Presse néerlandaise du vendredi 29 avril 2011

LES GRANDS TITRES

- Trouw (chrétien progressiste) : Interrogations sur la qualité de certaines formations HBO (enseignement professionnel supérieur).
- De Volkskrant (centre gauche) : Discussion sur la valeur de certains diplômes HBO.
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Le HBO en crise.
- De Telegraaf (populaire) : Bientôt un accord sur la santé.
- NRC-Handelsblad : Désaccord entre la DNB et le gouvernement pour la succession de Wellink [Banque des Pays-Bas].

* * * AFFAIRES EUROPEENNES

Cour européenne de Justice

Les journaux rendent compte de la décision de la Cour européenne de justice, qui a jugé le 28 avril que les Etats membres de l’UE ne peuvent prévoir des peines privatives de liberté au motif qu’un ressortissant de pays tiers continue de se trouver présent de manière irrégulière sur leur territoire après avoir ignoré un ordre d’expulsion. Le Trouw remarque que « cette décision aura des conséquences pour les projets du gouvernement. Le ministre de l’Immigration et de l’Asile, M. Leers, a l’intention de faire tomber l’illégalité sous le coup de la loi. Le projet de loi est encore en préparation. Un porte-parole du ministre a déclaré que l’on envisage d’autres sanctions, comme une amende. Les Pays-Bas veulent également mettre en place une interdiction d’entrée sur le territoire pour les illégaux expulsés ».

* * * ACTUALITE INTERIEURE

Main-d’œuvre roumaine et bulgare

« Pas de Roumains pour les récoltes », titre le Volkskrant, « Les maraîchers sont fâchés contre le ministre des Affaires sociales », titre l’AD : hier, lors d’un débat à la Deuxième Chambre, le ministre des Affaires sociales M. Kamp a maintenu sa position. « Les agriculteurs néerlandais ne pourront pas engager de Roumains ou de Bulgares. M. Kamp rappelle que les citoyens de 25 pays de l’UE jouissent de la libre circulation du travail. Les citoyens Roumains et les Bulgares sont soumis à des règles spécifiques durant une période transitoire (jusqu’en 2014 pour les Pays-Bas). Un permis de travail ne peut leur être accordé que si leur futur employeur peut prouver qu’il ne peut pas trouver de personnel dans les 25 autres pays de l’UE. M. Kamp veut que ces permis ne soient plus accordés aussi facilement : ‘La loi mentionne que les sociétés ne peuvent obtenir un permis de travail pour de la main-d’œuvre roumaine ou bulgare qu’après avoir prouvé qu’elles ont tout fait pour engager des Néerlandais ou des ressortissants d’autres pays européens. On ne me fera pas croire qu’il n’y a personne sur les 500.000 demandeurs d’emploi aux Pays-Bas, ou bien en Pologne ou en Espagne, qui soit capable de cueillir des fraises’. (…). Les partis gouvernementaux VVD et CDA ainsi que, dans l’opposition, le D66 (démocrates libéraux) et la ChristenUnie (chrétiens sociaux) restent critiques et reprochent notamment au ministre de changer les règles juste avant la saison des récoltes. En revanche, le PVV et le parti d’opposition PvdA soutiennent M. Kamp au motif, pour le premier, que les travailleurs doivent en premier lieu être cherchés parmi les chômeurs et pour le second que les travailleurs roumains et bulgares seraient exploités par leurs employeurs néerlandais ». La fédération ZLTO (Organisation agricole du sud des Pays-Bas) a intenté un procès en référé contre le ministre des affaires sociales. L’AD précise que le Tribunal rendra sa décision le 4 mai.

Enseignement professionnel supérieur HBO

Tous les journaux réservent une place importante à la une au dernier rapport de l’inspection de l’enseignement. Ce rapport fait état de la qualité médiocre, voire insuffisante, de certains établissements d’enseignement professionnel supérieur (HBO). « L’inspection a examiné durant six mois quinze formations de bachelor dans dix établissements. Aucune de ces formations ne remplissait les conditions requises. L’inspection souligne que son rapport fait seulement état de certains établissements et ne reflète donc nullement un état général des HBO (1.200 formations au total). Le Secrétaire d’Etat à l’Enseignement, M. Zijlstra, qualifie la situation d’extrêmement grave. Il veut faire disparaître le caractère ‘dilettante’ de la direction de certains établissements et mettre en place davantage de contrôles. Les quatre formations jugées très insuffisantes seront pénalisées. Le Secrétaire d’Etat demande aux établissements en question de rendre l’argent qu’ils ont reçu pour tout diplôme injustement remis. » Le Volkskrant évoque également la question de la ‘prime de diplôme’ que reçoivent les établissements : « Cette prime motiverait la remise de diplômes aux étudiants à la traîne ». Selon ce journal, le nombre important de formations serait également en cause : « Cette volonté de répondre à n’importe quel désir des étudiants masque un besoin de croissance. Depuis dix ans, l’Etat s’est retiré de l’enseignement après une centralisation excessive. Les établissements ont reçu un budget qu’ils devaient gérer eux-mêmes. La direction s’est transformée en conseil d’administration, on a acheté des voitures avec chauffeur et investi parfois davantage dans l’immobilier et des aventures à l’étranger que dans l’enseignement. La croissance est devenue un facteur important puisqu’elle conditionne les dotations de l’Etat ». Le journal conclut qu’il est « étonnant que cela ait duré si longtemps avant que de vraies mesures aient été prises ».

* * * AFFAIRES ECONOMIQUES

Nederlandsche Bank

Toute la presse signale le « désaccord entre le gouvernement et la Nederlandsche Bank pour la succession de son Président Nout Wellink. Traditionnellement, les commissaires de la DNB proposent trois noms au ministère des Finances, explique le NRC-Handelsblad, et précisent quel candidat a leur préférence. Lex Hoogduijn, ancien directeur de Robeco, membre de la direction de la DNB depuis 2009, serait leur candidat favori. Mais Hoogduijn n’est pas très apprécié dans les milieux gouvernementaux, notamment parce qu’en tant que membre de la DNB, il ne serait pas la personne indiquée pour y introduire un changement de culture. Celui-ci est nécessaire car tout le monde sait que pendant la crise financière, la DNB n’a pas suffisamment joué son rôle de contrôleur ». Selon le NRC et le Volkskrant, MM. De Jager (ministre des Finances) et Rutte préféreraient M. Kees van Dijkhuizen, directeur de l’ancienne banque d’Etat NIBC et ex-trésorier général du ministère des Finances. Van Dijkhuizen est membre du VVD, le parti du Premier ministre Rutte. Le Premier ministre s’implique fortement dans cette nomination ». Le Financieele Dagblad souligne dans un grand article à la une qu’il est « exceptionnel que les politiques se mêlent si directement de la nomination du président de la banque centrale ».

* * * LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Le Volkskrant publie une correspondance sur les réfugiés tunisiens à Paris et évoque la campagne contre les châtiments corporels (pp. 16 et 17).
Le NRC relève l’ « Arrestation de dizaines de Tunisiens en France » (p.11).

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 29/04/2011

Haut de page