Presse néerlandaise du vendredi 23 décembre 2005

Le gymnaste Yuri van Gelder a été élu Sportif de l’Année 2005 par ses collègues de haut niveau. Celui que l’on nome le Seigneur des anneaux a remporté cette année un titre mondial, un titre européen et six coupes du monde. Chez les femmes c’est la nageuse de longue distance Edith van Dijk, qui a clos sa brillante carrière avec deux titres mondiaux à Montréal, qui a été désignée Sportive de l’Année. Les voilistes Marcelien de Koning et Lobke Berkhout ont remporté le titre d’Equipe sportive de l’Année et Esther Vergeer, le numéro un incontesté du tennis en fauteuil roulant, celui de Sportif handicapé de l’Année.

-NRC Handelsblad d’hier soir : "La Chambre décidera de la mission en Uruzgan - Le CDA veut l’approbation des deux tiers de la Chambre", "Traîner parce ce que les profs sont en réunion" (enseignement secondaire)
-de Volkskrant : "Le gouvernement laisse la décision à la Chambre - La mission en Afghanistan divise le gouvernement", "La politique de la pauvreté des communes laisse à désirer", "Les éditeurs de dictionnaires ont aussi leurs réserves sur l’orthographe"
-Trouw : "Sévères critiques sur l’indécision du gouvernement", "J’ai dit à ce Syrien : vous autres n’êtes pas bien" (procès du groupe Hofstad)
-De Telegraaf : "Le départ de la mission est hautement incertain", "Les grands sportifs à l’honneur", "Verdonk convoque les communes récalcitrantes" (demandeurs d’asile refusés)
-AD Haagsche Courant : "Des camps de vacances pleins de danger - L’inspection : Risque d’incendie et de légionnellose, "Edith van Dijk et Yuri van Gelder meilleurs sportifs de 2005"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Mission en Afghanistan

"Le sort de la mission militaire dans la province afghane d’Uruzgan est entre les mains de la Deuxième Chambre", écrit le Volkskrant dans son grand article à la une. "Le gouvernement, jeudi, a suivi une procédure tout à fait inhabituelle en prononçant seulement son ’intention’ d’envoyer à la mi-2006 1 200 à 1 400 militaires dans la province réputée dangereuse. Le conseil des ministres, divisé, n’a pas abouti à une décision formelle."
"Un conflit interne a ainsi été évité provisoirement. Les ministres D66 rebelles Pechtold et Brinkhorst ont déclaré être satisfaits."
"La probabilité que la mission dans le Sud de l’Afghanistan ait lieu baisse de jour en jour. ’Aujourd’hui nous avons dit ce que nous voulons. C’est maintenant à la Deuxième Chambre de porter un jugement’, a dit le premier ministre Balkenende. ’Ensuite nous verrons s’il est nécessaire de modifier notre intention’."
"La réaction de la Deuxième Chambre a été extrêmement critique, à l’exception du leader D66 Dittrich, qui a dit qu’il était raisonnable que le gouvernement se réserve ’une grande marge’. Le PvdA estime que le gouvernement s’est accordé un brevet d’incompétence. GroenLinks qualifie la procédure choisie de franchement lâche. Le parti gouvernemental VVD a parlé d’une solution lubbersienne. ’Si le gouvernement a seulement prononcé une intention dont il veut débattre avec la Chambre, l’incertitude sur sa position définitive perdure, ce qui n’est pas souhaitable pour les militaires concernés et nos alliés’, a déclaré le député VVD Van Baalen."
"Le CDA, qui hésite encore, juge l’opération militaire tellement précaire qu’il réclame l’approbation d’au moins les deux tiers de la Chambre. Le soutien du premier parti d’opposition, le PvdA, est de ce fait indispensable. Le VVD estime que le CDA accroît l’incertitude. Le parti gouvernemental D66, lui, assure qu’il ne reviendra pas sur sa décision de ne pas soutenir la mission controversée. GroenLinks, le SP et la LPF sont également opposés à la mission."

Pour l’éditorialiste du Volkskrant, "cette procédure circonspecte ne mérite pas un prix de beauté". "C’est gouverner en tirant le frein à main. Pourtant, c’est acceptable en l’occurrence, compte tenu des grands risques de la mission et des doutes nourris de toute part."
Le journal de centre gauche se demande "si la retraite n’a pas commencé, en fait".

De l’avis du Trouw, la "non-décision" du gouvernement "semble démocratique, mais c’est une preuve de faiblesse gênant vis-à-vis des militaires néerlandais et des alliés de l’OTAN". "La question est de savoir si le gouvernement avait une autre possibilité, maintenant que le plus petit parti de la coalition, le D66, a dit d’emblée non. La réponse est : bien sûr. Le gouvernement a sa propre responsabilité. Hélas, le premier ministre n’a pas été capable de le faire comprendre au gouvernement. Il s’est fait l’otage du leader du groupe D66, Dittrich, dont le vandalisme politique des derniers jours se trouve récompensé."
"Le gouvernement Balkenende n’aurait pas pu démontrer mieux qu’il n’a plus la cohésion nécessaire pour gouverner."

"Tous les groupes parlementaires doivent maintenant examiner sérieusement les propositions du gouvernement", fait valoir le Telegraaf. "Y compris le D66 qui s’est prononcé prématurément contre la mission. Ce n’est que si une majorité parlementaire substantielle est pour la mission qu’elle pourra avoir lieu. Une majorité de deux sièges n’est pas suffisante, mais il est exagéré d’en demander cent, comme le fait le CDA."

ACTUALITE INTERIEURE

Drogue
On trouve du haschisch et de la marijuana dans presque toutes les écoles secondaires des Pays-Bas. Dans 89 pour cent des écoles, ce sont les élèves eux-mêmes qui en font le trafic. C’est ce que conclut le site Internet de jeunes Spunk.nl sur la base d’une enquête qu’il a effectuée auprès des élèves de quatre-vingts écoles.
Outre les populaires haschisch et marijuana, on trouve de l’ecstasy dans 61 pour cent des écoles et de la cocaïne dans 40 pour cent. Ces deux drogues dures sont surtout disponibles dans les établissements HAVO/VWO.
Spunk s’est rendu dans des établissements du niveau VMBO (enseignement professionnel secondaire) au niveau VWO (pré-universitaire), aussi bien "blancs" que "noirs". Il a constaté qu’à côté des drogues connues, on vend aussi du LSD, des champignons hallucinogènes et du GHB. Mais quand un étudiant veut acheter des drogues dures il doit connaître un dealer, alors que pour un joint il peut s’adresser à pratiquement tout le monde dans la cour de l’école. Presque tous les étudiants jugent naturel qu’on fasse le trafic du haschisch et de la marijuana (NRC Handelsblad d’hier soir p.2, AD Haagsche Courant pp.6 et 7).

Wouter Bos

Le Het Parool (p.7) d’hier soir note que le livre du leader PvdA Wouter Bos, Dit land kan zoveel beter (ce pays peut faire beaucoup mieux), est un best-seller de Noël. Il s’en est déjà vendu 25 000 exemplaires et l’éditeur prépare une quatrième édition. Bos, dans son livre, relate son histoire personnelle et son entrée en politique et expose ses idées pour l’avenir du pays.

PRESSE HEBDOMADAIRE

Elsevier présente sous un format réduit une "Prospective 2006" d’une centaine de pages pleines de spéculations, de scénarios, d’explications concernant les nouvelles lois qui seront appliqués à partir de janvier...
Le politologue et philosophe français Olivier Roy, dont le dernier livre L’islam mondialisé est paru en traduction néerlandaise en 2003, évoque en deux pages la crise culturelle des jeunes immigrés pour conclure : "La crise actuelle découle de la mauvaise acceptation par l’islam de l’occidentalisation et pas d’un ’choc des civilisations’, car on peut parler de plus en plus d’une culture unique."
Sous le titre "Encore une fois Chirac ?", le magazine conservateur remarque que "normalement, la France n’élira un nouveau président qu’en 2007, mais la campagne électorale a déjà commencé et elle s’amplifiera en 2006". "Deux hommes attendent la fin politique de Chirac : le premier ministre Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur et président du parti chiraquien UMP."

Le numéro double de Noël deHP/De Tijd contient une interview de Jozias van Aartsen dans laquelle le chef de file libéral, constamment relancé par le journaliste Frans van Deijl sur des thèmes dont il préfère ne pas parler (l’inimitié entre Hirsi Ali et Wiegel, la question de la taxe kilométrique), ne lâche pas grand-chose. "Tous mes prédécesseurs ont eu un problème avec M. Wiegel, mais pas moi. C’est une personnalité comme il devrait y en avoir beaucoup plus dans la politique. Je vous dirai même plus : Hans Wiegel et Ayaan Hirsi Ali joueront tous deux un rôle dans la prochaine campagne électorale. Un rôle éminent, s’entend." Interrogé sur son éventuelle appétence pour le portefeuille de premier ministre, Van Aartsen répond : "Eh bien, quand je vois Balkenende, quelle situation, dites ! Il répare surtout des pneus crevés, alors que dans ce métier on devrait s’occuper la plupart du temps de l’Europe. C’est en effet à ça qu’on arrivera, d’après moi. Et cela, ça m’attire, oui. Dans dix ans le Conseil européen sera le principal centre de pouvoir des Etats membres, et plus les gouvernements individuels."
On notera aussi un article illustré sur les résidences des Pays-Bas à l’étranger, ainsi qu’une courte présentation, avec une belle photo, de l’île d’Ouessant, dans une série sur les "îles de rêve".
Vrij Nederland, publié en numéro double la semaine dernière, ne paraît pas cette semaine.

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Trouw fait mention des plaintes déposées par des organisations de défense des droits de l’homme à propos des vols de la CIA (p.8) et de la "profonde division du show-biz sur Sarkozy" (p.9).

Dernière modification : 23/12/2005

Haut de page