Presse néerlandaise du vendredi 18 juin 2004

Le verdict prononcé par le jury populaire de la cour d’assises d’Arlon
(Belgique) contre le ravisseur Marc Dutroux et ses complices fait un grand titre à la une
ce matin et inspire même un commentaire éditorial qui déplore la "lacune" de
ce procès : l’incertitude sur le rôle de Nihoul.

Sur le plan intérieur, la presse s’intéresse en particulier à un
conflit opposant la Dexia Bank et des dizaines de milliers de petits investisseurs
endettés ou ruinés.

  • NRC Handelsblad d’hier soir : "Echec de la médiation dans l’affaire
    des actions à crédit - La commission Oosting rend son mandat",
    "Protestation des gestionnaires locaux" (contre l’introduction du maire élu),
    "Al Qaeda avait davantage de cibles"
  • de Volkskrant  : "L’agent du ciel pourra tirer à bord - Les sky
    marshals
    commenceront la semaine prochaine", "Les leaders de l’UE se battent
    pour la présidence", "Marc Dutroux jugé coupable"
  • Trouw  : "C’est Dutroux qui a tout fait - Pas de preuve d’un
    ’puissant réseau’
    ", "Pas d’arrangement amiable pour les actions à
    crédit"
  • Algemeen Dagblad  : "Des militants traquent Verdonk - Menace de mort
    anonyme au téléphone", "Laetitia en a enfin fini avec Dutroux"
  • De Telegraaf  : "Lourde épreuve de langue pour les allochtones - Le
    niveau VMBO [enseignement professionnel secondaire préparatoire] sera obligatoire à
    partir de 2006
    ", "Dutroux pleinement coupable"

* * *

Actualité internationale

Pays-Bas - Turquie

" Le secteur privé espère un ’oui’ pour la Turquie ",
titre le journal d’affaires Het Financieele Dagblad (p.6). " S’il n’en
tenait qu’à la plupart des entrepreneurs néerlandais, la Turquie aurait une bonne chance
d’adhérer à l’Union européenne
. A mon avis, l’Europe devrait dire ’oui’ à la
Turquie’, a déclaré l’ex-entrepreneur et vice-maire de Rotterdam Wim van Sluis mercredi,
lors d’une allocution prononcée à l’occasion de la visite du premier ministre turc Recep
Tayyip Erdogan
. Un tel ’oui’ offrirait beaucoup de possibilités aux deux pays,
dans le domaine économique’
, selon Van Sluis, qui a fait du renforcement du climat
économique de la ville portuaire (avec ses nombreux entrepreneurs turcs) un des fers de
lance de sa politique."

" Frans J. Lavooij, président de la Chambre de Commerce de
Rotterdam, estime qu’il faut ajouter aux ’critères de Copenhague’ une composante
économique
. Il est un peu leste de ne juger la Turquie qu’en fonction des progrès
enregistrés dans le domaine des droits de l’homme, de la démocratie, de l’Etat de droit
et de la transparence des pouvoirs publics."

" L’association patronale VNO-NCW avait déjà fait savoir plus
tôt qu’elle était positive vis-à-vis de l’adhésion de la Turquie. Selon son président
Jacques Schraven, les entreprises néerlandaises ont intérêt à ce qu’un marché de 70
millions d’habitants s’ajoute au marché intérieur
. Les responsables des Affaires
économiques, le ministre Brinkhorst et la secrétaire d’Etat Van Gennip, sont sur la
même ligne
. La dernière a dit mercredi que les relations économiques entre les
Pays-Bas et la Turquie, deux nations marchandes avec un solide arrière-pays, s’en
trouveront renforcées. On s’attend à ce que les exportations néerlandaises en
Turquie passent de 1,9 milliard d’euros en 2003 à 5,3 milliards en 2013, ainsi qu’il
ressort d’une récente étude de la banque ABN Amro
. Rien qu’en 2003, les exportations
néerlandaises en Turquie ont augmenté de 20 % et les importations néerlandaises en
provenance de la Turquie de 11 %. Entre 2003 et 2013, les investissements directs des
Pays-Bas décupleront de 0,3 milliard à 3 milliards d’euros
. La banque d’affaires
néerlandaise a confiance dans l’économie turque et prévoit qu’en cas de feu vert des
leaders européens, elle croîtra annuellement de 5 % durant les deux prochaines
décennies."

"Pour renforcer encore davantage les liens économiques avec la
Turquie, la Chambre de Commerce de Rotterdam, en coopération avec la commune et les
autorités portuaires, a mis en place un centre de commerce et d’investissement pour la
Turquie et les Pays-Bas. Du côté turc, les Chambres de Commerce d’Istanbul et d’Izmir et
des organisations patronales turques apportent leur coopération."

Le NRC Handelsblad d’hier soir, dans un éditorial inspiré
en premier lieu par l’autocritique à laquelle s’est livré à Istanbul l’actuel
secrétaire général de l’Organisation de la conférence islamique, le Marocain
Abdelwahed Belkeziz, remarque que "l’Occident ne peut pas apporter une solution
instantanée aux problèmes du monde islamique". "Mais proposer une aide au
progrès socio-économique, ne serait-ce dans son propre intérêt, est le moins qu’il
puisse et doive faire. Il faut assister l’islam modéré en paroles et en actes. Un
pays comme la Turquie, qui veut devenir membre de l’Union européenne - le premier
ministre Tayyip Erdogan est venu plaider sa cause aux Pays-Bas mercredi - devient de
plus en plus un état islamique moderne et mérite qu’on le soutienne dans ce
développement
."

Union européenne : Sommet de Bruxelles

"La réunion au sommet des leaders européens à Bruxelles a
tourné à la bataille pour la nomination du nouveau président de la Commission
européenne", rapporte Bert Lanting à la une du Volkskrant . "Après des
heures de concertation, les leaders de l’UE étaient toujours divisés sur la question,
jeudi soir."

"Le premier ministre Balkenende s’est plaint hier auprès de ses
collègues européens de la mollesse des accords concernant le Pacte de stabilité",
note le Trouw (p.6) de son côté. "Les Pays-Bas n’ont pas réussi à obtenir
le consensus sur des règles strictes pour les pays de la zone euro."

Balkenende, en revanche, a "bon espoir" d’obtenir le maintien
provisoire du droit de veto concernant le budget pluriannuel de l’Union européenne.

 

Actualité intérieure

Verdonk

Le groupe d’action Section Eight menace de commettre un attentat
contre la ministre Verdonk (Intégration et Migrations) si elle ne change pas radicalement
de politique d’ici deux semaines
. Durant une interview téléphonique à Radio
Noord-Holland, un porte-parole anonyme a déclaré hier soir que Verdonk suit le même
parcours que Pim Fortuyn. "Les Pays-Bas n’ont toujours pas retenu leur leçon",
a déclaré le militant. " Verdonk peut avoir le même sort que Fortuyn ."

Ce serait la raison pour laquelle deux femmes ont fait gicler du
ketchup sur sa jupe mercredi, avant l’ouverture d’une exposition au Musée biblique
d’Amsterdam. "Nous avons choisi la couleur du sang", a prétendu le jeune
militant ( Algemeen Dagblad pp.1 et 5, Trouw p.3).

 

Presse hebdomadaire

Vrij Nederland ne se concentre pas sur
l’esprit cette semaine, mais sur le corps, dans un dossier spécial sur la recherche de la
beauté physique et les ressources de la chirurgie esthétique : "Tout le monde va
être beau". "La beauté devient de plus en plus un choix, de sorte que la
laideur est de plus en plus de votre faute", explique une chercheuse d’origine
américaine qui fait partie de l’UER gender studies d’Utrecht.

Le magazine progressiste ouvre par ailleurs ses colonnes à Sir Colin
Budd, ambassadeur du Royaume-Uni à La Haye. "Les soirées qu’il donne dans sa
résidence sur l’ombragé Plein 1813 sont les plus courues de La Haye, dans leur genre.
Ici, pas de consuls engourdis de vagues pays perdus, ni de ternes deuxièmes secrétaires,
mais des membres du Conseil d’Etat, des parlementaires et des ministres, des hauts
fonctionnaires, des journalistes et des leaders de l’opinion. Il n’est donc pas étonnant
que les émissions-débats néerlandaises aient découvert son charme et son audace. Les
derniers mois, il a expliqué au moins treize fois dans Nova, Barend & Van
Dorp
et d’autres programmes comparables que la guerre en Irak était juste. Mais il
n’ose pas dire s’il a eu une influence sur la décision du gouvernement Balkenende
d’envoyer des troupes en Irak. Il veut éviter de suggérer que son lobbying fait changer
d’avis les politiques. ’Je n’ai pas eu besoin de convaincre le gouvernement. Le PvdA oui,
naturellement, le VVD certainement pas et le CDA un tout petit peu seulement. Le CDA a
changé, il n’est plus le parti qu’il était au début des années quatre-vingts. Avec un
porte-parole pour l’étranger comme Camiel Eurlings, je n’ai pas eu besoin d’expliquer
quoi que ce soit à Maxime Verhagen’." "Pour des raisons qu’ils vous
expliqueront sans doute mieux que moi, le premier ministre et les ministres des Affaires
étrangères et de la Défense, pour autant que je sache, ne sont jamais apparus à la
télévision pour parler de ce thème. C’est frappant. Evidemment, ils en ont beaucoup
parlé à la Deuxième Chambre, mais si je peux en croire Hilversum, la plupart des
Néerlandais n’ont aucune idée de ce qui se passe à la Deuxième Chambre. Ces
programmes-débats avaient besoin de gens qui puissent parler de l’Irak et de la guerre.
Les acteurs principaux n’étaient manifestement pas disponibles et l’ambassadeur
américain ne parle pas néerlandais’."

"La période Fortuyn m’a fait comprendre qu’il existe ici un
système de classes manifeste et très subtil, qui a son importance dans la vie
industrielle, la politique et la fonction publique", dit Budd à propos de la
société néerlandaise. "Je connaissais ce pays depuis plus de trente ans et il
régnait ici l’idée plutôt suffisante qu’il n’existe pas de système de classes aux
Pays-Bas. Le vieux mantra de l’égalitarisme et du nivellement." "Les Pays-Bas
sont un pays mystérieux. Et l’un des plus grands mystères de ce pays, ce sont les
milieux qui y exercent le pouvoir. On ne peut comprendre leur fonctionnement qu’en les
pénétrant, pas en lisant car il n’y a rien à lire sur eux."

"Les calvinistes retrouveront bientôt la voie de la
prospérité", prédit Budd pour finir, à propos du marasme économique
néerlandais.

On notera aussi, sous le titre "La révolte des dinosaures",
un article sur la contre-offensive des politiques d’avant Fortuyn dans le débat sur les
mosquées, l’islam et les écoles coraniques. "Mis à part sa formulation, le message
de Dijkstal est correct", estime l’ancien leader du D66 Hans van Mierlo.

Elsevier fait l’inventaire des communes où il fait bon vivre :
"Toutes les 483 communes jugées en 23 pages". En première place figure Vught,
avec beaucoup de verdure et d’équipements, suivie par Laren, Zeist, De Bilt et
Driebergen-Rijsenburg.

Le correspondant à Paris de l’hebdomadaire conservateur, Olivier van
Beemen, présente un profil du ministre Jean-Louis Borloo : "Superréformateur
social".

HP/De Tijd , dont le dossier a pour thème le regain de popularité
du lycée classique aux Pays-Bas, publie cette semaine le deuxième volet de sa croisade
contre la présidente du tribunal d’Amsterdam, Carla Eradus, "le seul juge
néerlandais à avoir été condamné par la Cour de Cassation." Le premier volet est
paru le 14 mai.

"Le premier ministre Balkenende et l’entraîneur du onze national
Advocaat sont nos leaders", remarque le magazine indépendant à propos de ces deux
hommes critiqués de toutes parts, l’un par les observateurs politiques, l’autre par les
amateurs de football. "Nos leaders JP et Dickie passent leurs journées à être
simples au possible. JP arbore toujours un sourire timide, ne regarde jamais personne en
face. Dickie se ronge tout le temps les nerfs. Sont-ce là les leaders qu’un petit pays
comme les Pays-Bas méritent ? Il faut le craindre." "Non, nous n’avons jamais
eu de grands leaders", conclut HP/De Tijd après une référence à une étude
historique sur les leaders politiques néerlandais depuis 1815. "Plutôt des
fonctionnaires qui dirigent, qu’on n’admire pas mais sur lesquels on rouspète. Mais JP et
Dickie sont un comble. Jamais les Pays-Bas n’ont été aussi petits."

Au milieu de tant d’amertume, les six pages illustrées consacrées au
cinéma français à l’occasion de la manifestation "Tour de France" (cf. presse
du 17 juin) sont un régal inespéré : "Pour les amateurs, voici pour commencer un
lexique des Français et des Françaises sur le grand écran."

 

Affaires françaises

Le Trouw (p.6) et le Telegraaf
(p.11) font mention d’une enquête qu’un parlementaire a fait effectuer sur les mesures de
sécurité dans les aéroports de Paris.

Sur le plan culturel, le supplément Cicero du Volkskrant
évoque Diderot, à l’occasion de la parution dans la collection Pléiade de ses Contes
et Romans
et d’un ouvrage de Michel Delon sur l’encyclopédiste.

Dernière modification : 06/07/2004

Haut de page