Presse néerlandaise du vendredi 18 août 2006

La présentation hier à Amsterdam du programme électoral du parti chrétien-démocrate CDA occupe une place importante dans la presse de ce matin, qui relève par ailleurs l’apparition possible de cas de « maladie de la langue bleue » dans des élevages ovins du sud des Pays-Bas.

Trouw : Le CDA prend un risque avec le vieillissement de la population
Volkskrant : Retour à la semaine de 40 heures
Telegraaf : Unis contre les mauvais traitements aux animaux
Algemeen Dagblad : Interdiction d’exporter des ruminants

* * *

AFFAIRES INTERNATIONALES

FINUL renforcée

L’éditorialiste du Volkskrant demande une attitude « volontariste » pour que soit constituée rapidement une force de paix : « la bonne nouvelle est que le cessez-le-feu est entré en vigueur au Liban ; la mauvaise nouvelle est que la formation de la force de paix des Nations Unies qui doit pacifier le sud du Liban de concert avec l’armée libanaise progresse très difficilement. Ce qui maintient un risque de reprise - temporaire ou non - des hostilités. (...) La France, qui est en principe prête à prendre la direction de cette force des Nations Unies, demande une définition précise des objectifs et des moyens de cette opération militaire et plus particulièrement des règles d’engagement. Ainsi se pose un difficile dilemme. Il est certain que les troupes chargées de faire le travail auront tout intérêt à avoir un mandat précis., mais simultanément, cela peut dissuader certains pays de fournir des troupes. (...) Il est compréhensible que les Français, qui ont connu des expériences douloureuses au Liban, recherchent une protection maximale. Une force de paix regroupant le plus de pays possible augmente sa légitimité. Mais si les premiers signaux reçus hier, selon lesquels Paris ne veut pas aller plus loin que l’envoi de quelques dizaines d’officiers qui s’ajouteraient aux 2000 hommes actuels de la FINUL, sont exacts, la nouvelle opération des Nations Unies s’engagera sous des auspices très moyens. Cette mission ne peut avoir de succès que sous la direction d’un porte-drapeau déterminé. Espérons que la France prendra les responsabilités qui siéent à un pays qui s’affiche volontiers comme un acteur de premier plan sur la scène mondiale ».

Le Trouw relève que « les Français veulent diriger la force des Nations Unies que s’ils ont un droit de riposte » et le Telegraaf parle du « rôle de premier plan de la France au Liban ». Son correspondant note que « la ministre de la Défense française, Mme Alliot-Marie, a rappelé que la France est active dans la FINUL depuis 1978 et est encore prête à prendre ses responsabilités. » (...) « Techniquement, la France peut envoyer très rapidement quelques milliers de militaires dans la région. Il y a déjà 1700 soldats français présents au Liban dans le cadre de la mission humanitaire Balista. Dans le cadre de l’OTAN, plus de 2000 hommes se trouvent dans la capitale afghane Kaboul, 4000 soldats français sont en Côte d’Ivoire, et 2500 dans les Balkans. Selon un haut fonctionnaire du ministère de la Défense, le problème se situe moins dans le domaine de la capacité qu’au niveau de la planification à long terme. Les militaires français ne sont en règle générale envoyés en mission que pour trois à quatre mois. La nouvelle FINUL de 15.000 hommes (qui compte actuellement 2000 hommes), qui sera dirigée par le général français Pellegrini, doit être opérationnelle d’ici deux semaines, selon les prévisions les Nations Unies ».

ACTUALITE INTERIEURE

Programme électoral du CDA

Le Financieele Dagblad présente le programme des chrétiens-démocrates sous le titre « le CDA veut apporter la tranquillité et la sécurité ».
« Le temps des grandes réformes est révolu », en retiennent Ria Roerink et Martin Visser. « C’est le message qu’a voulu faire passer le Premier ministre Jan Peter Balkenende durant sa présentation. Balkenende ne parle plus de calendrier de réformes, mais de ‘calendrier d’améliorations sociales’. Les chrétiens-démocrates veulent ainsi souligner que les prochaines années seront placées sous le signe de l’investissement et non des mesures d’austérité. Le CDA a été jeudi le premier parti à présenter son programme électoral pour la période 2006-2011, ouvrant ainsi la course aux sièges à la Deuxième Chambre, le 22 novembre. Le programme du CDA porte le titre ‘Confiance dans les Pays-Bas, confiance mutuelle ‘. Balkenende a présenté en bloc les points sur lesquels les chrétiens démocrates espèrent recueillir les faveurs des électeurs : davantage d’argent pour les familles, aide au logement et au loyer pour les revenus les plus modestes et sécurité pour les personnes âgées en ce qui concerne les retraites (AOW). En faisant de la protection des retraites l’un des points forts du programme, le CDA s’oppose aux propositions du PvdA. Le chef de file socialiste Wouter Bos veut fiscaliser l’AOW ; avant l’été Bos a lancé l’idée que les personnes âgées aisées pourraient contribuer à l’assurance vieillesse : ‘cela a créé des inquiétudes et sapé la confiance’, a fait remarquer Balkenende. ‘Nous voulons avant tout créer de la confiance’. »
« Mais comment les Chrétiens démocrates veulent-ils financer les problèmes financiers créés par le vieillissement ? Le CDA propose trois pistes pour répondre à cette question. ‘De même que les salariés font des économies pour leurs vieux jours, l’Etat doit faire des économies pour assurer le financement des retraites’, déclare le président de la commission électorale, René Smit. Le programme électoral prévoit que l’Etat ‘s’efforce’ de réaliser un surplus budgétaire d‘1%, destiné à résorber la dette de l’Etat. C’était déjà un des objectifs du CDA dans le précédent programme électoral, mais celui-ci n’a pas été réalisé. Le CDA veut également augmenter la participation sur le marché du travail, en faisant en sorte qu’il soit plus payant de travailler. Concrètement, le CDA propose de regrouper la première et la deuxième tranche des impôts ; le tarif le plus faible serait relevé et celui de la deuxième tranche abaissé. Le CDA veut également augmenter la participation au travail par des subventions sur les salaires ; les entreprises pourraient embaucher pour deux ans du personnel au salaire minimum, elles financeraient les salaires nets et l’Etat prendrait le reste à sa charge. La troisième piste prônée par le CDA serait de réduire les dépenses du secteur de la santé et de la bureaucratie. Un quart du nombre des postes de la fonction publique doit disparaître en supprimant 1 poste sur quatre libérés par un départ à la retraite : cette mesure devrait permettre une diminution de 15.000 postes d’ici 2010, soit une économie de ‘plusieurs centaines de millions d’Euros’, souligne Smit. Le secteur qui permettrait de réaliser les économies les plus considérables est toutefois celui de la santé : le CDA a des projets ambitieux pour réduire les dépenses de santé de 4 milliards d’Euros. Là aussi, il veut là aussi s’attaquer à la bureaucratie, mais la plus grande partie devra venir des citoyens, qui devront payer davantage pour les séjours dans un établissement de soins ; les soins aux personnes âgées et aux handicapés continueront d’être remboursés par l’assurance maladie. ‘Il doit être possible que les augmentations dans le secteur de la santé ne dépassent pas le niveau de l’inflation’, explique Smit. »

Si l’éditorialiste du Trouw reproche au programme électoral du CDA de « continuer de broder tout bonnement sur le programme du gouvernement actuel », son collègue du Telegraaf semble en revanche apprécier les « certitudes » apportées par les « choix clairs » et « très défendables » du CDA.

Dernière modification : 18/08/2006

Haut de page