Presse néerlandaise du vendredi 2 novembre 2007

La possibilité de squattériser légalement les immeubles vides depuis longtemps aux Pays-Bas appartiendra bientôt au passé, selon le quotidien à grand tirage De Telegraaf. Un projet de loi que le CDA déposera prochainement serait en effet assuré désormais d’une majorité à la Deuxième Chambre. Le VVD et le PVV de Geert Wilders sont depuis longtemps partisans de pénaliser cette pratique née de la crise persistante du logement. Le SGP et la ChristenUnie sont également favorables à son interdiction, mais leur soutien dépendra de la forme que proposeront les chrétiens-démocrates. "Autrefois, les squatters étaient encore des idéalistes", commente le député ChristenUnie Ed Anker, "mais ils sont supplantés maintenant par des squatters internationaux qui viennent chez nous pour semer la pagaille."
Mardi, pour la troisième fois en un an, des policiers venus évacuer un immeuble squatté à Amsterdam sont tombés sur un piège qui, s’il avait fonctionné, aurait pu faire des morts et des blessés graves. "Une situation inadmissible", estime l’éditorialiste du journal populaire.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "De lourdes peines pour les auteurs des attentats terroristes de Madrid", "Le conflit kurdo-turc se fait aussi sentir à Arnhem - ’Mon voisin turc ne me dit plus bonjour’"
De Telegraaf (populaire) : "Tentative de meurtre contre la police d’Amsterdam - La Chambre veut interdire la squattérisation", "Hingis s’arrête après une affaire de cocaïne" (tennis)
de Volkskrant (centre gauche) : "Chaos cycliste" (éclairage des bicyclettes à Amsterdam), "’Al Mansouri voyageait avec un passeport iranien’" (cf. presse des 30 et 31 octobre)
Trouw (chrétien progressiste) : "Premiers soins aux enfants : les hôpitaux doivent mieux détecter les sévices", "La flexibilité sans assouplissement du droit de licenciement"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "’Drogue au volant : une approche sévère’ - La Chambre veut des mesures rapides"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas - Tchad

"Le gouvernement envisage d’envoyer des troupes au Tchad", relève le Telegraaf (p.3). "Il s’agirait d’une contribution de quelques dizaines de militaires à la force de l’ONU dirigée par la France et qui doit assurer la sécurité des camps de réfugiés à la frontière de la province soudanaise du Darfour."
"Ces camps hébergent surtout des Soudanais noirs qui se sont réfugiés dans l’Est du Tchad par peur des milices janjaweeds, des Soudanais d’ethnie arabe soutenus par le régime de Khartoum et qui harcèlent la population noire du Darfour. Ces milices traversent de plus en plus souvent la frontière avec le Tchad pour y poursuivre leurs pillages et viols."
"Au Darfour, il est extrêmement difficile de mettre sur pied une force internationale, parce que le gouvernement soudanais s’y oppose systématiquement. Selon Khartoum, il n’y aurait pas d’épurations ethniques."

ACTUALITE INTERIEURE

Antilles néerlandaises

La presse à grand tirage rend compte du traditionnel voyage que les présidents des groupes parlementaires de la Deuxième Chambre entreprennent environ une fois par législature, sous la direction de la présidence de la Chambre.

"C’est la deuxième fois que les présidents de groupe, dans ce cadre, se rendent en visite de travail aux Antilles néerlandaises et à Aruba", souligne l’Algemeen Dagblad (pp.2-3). "Le leader PVV Geert Wilders a donné le ton en menaçant de mettre les îles en vente sur marktplaats.nl, si elles ne s’attaquent pas rapidement à la corruption."
"Ces deux dernières semaines, les présidents de groupe se sont rendus dans toutes les îles des Antilles néerlandaises et Aruba. Dès le premier jour, ils ont eu des entretiens corsés sur la suppression des Antilles, l’an prochain, et l’assainissement des dettes d’un montant de 2,2 milliards d’euros." "La présidente de la Chambre, Verbeet, qualifie les entretiens de ’corsés’. La nouvelle génération de présidents de groupe parlementaire ne semble pas disposée à prendre les Antilles avec des gants de velours. A Curaçao, les présidents critiquent la situation préoccupante dans la prison Bon Futuro et la pollution atmosphérique causée par la raffinerie Isla, et à Sint Maarten ils s’en prennent vivement à la lutte contre la criminalité et à l’accueil des enfants."
"Pechtold, ancien ministre des Relations du Royaume, trouve que ses collègues vont trop loin : ’Les relations avec les îles ont été sérieusement endommagées durant ce voyage’."

"Le voyage aux Antilles des présidents de groupe parlementaire s’est soldé par une débâcle", affirme Paul Jansen dans le Telegraaf (p.5) depuis Sint Maarten. "Les députés ont rarement porté un jugement aussi sévère qu’après ces deux semaines dans les Antilles. Leurs hôtes se sont comportés comme des enfants gâtés qui, après le cadeau haguenois de 2,2 milliards d’euros d’assainissement de dettes, étaient surtout anxieux de savoir ce que les Pays-Bas avaient d’autre pour eux. Ils ont été déçus, car les Hollandais commencent à en avoir ras-le-bol des politiques antillais."
"Rita Verdonk ne mâche pas ses mots : ’Je ne peux pas expliquer aux Néerlandais pourquoi leurs impôts vont aux Antilles alors qu’ici ils n’en paient même pas. Cela me rend cynique’." "Le PvdA en a aussi ras-le-bol. Le président du groupe PvdA, Jacques Tichelaar, n’a pas l’intention de confier les deniers hollandais aux Antilles sans supervision. ’Ce que les autorités devraient faire ici est fait par des bénévoles. Il s’agit de prestations de base comme l’enseignement et les soins. Les citoyens et les entreprises n’ont plus la moindre confiance dans les politiques.’ Le jugement qu’il porte sur les autorités antillaises est très dur : ’J’espère que dans dix ou quinze ans, il y aura un autre genre de leaders à la barre, ici’."

ChristenUnie

"Rouvoet ne se prononce pas sur les homosexuels", titre le Telegraaf dans un encadré à la une. "Le vice-premier ministre et leader de la ChristenUnie André Rouvoet refuse de se distancier de la proposition visant à exclure les homosexuels de fonctions comme celle de député ou de cadre de son parti."
"La conseillère municipale amstellodamoise Yvette Lont, de la ChristenUnie, veut faire adopter cette proposition au congrès du parti, le 17 novembre. Deux cadres de la ChristenUnie sur trois sont d’accord avec elle."

"Le parti, depuis la fusion [de la GPV et de la RPF] en 2000, a sciemment sollicité les migrants, les Surinamiens et les Antillais en espérant en obtenir des inscriptions et des suffrages", rappelle le Trouw (p.7). "Il y a assez bien réussi jusqu’à présent, mais maintenant ces membres commencent à bouger. Le député ChristenUnie Joël Voordewind les connaît bien. Il les dépeint comme étant des ’évangélistes charismatiques’, des gens extrêmement croyants qui sont actifs dans des églises pentecôtistes et qui prennent la Bible à la lettre. Yvette Lont, conseillère municipale à Amsterdam, est d’origine surinamienne et peut être considérée comme une représentante de ce courant. ’Elle n’est certainement pas seule’."

Pour l’éditorialiste du journal chrétien progressiste, "la discussion qui a éclaté au sein du parti, sur la question de savoir si des homosexuels peuvent le représenter, montre que son ascension de la marginalité à la participation au pouvoir a peut-être été un peu trop rapide". "Il serait bon de connaître la position de la ChristenUnie sur ce point, certainement maintenant que le parti est au gouvernement et contribue à diriger un pays qui reconnaît les homosexuels comme des citoyens à part entière."

PRESSE HEBDOMADAIRE

"Agressivité, cours annulés et classes surpeuplées : l’école secondaire moyenne n’est pas une sinécure", fait valoir HP/De Tijd dans son dossier de la semaine. "Les enfants nantis ont une alternative, l’école privée. HP/De Tijd a bénéficié d’une semaine d’enseignement exclusif à l’Instituut Blankenstijn. ’Nous n’avons pas d’élèves, nous avons des clients’." "Ad Blankenstijn : ’Je veux les meilleurs professeurs, que je fais faire cours à des petits groupes. Ça coûte de l’argent, que voulez-vous ? Hélas, car en fait cela devrait être la norme dans l’enseignement’."
L’hebdomadaire relate par ailleurs l’histoire d’Edzard Koopman, un "drame bizarre" dont la victime a été dépouillée de tous ses biens par son frère, un chirurgien plastique réputé, alors qu’il était dans le coma et cela avec l’aide d’un notaire d’un grand cabinet haguenois. "Autant il a été facile de perdre sa liberté et sa maison, autant il est difficile pour lui de rentrer dans ses droits. Cela fait deux ans et demi qu’Edzard se bat et la fin n’est toujours pas en vue. Il est angoissant de voir comment l’establishment juridique haguenois traite un individu. Il se trouve qu’Edzard et ses sœurs sont en mesure de tenir aussi longtemps, mais la plupart des citoyens ne peuvent pas se permettre de telles procédures. Et cette pensée est encore plus angoissante."

Elsevier défend une fois de plus les intérêts financiers de ses lecteurs : "Faites attention à votre argent. Les criminels guettent les neuf millions de comptes en banque en ligne des Pays-Bas. Ce que vous pouvez faire pour les tenir à l’écart." "Il y a plusieurs raisons au fait que les Pays-Bas, maintenant et à l’avenir, restent une cible intéressante. Ainsi, les Néerlandais sont tout simplement des usagers enthousiastes des opérations bancaires en ligne, plus que les habitants d’autres pays. Deux clients sur trois règlent leurs affaires bancaires sur Internet."

Vrij Nederland consacre plus de soixante pages au Darfour. "Spécial : Tout ce que vous ne voulez pas savoir du Darfour.

AFFAIRES FRANÇAISES

Outre deux brèves sur des faits divers (Trouw p.9), on retiendra un article sur la troisième édition de "Cinéma & Justice", "une initiative du Filmhuis Den Haag et de l’Ambassade de France", dans le cahier haguenois de l’AD.

Dernière modification : 22/09/2008

Haut de page