Presse néerlandaise du vendredi 22 décembre 2006

"L’enfer menace dans les quartiers", s’il faut en croire la manchette du quotidien à grand tirage De Telegraaf. "Les quartiers d’habitation de notre pays sont en ce moment pleins à craquer de quantités dangereuses d’articles pyrotechniques illégaux, qui risquent d’exploser à la moindre étincelle. Le Ministère public met les citoyens en garde contre une deuxième catastrophe comme celle d’Enschede et appelle les communes à l’aider à lutter contre le commerce illégal."
"Des quantités record d’articles pyrotechniques sont actuellement saisies par la police et la justice. Du fait que le problème est considéré cette année comme une priorité nationale et que les autorités judiciaires se concentrent surtout sur le trafic de grande envergure, elles ont déjà trouvé plus de marchandise que durant toute l’année 2005."

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Le Conseil d’Etat donne tort à Verdonk : Il faut motiver le rejet des ’cas navrants’" (demandeurs d’asile), "Les actionnaires de Stork saisissent le tribunal", "Nouvelle réduction des quotas de pêche"

De Telegraaf (populaire) : "L’enfer menace dans les quartiers - Des garages et des sous-sols pleins d’articles pyrotechniques", "Vœux de Noël du gouvernement pour l’Uruzgan", "Wüst et Bos nommés meilleurs sportifs"

de Volkskrant (centre gauche) : "Shell s’incline sous la pression du Kremlin - Gazprom achète sa participation dans le groupe pétrolier" (projet Sakhaline-2), "Turkmenbachi, aimé, redouté et malade mental" (mort du président du Turkménistan)

Trouw (chrétien progressiste) : "’Supprimez les ministres techniques’ - Les hauts fonctionnaires prônent une réorganisation radicale de l’Etat"

AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "L’étau se resserre autour de Julien C." (fait divers), "Irène Wüst, sportive de l’année 2006, repart avec son trophée"

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Rapport des secrétaires généraux

"Les ministres ne doivent plus diriger leur ministère, mais des projets spécifiques", écrit le Trouw dans son grand article à la une. "Les fonctionnaires doivent aussi faire partie de ces projets, au lieu d’un ministère. C’est ce que recommandent les secrétaires généraux, les treize plus hauts fonctionnaires des ministères de La Haye, dans un rapport intitulé In dienst van het Rijk, naar een volgende fase van vernieuwing van de Rijksdienst [au service de l’Etat, vers une nouvelle phase de rénovation des services de l’Etat]. Les fonctionnaires veulent transformer de fond en comble la fonction publique. Ils demandent au futur formateur de gouvernement de prendre les premières décisions ’soutenant et promouvant les réformes que nous souhaitons et jugeons nécessaires’."
"Ces recommandations ressemblent aux idées lancées plus tôt par le leader PvdA Wouter Bos. Bos veut un gouvernement compact d’environ sept ministres, chacun prenant à son compte une grande ligne de la politique gouvernementale. Il veut aussi se défaire de la répartition traditionnelle du gouvernement suivant les ministères."
"Selon les secrétaires généraux, la répartition en ministères entraîne un cloisonnement et une lutte inutile pour les compétences. En outre, un tel gouvernement réagit trop lentement à l’évolution de la société. Ainsi, le commissaire chargé de la politique de la jeunesse a rappelé récemment que sept ministères s’occupent de cette politique. Lui-même en est le coordonnateur. Certains ministres sont eux aussi coordonnateurs dans un domaine politique donné. Les hauts fonctionnaires veulent quitter cette situation. Selon eux, la coordination a pour effet l’estompage des compétences. Ils plaident en faveur de ministres de projets qui assument la responsabilité finale et pilotent différents ministères. Ces ministres doivent être soutenus par des fonctionnaires formant un ’pool’ et qu’on détache pour les projets des ministres."
"La nouvelle organisation devrait aussi avoir des conséquences pour la Deuxième Chambre. Les hauts fonctionnaires ne précisent pas lesquelles, mais ’il est clair que l’organisation politique retenue (par exemple le nombre de dirigeants, les responsabilités et compétences qu’on leur attribue et la composition des ministères, la répartition en commissions parlementaires, etc.) est fortement déterminante pour les possibilités de flexibilité’."
"Les hauts fonctionnaires veulent d’autre part qu’on s’occupe davantage de l’application de la politique. Les fonctionnaires exécutants doivent être mieux outillés et bénéficier de meilleures conditions de travail. En outre, ils doivent avoir plus facilement accès aux ministres, afin de pouvoir les prévenir plus tôt en cas de problème."

Campagnes

"Les communes contribuent à la paupérisation des campagnes", note le Trouw (p.2). "Elles ne sont pas assez conciliantes envers les paysans qui veulent changer de gagne-pain. C’est ce qu’écrit le PDG de la Rabobank, Hans ten Cate, dans une lettre aux ministres Veerman (Agriculture), Winsemius (Aménagement du Territoire) et à l’IPO, l’organe de concertation des provinces. Ten Cate veut que l’Etat et les provinces interviennent : ’Une réglementation nationale ou provinciale est nécessaire pour éviter qu’un entrepreneur soit entièrement dépendant d’une commune locale’."
"Ten Cate souligne dans sa lettre que plus de 2 000 bâtiments agricoles se libèrent chaque année, parce qu’agriculteurs et horticulteurs mettent fin à leur entreprise. Trois à quatre mille agriculteurs s’arrêtent déjà chaque année, parce qu’ils n’ont pas de successeur ou parce qu’ils n’ont pas d’autre choix, du point de vue financier, et leur nombre croîtra probablement les prochaines années."
"La réaffectation des bâtiments agricoles pose de grands problèmes, signale la Rabobank, qui est le financier des campagnes, parce que les communes s’en tiennent à des plans d’occupation des sols qu’elles n’ont besoin d’actualiser qu’une fois tous les dix ans. ’La réglementation actuelle est dépassée par le changement rapide de la réalité’, écrit Ten Cate. ’Un assouplissement des règles à l’échelle nationale contribuerait justement à résoudre le problème - grave et urgent, à notre avis - de la paupérisation des campagnes néerlandaises’."
"J’ai une résidence secondaire en Zélande, où beaucoup de paysans mettent fin à leur entreprise. Ils veulent par exemple faire de leur grange un hangar à bateaux. Mais ce n’est pas conforme au plan d’occupation des sols et donc ce n’est pas possible, formellement. Alors qu’on peut se demander ce que cela change, de mettre des pommes de terre ou des bateaux dans sa grange. Le résultat est évidemment que les entrepreneurs ne demandent plus d’autorisation du tout. Mais ce n’est pas souhaitable."

Florins

"Les Néerlandais sont des épargnants et des engrangeurs, même des bons vieux florins", remarque le Financieele Dagblad à la une. "Bien que cela fasse déjà presque cinq ans que les Néerlandais payent en euros, ils ont du mal à se détacher du florin, aussi bien physiquement que psychologiquement."
3 529,7 millions de pièces de l’ancienne monnaie néerlandaise, ayant une valeur de 495,5 millions d’euros, se trouvaient encore dans des bocaux, des albums de collection ou des tiroirs, fin novembre. Les Néerlandais ont encore quatre jours ouvrés pour échanger leurs vieilles pièces auprès des quatre agences de la Banque des Pays-Bas (DNB) et des agences postales, munis d’une pièce d’identité. Passé le 29 décembre, les pièces n’auront plus de valeur que pour les collectionneurs.
Cet été, presque 70 pour cent des ménages néerlandais possédaient encore des florins. Selon un sondage de la DNB, seuls 11 pour cent étaient disposés à les échanger contre des euros. Plus de la moitié des Néerlandais veulent même revenir au florin, ainsi qu’il ressort d’une enquête de fin d’année de l’Institut national d’information budgétaire (Nibud) et de RTL Nieuws. 30 % des Néerlandais ont encore le florin "en tête", notamment parmi les plus de trente ans. Cette partie de la population calcule encore en florins quand on lui demande le prix d’un pain (également Trouw p.13, AD Haagsche Courant p.16).

PRESSE HEBDOMADAIRE

Le "numéro double d’hiver" de HP/De Tijd et le "numéro double de Noël" de Vrij Nederland consistent surtout en rétrospectives, interviews et survols en tous genres.

HP/DE Tijd estime que 2006 a été "l’année de la province" : le programme télévisé Boer zoekt vrouw (paysan cherche femme) a été le grand succès de la saison, Jan Smit (Volendam) a fait fureur comme chanteur populaire et "le rural Jan Peter Balkenende a battu tous ses rivaux urbains". Le magazine publie d’autre part le premier d’une série de huit articles sur "le phénomène Ayaan Hirsi Ali" : "La création d’un mythe". Nous apprenons notamment que des personnalités connues ont rédigé une partie de ses publications. On retiendra aussi une présentation des "hôtels de rêve" des Pays-Bas et une interview du sondeur d’opinion Maurice de Hond. Il dit à propos du "meurtre de Deventer", affaire dans laquelle, selon lui, un innocent a été condamné : "Ce qui me frappe, c’est le nombre de gens qui portent un jugement sans connaître les faits. Beaucoup de gens disent n’importe quoi, parce qu’ils ne veulent tout simplement pas croire que nous sommes ici au Kazakhstan-sur-Rhin. Si Louwes [la personne condamnée] avait été emprisonné en Thaïlande, 99 pour cent des Néerlandais auraient été convaincus de son innocence. Alors nous aurions tous clamé que la Thaïlande est une république bananière."

Vrij Nederland contient une interview de la députée GroenLinks Mariko Peters (37 ans), ancienne avocate et conseillère du ministre afghan des Affaires étrangères. "A supposer que la Turquie satisfasse aux conditions posées, je verrais dans l’adhésion de ce grand pays une belle incarnation de l’ambition européenne de former une communauté en expansion de partisans de la démocratie, des droits de l’homme et de l’Etat de droit." L’hebdomadaire s’est aussi entretenu avec Trude Maas-de Brouwer, sénatrice PvdA. Si son parti entre au gouvernement, elle est presque certaine de se faire proposer un portefeuille de ministre, estime VN. Enfin, il y a un portrait de Gérard Depardieu, "génie sans mesure".
Elsevier, qui a publié son numéro double la semaine dernière, propose cette semaine une "Edition spéciale - Prospective 2007". "Une année à risques : le nouveau gouvernement devra éviter les comportements dépensiers et endiguer l’afflux d’aventuriers est-européens."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Volkskrant (p.15) consacre un reportage à l’église Saint-Pierre, à Firminy, un projet de Le Corbusier qui servira de musée.

Dernière modification : 22/12/2006

Haut de page