement perdu, surtout le
VVD qui est déboussolé depuis quelques semaines et qui semble s’enfoncer dans une crise
de leadership. Mais les trois partis de l’opposition de gauche ont à peine profité de ce
recul
."

"Pour tous les partis établis, ces élections, comme en 2002,
forment de nouveau une incitation à réorganiser les structures publiques. La sonnette
d’alarme tirée par Van Buitenen est devenue un puissant carillon à ces élections."

" Le fait que deux Néerlandais sur trois n’aient pas voté hier
ne peut pas être interprété comme une motion de censure contre Bruxelles
",
selon l’éditorialiste du Volkskrant (centre gauche). " Contrairement aux
élections d’il y a cinq ans, plusieurs partis ont adopté un profil eurosceptique : la
LPF et le VVD à droite, le SP à gauche et Europa Transparant de Paul van Buitenen comme
populiste indépendant. Mais ils n’ont pas pu faire de casse ensemble
."

" Les brûlots européens comme l’adhésion de la Turquie, le
cours de l’euro, le Pacte de stabilité et la Convention européenne controversée n’ont
joué qu’un rôle accessoire dans la campagne électorale
. C’est très regrettable ,
car l’Union européenne risque de crouler sous le poids de ses propres ambitions. C’est
ainsi que son expansion rapide hypothèque lourdement la gestion de l’UE et le calendrier
de Lisbonne, qui prévoit que l’économie européenne doit devenir la première du monde,
reste lettre morte."

"L’unique ambition des partis politiques était de mobiliser leur
propre base. Leurs chefs de file ont été mis à contribution à satiété pour cela. Il
faut espérer que le débat sur l’avenir de l’Union européenne finira par s’engager
."

" Presque 40 pour cent des électeurs ont voté hier aux
élections européennes
", constate l’ Algemeen Dagblad . " Ce n’est
toujours pas beaucoup, mais c’est tout de même une rupture de tendance par rapport à
toutes les élections précédentes
."

Le journal indépendant de Rotterdam estime que c’est dû au fait que
"la campagne électorale - à la différence de la Belgique, par exemple -
avait un caractère nettement européen". "Les projecteurs étaient bien
braqués sur les compétences du Parlement européen."

"On peut aussi tenir un raisonnement pratique. Il y a cinq ans,
les élections européennes ont suivi les élections nationales et provinciales, les
électeurs en avaient assez des urnes. Cette fois-ci, c’était la première fois devient
l’avènement de Balkenende II qu’ils pouvaient porter un jugement sur la politique
nationale. C’est attrayant pour les électeurs. Le VVD doit prendre à cœur le
résultat, il a clairement été sanctionné
."

" Les électeurs ne s’enthousiasment pas pour ce Parlement et
cela se comprend
", fait valoir le populaire De Telegraaf . "Non
seulement il doit partager ses compétences avec d’autres institutions comme la Commission
européenne et le conseil des ministres, il lui manque aussi une démarcation claire des
partis gouvernementaux et des partis d’opposition et il s’occupe de nombreuses questions
qui ne touchent pas ou ne semblent pas toucher directement les citoyens."

" L’élément le plus frappant du résultat électoral est le
succès du champion de la lutte contre les irrégularités financières dans l’UE, Paul
van Buitenen. Sans la moindre campagne il a été soutenu par six pour cent des
élections, une performance de taille qui souligne les hésitations des Néerlandais
vis-à-vis de l’Europe
."

 

Actualité internationale

Union européenne : Commission

" Le président français Chirac a demandé personnellement au
premier ministre Balkenende si le ministre de l’Agriculture, Veerman, voulait poser sa
candidature au commissariat européen à l’Agriculture
", annonce le Volkskrant
à la une. "Durant un récent entretien téléphonique, Chirac a assuré qu’il
’soutiendrait de tout cœur’ la candidature de Veerman, annoncent des sources bien
informées proches du gouvernement."

" Veerman est également tenu en haute estime par son homologue
allemand Künast. Avec le soutien des deux plus grands Etats membres de l’Union
européenne, le responsable CDA a de bonnes chances d’obtenir le lourd portefeuille de
l’Agriculture
. A ce qu’on dit, le ministre acceptera presque certainement la haute
fonction européenne s’il est sollicité."

" L’enthousiasme français pour Veerman est la conséquence du
rôle qu’il a joué l’été dernier dans le renflouement des négociations sur l’avenir de
la politique agricole commune
. Grâce à la médiation de Veerman un grand conflit
entre le ministre français Gaymard et le commissaire agricole Fischler a pu être
apaisé. Gaymard et Fischler lui en ont été très reconnaissants. Chirac avait déjà
fait savoir à Balkenende, à l’époque, qu’il ’n’oublierait pas’ l’action de Veerman. Il
s’est avéré le mois dernier que ce n’étaient pas des paroles en l’air. Chirac a pris
contact avec le premier ministre pour lui exprimer son soutien à Veerman."

" Le premier ministre Balkenende a laissé transparaître les
dernières semaines qu’il souhaitait obtenir un portefeuille financier et économique pour
le commissaire européen néerlandais
. L’ancien ministre des Finances Ruding (CDA) est
un candidat possible. Le VVD a mis en avant l’ancienne ministre Kroes."

" Certaines personnes impliquées à La Haye se demandent si la
préférence de Balkenende pour un poste financier a des chances d’être honorée. Paris
et Bonn n’ont pas oublié les vives critiques du ministre des Finances Zalm sur le
déficit budgétaire de la France et de l’Allemagne
."

Pays-Bas - Irak

" Le PvdA fera savoir la semaine prochaine s’il soutient la
prolongation de la mission néerlandaise en Irak
", note le Trouw (p.3)
dans une analyse. " Il semble de moins en moins probable qu’il dise ’non’ ."

"Le leader PvdA Bos s’est entretenu longuement de la mission en
Irak avec le premier ministre Balkenende, hier. Les sociaux-démocrates de Wouter Bos
approuveront-ils ou non la prolongation de la présence néerlandaise en Irak après le
1er juillet ? Le PvdA fait durer le suspense."

"Certes, le soutien du PvdA n’est pas nécessaire pour obtenir une
majorité parlementaire, mais le gouvernement tient à bénéficier d’un large soutien au
Parlement à cette opération à risque" (également De Telegraaf p.3, Algemeen
Dagblad
p.5).

 

Presse hebdomadaire

Le dossier de Vrij Nederland a pour thème
le "bricoterrorisme" : "Qui sont les fous qui menacent nos politiques
 ?" "Depuis le meurtre de Fortuyn, il est à la mode de faire peur anonymement
aux politiques. Ayaan Hirsi Ali, Jozias van Aartsen et la femme du premier ministre ne
sont que quelques-unes des récentes victimes. Qu’est-ce qui pousse les agresseurs ?"
Selon l’hebdomadaire progressiste de nouveaux meurtres politiques ne peuvent être
prévenus que si on sonne l’alarme à chaque menace, aussi confuse soit-elle.

Sollicité pour la rubrique Het interview, le rédacteur en chef
du quotidien populaire "De Telegraaf", Johan Olde Kalder (60 ans), annonce qu’il
restera encore deux ans. Olde Kalder, durant les treize ans qu’il a dirigé sa rédaction,
a vu le premier journal des Pays-Bas passer d’une position "considérablement à
droite" au "centre droit". "Plus on grandit, moins sa position est
prononcée. Les extrêmes sont aussi moins distants. Les vieux points de vue du Telegraaf
sont presque les points de vue actuels du PvdA. Certainement s’agissant de la criminalité
et des problèmes de la société multiculturelle."

L’hebdomadaire indépendant HP/De Tijd s’intéresse à "la
montée de Nieuw Rechts", la nouvelle droite, un "parti nationaliste et
controversé" dont il suit la première campagne électorale à Eindhoven. Nieuw
Rechts est contre Bruxelles, ses fonctionnaires et ses directives, contre l’élargissement
de l’UE et surtout contre l’adhésion de la Turquie. "La tête de liste Michiel Smit
est harcelée par les antifascistes et les squatters, mais il n’a plus peur. ’Plutôt la
mort que la lâcheté’."

On notera aussi un article eurosceptique dans la perspective des
élections européennes ("Les mythes de l’Europe") et trois pages sur Jan
Blokker, chroniqueur du quotidien "de Volkskrant", qui sera bientôt nommé à
Groningue docteur honoris causa ès sciences sociales, "une discipline qu’il a
toujours éreintée". "En milieu universitaire, beaucoup s’étonnent de
l’honneur fait au ’grand-maître dans l’art hollandais de geindre’."

Elsevier présente l’édition 2004 de "Ceux qui sont à la
hausse et ceux qui sont à la baisse à La Haye". Le magazine conservateur a
interrogé plus de cent initiés et dressé diverses listes en partie dépassées,
notamment par les récents événements en milieu VVD. Les personnalités politiques les
plus influentes : Jan Peter Balkenende, Gerrit Zalm, Jozias van Aartsen, Maxime
Verhagen, Piet Hein Donner, Wouter Bos, Herman Tjeenk Willink (vice-président du Conseil
d’Etat). Les personnalités politiques les plus surestimées : Wouter Bos, Ayaan
Hirsi Ali, Jan Peter Balkenende, Jozias van Aartsen, la Reine Beatrix, Thom de Graaf,
Geert Wilders, Jan Marijnissen.

Sur le plan fiscal, Elsevier met en garde les Néerlandais
vivant en union libre et propriétaires d’une résidence secondaire en France : ils ne
peuvent pas toujours compter sur un traitement avantageux.

Il y a aussi un article illustré sur les six projets de "grands
travaux" à Paris, intitulé "La Belle au bois dormant" et signé Olivier
van Beemen. L’architecte néerlandais Rem Koolhaas est des présentateurs de projet.

Dernière modification : 02/07/2004

Haut de page