Presse néerlandaise du vendredi 3 décembre 2010

LES GRANDS TITRES

- Trouw (chrétien progressiste) : Les enseignants doutent de l’utilité des sanctions
- De Volkskrant (centre gauche) : Les salariés déterminent eux-mêmes leurs horaires
- AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : Notre négativisme est une des causes de notre échec (football)
- De Telegraaf (populaire) : Mesures d’urgence contre la guerre des drogues
- NRC-Handelsblad : Le PDG de TNT se rend superflu

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Irlande

« Le PvdA et le PVV ont été la cible des critiques pendant le débat sur l’aide d’urgence à l’Irlande », annonce le Financieele Dagblad.
Le PvdA a été accusé par le D66 de « petits jeux de politique intérieure » et d’attitude « irresponsable » par le CDA, GroenLinks et le D66.
Le ministre des Finances, M. de Jager, a rappelé que « la Deuxième Chambre devrait de toute façon donner son aval en cas de nouvelles mesures d’économies. Il a semblé vouloir rassurer un peu le PvdA en ajoutant que le gouvernement a le souci de répartir les charges de façon équitable ».
« La stratégie de M. Plasterk a manqué son but de façon spectaculaire hier », en retient le Trouw. « Le porte-parole pour les questions financières du PvdA s’est retrouvé tristement isolé. A la fin du débat, le PvdA est resté les mains vides et de surcroît De Jager avait empoché le soutien de socio-démocrates ».

Wikileaks

Le Volkskrant relève « le silence de Rosenthal sur les armes nucléaires ». « Un document américain originaire de Berlin, daté du 24 novembre 2009, évoquant une demande de retrait des armes nucléaires d’Italie, d’Allemagne et des Pays-Bas, permet de déduire que ces derniers ont ce type d’armes sur leur territoire. (…) Le SP et GroenLinks ont demandé au ministre des Affaires étrangères, M. Rosenthal, de faire la clarté sur ce point. Le ministre n’a pas répondu à cet appel et rappelé : nous ne faisons pas de déclarations sur la présence ou non d’armes nucléaires ».
Le Volkskrant pense que « l’extradition d’Assange est une question de temps » (p.23) et dans son billet politique hebdomadaire, Nausicaa Marbe appelle le Premier ministre néerlandais, M. Mark Rutte, à lui offrir l’asile aux Pays-Bas. Mme Marbe juge « excessives » et « ridicules » les réactions exprimées dans « la démocratie la plus puissante du monde. (…) Les encyclopédistes français, ces philosophes radicaux des Lumières qui recueillaient des connaissances en marge des canaux imposés par l’Eglise et s’efforçaient de les diffuser, faisaient dans un certain sens la même chose qu’Assange à notre époque. Et que fait notre Rutte ? Il a marmonné quelques paroles sur les dommages causés aux relations diplomatiques. Où est le libéral qui défendait autrefois une absolue liberté de parole ? J’appelle notre Premier ministre à montrer que les Pays-Bas n’adhèrent pas aux théories du complot et de la peur des grandes puissances (…) et à offrir l’asile politique à Assange ».

Dans son supplément artistique, le Volkskrant, sous une grande photo du tableau Les diplomates de Holbein, note qu’il est « intéressant et parfois même distrayant de lire la correspondance diplomatique américaine. Mais pour le même prix, il pourrait y avoir des morts ou bien les relations entre certains pays pourraient s’en trouver brouillées pour des années. Il n’est pas étonnant que les diplomates révèlent rarement le fond de leur pensée et se protègent par des messages codés ». Le tableau de Holbein a fait l’objet de multiples interprétations à travers les siècles, jusqu’à ce qu’un « scientifique britannique, John North, établisse que Holbein a fait le portrait des deux diplomates le 11 avril 1533, un vendredi saint, à quinze heures, l’heure de la mort du Christ. Les pièces du puzzle se retrouvent à leur place : ce tableau est plein de memento mori, comme cette curieuse tache au premier plan qui, vue sous un certain angle, représente une tête de mort. Comme Wikileaks, North a décodé les indications portées sur le tableau. Elles donnent une toute autre image des deux ambassadeurs derrière leur visage impénétrable et leur toilette soignée : que ce sont des hommes qui craignent Dieu et ont conscience de la mort ».

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Lutte contre la criminalité

Le Telegraaf titre sur les « mesures d’urgence contre la guerre de la drogue » souhaitées par le ministre de la Sécurité et de la Justice, M. Opstelten. A l’issue d’une réunion d’urgence hier soir entre le ministre et les maires de Breda, Eindhoven, Tilburg, Bois-le-Duc et Helmond, « il a été décidé de mettre en place une task force qui coordonnera les volets policier et judicaire afin d’intervenir de façon rapide et efficace. La police nationale sera utilisée en renfort des corps de police régionaux et le système de cartes de clients pour les coffeeshops sera introduit de façon accélérée : nous mettrons en œuvre tout ce qui est nécessaire, a promis le ministre, ceci est une offensive contre la criminalité organisée, nous allons arrêter des bandes de trafiquants ».

Selon l’éditorialiste du Volkskrant, les problèmes qui se manifestent dans le sud du pays sont « le résultat d’une politique de tolérance ambiguë. Les incohérences de la politique de tolérance ont pour conséquence que la culture et la vente de drogues douces ne sont plus entre les mains de petits artisans, mais relèvent d’organisations mafieuses. Celles-ci font honneur à leur nom de façon éhontée lorsqu’elles menacent et attaquent le maire de Helmond pour empêcher l’ouverture d’une deuxième coffeeshop. Chaque commune réagit de façon différente aux nuisances de la drogue et de la criminalité. (…) Il faut harmoniser les politiques. La marge de manœuvre des Pays-Bas est faible. Dans un monde où on ne fait pas la différence entre drogues dures et drogues douces, entre vente et possession de stupéfiants, la seule option réelle est d’augmenter la répression ».

Horaires flexibles

Sous le titre « Il faut sortir de la mentalité de la pointeuse », le Volkskrant signale une proposition conjointe faite par le CDA et GroenLinks, qui ont élaboré une « initiative de loi » visant à donner aux salariés un droit au travail flexible. Cette proposition signifie, pour les salariés, des possibilités accrues de combiner vie privée et emploi (obligations liées à la garde de jeunes enfants ou aux soins de personnes malades ou âgées), pour l’environnement une réduction des déplacements entre lieu de résidence et lieu de travail et pour les employeurs une diminution des frais liés aux immeubles de bureaux. « Les salariés qui obtiennent davantage de contrôle sur leurs horaires et leur lieu de travail ont tendance à travailler plus, » fait valoir le député CDA Eddy van Hijum. « Il faut sortir de l’esprit de contrôle. Nous pensons que ce type de mesure peut faire augmenter la participation au marché du travail, surtout chez les femmes, qui ont parfois du mal à combiner toutes sortes de tâches. C’est bon pour la productivité et c’est bon pour la santé ».

« Loi du dimanche »

A l’occasion du débat sur le budget du ministère de l’Intérieur, le D66 a demande la suppression de la « Loi sur le dimanche » (Zondagwet), qui, aux yeux des Démocrates libéraux, n’est plus de ce temps et qui plus est, est contraire aux principes de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Le D66 est soutenu par le VVD, le PVV, le PvdA et GroenLinks. « Mais on peut se demander », conclut le Trouw, « si dans le contexte de coalition actuel, cette majorité se retrouvera au moment des votes ».

JSF

« Les coûts du JSF ont encore augmenté », signale le Volkskrant. Le ministre de la Défense a informé jeudi la Deuxième Chambre que cet appareil coûtera 1,4 milliard € de plus que prévu. Le Telegraaf titre sur « la colère du Parlement » devant une augmentation des coûts de vingt pour cent. « Seuls le VVD, le CDA et le PVV apportent un soutien inconditionnel à l’acquisition de cet avion en remplacement du F16. Le VVD indique toutefois qu’il ne faut pas dépenser un centime de plus que les 6,2 milliards prévus, ce qui peut avoir pour conséquence, reconnait Han ten Broeke, d’acheter moins d’appareils. Le PVV, qui, du fait de son soutien à la coalition, donne son accord à l’acquisition du JSF, se déclare peu tenté de l’acheter effectivement dans la situation actuelle. L’opposition de gauche veut mettre fin immédiatement à l’ensemble du projet. La députée PvdA Angelien Eijsink recommande de tout arrêter et souligne que l’on pouvait déjà voir arriver ce problème depuis longtemps.

* * *

LA FRANCE DANS LA PRESSE NEERLANDAISE

Selon le correspondant du Volkskrant, « la déclaration rapide de candidature de Royal (aux élections présidentielles) pose des problèmes aux socialistes français ».

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Dernière modification : 06/12/2010

Haut de page