Presse néerlandaise du vendredi 27 avril 2012

LES GRANDS TITRES

Trouw (chrétien progressiste) : Une issue unique à la crise.
De Volkskrant (centre gauche) : Soudain, c’est possible.
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Accord historique.
De Telegraaf (populaire) : Chacun paiera sa part.
Het Financieele Dagblad : Réforme du chômage et des emprunts immobiliers.
NRC-Handelsblad : Le vent tourne vite au Binnenhof.

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Accord budgétaire

Toute la presse titre sur « un accord historique », qui a « permis de mettre en place des mesures demeurées taboues pendant des années ». Le Financieele Dagblad note que « jamais encore un gouvernement démissionnaire n’a réalisé à la veille des élections un accord d’une telle portée avec des partis qui récemment encore étaient dans l’opposition ». L’initiative d’Alexander Pechtold (D66), Jolande Sap (Verts) et Arie Slob (ChristenUnie) « a permis d’éviter la paralysie qu’aurait pu provoquer la chute de la coalition », estime le Volkskrant.

De cet « accord dans les grandes lignes », le FD retient plus particulièrement les mesures prévues dans trois secteurs : la retraite (relèvement progressif de l’âge légal à compter de 2013), la santé (1 Mrd€ d’économies, augmentation de la franchise de 200 à 400€), le droit de licenciement (assoupli en échange du maintien de la durée de l’allocation de chômage). Le Trouw et le Telegraaf y ajoutent le relèvement du taux supérieur de la TVA (de 19 à 21%, 4Mds€ de revenus pour l’Etat). Le Telegraaf indique que « la déductibilité fiscale des intérêts d’emprunts immobiliers demeure. Les nouveaux emprunts devront être entièrement remboursés en l’espace de trente ans sur la base d’annuités. Cette mesure est financée par la suppression de la défiscalisation du remboursement des frais de déplacement, y compris l’usage à titre privé des véhicules de fonction en leasing ». Le Trouw dresse la liste des mesures d’économies qui ne seront pas appliquées à l’issue des négociations avec le parlement : réduction de l’aide au développement, économies sur l’enseignement adapté (100 M€), augmentation des droits de greffe (240 M€), budget santé (150M€), contribution personnelle aux soins psychiatriques (40 M€), augmentation de la TVA pour les arts de la scène (48 M€), réduction de l’allocation sociale en fonction du revenu total d’un foyer (54 M€). Pour le Volkskrant, l’accord réalisé hier permettra au gouvernement démissionnaire d’annoncer à Bruxelles 12,3 Mds€ d’économies, pour le Trouw, 11,7 Mds€d’économies.

Le ministre des Finances, M. Jan Kees de Jager, « pourra se rendre la tête haute à Bruxelles », titre l’AD. « Il était le ministre des Finances qui insistait le plus sur le respect des règles budgétaires. (…) Il était visiblement soulagé de pouvoir éviter une situation humiliante à Bruxelles. Il se sentira peut-être même un peu fier d’avoir pu obtenir ce que ses patrons politiques Maxime Verhagen et Mark Rutte n’étaient pas parvenus à finaliser. ‘Cela provient du fait que De Jager est apolitique, explique un D66. Si je voulais être méchant, je dirais que c’est un peu un brevet d’incapacité pour Mark Rutte. Mais lors des négociations en vue de la future coalition, il est possible que nous soyons amenés à discuter avec Mark, et pas avec Jan Kees’ ».

La coalition de circonstance – D66, GroenLinks, ChristenUnie, VVD, CDA - qui a travaillé à cet accord préfigure-t-elle celle qui prendra les commandes à l’issue des élections législatives du 12 septembre ? se demande le Volkskrant. La présidente du groupe des Verts, Jolande Sap, a indiqué que « sous la pression des événements, nous avons vu que tout est possible, mais une véritable formation sera certainement plus difficile », note le Telegraaf. Le chef de file du D66, Alexander Pechtold, a souligné que « nous ne parlons que de 2013 ». Arie Slob, pour la ChristenUnie, précisé : « Pour l’heure, nous avons amélioré l’image de la politique. Mais sur la question de la liberté dans l’enseignement, par exemple, le D66 et notre parti ont des positions totalement divergentes. Il n’est donc pas prévu de poursuivre ensemble ».

Les éditorialistes parlent d’un « paquet solide » (Volkskrant), de « courage » (Telegraaf), d’ « excellente initiative » (FD). Le Trouw résume bien l’impression générale : « Cinq groupes parlementaires méritent des éloges pour un accord budgétaire unique et courageux ». Plusieurs commentateurs sont d’avis que le PvdA s’est « mis hors jeu » (Telegraaf). Pour le FD, ce parti « a fait une erreur d’appréciation. (…) Les travaillistes peuvent se préparer, pour la campagne électorale, à se voir reprocher par le VVD et le CDA de ne pas avoir pris leurs responsabilités. (…) Leur chef de file, Samsom, couvre son flanc gauche, où il doit craindre le SP : il souligne qu’il faut répartir les sacrifices de façon équitable. (…). Il ne croyait sans doute pas que les Verts oseraient se démarquer de la gauche et faire des affaires avec ce que l’on a pris l’habitude d’appeler ‘la coalition de Kunduz’. Le VVD, le CDA et le D66 ont empoché un accord grâce à Jolande Sap, qui a sauté du porte bagage du PvdA. Sur l’affaire de Kunduz, cette prise de position a coûté plusieurs sièges au Verts dans les sondages. Les élections du 12 septembre montreront si leurs choix budgétaires ont été payants ». Le Volkskrant évoque le « Pari politique de GroenLinks et du PvdA. Jolande Sap doit attendre la réaction des membres de son parti au vu des implications de l’accord. C’est la raison pour laquelle elle s’est efforcée d’y associer le PvdA. Elle peut maintenant s’attendre à des attaques répétées du SP et du PvdA durant tout l’été. Samsom se retrouve dans le camp du SP, auquel les socio-démocrates reprochent traditionnellement d’être incapables de prendre des responsabilités gouvernementales. Ce choix n’améliore pas ses chances pour les négociations de coalition ».

* * *

A SIGNALER
L’AD rend compte d’une étude de l’Observatoire européen des drogues et de la toxicomanie (OEDT) selon laquelle « Les Pays-Bas inondent constamment l’Europe de nouvelles drogues » (p.11).

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Compte Twitter de l’ambassade : www.twitter.com/FranceinNL.

Dernière modification : 09/09/2014

Haut de page