Presse néerlandaise du vendredi 23 janvier 2004

L’ensemble de la presse d’hier soir
et de ce matin se réjouit d’une "percée diplomatique" dans la question des
détenus néerlandais en Thaïlande. Le roi Bhumibol a inopinément gracié hier deux
ressortissants néerlandais condamnés à quarante et quinze ans de prison pour
contrebande de drogue. Ils reviendront aux Pays-Bas sous peu. La condamnation à mort de
deux Chinois de nationalité néerlandaise a d’autre part été commuée en détention à
perpétuité, ce qui signifie dans la pratique qu’ils seront élargis aux Pays-Bas. Le
marchand amstellodamois Machiel Kuijt sera libéré l’an prochain. D’autres détenus
néerlandais pourront bientôt purger leur peine aux Pays-Bas.

"La visite d’Etat de la Reine
Beatrix a débouché sur un résultat réjouissant", constate l’éditorialiste du Volkskrant. "La mission à Bangkok a
indubitablement été favorisée par la longue et bonne relation entre les maisons royales
thaïlandaise et néerlandaise." "Mais il ne faut pas oublier que ce succès a
aussi une mère : celle de Machiel Kuijt, qui a attiré l’attention publique sur l’affaire
de son fils, avec une grande persévérance. C’est surtout grâce à ses efforts que la
diplomatie néerlandaise, longtemps indolente dans cette affaire, s’est enfin
réveillée."

Le commentateur de l’Algemeen Dagblad, nettement plus critique, estime
que certains (Kuijt serait innocent) de "ces mauvais sujets, qui ont combiné un
séjour dans ce beau pays de vacances avec une tentative extrêmement risquée de
s’enrichir rapidement, peuvent s’estimer heureux de s’en tirer à si bon compte".
"Ils ne doivent pas seulement être reconnaissants à la Reine, mais aussi et surtout
aux contribuables néerlandais qui paient les frais engagés par le service diplomatique
et les structures d’aide pour alléger leur sort." 

  • NRC Handelsblad
    d’hier soir : "La Thaïlande gracie des Néerlandais – Bot : le traité sur les
    prisonniers est presque prêt", "La BBC critique ses propres informations sur la
    guerre d’Irak"
  • de
    Volkskrant
     : "La Thaïlande libère deux Néerlandais", "Regain
    d’intérêt pour la science-fiction grâce à Mars"
  • De
    Telegraaf
     : "Graciés grâce à la visite d’Etat – Le roi de Thaïlande fait libérer des Néerlandais",
    "Gel du prix des timbres-poste pour trois ans"
  • Algemeen
    Dagblad
     : "Les Belges retirent leur argent noir – Les banques de la Flandre
    zélandaise ont un problème", "Beatrix obtient la libération de deux
    détenus"
  • Trouw
     : "La pêche est tout de même à l’origine de la mortalité aviaire – Un
    chercheur revient sur sa conclusion prématurée dans un rapport sur la Mer des
    Wadden", "Une charrette pleine d’oignons heurte une BMW : un mort"
    (réouverture d’un procès en Chine), "La Chambre veut introduire une peine de prison
    de trente ans"

* * *

Actualité
internationale

Union européenne

Année de l’Europe . " Le secrétaire d’Etat Nicolaï (Affaires européennes,
VVD) a officiellement ouvert l’Année de l’Europe [hier] matin, à La Haye
",
rapporte le NRC Handelsblad (p.2). " Nicolaï a dévoilé un logo et un drapeau, conçus
pour attirer l’attention des citoyens sur le fait que des événements importants vont se
passer cette année sur le plan européen
. L’Union européenne sera élargie à dix
nouveaux Etats membres en 2004 et le 10 juin auront lieu des élections pour le Parlement
européen. En outre, les Pays-Bas, à partir du
1er juillet, assureront la présidence de l’Union européenne pendant un semestre
."

"Au demeurant, la campagne
d’information qui accompagne l’Année de l’Europe ne commencera qu’en mars. Quelques
bureaux ont été sollicités de formuler des propositions à ce sujet, a déclaré
Nicolaï plus tôt dans la matinée, lors d’une concertation avec la Deuxième Chambre.
Une mauvaise nouvelle, dans ce contexte, est que les Pays-Bas risquent de manquer une
subvention de 560 000 euros de la Commission européenne, a reconnu Nicolaï. La
raison en est que Bruxelles a décidé d’être plus critique concernant les budgets des
activités d’information. Comme la subvention ne sera probablement pas accordée, la
campagne d’information devra être un peu plus sobre que prévu, a dit Nicolaï. Le
député VVD Van Baalen a fait valoir que Nicolaï devait demander des fonds
supplémentaires à ses collègues du gouvernement, mais le secrétaire d’Etat n’en a
guère envie. Le gouvernement a opté pour une politique économe, a-t-il rappelé."

"La sponsorisation de la
présidence de l’UE par le secteur privé se fait également attendre. Le gouvernement
avait demandé aux entreprises d’apporter une contribution en nature, par exemple en
fournissant des espaces de réunion ou en mettant des voitures à disposition, mais elles
ne manifestent guère d’intérêt pour le moment" (également Het Financieele Dagblad p.3, De Telegraaf p.3).

Demandeurs d’asile . " Les pays de l’Union européenne travaillent à un
règlement qui doit faciliter l’expulsion de demandeurs d’asile indésirables vers des
pays jugés sûrs
", note le Volkskrant
(p.4). "Suivant ce règlement, il serait possible d’envoyer les demandeurs d’asile
dans ces pays même s’ils n’ont pratiquement aucun lien avec eux. Suivant la proposition
dont les ministres de la Justice et de l’Intérieur ont débattu hier à Dublin, il suffit
qu’un demandeur d’asile ait transité par un pays ’sûr’ pour pouvoir l’y renvoyer. Un
autre critère est que sa langue ou sa culture présente quelque ressemblance avec celle
du pays en question. L’eurocommissaire Vitorino (Justice) élaborera la proposition."

" La ministre Verdonk (Etrangers) a déclaré qu’elle
soutenait l’idée
. Elle pose cependant comme
condition que les pays voisins ’sûrs’ – tels la Roumanie et la Bulgarie – aient
accepté la Convention européenne des droits de l’homme
."

"Verdonk a convenu hier avec ses
homologues de Belgique et du Luxembourg que les trois pays du Benelux organiseront
désormais des vols communs pour transporter les demandeurs d’asile refusés."

 

Actualité
intérieure

Système pénal

" Une majorité de la Deuxième Chambre veut porter à
trente ans la peine d’emprisonnement temporaire prévue pour les délits graves, comme le
meurtre
", rapporte le Trouw à la une.
" Les groupes parlementaires CDA, PvdA et LPF
estiment que l’écart entre la peine temporaire maximale actuelle – 20 ans – et
l’emprisonnement à perpétuité, en principe irréductible aux Pays-Bas, est trop grand
."

"La Deuxième Chambre traitera
prochainement la réévaluation des peines maximales." La majorité de la Deuxième
Chambre veut accorder aux tribunaux plus de possibilités de variation dans la
pénalisation des délits les plus graves. Le député CDA Van Haersma Buma a préparé
une proposition de modification à cet effet. Cet amendement sera soutenu par les groupes
PvdA et LPF."

" Une peine maximale de trente ans reviendra dans la
pratique à vingt ans de prison ferme
. Ceux qui sont actuellement condamnés à vingt
ans de prison peuvent compter sur leur élargissement au bout de treize ans, en cas de
bonne conduite" (également De Telegraaf
p.1, de Volkskrant p.3).

 

Presse
hebdomadaire

Le contenu de Vrij Nederland est en grande partie consacré au
passé cette semaine. Le point de départ de la plupart des articles est un livre ou un
film, voire une pièce de théâtre. Parmi les thèmes figurent le viol massif des femmes
dans Berlin libéré, en 1945, et la vie du gangster Klaas Bruinsma, que l’affaire Mabel
Wisse Smit a récemment ressortie de l’oubli. Le footballeur Johan Cruijff, dont les
années catalanes inspirent le documentaire En un
momento dado
de Ramon Gieling, constitue un thème plus amusant. La pièce de
résistance de l’hebdomadaire progressiste est un chapitre spécial sur les
"classiques littéraires" : Matthew Gregory Lewis, Italo Calvino, Elsa Morante,
Márai, Stefan Themerson et Montaigne.

"On peut reprocher tout ce qu’on
veut à Bos et Balkenende, mais pas de rompre leurs promesses", concluent Michiel
Hulshof et Tino Wallaart dans un article de fond sur le manque persistant d’autorité et
de popularité du premier ministre et du leader du plus grand parti d’opposition.
"Ils ont pris à cœur la première thèse du professeur W.S.P. Fortuyn –
’Je dis ce que je pense et je fais ce que je dis’. Dire ce qu’on pense : JP ne fait que
cela en prêchant ses notions personnelles en matière de morale. Faire ce qu’on dit :
Bos, en rénovant d’abord le parti, avant de marquer des points sur les tréteaux,
applique strictement ce principe. On se demande alors d’où vient le mécontentement des
braves gens. 2 393 802 Néerlandais élisent d’abord un érudit zélandais réformé
et coincé de l’Université Libre [protestante] comme figure de proue de la Nouvelle
Politique, ensuite ils se plaignent amèrement du fait que cette rénovation consiste en
une résurgence des fifties. Les membres du PvdA
ont choisi un baba cool de Shell, pétri de vérités premières de manager sur les mission statements, le travail en groupe et le serving leadership. Alors ils ne doivent pas
s’étonner s’il ne se métamorphose pas en gorille argenté dominateur du PvdA."
"Balkenende est peut-être un sermonneur et Bos un indécis, au moins ils le sont par
conviction."

HP/De Tijd consacre un dossier à l’affaire
Oudkerk, qu’un commentateur qualifie de "catastrophe pour l’intéressé, mais une
bénédiction pour le débat confus sur les normes et valeurs". "Médecin sans
frontières" (Rob Oudkerk est généraliste de son état et il a présenté un
programme médical de la télévision NCRV avant de devenir député) est le titre que
l’hebdomadaire donne à sa compilation de commentaires surtout négatifs sur l’échevin
PvdA déchu.

Le député SP Ali Lazrak (Maroc,
1948) évoque ses démêlés avec le leader du parti socialiste radical, Jan Marijnissen :
"Jan a deux visages. Un visage pour le monde extérieur et un visage pour le
SP." L’entretien remonte a une semaine environ.

Elsevier présente "Le meilleur de
l’Amérique", "quatorze raisons pour lesquelles les Etats-Unis sont un bon
exemple pour l’Europe et ce qui, malgré tout, est meilleur aux Pays-Bas" : une
mosaïque de petits articles sur les thèmes les plus divers.

Le politologue Bart Tromp, dans sa
chronique, est moins pro-américain. Il conclut d’un rapport de la Carnegie Endowment for International Peace sur les
"armes de destruction massive" de l’Irak que "la vérité n’est pas de
gauche ou de droite, elle n’est pas pro-américaine ou anti-américaine". "La
vérité est que cette guerre a été menée sur la base de mensonges délibérés et
démontrables. Des mensonges du président George W. Bush, des mensonges du
vice-président Dick Cheney, des mensonges du ministre des Affaires étrangères Colin
Powell, des mensonges de la conseillère en matière de sécurité nationale Condoleezza
Rice. On ne pourra plus jamais croire sur parole ce gouvernement américain."

 

Economie, Finances

Télécommunications

L’ensemble de la presse annonce que
le groupe de télécommunications KPN supprimera cette année 800 emplois dans la
téléphonie fixe. Trois cents employés se retrouveront au chômage, pour les autres il
s’agit d’un mouvement de personnel. Selon KPN, cet assainissement est nécessaire parce
que de moins en moins de Néerlandais emploient un téléphone fixe. Beaucoup
d’étudiants, surtout, emploient exclusivement un portable.

Les syndicats se résignent. "Nous
ne pouvons pas ignorer que beaucoup de choses ont changé du point de vue de la technique
et de la concurrence. Mais nous insisterons auprès de KPN pour que l’entreprise aide le
plus possible de personnes à trouver un autre emploi", déclare Daniëlle Wiek, du
syndicat Abvakabo FNV ( De Telegraaf pp.1 et 27
et tous journaux).

 

Affaires
françaises
 

"Les travailleurs français
perdent leur envie de faire grève", titre le NRC Handelsblad (p.15) en rubrique
économique, au-dessus d’une correspondance de Pieter
Kottman. "Les projets de flexibilisation du marché du travail ne suscitent guère de
résistance." "Il semble que même les syndicats et les partenaires sociaux
soient touchés par l’esprit du temps. Pour le moment ils s’entretiennent avec le ministre
des Affaires sociales François Fillon sur ses idées de ’contrats de projet’, notamment.
Le ministre veut flexibiliser le marché du travail pour les entreprises comme pour les
collectivités en introduisant des contrats pour un temps déterminé. Dans un pays dont
les citoyens ont tendance à penser que l’Etat peut tout faire et doit tout faire, de tels
projets sont en principe synonymes de blasphème. Très curieusement, l’alerte a été
donnée, certes, mais la panique escomptée n’a pas encore éclaté. Le ministre dit que
son projet créera des emplois plutôt qu’il n’en fera disparaître. Ce n’est pas frappant
en soi – ce qui est frappant, c’est qu’il puisse le dire sans problème."

Le Trouw (p.6), dans ce contexte, évoque brièvement
la grève dans les hôpitaux français, sous une photo de personnels soignants manifestant
dans la rue.

Dernière modification :

Haut de page