Presse néerlandaise du vendredi 28 mars 2003

Les titres :

  • NRC-Handelsblad  : 1000 Américains ont atterri dans le nord de
    l’Irak
  • Trouw  : Van der G. a assassiné Fortuyn par conviction - Tous
    les Iraquiens veulent être martyrs
  • Volkskrant  : Les US envoient 120.000 hommes en Irak - Van
    der G. confesse publiquement l’assassinat
  • Algemeen Dagblad  : Combats de plus en plus farouches -
    Volkert : je savais parfaitement ce que je faisais
  • Telegraaf  : La décision de l’assassinat prise le 5 mai

 

* * *

 Affaires internationales

Irak

Photos et articles d’ambiance sur la guerre en Irak occupent une
place très importante dans les pages spéciales ouvertes par tous les journaux. Le voyage
de Tony Blair aux Etats-Unis et le discours du ministre français des affaires Etrangères
hier à Londres ont également retenu l’attention.

Le Trouw note à propos de la rencontre entre le Premier
ministre britannique et le Président américain que " les idées sur le rôle
des Nations-Unies divergent beaucoup. Les Britanniques ainsi que les Français veulent que
les Nations-Unies soient impliquées. Mais Washington est favorable à un rôle
limité ".

Trouw et Financieele Dagblad citent des extraits du
discours de M .de Villepin à l’ISSR. " La France veut que les
Nations-Unies aient un rôle clef dans la reconstruction et la mise en place d’une
administration ", explique le quotidien chrétien progressiste ;
" les diplomates commencent à investir leurs positions ", estime Hans
Schlaghecke dans le journal financier, relevant que M . de Villepin s’est
exprimé hier " dans l’antre du lion " à Londres. " De
Villepin s’adressait à un auditoire extrêmement critique, qui exècre les Français
parce qu’ils ont menacé de bloquer la deuxième résolution souhaitée par Londres.
Mais de Villepin ne veut pas entendre parler de fracture durable. […] La France
semble modifier sa position. […] La crainte de la puissance américaine a été
l’un des principaux motifs qui a poussé le Président français Jacques Chirac et
son ministre de Villepin à s’opposer au camp de la guerre. Maintenant que la guerre
est un fait, la France risque de se retrouver marginalisée et de ne plus avoir
d’influence sur ce qui se passe en Irak. [...] Maintenant que la guerre a commencé,
Paris est de nouveau tenté de soutenir Blair, parce que donner un rôle important aux
Nations Unies limite le rôle de Washington et accroît celui de Paris. La France peut
rétablir ses relations dégradées avec le Royaume Uni et les Etats-Unis, affirmait de
Villepin hier à Londres. Avec Blair, les intérêts convergent, mais un nouveau conflit
avec Bush s’amorce. " 

Le Trouw a également repris dans un article séparé illustré de
nombreuses citations les remarques du ministre sur le principe de la guerre préventive
sous le titre " on ne combat pas le terrorisme par la violence ".

Le correspondant à Bruxelles du Volkskrant , partant des
positions divergentes exprimées sur la question iraquienne, s’interroge sur la
possibilité de préserver l’unité des positions européennes dans une Europe
qui va compter de plus en plus de pays : " il est plus efficace de constituer des
coalitions de circonstance que de rechercher l’harmonie totale ", estime
–t-il. Il prend pour exemple l’initiative belge sur la défense
européenne : " on ne sait pas exactement ce que les Belges espèrent
obtenir avec ce sommet. Bruxelles n’a pas encore été capable d’expliquer
comment construire une défense européenne sans les Britanniques […] La France en a
bien conscience. En dépit des querelles sur l’Irak, en matière de défense, Paris
est resté fidèle à son partenaire européen. Contrairement aux Belges, les Français
semblent réaliser qu’une défense européenne sans participation britannique est une
farce. […] Mais quoi qu’il en soit, cette initiative est révélatrice
d’une importante évolution : l’UE doit abandonner l’illusion
qu’elle parle d’une seule voix sur toutes les questions. La vieille idée
d’une Europe à géométrie variable fait son chemin, aussi bien parmi les
Etats-membres qu’à la Convention. […] L’Europe devient trop grande, trop
diverse, les intérêts nationaux sont encore trop dominants pour que l’on puisse
s’attendre à ce qu’elle parle d’une seule voix. Et le monde
n’attendra pas jusqu’à ce qu’elle en soit capable. Il faudra construire
des ‘coalitions of the willings’ ".

Dans le même journal, le correspondant à Paris relève que
" l’Irak rend Chirac même plus populaire que de Gaulle " et cite
les chiffres des récents sondages.

 Affaires néerlandaises

Formation

L’Algemeen Dagblad affirme ce matin que les discussions
" progressent ". Les négociateurs PvdA et CDA se sont montrés
satisfaits hier à l’issue de leur rencontre. " CDA et PvdA sont en train
de discuter d’économies, de mesures fiscales et de secteurs qui ont besoin de
davantage d’argent. Le CDA veut arriver à un montant d’économies qui permette
d’avoir un budget en équilibre en 2007, mais le PvdA juge un léger déficit
acceptable. ". Selon le quotidien de Rotterdam, l’objectif serait de
boucler ces discussions financières à la moitié de la semaine prochaine.

Rapport du Vice Président du Conseil d’Etat

Dans le Trouw, le chroniqueur politique Willem Breedveld souscrit
entièrement aux critiques exprimées par M. Tjeenk-Willink sur la " politique
spectacle ", mais estime que la pression exercée par les média n’est pas
l’unique responsable de cette situation. " Il y a certainement un fond de
vérité […] mais d’un autre côté, les politiques n’ont plus de
conviction ou de position précise. Les politiciens sont devenu des puddings flasques qui
tremblent au gré des flots de la folie du jour. Comment peut-on inventer de faire appel
à l’opinion publique pour renoncer à une opération militaire ? Comparez cette
attitude à celle de Tony Blair au Parlement britannique. Et n’oublions pas
qu’il courait le risque de se faire désavouer par son propre parti. Ils veulent
contenter tout le monde sans réaliser que de cette façon, ils s’attirent les
foudres de tout le monde ".

 

Presse hebdomadaire

Vrij Nederland fait le lien entre la situation au Kosovo et la
guerre en Irak. Ironisant sur " l’exemple édifiant " des
" pratiques mafieuses, des fraudes et des attentats ", ce magazine
montre que " l’intervention humanitaire n’a pas eu du tout de bon
résultats. Cela promet pour l’Irak ! " Revenant sur l’Irak
même, il note qu’ "il n’y a pas de guerre propre " et cite deux
intellectuels libanais qui expliquent que " les Américains et les Européens
qui disent qu’une offensive est la seule manière de faire partir Saddam et
d’installer la démocratie ne comprennent rien à l’Irak. […] La guerre en
Irak est un tremblement de terre dont l’ensemble de la région ressentira longtemps
les secousses ".

S’agissant de la position des Pays-Bas vis-à-vis de ce conflit,
il est d’avis que " cette guerre passe tellement loin au dessus de la tête
des Pays-Bas que les négociateurs de coalition peuvent admettre une non-position. Leur
futur gouvernement n’aura de toute façon aucune influence ". Vrij
Nederland s’interroge en outre sur la capacité du CDA et du PvdA à surmonter
leurs " profondes divergences " en matière financière et pense
que " si les deux partis suivaient leur cœur, ils renonceraient peut-être
à cette épineuse entreprise. J.P. Balkenende pourrait achever son travail avec un Zalm
beaucoup plus conciliant, et Wouter Bos pourrait aller manifester à
Amsterdam ".

Ce thème revient également dans Elsevier , qui trouve que
" cette formation rappelle celle de 1977 et celle de 1981 ". Dans le
premier cas, la tentative de coalition CDA-PvdA a échoué au profit d’une
association CDA-VVD ; dans le second, un gouvernement a été constitué
" tant bien que mal " en période de récession économique, et il est
tombé un an plus tard. " Conclusion : la formation va buter, et il y aura
une coalition CDA-VVD. Et de nouveau des élections l’an prochain ".

Dernière modification :

Haut de page