Presse néerlandaise du vendredi 11 août 2006

La une des journaux est dominée ce matin par les photos illustrant les mesures de sécurité renforcées prises dans les aéroports, plus particulièrement concernant les bagages à main, à la suite des attentats déjoués par la police britannique.

Trouw : Chaos dans les aéroports
Volkskrant : Un deuxième 11 septembre évité
Telegraaf : Le monde de l’aviation a peur
Algemeen Dagblad : De nouveau sous l’emprise de la terreur

* * *

AFFAIRES INTERNATIONALES

Terrorisme

Deux éditoriaux sont consacrés à la lutte contre le terrorisme.

Pour le NRC-Handelsblad d’hier soir, cette « nouvelle alerte » en Grande-Bretagne montre que « le terrorisme n’a pas disparu. Il s’est niché au sein de la société. En une matinée, le monde en entier se trouve en état d’alerte du fait de personnes mal intentionnées qui auraient projeté de faire exploser des bombes dans leurs bagages à main. Le travail des services de police britanniques a permis de l’empêcher, mais les conséquences n’en sont pas moins importantes et déstabilisatrices pour la vie publique. (...) La nature du terrorisme réside en partie dans la menace qu’il représente. Même si les autorités parviennent à déjouer des attentas, la société tremble et la vie s’arrête. Il y a toujours des dégâts, au plan financier comme au plan moral. (...) Une société démocratique ouverte ne peut pas aller trop loin dans les mesures anti-terroristes. Mais la demande de mesures plus énergiques et de possibilités juridiques plus étendues va continuer de croître ; il faudra résister à cette tentation. Une nouvelle législation dans ce domaine est généralement superflue. Qu’il s’agisse du Royaume Uni ou des Pays-Bas, le patient travail des enquêteurs ne nécessite pas, pour remporter des succès, de lois supplémentaires qui entravent la liberté des citoyens innocents. »

Selon le Telegraaf, « l’arrestation hier en Grande-Bretagne de 21 terroristes présumés (...) a rappelé au monde que le terrorisme est toujours bien vivant et continue de constituer une menace pour la société. Il est donc nécessaire de rester vigilant et de disposer d’un arsenal de mesures sévères pour étouffer toute menace de musulmans fondamentalistes. Cela vaut également pour notre pays, même si nous ne sommes pas directement concernés par ces complots terroristes. Cela pourrait un jour être le cas. Le fait que les terroristes projetaient de commettre leurs attentas dans des avions oblige les pouvoirs publics, les aéroports et les compagnies d’aviation à se demander si leurs mesures de sécurité sont suffisantes, plus particulièrement en ce qui concerne la lutte contre la menace chimique. Les citoyens doivent pouvoir de continuer de voyager en tout quiétude. Il est impossible de garantir une sécurité absolue. Les terroristes essaieront toujours d’être plus habiles que les pouvoirs publics et les organisations qu’ils veulent atteindre. De ce point de vue, ils ne sont pas très différents des organisation criminelles ‘normales’ qui menacent la société ».

Liban

Le Trouw fustige ce matin le « manque d’unité de l’UE », qui ne serait qu’un « poids mort » dans la recherche d’une solution à la crise du Moyen-Orient. « Les pays européens ont serré les coudes pour conjurer les risque de la guerre. L’Europe devrait considérer qu’il est de son devoir de répandre ce message dans le monde. Au lieu de cela, les pays européens font preuve d’hostilité entre eux, comme l’a rappelé fort justement cette semaine le ministre des affaires étrangères finnois, Tuomioja ».

Dans le même Trouw, Rob de Wijk, de l’institut de sciences politiques Clingendael, explique qu’après « un mois d’hostilités, la stratégie militaire d’Israël est claire. Mais quels sont ses objectifs politiques ? (...)Les résultats de la stratégie choisie sont d’énormes destructions qui affectent à peine le Hezbollah. Ces destructions ont valu à Israël de multiples critiques, mais leur disproportion et leur absurdité apparentes semblent receler la clef de leur véritable objectif. Tout semble indiquer que c’est une guerre indirecte contre Téhéran qui se déroule et que les destructions considérables sciemment infligées sont un signal politique en direction de Téhéran. Si l’on tient ce raisonnement, le message est sans équivoque : si l’Iran ne met pas fin à ses tentatives de domination régionale, ne renonce pas aux armes nucléaires dont il a besoin pour cela et n’arrête pas de menacer Israël, Israël n’hésitera pas à avoir recours à la violence contre l’Iran. Dans cette logique, Israël est en train de menacer indirectement l’Iran d’une guerre nucléaire à travers une opération de violence et de destruction de grande ampleur menée au Liban. Est-ce chercher trop loin ? Je n’arrive pas à expliquer autrement pourquoi les stratèges israéliens ont opté pour une méthode qui provoque surtout de nombreuses souffrances et risque de renforcer la position du Hezbollah. En outre, cette hypothèse, peut-être cynique, exprime une pensée stratégique parfaitement logique, à laquelle on peut s’attendre de la part d’un pays qui se sent menacé dans son existence par l’Iran ».

ACTUALITE INTERIEURE

Elections législatives

C’est aujourd’hui une secrétaire d’Etat CDA qui annonce qu’elle ne souhaite pas figurer sur la liste des chrétiens-démocrates aux élections du mois de novembre : Mme Clémence Ross (santé) a fait savoir qu’elle a rempli ses fonctions « avec beaucoup de plaisir. L’heure est venue de faire autre-chose ». Elle espère, indique le Telegraaf, « trouver un poste de direction dans le secteur de la santé ou du sport ».

Les multiples déclarations faites ces derniers jours par différents responsables concernant leur vœu ou non de poursuivre une carrière politique fait dire au Het Parool que « la politique professionnelle est en voie de disparition ».
« A chaque élection, la liste des politiques qui veulent embrasser une autre carrière s’allonge, plus particulièrement au Parlement. ‘Le politique professionnel est en voie d’extinction’, estime l’historien Peter van der Heiden. Pour beaucoup, être député est un métier comme un autre au lieu d’être une vocation. ‘Beaucoup se demandent si cela s’intègre dans leur parcours professionnel’. Dans le passé, on devenait ministre dans l’intérêt de la nation, maintenant, c’est une étape d’une carrière professionnelle. Selon Marjet van Zuilen, qui a quitté les rangs du PvdA il y a six ans pour prendre un poste chez Deloitte &Touche, l’un n’exclut pas l’autre : ‘il arrive de moins en moins souvent que l’on passe toute sa vie dans la politique mais cela ne veut pas dire que les politiciens actuels soient moins passionnés par leur travail. Pour les gens de moins de quarante ans, la politique et l’entreprise ne sont plus deux circuits séparés’. (...) Selon van der Heiden, la rémunération des responsables politiques joue également un rôle. ‘On peut gagner beaucoup plus dans le privé’. A cela s’ajoute le fait que la politique a perdu une grande part de son prestige. ‘Willem Drees, le leader PvdA, était considéré avec beaucoup de respect ; cela n’est plus le cas pour Wouter Bos. La distance entre la politique et les citoyens a considérablement diminué’. Pour Bas van der Vlies (député SGP depuis 25 ans) la politique risque de devenir un moulin où les ’chasseurs de carrière’ vont et viennent, avec pour conséquence un manque d’expérience et de compétence. C’et une mauvaise chose, estime-t-il. ‘Il n’y a que 150 députés. A mes yeux, cette fonction est une des plus élevées qui soit. Nous devons faire attention que le passage au parlement ne serve pas de tremplin de carrière’ ».

Ministre de l’agriculture

Le Trouw annonce que « Veerman, amère, tourne le dos à la politique ».
« Le premier ministre, M. Balkenende, a fait savoir en début de semaine que le ministre CDA de l’agriculture n’avait pas transgressé la réglementation sur l’utilisation des véhicules de fonction. (...) Les partis d’opposition ne se satisfont pas de ses explications. On ignore encore à quelles difficultés le ministre peut s’attendre à son retour de vacances. Veerman en est à son dernier mandat de ministre, il a déjà fait connaître son souhait de s’arrêter après les élections. Il est actuellement tellement écœuré par toute l’agitation causée par cette affaire de voiture de fonction qu’il ne veut plus entendre parler de la fonction publique. Il a déclaré hier au Reformatorisch Dagblad : ‘je sais d’ores et déjà qu’après ce poste de ministre, je n’accepterai plus aucun poste dans la fonction publique. Si par hasard l’idée m’avait encore effleuré, maintenant, c’est bien fini, j’ai eu ma ration’ ».

Electorat catholique

Le député CDA Jos Hessels a déclaré dans le Katholiek Nieuwsblad qu’un « catholique qui devient membre de la ChristenUnie renie sa propre foi », relève le Trouw (p1 et . 5 du Verdieping).
« Son raisonnement est le suivant : le parti protestant ChristenUnie fonde son action politique entre autres sur le catéchisme d’Heidelberg de 1563, qui stipule que ‘la messe romaine est une abominable idolâtrie’. »
Le Trouw remarque que « le CDA est préoccupé par la perte d’électeurs qui se tournent vers la ChristenUnie. Le président du groupe ChristenUnie au parlement, André Rouvoet, précise qu’il n’est pas nécessaire de souscrire au catéchisme d’Heidelberg pour devenir membre de la ChristenUnie : ‘tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus et veulent Le suivre en politique peuvent devenir membre’ ».

AFFAIRES FRANCAISES

Le correspondant du Volkskrant en France consacre un grand article aux Tables d’hôtes.

Dernière modification : 11/08/2006

Haut de page