Presse néerlandaise du vendredi 24 octobre 2008

Les communes brabançonnes de Roosendaal et Bergen op Zoom ont décidé de ne plus tolérer de coffee-shops sur leur territoire. Les huit points de vente de drogues douces des deux communes devront fermer leurs portes "dans les plus brefs délais". En fermant ces coffee-shops, les municipalités essaient de "mettre définitivement fin au tourisme de la drogue et aux nuisances qu’il provoque dans les deux communes".

* * *
- NRC Handelsblad (indépendant) d’hier soir : "Les réserves des caisses de retraite diminuent", "Les maires renoncent à la tolérance – Politique de la drogue : Roosendaal et Bergen op Zoom vont fermer tous les coffee-shops pour limiter la nuisance du tourisme de la drogue"
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "L’ambassadeur : Obama l’emportera – James B. Culbertson prédit la défaite de son collègue de parti McCain", "La crise du crédit touche les retraités"
- Trouw (chrétien progressiste) : "’Où trouverai-je un autre travail ?’ Pas de commandes occidentales à l’industrie chinoise des jouets" (reportage), "Bientôt plus de diplôme en cas d’insuffisance à l’examen central" (renforcement des règles concernant le baccalauréat)
- De Telegraaf (populaire) : "Les retraités dupés par la crise – Le capital des caisses de retraite affecté", "Les clubs néerlandais perdent" (football), "Exigences plus sévères au baccalauréat"
- de Volkskrant (centre gauche) : "Un fournisseur de soins en pourparlers de fusion avec Univé", "Le finish est proche, tout le monde veut le voir" (reportage sur la campagne électorale d’Obama)

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Union européenne

"’Pourrions-nous avoir un peu moins de Sarkozy aujourd’hui ?’", écrit le correspondant à Bruxelles du Volkskrant (p.5), Bert Lanting. "Cette boutade d’un diplomate de Bruxelles était une réaction à la nouvelle que le président veut rester à la tête de l’Eurogroupe, l’organe de concertation des pays de la zone euro. Selon le quotidien Le Monde, Sarkozy voudrait de cette façon-là garder en main les rênes européennes lorsqu’il ne sera plus président de l’UE, à la fin de l’année."
"Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Jean-Pierre Jouyet a entre-temps nuancé un peu cette suggestion. Selon lui, Sarkozy ne se préoccupe pas de sa propre position, mais la guerre entre la Russie et la Géorgie, ainsi que la crise financière, a montré que l’Europe a besoin d’un leadership fort. Hélas, les Irlandais ont voté contre le Traité de Lisbonne, qui prévoyait un ’président’ européen. Il faut donc, selon Paris, une autre solution pour combler la vacuité du pouvoir qui se créera lorsque la République tchèque, l’an prochain, assurera la présidence de l’UE après la France."
"En dépit de l’appréciation pour la manière résolue dont Sarkozy s’est attaqué à la crise, il n’y a pas trop d’enthousiasme pour l’idée qu’il puisse prolonger son mandat dans l’UE. C’est en partie une question de fatigue et peut-être aussi de jalousie. Depuis que le président français a pris la barre de l’Europe, après la Slovénie, il a déjà réuni quatre fois les leaders de l’UE. Normalement, il n’aurait eu à la faire qu’une fois. Et chaque fois il surprend ses collègues en lançant de nouvelles initiatives, comme l’idée de créer des fonds d’Etat européens pour éviter que les fleurons de l’industrie européenne ne soient repris par l’étranger."
"Ce genre de proposition a fait craindre certains pays que Sarkozy n’essaie de profiter de la crise financière pour imposer au reste de l’Europe ses idées sur le ’modèle européen’ et le rôle de l’Etat." "Ce n’est qu’au Parlement européen, qui est presque toujours favorable aux idées qui renforcent l’intégration, qu’il existe un large soutien au projet de ’gouvernement économique’. Dans une résolution, cette semaine, les europarlementaires se sont prononcés à une écrasante majorité en faveur de la proposition de donner une suite au sommet de Paris, où les leaders de l’Eurogroupe ont révélé un paquet de sauvetage massif des banques."

"Sarkozy se sent comme un poisson dans l’eau en temps de crise", remarque le chroniqueur Tom Eijsbouts – professeur de droit constitutionnel à l’Université d’Amsterdam – dans le journal d’affaires Het Financieele Dagblad. "Seul un Français peut se montrer aussi créatif avec les structures politiques."

ACTUALITE INTERIEURE

Geert Wilders

L’American Freedom Alliance, qui œuvre pour la liberté d’expression, a attribué un Freedom Award au leader PVV Geert Wilders. Ce prix est décerné chaque année à une personne ou une organisation qui défend avec courage la liberté dans le monde. Il a été attribué plus tôt à Flemming Rose, le rédacteur en chef danois qui a publié les caricatures du prophète Mahomet, et au directeur de publication français Philippe Karsenty (Trouw p.4, de Volkskrant p.17).

PRESSE HEBDOMADAIRE

Vrij Nederland consacre seize pages de sa section De Republiek der Letteren à l’écrivain P.F Thomése. "Le style comme engagement et la fidélité absolue à la plume : voilà l’essence de P.F. Thomése. L’auteur du cynique Vladiwostok !, du serein L’enfant ombre et de l’exigeant Nergensman [L’homme de nulle part] est un individualiste qui ne mâche pas ses mots et qui se fait donc des ennemis."
Le grand article de couverture est une interview-portrait de la Marocaine Esma Choho, journaliste, "coach social" et auteur du livre Moslim Unlimited dont une édition revue paraîtra le 30 octobre chez Artemis & co. "Les musulmans vivent souvent suivant certaines règles ’parce que c’est comme ça’. L’islam est une splendide religion spirituelle, mais ces dernières années il a été détourné à mon grand dépit par Oussama ben Laden et des politiques comme Geert Wilders et Rita Verdonk. Beaucoup de personnes qui ont un background musulman nient qu’elles sont tourmentées et par réaction elles invectivent des ambulanciers." "Les leaders musulmans veulent surtout expliquer et imposer des règles théologiques. Je préfère mettre les gens au travail, je leur demande de planifier leur journée. Je leur dis de faire quelque chose, de sortir de leur léthargie."

HP/De Tijd titre "l’utilité de la crise" sur sa couverture blanche comme neige. "Les censeurs du capitalisme applaudissent à la crise : elle apporte purification et réflexion et elle est bonne pour l’environnement. Pourtant l’économie se remettra à croître. Tant mieux."
En rubrique De week (la semaine), M. Guido van Woerkom, directeur de l’ANWB – le touring-club néerlandais –, n’exclut pas que le record actuel de longueur des bouchons, 975 kilomètres le 8 février, soit pulvérisé dès cet hiver. "Un entretien sur l’immobilité permanente, le flirt au volant et la deuxième voiture. ’Elle a énormément contribué à l’émancipation des femmes’."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le NRC Handelsblad (p.18) annonce la disparition progressive de la publicité sur les chaînes de télévision publiques.

Le Trouw (p.9) et le Volkskrant (p.7, synthèse de dépêches) évoquent le projet de "fonds public d’intervention" pour aider les entreprises en difficulté.

Le Volkskrant, dans son cahier Voorkant, publie par ailleurs un reportage d’Ariejan Korteweg sur les Champs Elysées.

Dernière modification : 26/11/2008

Haut de page