Presse néerlandaise du vendredi 25 août 2006


Les grands titres :
Trouw :
Le gouvernement du Soudan craint la force de paix ; La France se décide à envoyer des militaires au LibanVolkskrant : Des fêtards à l’origine de l’alerte sur le DC10 ; Chirac envoie 1600 hommes au LibanTelegraaf : Les ’terroristes’ étaient en fait des cuisiniers indiens
Algemeen Dagblad : Huit ans dans une cave

* * *

AFFAIRES EUROPEENNES

Elections législatives

Le NRC consacre un grand article au chapitre européen des différents projets de programmes électoraux sous le titre « les Pays-Bas ne se retirent pas sur leurs tertres ». Michèle de Waard et Wilmer Heck notent que « les programmes électoraux des principaux partis font preuve de réalisme, laissant place à une poursuite de l’intégration européenne. Le sentiment général est que les Pays-Bas n’ont aucun intérêt à se replier sur leurs tertres. »
« CDA, D66 et GroenLinks veulent au contraire renforcer l’UE, afin que celle-ci devienne plus démocratique, qu’elle ait plus d’influence au niveau international et qu’elle soit mieux en mesure de résoudre les problèmes transfrontaliers. Et le VVD trouve lui aussi que s’il le faut, les Pays-Bas devront même renoncer au droit de veto pour que l’Europe soit plus efficace dans des domaines comme la lutte contre la criminalité et le terrorisme. Le PvdA souhaite également une coopération renforcée dans ces domaines, sans toutefois encore se prononcer sur le droit de veto. Si la gauche arrive au pouvoir, ce sera en tout cas la fin du système de marché européen dans des secteurs publics comme la santé et le logement. »
« Après le NON au référendum sur la Constitution européenne, il n’y a pas eu beaucoup de débat sur l’Europe dans la société. Mais après avoir ‘écouté’ les citoyens pendant un peu plus d’un an, la classe politique a mieux défini ses objectifs. »
« Le CDA, le D66, GroenLinks et le VVD optent pour une étonnante fuite en avant : ‘nous voulons lutter contre le provincialisme’, explique René Smit, le président de la commission électorale du CDA. Pour le CDA, l’Europe est beaucoup plus qu’un grand marché et une union monétaire ; la coopération européenne ne doit pas être seulement considérée par le prisme de la finance : ‘L’Europe doit mettre de l’ordre dans ses affaires ; c’est la leçon que nous avons tirée. Si l’UE veut rester crédible, elle doit améliorer son fonctionnement dans un certain nombre de domaines. Et elle ne doit pas se mêler des affaires que les pays peuvent régler eux-mêmes’. L’Europe doit faire du sur mesure. Pour le CDA, il est nécessaire de renforcer la coopération pour les problèmes que les Pays-Bas ne peuvent pas résoudre seuls : il faut par exemple harmoniser la politique d’immigration. Une coopération étroite est également souhaitable dans les domaines du terrorisme, de la politique étrangère et de la politique énergétique. ‘Si le veto entrave la coopération dans ces secteurs, il faut le supprimer. C’est sans doute une perte d’autonomie, mais il y a des compensations. Comme dans un mariage’. Le VVD partage cette approche : ‘Si nous voulons que l’Europe soit mieux armée pour prendre des décisions, il faute améliorer le processus de décision, en admettant davantage de décisions à la majorité’, explique le porte-parole pour les questions européennes, Hans van Baalen. Une approche européenne des questions d’asile, d’environnement, de criminalité et de sécurité est inévitable. Un ministre à part entière des Affaires européennes devrait permettre une politique européenne plus active. ‘Mais il revient aux Etats membres de déterminer ce qui tombe sous le coup de la loi et le niveau des peines’. »
« Car l’UE ne doit pas se mêler d’affaires qui seront mieux organisées au niveau des Etats membres. Le PvdA, le SP et GroenLinks estiment que l’ingérence européenne va déjà trop loin et veulent imposer des limites au développement du marché intérieur - le cœur de l’UE. Le traité européen doit être modifié de sorte à protéger des constructions juridiques typiquement néerlandaises dans le domaine du droit privé concernant le logement social, le marché du travail et le secteur de la santé. Au cas où des différences importantes de prospérité économique se manifesteraient entre les différents pays de l’UE, le PvdA et le SP veulent même limiter la liberté de circulation des personnes.
« Il est évident pour tous les partis que l’Europe doit devenir plus démocratique. ‘Le Parlement européen et les parlements nationaux sont trop souvent hors jeu, parce que les chefs de gouvernements prennent leurs décisions de façon indépendante. Nous le remarquons régulièrement dans le domaine du terrorisme’, remarque Sophie in’t Veld, europarlementaire D66. Le CDA, le D66 et GroenLinks sont les seuls partis à vouloir améliorer le contrôle parlementaire jusqu’au niveau européen en donnant davantage de compétences au Parlement Européen. Pour le VVD, ‘la légitimité démocratique se trouve surtout dans les Etats membres’. Selon le PvdA, ‘le Parlement européen est trop éloigné des citoyens’. Le président du groupe parlementaire de la ChristenUnie, André Rouvoet, ‘plaide pour une procédure de carton rouge permettant aux parlements nationaux de bloquer des propositions du Parlement Européen’ ».
« En ce qui concerne les frontières de l’Europe, les partis se prononcent clairement et les différences sont minimes. La ChristenUnie est la seule formation à s’opposer à l’entrée de la Turquie (‘trop grande, trop différente’). Les autres estiment qu’il faut respecter les promesses faites à la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie. Le CDA a une préférence pour des liens de coopération renforcée avec les pays des Balkans occidentaux (Croatie, Serbie). Le VVD van Baalen ‘n’exclut personne a priori’, mais en ce qui concerne les partis politiques néerlandais, pour l’instant, les frontières sont tracées. »
« En disant NON au référendum sur le traité constitutionnel, la population a tiré sur le frein de secours. Elle veut être entendue à temps et réclame un droit de regard. C’est ce qu’a conclu le chercheur Hans Anker chargé par le gouvernement d’étudier les causes du fiasco de cette consultation. Les partis ont bien compris le message, et les programmes électoraux ont tenu compte des critiques des citoyens sur le fonctionnement de Bruxelles. La campagne montrera si l’appel d’un habitant de Rotterdam a été réellement entendu : ‘soyez clairs, pédagogues et écoutez le peuple néerlandais’ ».

ACTUALITE INTERNATIONALE

Liban

« Le Président français Jacques Chirac a annoncé que la France enverrait au total dans les 2000 hommes au Liban. Les Français répondent ainsi aux critiques internationales », expliquent le Trouw et l’ensemble des journaux néerlandais. « Il y a quelques semaines la France a insisté pour que soit mise en place une force d’interposition importante sous le drapeau des Nations Unies. »

AFFAIRES FRANCAISES

Le Trouw note que « la France reste le champion européen de l’immigration » ; l’AD consacre un article au problème des logements insalubres des sans-papiers à Paris ; le Financieele Dagblad publie un portrait de Serge Dassault dans le cadre d’une série sur les personnalités influentes.

Dernière modification : 07/02/2012

Haut de page