Presse néerlandaise du vendredi 18 avril 2008

Avant de passer le commandement des forces armées néerlandaises au lieutenant général Peter van Uhm, au Binnenhof hier, le général Dick Berlijn a appelé le gouvernement à ne plus faire d’économies sur le budget de la Défense. Il a opposé le grand nombre de tâches militaires que les Pays-Bas exécutent à l’étranger aux coupes sombres effectuées pendant les quatre années qu’il a passées à la tête des forces armées. "Nous ne devons pas nous retrouver dans la situation de pompiers auxquels on demande d’éteindre davantage d’incendies, mais qui doivent vendre des voitures pour pouvoir le faire."

LES GRANDS TITRES

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Van den Ende se retire immédiatement du projet Zuidas" (immobilier), "Hamer (PvdA) est prête maintenant que le ’lubrificateur’ s’arrête" (succession du président du groupe parlementaire Jacques Tichelaar)
de Volkskrant (centre gauche) : "Certains constructeurs du JSF refusent de céder une partie de leur chiffre d’affaires – Boycott du règlement convenu avec l’Etat", "Les partenaires de Van den Ende sont ’abasourdis’ par la rupture"
Trouw (chrétien progressiste) : "Augmentation de la franchise des assurances maladie – Le coût de l’AWBZ [loi sur les frais médicaux exceptionnels] crée un déficit d’un milliard", "Les manifestations mondiales pour le Tibet crispent la Chine"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le chef du corps de police [de Flevoland] : Placer les récidivistes plus rapidement dans un établissement spécialisé", "Le monde immobilier déplore le départ de Joop van den Ende"
De Telegraaf (populaire) : "Des investisseurs confrontés à des photos de rapports sexuels – Palm Invest pratique le chantage avec des prostituées", "Le général Berlijn démobilisé "Arrêtez de couper dans le budget des forces armées’", "Eurlings sauve les vieilles locomotives à vapeur" (financement de l’installation obligatoire d’un ’homme mort’)

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Partis politiques

1) PvdA. Comme la presse s’y attendait, la présidente intérimaire du groupe parlementaire PvdA à la Deuxième Chambre, Mme Mariëtte Hamer (49 ans), a posé sa candidature à la présidence du groupe, hier. D’éventuels rivaux pourront se présenter jusqu’à lundi. Mardi prochain, les trente-trois députés éliront le successeur du président Jacques Tichelaar qui, après sept pontages coronariens, reviendra en tant que simple député.
Les députés Diederik Samsom et Jeroen Dijsselbloem, dont les noms circulent comme candidats possibles, ne se sont pas encore prononcés (de Volkskrant p. 3).

2) D66. "Le D66 se porte bien", rapporte l’AD (pp. 8-9). "Ce parti a chuté dramatiquement aux dernières élections, à la suite de querelles internes et une participation au gouvernement qui a été un échec. Le D66 se rétablit sous la direction d’Alexander Pechtold. Les membres reviennent à lui et il est en forte hausse dans les sondages : de dix à onze sièges. Demain, lors du congrès du parti, les membres pourront de nouveau rire, après des années."

3) Rita Verdonk. Selon la chroniqueuse Nausicaa Marbe, du Volkskrant, le mouvement Trots op Nederland (Fiers des Pays-Bas, TON) de l’ex-députée VVD Rita Verdonk "est un magasin qui a ouvert en grande pompe, mais dont les rayons sont vides, une pièce de théâtre présentée en première alors que les acteurs n’ont pas de texte – avec un maximum d’applaudissements". "Et ce club sans programme menace d’ores et déjà de devenir le premier parti du pays. Si quelque chose n’est pas néerlandais, c’est bien ce spectacle hystérique bidon."
"Ce qui définit un leader politique, c’est sa capacité de mobiliser de grands groupes pour soutenir ses idées et ses choix souvent difficiles entre différents intérêts", fait valoir le président du groupe VVD à la Première Chambre, M. Uri Rosenthal, sur la même page d’opinion. "Un leadership politique qui consiste à suivre la majorité ne mérite pas ce nom."

Geert Wilders

"Le politicien Geert Wilders doit verser au rappeur marocano-néerlandais Salah Edin 3 000 euros de dédommagement", annonce une dépêche ANP reprise par l’AD (p.6). "Wilders doit verser 5 000 euros de dédommagement au photographe Ilja Meefout. C’est ce que le juge des référés d’Amsterdam a décidé hier. Wilders, dans son film Fitna, avait employé par erreur un portrait d’Edin. Meefout, qui est l’auteur de la photo du rappeur, doit toucher 5 000 euros parce qu’elle a été employée sans son autorisation et sans mentionner son nom."

Le Telegraaf (p.7) annonce de son côté que "Geert Wilders, à l’invitation de journalistes danois, prononcera un discours sur la liberté d’expression dans le bâtiment du Parlement danois", en principe le 1er juin. Le journal populaire fait aussi mention des dédommagements auxquels le leader du PVV a été condamné.
On notera dans ce contexte que les entreprises néerlandaises actives dans des pays musulmans n’ont pratiquement pas ressenti d’effets négatifs de la diffusion du film Fitna, jusqu’à présent (AD, p.17).

PRESSE HEBDOMADAIRE

Vrij Nederland a sondé d’éminents politiques, écrivains et scientifiques européens sur leur préférence concernant le futur président, ou présidente, de l’Union européenne. L’historien Geert Mak, qui figure sur la page de couverture, est souvent nommé. "En tant qu’auteur du best-seller international En Europe, il a fortement stimulé l’intérêt pour notre continent. Mais il trouve lui-même que le président européen ne doit pas être un écrivain ou un scientifique. ’Pour une fonction politique aussi lourde, il faut connaître tous les recoins du pouvoir européen’." Selon l’ancien ministre des Affaires étrangères Ben Bot, l’ancienne présidente lettone Vaira Vike-Freiberga ferait très bien l’affaire : "Freiberga est une dame impressionnante. C’est une oratrice douée et très décidée dans ses actions. Une excellente candidate."
"Il y a un fossé entre la politique et le secteur privé", déclare le secrétaire d’Etat PvdA Frank Heemskerk dans une interview. "Cette semaine a lieu la Concertation de printemps entre le gouvernement, les syndicats et le patronat", rappelle l’hebdomadaire. "Frank Heemskerk, secrétaire d’Etat aux Affaires économiques et ancien banquier, trouve que le secteur privé ne prend pas suffisamment au sérieux la classe politique. Mais il critique aussi son propre parti. ’Le PvdA doit montrer plus clairement en quoi ce gouvernement diffère du précédent’."
Sur le plan culturel, on notera un grand article sur l’art contemporain chinois : "Bulle ou cirque à millions ?"

HP/De Tijd se prononce contre la proposition de la syndicaliste Agnes Jongerius d’instaurer un quota de femmes dans les fonctions supérieures. "S’il n’en tient qu’à la FNV, les entreprises et les institutions devront nommer au moins quarante pour cent de femmes aux postes les plus élevés, à partir de 2011. Le gouvernement se penchera bientôt sur cette proposition bizarre et il faut espérer qu’il la rejettera. Car les femmes préfèrent avancer toutes seules."
"Ehsan Jami mettra prochainement fin à son Comité d’ex-musulmans", annonce le magazine. "Il n’arrive pas à trouver des membres. Et il a de moins en moins d’amis. Par contre, il a constamment des gardes du corps autour de lui. Le compte rendu d’une existence bizarre." "’Je ne veux pas vivre toute ma vie dans un bunker, comme Rushdie. Mais je ne veux pas non plus qu’on me réduise au silence’."

Elsevier, à la suite de la crise du crédit, évoque la menace que constituent la baisse des cours en bourse et l’inflation pour nos vieux jours. "Ce que vous pouvez faire pour sauver votre retraite."
En rubrique automobile figure un article élogieux sur la nouvelle Citroën C5. "Confort français avec une stricte ligne allemande." "Une singulière réussite, cette C5 à deux âmes."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le NRC Handelsblad (p.5) d’hier soir évoque la réforme de l’enseignement. Il cite une enseignante qui partira à la retraite cet été. "C’est une catastrophe. Tout ce qui ne paraît pas d’une utilité directe disparaît. Les cinq dernières années des matières comme les langues classiques disparaissent de plus en plus vite."

Dernière modification : 19/08/2008

Haut de page