Presse néerlandaise du vendredi 19 mars 2010

« Le jour de l’enterrement de Hans van Mierlo, ses idées sur la rénovation constitutionnelle semblent commencer une seconde vie », écrit le NRCHandelsblad d’hier soir à la une. « Même au sein du CDA, le parti qui s’est toujours opposé le plus farouchement à la réforme des institutions, on applaudit brusquement aux idées rénovatrices de Van Mierlo. L’ancien président de ce parti, Marnix van Rij, a écrit mardi dans ce journal que ‘les turbulences politiques de ces derniers temps’ prouvent que Van Mierlo avait raison. »

« Van Rij soutient ce qu’on a fini par appeler les ‘joyaux de la couronne’ du D66, dont le premier ministre et le maire élus, un référendum ‘correctif’ et l’introduction d’un système électoral fondé sur la répartition en districts. Ces modifications sont nécessaires parce que le système politique ‘vermoulu’ actuel, selon l’analyse du D66 de Hans van Mierlo, donne naissance à un trop grand nombre de partis qui, après les élections, sont contraints de former des coalitions et ne peuvent pas suivre leurs principes et tenir leurs promesses électorales. Le résultat est la perte de crédibilité des politiques et la méfiance croissante des citoyens. »

NRCHandelsblad (libéral) d’hier soir : « L’héritage de Van Mierlo a un avenir », « Merkel : il faut pouvoir faire quitter la zone euro »

de Volkskrant (centre gauche) : « L’heure de la vérité approche pour Obama » (correspondance de Washington), « Le PVV critiqué à Almere pour avoir décroché »

Trouw (chrétien progressiste) : « Le CDA retire son soutien à la taxe kilométrique – Le ministre Eurlings lui-même comprend qu’il faut faire plus simple et moins cher », « Veendam en proie à une série d’incendies »

De Telegraaf (populaire) : « La taxe kilométrique a rendu l’âme – Eurlings : Attention, le péage guette ! », « Un général à la retraite : Srebrenica est la faute des homosexuels » (correspondance de New York)

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : « Le meurtrier de Milly avait des pensées suicidaires dans sa jeunesse », « C’est le printemps ! » (photo d’enfants parmi les crocus de La Haye)

* * *

ACTUALITÉ INTERNATIONALE

Union européenne : crise de l’euro

« Les chefs d’Etat et de gouvernement des 27 Etats membres de l’UE prendront la semaine prochaine une décision sur une possible aide à la Grèce », annonce le NRCHandelsblad d’hier soir à la une. « L’Allemagne, le moteur de l’union monétaire, a fait comprendre les dernières semaines qu’elle n’a pas de cagnotte pour les Grecs. Son opinion publique est fortement opposée à une aide d’urgence à la Grèce. »

« Les Pays-Bas ne sont pas favorables non plus à une aide directe. ‘Il n’y aura pas d’argent des contribuables néerlandais pour la Grèce’, affirme le ministre De Jager (Finances, CDA). Mais plus tôt cette semaine, à la suite d’une concertation avec ses collègues européens, il a laissé transparaître qu’il n’y aura pas d’autre solution si la Grèce s’approche trop du ‘gouffre’. Cette déclaration a déplu à la Deuxième Chambre et le VVD a réclamé un débat d’urgence qui aura lieu ce [jeudi] soir. »

« La Deuxième Chambremaintient que la Grèce doit s’adresser au Fonds monétaire international pour résoudre ses problèmes financiers », relève le Volkskrant (p.7) ce matin, en rubrique économique. « Jeudi soir, au moment de boucler cette édition, le premier ministre Balkenende (CDA) n’avait pas l’approbation de la Chambre pour poursuivre les négociations sur une solution européenne à la crise grecque. Frans de Nerée, un collègue de parti de Balkenende, a opté pour la ligne dure. »


ACTUALITÉ INTÉRIEURE

Municipalités

« Tout comme à La Haye et Rotterdam, il faudra qu’une partie externe mène les négociations sur la formation du conseil municipal d’Almere », note le Trouw (p.5) dans un article de synthèse. « Les partis élus dans les trois villes n’arrivent pas à former une coalition sans un éclaireur ou un informateur. »

« A Almere, le PVV a mis fin aux entretiens prospectifs avec les autres partis. C’est maintenant au PvdA, le deuxième parti après le PVV dans cette ville, de jouer. Il a annoncé qu’il allait chercher un informateur. Le VVD n’accepte pas non plus que le parti de Geert Wilders, après deux semaines, refuse déjà de participer à la gestion de la ville. Le PVV prétend que ‘l’élite d’Almere’, notamment le PvdA et le VVD, le contraint d’entrer dans l’opposition. La tête de liste VVD Arno Visser trouve ce reproche ‘trop facile’. ‘Nous voulons mettre quelqu’un au travail qui fera ce que le PVV aurait dû faire : former une coalition qui puisse fonctionner ; »

« A La Haye, le PVV est devenu le deuxième parti, derrière le PvdA. Là aussi un informateur est nécessaire pour sortir de l’impasse. La Haye a du mal à le trouver. Le PvdA, qui a dix sièges, y refuse de négocier avec le PVV. Selon son leader, Jeltje van Nieuwenhoven, il y a des ‘divergences insurmontables entre les deux partis. Elle veut parler de l’interdiction de nouvelles mosquées, de l’enseignement islamique et du port du foulard dans les bâtiments publics que prône le PVV. »

« A Rotterdam, l’ancien ministre Pieter Winsemius (VVD) va examiner les possibilités de coalition. »

« A Arnhem, le SP, le VVD, GroenLinks et le D66 vont former le nouveau conseil, le PvdA, le premier parti y ayant été mis hors jeu inopinément. »

Le Volkskrant (p.3) précise qu’à Almere le PVV de Geert Wilders a accordé « une demi-heure » de discussion aux autres groupes municipaux.

Pour l’éditorialiste du Trouw, « le PVV est bien bruyant, mais n’ose pas prendre de vraies responsabilités ».


PRESSE HEBDOMADAIRE

Vrij Nederland consacre un dossier en trois volets au maire d’Amsterdam Job Cohen, tête de liste pressentie du PvdA aux élections législatives de juin, « l’homme qui doit sauver le pays ». « Pourquoi s’enthousiasment-ils tellement pour Job Cohen ? Il a dépassé la soixantaine et n’est donc plus le jeune révolutionnaire qui mettra l’imagination au pouvoir. » « Il est clair que Cohen, dans ses confrontations avec Wilders, cherchera à se placer sur un plan moral élevé. Monter les gens les uns contre les autres, lancer des attaques personnelles ? Il ne le fera pas. Il ne gagnera pas beaucoup d’électeurs du PVV de cette façon, mais d’autant plus de sympathisants du SP, du D66 et de GroenLinks. Et même un nombre considérable de gens qui votent normalement CDA et VVD. »

A l’occasion du décès et de l’enterrement de l’ancien chef de file D66 Hans van Mierlo, le journaliste Max van Weezel, qui l’a interviewé à plusieurs reprises, retrace sa vie politique dans une longue nécrologie. Il se remémore Van Mierlo « comme un rénovateur et une personnalité difficile, mais surtout comme un homme de chair et de sang ».

Dans HP/De Tijd, le chroniqueur Dirk-Jan van Baar remarque que « Van Mierlo était un intellectuel égaré dans la politique, qui aimait rester civilisé et qui savait inciter son auditoire à réfléchir en formulant des paradoxes ineffables ». Il y a aussi un article de quatre pages composé de 66 citations sur lui, accompagnées de quelques photos anciennes.

Le dossier de l’hebdomadaire narre une journée passée avec le chansonnier Freek de Jonge, 65 ans, actuellement en tournée avec son nouveau programme musical Van A naar Z (De A à Z). « Son image de ‘vieil homme aigri’ est absurde, dit-il. ‘Je suis enthousiaste, dynamique et toujours très créatif’. »

Elsevier présente aussi un portrait de Job Cohen, « l’espoir de la gauche ». « Successeur de Wouter Bos et, aux yeux de la gauche, futur premier ministre des Pays-Bas, l’ex-maire d’Amsterdam a été accueilli par beaucoup comme le nouveau Messie. Il a l’allure terne d’un homme d’Etat, mais quelle position occupe-t-il au juste ? » « Un Wim Kok qui a du flair : portrait de l’homme avec lequel le PvdA veut gagner les élections. »

Comme ses confrères, Elsevier publie également une nécrologie du charismatique cofondateur du D66 Hans van Mierlo.


LA FRANCE DANS LA PRESSE NÉERLANDAISE

Le magazine Vrij Nederland publie un portrait du ministre notamment en charge de l’Identité nationale, Eric Besson. « Beaucoup de positions de Besson correspondent au programme d’un parti comme Trots op Nederland de Rita Verdonk. Avec le PVV il partage l’intérêt manifesté pour l’homme de la rue qui doit avoir son mot à dire. » « La différence avec la situation néerlandaise est que Besson opère de l’intérieur d’un grand parti politique. La montée ou la baisse de la cote de popularité de ce parti ne peut pas être attribuée directement à la politique de Besson. »

Dans Elsevier, le correspondant Olivier van Beemen prévoit une défaite de l’UMP au deuxième tour des élections régionales en Alsace. « Les habitants de cette région frontalière se tournent de nouveau vers l’Allemagne. »

Le Trouw (p.9) évoque l’élection à l’Académie Française de Mme Simone Veil.

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 02/04/2010

Haut de page