Presse néerlandaise du vendredi 19 février 2010

"Balkenende, Bos et Rouvoet entreprennent aujourd’hui une toute dernière tentative pour trouver une solution à la question de l’Uruzgan (Afghanistan)", écrit le quotidien à grand tirage AD à la une. "Les trois partis de la coalition n’étaient pas disposés hier à mettre de l’eau dans leur vin. Durant un débat parlementaire d’urgence, les trois ministres ont répété leurs positions. La probabilité que les Pays-Bas aient encore un gouvernement ce soir semble minimale. Le CDA et la ChristenUnie ont aggravé hier leur divergence d’opinion avec le PvdA sur la prolongation de la présence militaire néerlandaise en Uruzgan."

* * *

- NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Le CDA et le PvdA vont droit à la rupture", "’Il est bon que Wouter Bos tienne ferme’" (personnes interrogées à la gare d’Utrecht), "Le Mossad se sert volontiers d’identités volées" (correspondance de Tel Aviv)
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le gouvernement se dirige vers l’abîme – Dernière tentative de compromis aujourd’hui", "Médailles d’argent et de bronze au 1 000 mètres" (Jeux Olympiques)
- de Volkskrant (centre gauche) :"Balkenende se bat pour sauver son gouvernement", "Deux patineuses sur le podium", "Israël chérit le souvenir d’un ’Mossad propre’"
- Trouw (chrétien progressiste) : "L’opposition persiste – Le plan de sauvetage du gouvernement Balkenende IV est laborieux", "Etude indépendante sur la gestion de la pandémie grippale"
- De Telegraaf (populaire) : "Peu crédible ! – Débat crucial aujourd’hui", "Les militaires en Uruzgan sont furieux contre le PvdA – Les proches : Nos gars sont morts pour rien", "Annette et Laurine brillantes sur le 1 000 m"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR : Balkenende IV

"Le premier ministre Balkenende a dû faire flèche de tout bois jeudi pour sauver son gouvernement pour une journée au moins", note le Volkskrant dans son grand article à la une. "Il a refusé à la Deuxième Chambre d’anticiper sur une décision sur l’Uruzgan, qui sera peut-être prise en conseil des ministres aujourd’hui. ’Nous débattons de la question dans le forum indiqué, c’est-à-dire le gouvernement’."
"Mais ce qui, à quatre heures de l’après-midi, semblait devoir être un court débat d’urgence est devenu une bataille qui a duré jusqu’à minuit exactement. Une heure plus tôt, le D66 avait demandé et obtenu une prolongation du débat. L’opposition avait ’soif de sang’ : même les membres du gouvernement se chamaillaient entre eux et n’essayaient presque plus de parler d’une seule voix."
"’C’est une valse autour de la vérité’, a lancé Pechtold (D66). Selon Kant (SP), le gouvernement est en état de ’divorce violent’."
"Le vice-premier ministre PvdA Bos, surtout, a essuyé de sévères critiques. Il abuserait de la mission en Uruzgan à des fins électorales. Balkenende s’est contenté de dire que la réaction de Bos, mercredi, était ’prématurée’ lorsqu’il a déclaré que la prolongation de la mission était ’définitivement exclue’. Le débat, qui avait commencé avec le premier ministre et les vice-premiers ministres Bos et Rouvoet, est devenu explosif lorsque l’opposition a aussi exigé la venue des ministres Verhagen (Affaires étrangères, CDA) et Koenders (Coopération, PvdA). A la différence de Balkenende, son collègue de parti Verhagen s’en est pris à Bos. Verhagen a souligné qu’on étudiait toujours sérieusement toutes les options, et donc aussi celle d’une prolongation de la contribution militaire en Uruzgan. Bos, visiblement nerveux, a persisté : ’Je ne ressens pas le besoin de reprendre mes propos. Ce n’était pas prématuré. J’ai fait la clarté sur la position des dirigeants PvdA’."
"Le conseil des ministres essaiera aujourd’hui de trouver une solution. La présidente du groupe parlementaire PvdA Mariëtte Hamer n’a pas exclu un report, à condition que la décision soit prise avant le 1er mars. Dans ce cas, un conseil des ministres extraordinaire devra avoir lieu durant les vacances parlementaires."

"Rob de Wijk, du Hague Centre for Strategic Studies, confirmeque ’Verhagen aime la confrontation’", ajoute Theo Koelé dans un article de fond en page 3. "’Il a monté l’affaire en épingle à plusieurs reprises. Mais on ne peut plus lui imputer ce que nous voyons maintenant. C’est Bos qui a offensé l’OTAN en rejetant aussi brutalement sa demande de soutien. Et ce sera Verhagen qui en ressentira le premier les conséquences internationales’."

"Quitter l’Uruzgan cette année ne sera pas seulement particulièrement mauvais pour le développement de cette province afghane", écrit le Trouw (p.4), "mais aussi pour le prestige international des Pays-Bas. ’Nous ne pouvons pas tourner le dos à l’Uruzgan’, déclare l’ancien commandant des forces armées Dick Berlijn, sous la direction duquel la mission en Uruzgan a commencé en 2006. Berlijn s’en est pris vivement au PvdA hier. Il lui reproche de n’avoir d’yeux que pour les intérêts du parti et les prochaines élections municipales."
"Le général Mart de Kruif, qui a commandé les troupes de l’OTAN dans le Sud de l’Afghanistan l’an dernier, prône aussi la prolongation de la mission en Uruzgan. ’Il importe de poursuivre la reconstruction. Si l’on retire l’équipe néerlandaise de reconstruction, il faudra des années à l’OTAN pour se familiariser avec les structures locales’, a fait valoir De Kruif, actuellement en visite de travail en Australie."

"Les militaires qui ont été en Uruzgan et les syndicats des forces armées éreintent le PvdA parce qu’il abuse de la mission en Afghanistan ’à des fins électorales’", relève le Telegraaf (pp.1 et 3). "Le président du syndicat militaire ACOM, Jan Kleian, dit que les familles des soldats tombés réagissent avec amertume au rôle que jouent Wouter Bos et ses collègues de parti."

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas – Haïti

"Les Pays-Bas, après le tremblement de terre en Haïti, ont accueilli 105 enfants en voie d’adoption", rapporte le Trouw (p.7) dans une brève. "Le ministre Hirsch Ballin (Justice, CDA) avait autorisé la venue de 109 enfants. Il est apparu que trois enfants sont morts avec leurs parents adoptifs néerlandais pendant le séisme. Deux autres ont été repris par leur mère biologique dans le centre où ils se trouvaient. Un enfant a été ajouté à la liste au dernier moment. Tous les enfants étaient déjà engagés dans une procédure d’adoption."

* * *

ECONOMIE, FINANCES

Chemins de fer

"Les chemins de fer néerlandais (NS) souffrent de la pression des TGV Fyra et Thalys", relève le Volkskrant (p.7) en rubrique économique. "En 2009, les chemins de fer ont subi une perte de 106 millions d’euros chez High Speed Alliance, la filiale des NS qui exploite les trains à grande vitesse. C’est ce que les NS ont fait savoir jeudi, lors de la présentation des chiffres annuels. Selon Merel van Vroonhoven, membre de la direction des NS depuis l’été dernier, il est ’pratiquement impossible’ de faire de HSA une filiale rentable." "Toujours selon Van Vroonhoven, mettre fin au projet n’est pas une option. ’L’avenir appartient aux TGV. A long terme il doit être possible de les rentabiliser’."

"Depuis l’autonomie des NS en 1995, cette organisation s’est transformée d’un train intercity roulant avec souplesse en un omnibus cahotant et son avenir est loin d’être florissant", remarque le Telegraaf (p.25).

* * *

PRESSE HEBDOMADAIRE

HP/De Tijd s’interroge sur la sécurité aux Pays-Bas et constate que "là où la police se retire de l’espace public, des gardes de sécurité privés apparaissent". "Qui sont ces gardiens de votre et de notre sécurité, qui se font concurrence sur un marché flou et en changement rapide ?" "La branche du gardiennage et de la sécurité privés a triplé en dix ans. Environ 30 000 personnes travaillent dans ce secteur : 23 000 hommes et 7 000 femmes (à titre de comparaison : la police emploie 53 000 personnes). En 2008, le chiffre d’affaires réalisé a été de plus de 1,4 milliards d’euros (10 % de plus qu’en 2007). Les géants internationaux Trigion, Securitas et Group4Securicor détiennent ensemble environ 75 % du marché. Par ailleurs il existe quelques centaines d’entreprises plus petites."
Dans une interview, la dirigeante du Parti populaire danois, Mme Pia Kjærsgaard, déclare trouver le leader PVV Geert Wilders "très courageux". "La plainte contre lui et son procès sont tellement injustes, purement politiques. Lorsqu’il était ici l’été dernier, la tension était à couper au couteau. Tous ces gardes du corps, les siens et les miens, des agents de sécurité partout, des mesures de sécurité extrêmement sévères. Et tout cela parce que nous sommes critiques à l’égard de l’islam et des conséquences de l’immigration massive."
Sur le plan européen, le chroniqueur Dirk-Jan van Baar prévoit des "assainissements financiers imposés par l’Europe". "Cela ne demande pas une union politique, mais peut-être bien une sorte de gouvernement économique européen, que la France prône depuis quelque temps déjà."

Vrij Nederland publie une reconstitution du parcours de la Belge Muriel Degauque, qui s’est convertie à l’islam et est partie à Bagdad pour y commettre un attentat suicide. Il s’agit d’extraits d’un livre du journaliste flamand Cris de Stoop.
On notera aussi un reportage photo sur "les soldats amateurs qui rejouent la Deuxième Guerre mondiale" aux Pays-Bas. "Au Fort Vechten la Deuxième Guerre mondiale renaît. Des adultes y jouent à la guerre, un re-enactment."

Elsevier propose un dossier sur le marché du logement : "Pourrais-je encore payer ma maison dans quelque temps ? Comment la discussion sur la déductibilité fiscale des intérêts sur les prêts immobiliers influence le marché."
En politique, Syp Wynia s’intéresse à l’aversion croissante de la classe politique haguenoise pour la viande et les produits laitiers. "Durant des années l’Etat nous a incité à consommer davantage de viande et à boire du lait. Brusquement, on prépare des campagnes pour en consommer moins. Il y aura peut-être même une taxe sur la viande."

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Dans le NRC Handelsblad (pp.13 et 14) d’hier soir, le correspondant René Moerland brosse un tableau positif des auto-entrepreneurs français : "Le souhait le plus ardent : pas de chef – La France connaît actuellement une explosion d’esprit d’entreprise".
Le Trouw (p.9) évoque le projet de loi sur le filtrage de la pornographie pédophile sur Internet.
Le Volkskrant (p.4) et le Telegraaf (p.11) rendent compte de la controverse autour du "halalburger" de la chaîne de fastfood Quick.
Le magazine Vrij Nederland contient un article intitulé "Le flamboyant". "Bernard-Henri Lévy est de nouveau sous le feu des critiques. Dans un nouveau livre, le philosophe français se réfère à un collègue inexistant."

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 08/03/2010

Haut de page