Presse néerlandaise du vendredi 20 mars 2009

"La Reine Beatrix se mêle régulièrement de la nomination de hauts fonctionnaires", selon les anciens responsables politiques Henk Koning, Ben Bot, Bram Peper et Pieter Kooijmans. C’est ce qu’ils expliqueront dimanche, durant le programme télévisé Reporter de l’organisation de radiotélédiffusion catholique KRO.
"Ainsi, la Reine aurait fait du lobbying, avec succès, auprès du premier ministre Ruud Lubbers pour que l’ancien secrétaire d’Etat aux Finances Henk Koning soit nommé président de la Cour des comptes", écrit le quotidien à grand tirage De Telegraaf. "Les quatre anciens responsables ne voient pas de problème à l’ingérence de notre souveraine, parce que c’est ’le ministre qui prend finalement la décision qui est responsable’."

NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Les provinces vont devoir faire ceinture – Une recommandation au gouvernement prône des interventions financières radicales et une autre répartition", "Obama fait tourner la planche à billets"
De Telegraaf (populaire) : "La Reine fait du lobbying pour les hautes fonctions", "Wilders : Donnez 400 euros à tout le monde"
Trouw (chrétien progressiste) : "Les quinquagénaires sont les dupes de la crise des retraites – Leur revenu va baisser d’environ 10 pour cent" (étude du Centraal Planbureau), "Prison à vie pour Fritzl, la famille dévastée", "Beatrix se mêle activement des nominations"
de Volkskrant (centre gauche) : "L’intervention draconienne de la Fed est funeste pour le cours du dollar – La monnaie américaine perd 4 pour cent en un jour", "L’océan crache de la fumée et des cendres près de Tonga", "Des soldats israéliens tuent délibérément des civils à Gaza"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le bonus d’ING suscite la colère – Le PDG pressenti recevra 400 000 euros en actions", "Concertation de crise : On va couper dans la prime de soins"

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Bonus

"Le ministre Bos s’est montré courroucé jeudi par un bonus de bienvenue de 1,3 million d’euros au maximum, que le nouveau dirigeant financier Patrick Flynne recevra d’ING", relève le Volkskrant (pp.1 et 9). "’C’est une nouvelle dégradation de la réputation du monde bancaire’."
"Le personnel de Shell est en grand émoi au sujet des bonus en actions, alors que les performances des bénéficiaires ont été maigres. Non seulement le grand patron Jeroen van der Veer, mais aussi quelque quinze mille managers du groupe ont reçu des bonus. Le conseil d’administration central juge ces bonus en actions incompréhensibles, alors que simultanément le salaire fixe de beaucoup d’employés aux Pays-Bas a été gelé" (également Het Financieele Dagblad pp.1 et 11, Trouw p.11).

"Le leader du PvdA et ministre des Finances Bos grince de nouveau des dents sur la ligne de touche", remarque l’éditorialiste du Telegraaf à propos des cent mille actions ING offertes au nouveau dirigeant financier de la banque. "Manifestement, l’ancien leader FNV De Waal, que Bos a nommé ’commissaire d’Etat’ chez ING, a été reçu sans problème dans le bastion de profiteurs, à Amsterdam, où l’ancien chef de file du PvdA Kok avait abandonné son bagage idéologique depuis longtemps en acceptant une prime royale en tant que membre du Conseil de surveillance."

En page d’opinion du Volkskrant, la tête de liste du PvdA aux élections européennes, M. Thijs Berman, reproche au CDA et au D66 d’avoir voté pendant des années contre la surveillance des banques et pour les bonus. "Compte tenu de leurs récentes publications, Van de Camp [tête de liste du CDA aux élections européennes] et In ’tVeld [tête de liste du D66] ont vraiment changé d’avis maintenant. Dommage qu’ils l’aient fait aussi tard."

Geert Wilders

"Tous les adultes doivent recevoir de l’Etat un chèque unique de 400 euros", relève le Telegraaf à la une. "Avec cette idée, Geert Wilders veut donner une impulsion à l’économie. ’Une des causes de la crise actuelle est la baisse de la demande’, déclare le leader du PVV. ’Je veux y remédier. Et les gens feront bon emploi d’un petit extra’."
"Wilders veut financer ce cadeau, plus de 5,2 milliards d’euros au total, en supprimant dès ce printemps la mission en Afghanistan (rapport : 500 millions), en arrêtant l’assainissement de la dette des Antilles (1,7 milliard) et en renonçant à l’achat du chasseur JSF (3 milliards). Ces appareils, le PVV veut les acheter plus tard sur l’étagère, en plus petits nombres."

Rita Verdonk

"Une éminente figure de Trots op Nederland [Fiers des Pays-Bas, ToN] a de nouveau quitté le parti : Alexander van Ketwich Verschuur abandonne ses fonctions de président national de la commission qui est en train de rédiger un programme électoral", rapporte le Volkskrant (p.3).
"Van Ketwich Verschuur est un ancien banquier privé fortuné issu d’une famille de gestionnaires réputés. C’était l’un des personnages marquants de ToN. Son départ suit celui de collaborateurs connus comme Ed Sinke et Kay van de Linde." "Dans un communiqué de presse, Verdonk et Van Ketwich Verschuur affirment que ce n’est pas une rupture. Les services de l’ex-banquier auraient été temporaires dès le début."
"Verdonk est à un siège dans les sondages", rappelle le journal de centre gauche.

PRESSE HEBDOMADAIRE

Vrij Nederland, sous le titre, "La panique de la piqûre", présente une série de photos de filles de douze ans qui ont donné suite à l’appel de l’Institut national de la Santé publique et de l’Environnement (RIVM) dans sa dernière campagne de vaccination. "Les fillettes sur ces photos se font vacciner contre le cancer du col de l’utérus. Mais n’était-il pas beaucoup trop tôt pour une vaccination à grande échelle ? Pourquoi cette hâte ?"
"Avec les négociations sur l’accord de crise, Piet Hein Donner est de retour sur le devant de la scène – mais pas à la satisfaction générale", remarque l’hebdomadaire dans le chapeau d’un "portrait" politique du ministre CDA des Affaires sociales. "Qu’est-ce qui pousse Piet Hein Donner ? Pourquoi le ministre essaie-t-il constamment de tout dérégler, alors que le pays réclame des mesures rapides contre la plus grande crise économique des quatre-vingts dernières années ?" "’Le ministre des Affaires sociales doit être une machine à soutien’, formule le président de la CNV, Paas, dans le plus pur jargon du modèle polder. ’Il ne doit pas essayer d’avoir coûte que coûte raison.’ Et c’est là qu’est le problème : Donner n’est pas un chercheur de consensus. Il veut discuter, aiguillonner et convaincre les autres. ’Il est magistral sur le fond’, dit René Paas. ’A la Justice, on va très loin avec ça. Mais aux Affaires sociales les points de vue passionnés sur le fond sont plutôt une entrave’." "La présidente du PvdA, Mariëtte Hamer, antagoniste directe de Donner dans la crise du droit de licenciement et qui négocie de nouveau quotidiennement avec lui, déclare : ’Il fait la même proposition des jours d’affilée, même si j’ai déjà indiqué que je ne suis pas d’accord. Ça s’est passé comme ça avec le droit de licenciement et ça se passe de nouveau comme ça maintenant’."
"Lorsque la France, il y a quarante ans, s’est retirée hautainement de l’Alliance, cela n’a pas compté pour deux divisions françaises en Allemagne", remarque le chroniqueur Ko Colin à propos de la réintégration du commandement militaire de l’OTAN. "Elle ne s’est pas retirée de la défense aérienne, car elle en profitait aussi. Ses oléoducs et l’espace aérien français sont restés à la disposition de l’OTAN. Le chercheur David Yost a expliqué que la Force de Frappe française se disait bien indépendante, mais la forme et le contenu présentait des traits curieusement américains. A un moment décisif, en 1982, la France a cessé ses livraisons d’armes au général argentin Galtieri, avec les remerciements de Margaret Thatcher qui, après cela, n’a plus eu de problème avec la flotte argentine. Pendant la guerre des Balkans, les services de renseignement français ont toujours bien coopéré avec d’autres services de l’OTAN. Bref, dans les coulisses l’excentricité française était plutôt relative."

HP/De Tijd publie une interview de l’acteur américain Dustin Hoffman reprise de l’agence de presse IFA, à l’occasion de la sortie de son dernier film, Last Chance Harvey. "Un gamin de 71 ans".
Sur le plan intérieur, l’hebdomadaire publie un reportage sur la section amstellodamoise de la JOVD, organisation de jeunes du parti libéral VVD. "Le VVD se porte mal et le club de jeunes libéraux, la JOVD, se porte mal aussi. Qu’est-ce qui ne va pas ? Des informations d’Amsterdam et de La Haye. ’Rutte a un problème d’image’."

Elsevier s’interroge sur la situation économique, dans un dossier intitulé "Récession – La fin de la crise est-elle en vue ?", et dresse le bilan des morts de la circulation en 2008 : "Chaque année, sept cents personnes meurent sur la route. Pourtant, le nombre de morts n’est nulle part aussi réduit qu’aux Pays-Bas, relativement."
"La gestion de crise du gouvernement Balkenende laisse beaucoup à désirer", estime le magazine en rubrique politique. "Il dit vouloir rétablir la confiance, mais lui-même n’en respire pas du tout." "Inutilement lente, puis chaotique, ensuite dans le mauvais ordre : telle est en quelques mots la gestion de crise du gouvernement."
Dans une interview, le chef de file VVD Mark Rutte déclare vouloir "revenir aux valeurs de l’époque de la reconstruction". "Le déclin économique rend même le positiviste Mark Rutte pessimiste. Mais il y a des lueurs d’espoir : il y a enfin des possibilités de réduire l’appareil de l’Etat. Il refuse de jouer la carte démagogique de Wilders ou Pechtold. Et il reste finalement optimiste, car ’nous avons tout pour être le plus bel endroit du monde’."
Un petit article signé Rik Kuethe qualifie de "courageuse" la décision de la France de réintégrer le commandement militaire de l’OTAN. "Nicolas Sarkozy fait preuve d’audace en refaisant de son pays un membre à part entière de l’OTAN, après 43 ans."
On notera d’autre part une correspondance d’Olivier van Beemen sur les Antilles françaises : "Révolte sous les palmiers. La France d’outre-mer se ressentent davantage de la crise que la métropole. Des protestations accompagnées de violences s’en suivent. La France délie les cordons de la bourse."

AFFAIRES FRANÇAISES

Plusieurs journaux font mention, parfois par une simple photo, de l’agitation sociale (Het Parool d’hier soir p.9, de Volkskrant p.5, Trouw p.8, AD p.15).

Dernière modification : 03/04/2009

Haut de page