Presse néerlandaise du vendredi 18 avril 2003

Le débat que la Deuxième Chambre a consacré hier au rapport de la
commission d’enquête parlementaire sur la fraude dans le secteur du bâtiment fait
plusieurs titres à la une ce matin. Le dernier incident causé par la Liste Pim Fortuyn
et les initiatives prises par la compagnie aérienne KLM et les voyagistes néerlandais
pour encourager les gens à se rendre de nouveau à l’étranger fournissent les autres
manchettes.

  • NRC Handelsblad d’hier soir : "Le secteur du bâtiment poursuit ses
    concertations illégales – Enquête sur la corruption des autorités", "Les
    Pays-Bas priés de fournir des troupes pour l’Irak", "Les Etats-Unis : lever les
    sanctions contre l’Irak"

  • de Volkskrant  : "Les bâtisseurs fraudent toujours – Davantage de
    compétences pour le service de recherche", "Tikrit veut oublier rapidement ses
    liens étroits avec Saddam"


    Algemeen Dagblad  : "Les bâtisseurs sont incorrigibles – Les pratiques
    illégales se poursuivent – La Chambre est choquée", "’C’est Bernhard ou
    Beatrix qui a donné l’ordre de screener Edwin’"


    Trouw  : "La LPF est pratiquement hors jeu après ses remarques
    blessantes", "’Les entrepreneurs fraudent toujours’", "La tâche est
    loin d’être accomplie en Afghanistan"


    De Telegraaf  : "Des vacances à prix très réduit", "La bruyère
    en flammes à la suite d’un exercice de tir
    "

 

* * *

 

Actualité internationale

Sommet européen d’Athènes

Si les correspondances que les journaux consacrent au sommet d’Athènes
sur l’élargissement de l’Union européenne sont factuelles, quelques commentaires sur la
réforme des institutions et la position des Pays-Bas sur ce point sont cependant à
noter.

" Compte tenu des faits créés par la guerre en Irak et sachant
qu’une politique étrangère et de sécurité commune n’est pas faisable pour l’instant,
notamment par suite de cette situation, l’ancre communautaire offre une importante
sécurité aux petits pays comme les Pays-Bas
", fait valoir l’éditorialiste du NRC Handelsblad
d’hier soir, à propos du clivage sur la réforme des institutions. " La
proposition de Giscard d’instaurer un président permanent de l’UE porte préjudice à
cette sécurité
. Il faut oublier son idée d’un ’Congrès’ : personne n’a besoin
d’une telle institution superflue
. Il n’y aura pas de consensus sur ces questions à
la Convention européenne. Il vaut mieux le reconnaître que de conclure un mauvais accord
sous la pression du calendrier et du pouvoir [des grands Etats membres]."

" La réconciliation a été le mot-clé au sommet européen
d’Athènes
", écrit le commentateur du Volkskrant ce matin. " Chacun
a fait de son mieux pour boucher les fissures que la guerre contre l’Irak a causées
."
"Tout est donc bien qui finit bien ? Non, il est encore trop tôt pour aboutir à
cette conclusion." "L’Union doit aussi fonctionner et rester unie lorsqu’il faut
faire des choix difficiles."

" L’héritage de la crise irakienne est que les grands Etats
membres ont failli
. Une association de quinze pays (et bientôt de vingt-cinq) a
besoin de leadership
. Idéalement, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne
devraient y pourvoir
. Mais les derniers mois, elles n’en ont pas indiqué la
direction, mais accru la division en suivant chacune sa propre voie. Vu sous cet angle,
elles ont perdu leur droit à revendiquer un rôle de pionnier."

" Cela pourrait être une raison de soutenir la coalition des
petits pays dont font partie les Pays-Bas et qui s’oppose au projet des grands Etats
membres de confier la présidence de l’UE à un président permanent
."
"L’opposition des petits pays est compréhensible. La rudesse avec laquelle le
conflit sur la question irakienne s’est déroulé (songez à la sortie de Chirac contre
les pays d’Europe de l’Est) n’a fait que les conforter dans leur souhait de créer un
tampon contre les grands. Pourtant, l’Union, si elle veut continuer de compter sur la
scène mondiale, ne peut pas se passer d’une direction centrale
. Les trois grands
devront cependant manifester davantage de sens des responsabilités pour s’accorder et
concilier les ailes continentale et atlantique."

A noter que, dans le courrier des lecteurs du NRC Handelsblad
d’hier soir, le sénateur W.F. van Eekelen (VVD) remarque " les plaidoyers
de Chirac, Schröder et Poutine en faveur d’un rôle des Nations Unies en Irak paraissent
hypocrites
". "Ils ont certes gagné le premier tour en s’opposant à une
nouvelle résolution, mais ils ont ainsi perdu leur chance de jouer un rôle dans la
reconstruction après le deuxième tour décisif." L’Union européenne pourrait jouer
"un rôle constructif" en Irak, estime le sénateur libéral. "Après la
guerre, il faut une police, des juges et des prisons, comme au Kosovo. L’Union européenne
disposera cette année de 5 000 policiers pour des actions internationales. Mais
Chirac et Schröder devront alors mettre fin à leur obstruction, qui risque de porter un
grave préjudice aux relations transatlantiques et qui ne font pas avancer d’un pas
l’intégration européenne."

 

Convention européenne

En page d’opinion du NRC Handelsblad , le député PvdA Frans
Timmermans, membre de la Convention européenne au nom de la Deuxième Chambre,
exprime
sa "préoccupation pour la position adoptée par le gouvernement néerlandais"
dans ce forum
. "Le gouvernement, mieux que nul autre, est apte à formuler ce
qu’il ne veut pas, mais il ne dit nulle part ce qu’il convient de faire à la place. De
plus, il n’est pas rare que les amendements que le représentant du gouvernement
dépose soient contraires aux positions adoptées antérieurement par le gouvernement et
aux accords conclus par les Pays-Bas avec leurs partenaires européens
."

Après avoir donné quelques exemples concrets de cette incohérence,
Timmermans rappelle que "le secrétaire d’Etat Nicolaï (Affaires européennes)
prédit un combat de titans entre petits et grands de l’Union, sur la question du
président permanent du Conseil européen". "Je dis avec lui qu’il faut rejeter
cette idée. Mais il ne suffit pas de la rejeter, il faut aussi avoir une idée claire de
l’alternative." quot ;Il est parfaitement clair qu’une Union à 25 Etats membres
ou plus ne peut plus fonctionner avec une présidence tournante semestrielle
. Il
est clair aussi que l’Union ne peut devenir plus dynamique sur la scène internationale
que si l’on accentue de façon équilibrée la position des plus grands pays
."

"Le renforcement de la Commission et du Parlement européen, comme
le préconise le mémorandum du Benelux, entraînera automatiquement une limitation du
pouvoir du président. Il faut en faire un point principal, car si le président de la
Commission est élu par le Parlement et bénéficie ainsi d’une solide légitimité
démocratique, et s’il dispose en outre de très fortes compétences, le président du
Conseil sera d’autant plus faible."

"D’ailleurs, les Pays-Bas ne doivent pas trop compter sur le
soutien apparent des petits Etats membres sur ce point. La division des nains est
beaucoup plus grande que Nicolaï ne le présume et il faut éviter que les Pays-Bas, au
bout du compte, ne soient de nouveau isolés et qu’un veto ne soit la seule issue,
c’est-à-dire qu’il n’y ait pas d’issue
. Par ailleurs, les grands pays sont
beaucoup moins d’accord qu’il n’y paraît
. L’Allemagne, nommément, reste sensible à
l’engagement communautaire néerlandais. Il est prématuré de partir d’ores et déjà du
principe que l’Allemagne cèdera aux Français, car ce ne serait pas la première fois que
les Français lâchent les Allemands à un moment crucial et les Pays-Bas, à ce
moment-là, ne doivent pas bouder sur la touche."

Pays-Bas – Irak

" Le gouvernement britannique a demandé aux Pays-Bas de fournir
des troupes pour décharger ses propres unités dans la ville de Basra
, dans le Sud de
l’Irak", rapporte le NRC Handelsblad d’hier soir à la une. "De
hauts militaires néerlandais et britanniques entament aujourd’hui une concertation à ce
sujet, près de Londres. C’est ce qu’un porte-parole du ministère néerlandais de la
Défense a déclaré ce matin."

"Les militaires néerlandais devraient faire partie de la force
internationale qui devra promouvoir la stabilité de l’Irak après la fin des hostilités.
Cette force de stabilisation comptera 60 000 à 75 000 hommes."

Actualité intérieure

Formation de gouvernement

" La probabilité que la LPF participe au gouvernement est
devenue minime après les propos blessants du député Van As sur les leaders du CDA et du
VVD, Balkenende et Zalm
", estime le Trouw dans son grand article à la
une. "Van As a présenté ses excuses à Balkenende, hier, et le président du groupe
parlementaire LPF, Herben, s’est excusé auprès de Zalm au nom de son collègue de
parti."

" La préférence du CDA, concernant un troisième partenaire
pour une coalition avec le VVD, va au D66 ou aux deux petits partis protestants
ChristenUnie et SGP
. L’équipe de formation a convenu que si ces combinaisons
n’aboutissent pas, le CDA redéterminera son choix. Un gouvernement minoritaire CDA-VVD ou
une coalition avec la LPF seront alors possibles. Il y a très peu de chances qu’on fasse
le dernier choix, après l’affaire Van As. Le CDA et le VVD voient dans ses propos la
confirmation que la LPF n’est pas encore un parti stable."

"Selon le président du parti, Maas, la LPF ne brûle pas non plus
de faire partie du gouvernement. Ce serait tout au plus une obligation ’morale’. Le
président de la LPF a aussi déclaré qu’il était tout à fait opposé à un
gouvernement minoritaire CDA-VVD. Il a dit qu’il ne fallait pas s’attendre à ce que la
LPF le soutienne. ’Nous ne le tolérerons en aucun cas. Nous voterons alors avec la
gauche. Le leader SP Jan Marijnissen sera alors mon meilleur ami’."

" La LPF est toujours un électron libre ", considère
le même Trouw dans une analyse en page 3. "Présenter ses excuses fait
désormais partie du répertoire standard de la Liste Pim Fortuyn", ajoute-t-il dans
une rétrospective.

" En réalité, il n’y avait pas de divergences fondamentales
sur le fond entre le CDA et le PvdA
", fait valoir le commentateur politique Bart
Tromp dans le Het Parool d’hier soir. "Les deux informateurs l’ont conclu
aussi. Mais c’est justement pour cela qu’il a fallu les inventer . Ce n’est pas
comme en 1989, lorsque le CDA a échangé son partenaire de coalition, le VVD, contre le
PvdA, sous le même premier ministre, Lubbers : maintenant, le premier ministre
présumé Balkenende aurait plutôt manqué de crédibilité comme leader d’un
gouvernement CDA-PvdA, après avoir fait campagne pour un gouvernement CDA-VVD
. C’est
ainsi que le CDA a sur les bras une tête de liste qui a échoué comme premier ministre,
qui prolonge cet échec comme premier ministre démissionnaire et qui vient d’ajouter
l’échec d’une formation à son palmarès
."

 

Presse hebdomadaire

HP/De Tijd règle son compte sans ménagement au premier ministre
démissionnaire Jan Peter Balkenende. " BASTA ! " titre-t-il en grandes
lettres rouges sur sa couverture, " Balkenende doit s’en aller. "Balkenende
est le premier ministre le plus inconsistant que les Pays-Bas aient jamais eu. Pas de
vision. Pas de dynamisme. Pas de leadership
." "Nous avons vu suffisamment de
manque de fanatisme, entendu suffisamment d’échanges sans émotion. Assez de flâneries,
d’hésitations, de rabâchages. Balkenende a vraiment fait son temps. Il faut s’en
défaire." D’après l’hebdomadaire, on commence aussi à s’agiter au CDA, un parti
qui a une solide tradition s’agissant du limogeage de premiers ministres et de leaders de
parti qui ne donnent pas satisfaction. Les noms des possibles successeurs y circuleraient
déjà : le ministre de la Justice Donner, les anciens ministres Koos Andriessen, Bert de
Vries et Wim Deetman.

Dans Vrij Nederland , le leader VVD Gerrit Zalm , de retour
sur le devant de la scène après l’échec de la formation d’un gouvernement CDA-PvdA,
prend allègrement part au Balkenende bashing. " Il incombe au premier
ministre de préserver l’unité de la politique gouvernementale. Il n’y est pas arrivé
.
Balkenende est relativement nouveau en politique. Il n’a jamais dirigé une grande
organisation et il devait s’acquitter de cette tâche. Je n’ai pas l’impression qu’il
dominait les développements."

Quand ses intervieweurs lui rappellent qu’il a reproché au premier
ministre démissionnaire d’avoir péché par "amateurisme" durant les
négociations de formation avec Bos, il répond : "Je ne trouve pas qu’ils étaient
très professionnels." Vous devrez peut-être coopérer de nouveau, prochainement.
Balkenende peut-il encore faire un bon premier ministre ?
"Pas de
commentaire." Vous avez bien une opinion ? "Je ne la donnerai pas." Le
fait que vous ne disiez rien en dit long.
"Je trouve qu’il n’est déjà pas mal
que je me taise." Autre propos remarquable du chef de file libéral : "L’idée
que je serai premier ministre un jour ne m’a pas quitté."

 Elsevier , dans son article de couverture, revient à la
guerre en Irak. Il intitule sa reconstitution de cette guerre rapide et dévastatrice pour
Saddam Hussein "La ruse de Rumsfeld". Comment les Américains ont-ils évité de
s’engager dans une longue guerre urbaine à Bagdad, qui aurait pu faire des dizaines de
milliers de victimes ? En laissant l’offensive s’arrêter à cent kilomètres de Bagdad et
en suggérant dans la presse que les lignes d’approvisionnement étaient trop longues et
qu’il fallait d’abord faire venir des renforts. Saddam est tombé dans le panneau et au
lieu de retirer ses divisions à Bagdad pour la guerre urbaine, il les a envoyées dans le
désert pour combattre les Américains qu’il croyait affaiblis. Elles y ont été
écrasées.

S’agissant de la prochaine coalition, le magazine conservateur suggère
un gouvernement minoritaire CDA-VVD.

Il y a par ailleurs une bonne dose de religion dans la presse
hebdomadaire, cette semaine : Vrij Nederland consacre un dossier spécial de 17
pages au thème de la résurgence des religions et de la foi et Elsevier constate
dans un article de 4 pages, à l’occasion de Pâques, que "faute de faits
historiques, l’image de Jésus Christ est sensible à la mode".

 

Economie, Finances

Chômage

Plusieurs journaux notent que le chômage néerlandais, en l’espace
d’un an, est passé de 3,8 à 5,1 % de la population active. Cela signifie qu’en ce
moment un Néerlandais sur vingt dans la catégorie d’âge de 15 à 64 ans est sans
emploi. C’est ce qui ressort des chiffres publiés hier par le Centraal Bureau voor de
Statistiek
(CBS). Le nombre moyen de chômeurs comptés durant le premier trimestre
2003 était de 377 000. Corrigé en fonction des variations saisonnières, leur
nombre était de 367 000, 95 000 de plus que durant la même période l’an dernier ( NRC Handelsblad
d’hier soir p.16, Trouw p.5, de Volkskrant p.17).

 

Affaires françaises

Le Trouw , dans son cahier de Verdieping, consacre une
page à Marine Le Pen : "Je suis Le Pen sans être Le Pen".

Le Telegraaf (p.4) signale l’inauguration par l’Ambassadeur de
France à La Haye d’une nouvelle acquisition du Rijksmuseum, un tableau de Claude Lorrain.

Sur le plan culturel, des recensions d’ouvrages français sont à
signaler dans le supplément Cicero du Volkskrant (pp.25, 26 et 28). 

Dernière modification :

Haut de page