Presse néerlandaise du vendredi 18 janvier 2013

Trouw : Des morts lors de l’opération de libération de l’armée algérienne.

De Volkskrant : Prise d’otages en Algérie : Bain de sang.

AD Haagsche Courant : Les ouvriers du bâtiment sur les échafaudages en dépit du froid.

De Telegraaf : Bain de sang sur le champ gazier.

Het Financieele Dagblad : Le Vice-Premier ministre Asscher : augmentation salariale favorable pour l’économie.

NRC-Handelsblad : L’EPO a contaminé tout le monde du cyclisme.

* *

DOSSIER DU JOUR

Prise d’otages

Tous les grands quotidiens évoquent d’un trait la prise d’otages sur le site pétrolier d’In Aménas en Algérie, l’action de libération de l’armée algérienne cette nuit et le report du discours sur l’Europe de David Cameron [RdP du 17/01]. « Des dizaines d’otages morts, le Premier ministre Cameron reporte son discours », note le Volkskrant en une ce matin. « Le drame des otages en Algérie empêche le Premier ministre britannique de visiter les Pays-Bas pour y prononcer un discours important », titre le Financieele Dagblad. « Le discours tant attendu reporté après le drame en Algérie » indique l’AD, qui précise : « Le monde entier attendait ce discours, notamment Amsterdam où toute la presse internationale devait se réunir pour écouter Cameron ». En parallèle, le Volkskrant et l’AD présentent un portrait du cerveau derrière la prise d’otages, le djihadiste Mokhtar Belmokhtar. « Il est même redouté par Al-Qaïda. Il ne craint aucun acte de violence et finance sa lutte avec les rançons payées pour ses otages (…). Dans une analyse, l’AD remarque qu’ « avec leur prise d’otages spectaculaire, les extrémistes musulmans ont, d’un seul coup, transformé leur lutte contre l’armée française au Mali en un conflit international. Jusqu’à la prise d’otages, les politiques occidentaux donnaient l’impression que la guerre au Mali n’était qu’une lutte entre d’une part les extrémistes du nord et d’autre part un gouvernement modéré et beaucoup plus faible au sud (…). Que l’Algérie devienne le théâtre d’un attentat n’était qu’une question de temps. Tous les extrémistes ont le même objectif : l’établissement d’un émirat salafiste dans toute l’Afrique du nord, ce qui explique qu’ils sont également actifs au Maroc et en Libye ».

AFFAIRES INTERNATIONALES

Mali

Les médias continuent de suivre l’opération militaire française au Mali et publient de nombreux reportages, notamment, dans le Volkskrant, sur le déchargement des avions de transport à Bamako.
Le Trouw note que si « l’aide à Paris n’empêche pas de dormir la Deuxième Chambre », en revanche, « le ministre des Affaires étrangères Frans Timmermans apporte un soutien total à cette opération. Même en cas de transports dangereux vers des aéroports à l’intérieur du Mali, il ne faut pas prévoir de veto néerlandais ». Pour le Financieele Dagblad, « Hollande s’engage dans un nid de guêpes au Mali » (guérilla, actes terroristes). Dans le Volkskrant, Nausicaa Marbe consacre son billet hebdomadaire à expliquer que « Le Mali concerne toute l’Europe ». Elle souligne « l’urgence d’une intervention » et qualifie d’ « un peu courte » l’analyse du ministre des Affaires étrangères Frans Timmermans, selon lequel il faut repousser les rebelles derrières les lignes où ils se trouvaient précédemment. « ‘L’avance’ » des Pays-Bas dans le domaine de la coopération n’a pas accru la sécurité dans le nord (…), le terme de ‘rebelles’ témoigne d’un romantisme déplacé pour désigner des crapules sanguinaires (…), et les ‘ramener derrières leurs lignes’ ne signifie pas que le danger soit conjuré. Que signifie une ligne sur la carte dans un monde où les djihadistes s’installent partout grâce à Internet et migrent au gré des combats ? (…) Il est illusoire de penser que l’on pourra exterminer cette armée de terroristes. Il faudrait pour cela une guerre sale qu’aucun gouvernement européen ne veut mener. (..) Cette perspective ne doit toutefois pas nous condamner à un regard impuissant et un manque de solidarité avec la France et le Mali. Une large offensive militaire européenne énergique peut permettre d’éviter que le djihad s’étende vers le sud et plonge toute l’Afrique dans le Moyen-âge ».


AFFAIRES EUROPEENNES

Eurogroupe

« Dijsselbloem officiellement candidat à la présidence de l’eurogroupe », annonce le Financieele Dagblad à la une. Le ministre des Finances a annoncé sa candidature jeudi (17 janvier) à la Deuxième Chambre. « Il a expliqué aux parlementaires qu’il ne prévoyait pas de présenter lundi aux collègues européens sa vision de l’euro : ‘Je donnerai ma vision du fonctionnement et de l’agenda de l’euroroupe’. Il donnera ainsi l’image d’une présidence technique et neutre ». Le FD note qu’une large majorité parlementaire soutient sa candidature. Le SP et le PVV sont contre. Sous le titre « Aventure incertaine », l’éditorialiste explique que le ministre néerlandais « ne sera pas le patron de l’eurogroupe, puisque le ministre français des Finances à déclaré à la FAZ que le fonctionnement de cette organisation dépendait de la coopération entre la France et l’Allemagne. Dijsselbloem fait bien de se limiter à présenter sa conception du fonctionnement de l’eurogroupe, comme il l’a annoncé à la Chambre. Cela lui permet de dissiper les inquiétudes de Moscovici et des pays du sud, selon lesquels il serait surtout sensible aux idées allemandes. Moscovici a bien mis en évidence le talon d’Achilles de l’eurogroupe : Dijsselbloem risque d’être prisonnier de sa neutralité et de sa mission de recherche de compromis. Il peut y avoir des cas où cela n’est pas dans l’intérêt des Pays-Bas ». (…) Dijsselbloem représente le cinquième pays de la zone euro, qui, ces dernières années, a exprimé des opinions tranchées dans le débat sur l’euro et a des intérêts importants à défendre. Face à la France et aux pays méridionaux de la zone euro, il s’engage dans une aventure honorable, mais incertaine ».

AFFAIRES ECONOMIQUES

Chiffres du chômage

Sous le titre « 60.000 chômeurs de plus en quatre mois », le Volkskrant évoque en première page les derniers chiffres du Bureau central des statistiques (CBS) publiés hier. « 2012 a enregistré presque 120.000 chômeurs de plus qu’en 2011. La moitié avait été licenciée les derniers quatre mois de l’année. 340.000 personnes recevaient fin 2012 une allocation chômage. Le directeur de l’UWV (pôle emploi néerlandais) s’attend à ce que ce nombre atteigne 380.000 en 2013. Fin 2012, 571.000 personnes étaient à la recherche d’un emploi, ce qui porte le taux de chômage de 7% (2011) à 7,2% de la population active.

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

- Le Volkskrant consacre un grand article à Marseille dans son supplément (V7)
- Le FD note les bons résultats de Carrefour.

A SIGNALER

L’AD consacre un article à l’utilisation par le ministère de la Défense d’hélicoptères NH-90 dans la lutte contre la piraterie (p.13).

--------

Cette revue de presse est réalisée à partir des quotidiens suivants : Trouw (chrétien progressiste – 105.000 ex.) ; De Volkskrant (centre gauche – 262.000 ex.) ; AD Haagsche Courant (indépendant populaire – 430.000 ex.) ; De Telegraaf populaire – 605.000) ; Het Financieele Dagblad (financier - 62.500 ex.) ; NRC-Handelsblad (centre – 199.000 ex.)

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.
Suivez nous sur www.twitter.com/FranceinNL. - consultez notre site internet http://www.ambafrance-nl.org.

Dernière modification : 09/09/2014

Haut de page