Presse néerlandaise du vendredi 16 mars 2007

L’aéroport de Schiphol sera bientôt doté d’un scanner corporel pour détecter les avaleurs de boulettes. Les fouilles corporelles, qui font l’objet de vives critiques de la part des autorités surinamiennes et antillaises, pourront ainsi être réduites au strict minimum. L’appareil, dont l’installation était prévue depuis longtemps, sera placé sur l’embarcadère G à partir de mai.
En 2006, plus de 9 000 kilogrammes de cocaïne ont été interceptés aux Pays-Bas. 4 500 kg étaient cachés dans des cargaisons maritimes, 3 200 kg étaient passés par des voyageurs et 1 200 kg se trouvaient dans des colis expédiés par avion.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Un membre d’Al Qaeda ’reconnaît’ son rôle dans les attentats", "Le public préfère rire - Les grands théâtres inscrivent de moins en moins de pièces à leur programme", "Le projet de satellites européens Galileo en crise"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Schiphol aura un scanner corporel pour les avaleurs de boulettes - Les fouilles controversées seront bientôt superflues", "450 supermarchés changent de propriétaire -Les consommateurs s’irritent"
de Volkskrant (centre gauche) : "Marche digne à Ondiep" (reportage d’Utrecht), "Des sanctions contre l’Iran en vue" (correspondance de New York), "Le fisc connaît les données des comptes au Luxembourg"
Trouw (chrétien progressiste) : "Le gouvernement doit dérouler un tapis rouge pour les travailleurs de la connaissance - Des migrants de formation supérieure sont nécessaires"
De Telegraaf (populaire) : "Des virus passent des plantes à l’homme", "Veillée funèbre silencieuse à Ondiep"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Srebrenica

"Les militaires néerlandais ont pris congé de la Bosnie après presque quatorze ans", écrit le Telegraaf (p.5) depuis Banja Luka, "mais le massacre de presque 8 000 musulmans dans ’l’enclave sûre’ de Srebrenica ne devra jamais être oublié, selon le nouveau ministre de la Défense, Eimert van Middelkoop."
"Van Middelkoop sait de quoi il parle. En tant que député, il a été le porte-parole pour les affaires étrangères du GPV, puis de la ChristenUnie, pendant seize ans. Il a soutenu l’envoi du Dutchbat, le premier bataillon de militaires de carrière, à Srebrenica. Il a vu les choses mal tourner et a été l’un des rares politiques à avoir le courage, par la suite, de reconnaître son tort devant la commission d’enquête parlementaire qui a étudié cette débâcle. ’J’étais en désaccord avec le premier ministre Kok, qui a déclaré à l’époque que nous étions responsables, mais pas coupables. Nous avions fait une promesse de sécurité, mais nous ne l’avons pas tenue. Cela entraîne un élément de culpabilité. Nous étions responsables de notre propre naïveté’, dit-il à Banja Luka, dans la partie serbe de la République de Bosnie-Herzégovine, lors de sa première visite de travail officielle en tant que ministre."
"Avec Srebrenica, les forces armées néerlandaises ont entamé un processus d’apprentissage qui a débouché sur l’armée professionnelle actuelle, pleinement expéditionnaire, selon Van Middelkoop. Il rappelle les leçons politiques qui en ont été tirées : ’Nous avions sous-estimé la force du nationalisme ethnique. Personne n’avait prévu qu’il serait si violent, et encore moins qu’il déboucherait sur un massacre. Nos militaires y sont allés insuffisamment armés. On nous volait du matériel sous nos yeux et nous avons subi des humiliations. Plus tard, nous avons dit : plus jamais dans des circonstances comparables et plus jamais seuls ! Et depuis nous n’agissons plus que dans le cadre de l’OTAN ou avec un grand allié’."

ACTUALITE INTERIEURE

Travailleurs de la connaissance

"De plus en plus de travailleurs de la connaissance viennent aux Pays-Bas", relève le Trouw dans son grand article à la une. "Mais ils sont loin d’être suffisants, estime le Conseil social et économique (SER)."
"Les Pays-Bas sont en retard dans la lutte mondiale pour les talents étrangers, par rapport à d’autres pays européens et encore plus par rapport aux Etats-Unis et au Canada. Le SER, aujourd’hui, approuvera probablement une recommandation au gouvernement, le priant de dérouler un tapis rouge pour les travailleurs de la connaissance. Le président du SER, Rinnooy Kan, qui a initié la recommandation, estime que les Pays-Bas doivent adopter une attitude beaucoup plus positive vis-à-vis de ces migrants du travail. Ils peuvent donner une forte impulsion à l’économie de la connaissance et à la compétitivité des Pays-Bas. Actuellement, les migrants de formation supérieure doivent vaincre trop d’obstacles pour venir travailler ici."
"Pourtant, il y a du progrès, disent les entreprises et institutions qui essaient de recruter des travailleurs de la connaissance dans le monde entier. Il ressort des derniers chiffres du Service d’immigration et de naturalisation (IND) que 3 900 migrants hautement qualifiés sont venus aux Pays-Bas l’an dernier, deux fois plus que l’année d’avant. La plupart venaient d’Inde, des Etats-Unis, du Canada et du Japon. Ils travaillent surtout dans les NTIC, la prestation de services et l’industrie ou auprès d’instituts scientifiques et d’universités."
"Selon un porte-parole de l’IND, c’est surtout l’instauration d’un guichet unique pour les travailleurs de la connaissance qui a amélioré la situation. L’IND peut ainsi décider en quelques semaines d’accorder ou de refuser un permis de séjour. En outre, un accord a été conclu avec 2 300 entreprises employant au moins dix travailleurs de la connaissance. Ces employeurs se portent garants de leurs personnels étrangers et de leur famille, en échange d’une admission souple. Le SER veut que ce système s’applique également aux petites entreprises."
"Le SER recommande aussi de retenir les étudiants et les jeunes scientifiques étrangers. On estime à 10 000 ou 12 500 le nombre d’étudiants venant de pays non occidentaux. La plupart viennent d’Asie (30 pour cent de la Chine)."
"Il ressort d’une enquête effectuée auprès des étudiants de l’Université d’Amsterdam que 46 pour cent souhaitent rester aux Pays-Bas. Mais les exigences posées sont beaucoup trop sévères, concluent les chercheurs Berkhout et Hartog, de Seo economisch onderzoek. Les étudiants ne disposent que de trois mois pour trouver un emploi bien rémunéré (au minimum 33 000 euros par an). Il ressort de cette étude que la plupart des étudiants néerlandais ne peuvent pas satisfaire non plus à ces exigences."
Quelques cas de figure sont présentés dans le cahier de Verdieping.

Informatisation des ménages

"Il est faux que les enfants manient mieux l’ordinateur que leurs parents", écrit le Trouw (p.6). "Ils en savent peut-être plus que leur mère, mais leur père en sait vraiment plus." "S’il y a un fossé informatique, ce n’est pas entre les parents et les enfants, mais entre la mère et le reste de la famille. C’est ce qu’affirme le Sociaal Cultureel Planbureau (SCP) sur la base d’une enquête effectuée auprès de 1 500 adolescents et de 1 100 parents, pour le compte du ministère des Affaires économiques."
"Les adolescents sont plus habiles s’agissant de tâches simples, par exemple coller une image dans un texte, mais les pères s’acquittent mieux de travaux moins routiniers. Curieusement, les parents pensent que leurs enfants sont plus performants qu’eux. Ce n’est pas le cas, conclut le SCP. Seules les mères ont un retard. Elles passent moins de temps devant l’ordinateur et s’en servent moins bien."
"Il existe pourtant un autre fossé entre les parents et leurs enfants : souvent, les parents ne savent pas ce que les enfants font sur Internet. Ainsi, beaucoup d’adolescents ont leur propre site, mais 55 pour cent des parents n’en savent rien. 36 pour cent connaissent ce site, mais ne savent pas bien ce qui y figure."
"S’agissant d’Internet, les parents font largement confiance à leurs enfants. Dans beaucoup de familles la seule règle est qu’ils ne doivent pas prendre de rendez-vous avec des inconnus, via MSN ou un chat" (également de Volkskrant p.2, AD Haagsche Courant p.5).

PRESSE HEBDOMADAIRE

C’est la Semaine du Livre aux Pays-Bas et les magazines accordent beaucoup d’attention à la littérature en tout genre.
Elsevier, qui consacre un dossier de 16 pages à l’argent et aux placements, traite des meilleures publications dans un cahier à part imprimé sur papier journal, au format tabloïde. La présentation est typique d’Elsevier : beaucoup d’illustrations, des interviews et des articles brefs.
L’article de couverture du magazine est centré sur l’amiral Michiel de Ruyter, un grand marin un peu oublié, car "la vénération de grandes figures nationales a longtemps été taboue". Le 24 mars sera le 400e anniversaire de sa naissance mais il n’y aura pas de grandes festivités. "Pourtant, De Ruyter est en train de renaître, car l’enseignement embrasse le héros de la mer. La [fondation pédagogique] Stichting Leerplan Ontwikkeling recommande dans une brochure pour les enseignants de parler de lui en classe. Mais en tant qu’’homme exceptionnel à une époque exceptionnelle’ et ’pas de manière nationaliste’."
HP/De Tijd, sur le plan littéraire, s’intéresse surtout aux sources de Connie Palmen, qui vient de publier un roman à clé sur le petit milieu intellectuel d’Amsterdam dans les années soixante-dix et quatre-vingts. "Son nouveau best-seller, Lucifer, réchauffe une vieille querelle entre Harry Mulisch et Peter Schat. Deux camps s’affrontent de nouveau maintenant." Le dernier "pavé de 1 051 pages" d’A.F.TH. van der Heijden fait l’objet d’une présentation plus sommaire.
En rubrique Question & Réponse, l’ex-ministre de l’Intérieur Johan Remkes (55 ans), redevenu député VVD, déclare que "le D66 est le bienvenu au VVD". Du Parti des Animaux, il dit : "Cette Marianne Thieme est un cas à part. Ce parti fait tout de même penser à la fille qui ne sait plus que le lait vient des vaches. Je ne vois pas comment j’expliquerais à l’étranger que nous avons aux Pays-Bas un parti pour les animaux qui considère l’homme et l’animal comme égaux, du point de vue idéologique. Ce parti est une forme de luxe et de décadence. Il montre à quel point la ville et la campagne se sont dissociées."
Vrij Nederland est entièrement consacré aux livres, à leurs auteurs, leurs éditeurs et leurs recenseurs. "Une joyeuse sélection d’écrivains opiniâtres, de lecteurs passionnés, de femmes d’auteur adulées, d’éditeurs excentriques et de nouveaux livres le prouve : la vraie littérature est rebelle."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le NRC Handelsblad (p.4) d’hier soir contient un reportage sur le Nice des sans-abri, signé René Moerland. En rubrique culturelle, il évoque encore la rétrospective Isabelle Huppert aux Pays-Bas.

Ce matin, le Trouw (p.9) et l’AD Haagsche Courant (p.13) annoncent le décès à l’âge de 94 ans de Lucie Aubrac, héroïne de la Résistance.

Dans le magazine Elsevier, le politologue Bart Tromp, dans la perspective des élections présidentielles, rappelle l’histoire de la Ve République.

A signaler :
Claude Mandil, directeur de l’Agence internationale de l’énergie, estime dans le Financieele Dagblad que les objectifs environnementaux européens sont hors de portée. "La réduction de 20 % des rejets de CO2 est un objectif ambitieux, mais ce serait une bonne base. Néanmoins, en se fixant autant d’objectifs à la fois, le tout devient extrêmement complexe et extrêmement cher. Et donc irréalisable."

Dernière modification : 20/01/2010

Haut de page