Presse néerlandaise du vendredi 14 décembre 2007

Plus de cent mille ménages du Tielsewaard et du Bommelerwaard, en Gueldre, sont privés d’électricité depuis mercredi soir, un hélicoptère de combat Apache ayant coupé des câbles haute tension lors d’un vol d’entraînement. Les écoles étaient fermées hier, de même que beaucoup de magasins et de supermarchés. La compagnie d’énergie Nuon a installé des groupes électrogènes dans les établissements de soins et la police et d’autres services d’aide parcourent la région pour prêter assistance aux personnes dépendantes d’équipements médicaux.
Le ministère de la Défense ouvre une enquête sur l’accident. Les deux pilotes, expérimentés selon le ministère, sont indemnes.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "UE : les partis de droite s’emparent du thème de l’environnement", "’Plus de glace au Pôle Nord durant l’été 2013’", "Les banques centrales interviennent de nouveau dans la crise du crédit"
De Telegraaf (populaire) : "Nombre record de voitures flashées - Surtout de très petites infractions", "Une partie de la Betuwe restera privée d’électricité aujourd’hui - Pas d’ascenseur - Pas de pilules - Pas de cours"
Trouw (chrétien progressiste) : "Des milliers de personnes sans électricité jour et nuit - Excuses du ministre Van Middelkoop"
de Volkskrant (centre gauche) : "Centres hospitaliers : 20 000 erreurs [en 2005] - L’Inspection n’a pas d’informations sur la gravité des erreurs de médication", "Croissance des exportations d’armes néerlandaises", "Les poulets biologiques ne sont pas plus sains", "Panne de courant"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Des données sensibles de dizaines de milliers de personnes accessibles à tous - La caisse maladie CZ essaie de réparer le point faible de son site", "Des denrées alimentaires à la poubelle à cause de la panne de courant"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Traité modificatif de l’UE

"Le gouvernement néerlandais n’a pas tellement de raisons d’être fier", remarque l’éditorialiste du NRC Handelsblad d’hier soir à propos de la signature à Lisbonne du Traité modificatif de l’Union européenne. "Le fait que les électeurs, lors du référendum du 1er juin 2005, aient voté ’non’ au traité constitutionnel précédent était déjà imputable au gouvernement Balkenende de l’époque. En menant une campagne publicitaire infantile et en adoptant une attitude apolitique, Balkenende II avait attiré le malheur sur lui-même."
"Le gouvernement s’est insuffisamment revanché depuis. Il suggère même maintenant que le nouveau Traité modificatif tient compte des souhaits néerlandais, sur des points cruciaux. Ce n’est pas le cas. Et ce qui est plus grave, c’est que les Pays-Bas ont toujours une position faible à l’intérieur de l’Europe. Bien que le gouvernement n’ait pas pu éviter le référendum et qu’il ait été en compagnie des Français, il a oublié que 18 pays ont ratifié le premier traité constitutionnel. Cette facture lui sera présentée un jour."
"C’est une perspective d’autant moins attrayante que le gouvernement Balkenende IV n’a pas non plus un profil européen prononcé. Le premier ministre ne fait pas l’impression de chérir la politique étrangère. C’est également vrai pour le ministre Verhagen, qui laisse le portefeuille européen au secrétaire d’Etat Timmermans, lequel a même représenté les Pays-Bas à la Conférence sur le Moyen-Orient à Annapolis (Etats-Unis). Timmermans est infatigable. C’est louable, mais pour les Pays-Bas et pour l’Europe il vaudrait mieux que le gouvernement tout entier travaille au projet européen."

Dans une brève interview au Volkskrant (p.5), le secrétaire d’Etat Frans Timmermans explique : "Mon appel aux citoyens qui ont rejeté la Constitution européenne est le suivant : faites de votre irritation générale une irritation précise, sinon je ne peux rien en faire du point de vue politique. Obligez les politiques à prendre des positions concrètes ! Les citoyens pourront alors porter un jugement aux élections, par exemple en ne votant pas pour des partis qui battent le tambour national, comme le SP et le PVV de Wilders."
Question du journaliste Theo Koelé : "Vous parlez de ’l’introduction’ du traité. Vous faites appel à une agence de publicité. Celle-ci ne doit-elle pas ’vendre’ quelque chose ?". Réponse du secrétaire d’Etat : "L’Etat ne fait-il pas appel à des professionnels pour une campagne contre l’homophobie ou le surpoids ? Nous n’avons pas les connaissances et l’expérience nécessaires. En outre, je veux encore débattre avec la Chambre de la manière de fournir des informations aussi neutres que possible à un public aussi large que possible.’
"Vous commencez le débat parce que le Traité européen est signé. Mais tous les pays de l’UE doivent encore le ratifier." "La partie n’est pas encore gagnée. Un référendum sera tenu en Irlande. Ce pays a beaucoup profité de son adhésion à l’UE. Aux Pays-Bas, qui ont peut-être bien profité le plus de ’l’Europe’ ces dernières décennies, la population a rejeté la Constitution européenne. Il faut attendre."

ACTUALITE INTERIEURE

Travailleurs polonais

"Les pays qui connaissent le succès économique attirent des travailleurs de l’extérieur", remarque l’éditorialiste du NRC Handelsblad d’hier soir. "Il en a toujours été ainsi et il en sera toujours ainsi. Les pays les plus prospères d’Europe, comme la Grande-Bretagne, l’Irlande et maintenant les Pays-Bas, emploient des Polonais. Ceux-ci prennent des emplois dans l’horticulture, l’agriculture et le bâtiment dont personne d’autre ne veut. Pourtant, on s’en inquiète brusquement."
"C’est à tort. Il ne s’agit pas d’une nouvelle vague d’immigration permanente. La Pologne, en effet, fait partie d’un marché du travail unique depuis son adhésion à l’Union européenne. Nous n’avons donc aucune raison de faire brusquement des exceptions à la libre circulation des personnes dans l’Union européenne. Les gens sont libres de venir travailler temporairement aux Pays-Bas et de retourner ensuite chez eux."
"Il n’empêche que l’afflux rapide de travailleurs étrangers ne se passe pas toujours sans problème. Beaucoup étant ici à titre temporaire, ils ne parlent pas notre langue et ne l’apprennent pas non plus." "Les Polonais sont aussi victimes du manque de logements aux Pays-Bas, qui rappelle la crise du logement des années quatre-vingts et quatre-vingt-dix [...]. En outre, beaucoup d’entre eux se font exploiter par des marchands de sommeil."
"Les villes estiment à juste titre que les agences de travail temporaire et les employeurs qui font venir des Polonais doivent assurer leur logement en première instance. L’Etat, lui, doit veiller plus sévèrement au respect des conditions de travail et lutter contre les agences véreuses. C’est à juste titre que cinquante communes ont réclamé de telles mesures mercredi à Rotterdam, au ’Sommet sur les Polonais’. Et surtout, les nouveaux Européens ne doivent pas travailler dans des conditions qui ne sont pas autorisées pour les Néerlandais. C’est aussi valable pour les Roumains et les Bulgares qui pourront venir en 2009."

Armements

"Les Pays-Bas sont en train de devenir un éminent exportateur d’armements", relève le Volkskrant à la une. "L’an dernier, les autorités ont accordé des licences d’exportation d’armes et de matériel militaire d’une valeur de plus de 1,1 milliard d’euros. Cela fait des Pays-Bas le cinquième exportateur d’armes du monde. Dans les années quatre-vingts et quatre-vingt-dix les Pays-Bas ne figuraient généralement pas parmi les dix premiers exportateurs de matériel militaire."
"C’est ce qu’on peut lire dans une analyse des Licences d’exportation d’armes en 2006, qui constitue ’le rapport annuel alternatif sur le commerce d’armes’ et que la Campagne contre le Commerce d’armes vient de publier."
"Les plus grands acheteurs d’armements néerlandais (navires, équipements high-tech et vieux matériel militaire) en 2006 étaient des pays relativement pauvres. L’Indonésie a acheté deux corvettes des chantiers navals De Schelde, pour 278 millions d’euros. Thales Nederland a fourni l’électronique de huit frégates allant au Venezuela via l’Espagne (196 millions) et le Chili a déboursé 98 millions d’euros pour l’achat de vieux chasseurs F-16 néerlandais."
"Les conclusions du rapport sont remarquables", souligne le journal de centre gauche, "car la plupart des gens ne considèrent pas les Pays-Bas comme un producteur ou exportateur d’armements. ’Nous nous présentons comme un pays phare dans le domaine des droits de l’homme, mais nous exportons des armes vers des pays qui ont mauvaise réputation dans ce domaine’, dit le chercheur Frank Slijper. ’En outre l’Etat porte parfois deux casquettes. Il est difficile d’être sévère envers un pays auquel on veut vendre du matériel de défense surnuméraire’."
Un article de fond suit en page 9.

Personnalités politiques de l’année

"Le public a désigné la députée Rita Verdonk comme meilleure personnalité politique de l’année", note le Telegraaf (p.3). "Mais les parlementaires de la Deuxième Chambre, qui ont également voté, sont d’un autre avis. Ils estiment au contraire que la fondatrice du mouvement Trots op Nederland [Fiers des Pays-Bas] est l’une des plus mauvaises parlementaires de cette année. C’est ce qui est apparu hier soir durant le programme télévisé EénVandaag, qui organise cette élection chaque année. Un panel de 24 000 personnes, dont 18 pour cent ont voté pour elle, a désigné Verdonk comme vainqueur. Les gens considèrent l’ex-députée VVD comme fiable et apprécient son langage clair."
"Verdonk a laissé Geert Wilders du PVV derrière elle. La troisième place a été accordée au premier ministre Jan Peter Balkenende, que les députés ont désigné comme le meilleur. ’L’an dernier, le leader SP Jan Marijnissen avait emporté cette élection" (également de Volkskrant p.3).

Agence de presse GPD

Plusieurs journaux annoncent que le Ministère public va engager des poursuites contre trois fonctionnaires du ministère des Affaires sociales. Ils sont soupçonnés d’intrusions régulières dans un réseau informatique à accès limité de l’agence de presse GPD (cf. presse du 5 novembre dernier) (NRC Handelsblad d’hier soir pp.1 et 3, Trouw p.9, AD Haagsche Courant pp.10-11, de Volkskrant p.22).

PRESSE HEBDOMADAIRE

Elsevier publie d’ores et déjà son "Numéro de Noël", qui compte 276 pages et offre surtout des interviews et quelques articles sur l’histoire contemporaine : le rôle joué par l’ancien ministre PvdA des Affaires étrangères Max van der Stoel en Grèce, où il a réussi à isoler internationalement le régime des colonels ; le gouvernement Lubbers III ; les activités aux Pays-Bas du groupe terroriste allemand RAF...
Parmi les nombreuses interviews figure un entretien avec le premier ministre Jan Peter Balkenende alors qu’il venait de rentrer de Bruxelles. "J’ai dit que l’euroscepticisme et l’euronégativisme ne sont pas ma tasse de thé, parce que notre avenir est en Europe. Certains disent qu’il faut supprimer le Parlement européen. Et bien, je ne suis pas de cet avis. Ou alors la suggestion qu’il ne faut pas renoncer aux droits de veto. Ce n’est pas raisonnable : je n’aimerais pas que dans le domaine de la durabilité le dernier à freiner puisse tout bloquer en Europe. J’ai vu dans les négociations comment certains pays usent, ou abusent, de leur droit de veto pour bloquer la dernière mesure vraiment nécessaire dans l’intérêt des autres pays."
Le prince héritier Willem-Alexander parle de gestion des eaux et Ayaan Hirsi Ali confie à Rik Kuethe, à Paris : "Mes amis me manquent, la bicyclette me manque, de même que l’humour." Guy Verhofstadt, premier ministre démissionnaire de Belgique dit à Bruxelles : "Quoi qu’on puisse penser et écrire à l’étranger, la Belgique ne tombera pas dans le gouffre."

HP/De Tijd s’est entretenu avec Geert Wilders. "L’islam est plutôt une idéologie qu’une religion. Le professeur Urbain Vermeulen, en Belgique, l’a bien expliqué. Et aussi l’arabisant Hans Jansen, entre autres dans un petit livre très intéressant publié à New York il y a dix ans : The Dual Nature of Islamic Fundamentalism. L’islam domine tout, du droit patrimonial aux questions sociales et politiques. En outre, l’islam est fondamentalement impérialiste." "Les réactions de panique à mon projet de film sont un cas typique de dhimmitude  : l’attitude soumise que les musulmans exigent des non-musulmans."

Vrij Nederland, dont le numéro de décembre est également double, a interviewé l’ex-ministre CDA des Affaires étrangères Ben Bot. L’ancien diplomate dit à propos du gouvernement Balkenende IV : "Wouter Bos est un garçon brillant, mais difficile à cerner. On ne sait jamais ce qu’il pense au juste. Ce gouvernement ressemble à un mauvais mariage, celui d’un couple qui ne reste ensemble qu’à cause des enfants. Seule la peur d’une victoire électorale de Wilders et de Verdonk les empêche de se séparer."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Volkskrant (p.7) et le Trouw (p.10) mentionnent la condamnation à la prison à perpétuité d’Yvan Colonna.

Dernière modification : 19/08/2008

Haut de page