Presse néerlandaise du vendredi 3 août 2007

Le ministre de la Justice, Ernst Hirsch Ballin (CDA), a présenté hier un avant-projet de loi sur les jeux téléphoniques à la télévision. La nouvelle loi sur les jeux de hasard doit poser des exigences supplémentaires concernant la fréquence et la durée des jeux, le montant global des prix, la protection des participants mineurs et la manière dont les appelants sont informés. L’instauration d’une Autorité des jeux de hasard ayant compétence à imposer des sanctions est également prévue.
Les producteurs de programmes télévisés qui comblent les heures creuses sur les chaînes commerciales gagnent chaque année des millions d’euros avec ces jeux souvent truqués.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Des armes, mais pas encore de paix" (Moyen-Orient), "Un pont sur le Mississipi s’effondre : neuf morts", "Les adjudications incorrectes de l’Etat s’élèvent au moins à 43 millions d’euros"
de Volkskrant (centre gauche) : "Une nouvelle loi va brider les jeux téléphoniques - On estime à 3 millions par an le nombre de Néerlandais qui tentent leur chance au téléphone", "Les ministères ont mal adjugé des projets d’une valeur globale de 45 millions"
Trouw (chrétien progressiste) : "La Chambre non plus ne respecte pas toujours les procédures d’adjudication - Sept ministères ont enfreint les règles", "Un universitaire : Des voies spéciales pour les camions et le trafic commercial"
De Telegraaf (populaire) : "Les voyages plein soleil pratiquement épuisés - Les agences de voyage font des affaires à cause du mauvais temps", "Les Etats-Unis craignent que le nombre de morts du pont effondré n’augmente encore"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Le Serbe persona non grata ne pouvait pas être expulsé", "Le pont effondré était en mauvais état depuis des années"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas - Soudan

Les ministres Verhagen (Affaires étrangères, CDA) et Koenders (Coopération, PvdA) ont l’intention de se rendre ensemble au Soudan cette année, relèvent l’Algemeen Dagblad (p.4) et le Telegraaf (p.7). Ce pays africain recevra bientôt une importante force de paix de l’ONU, qui doit éviter une recrudescence du conflit dans la province du Darfour, rappellent les deux journaux populaires. Environ 200 000 personnes ont été tuées les dernières années et des millions d’autres ont fui la région.
Le gouvernement néerlandais étudie la possibilité de participer à cette force de paix en fournissant une unité militaire de soutien. Il songe à l’envoi d’un hôpital militaire.

ACTUALITE INTERIEURE

Adjudications

"Les adjudications incorrectes des ministres Koenders et Rouvoet ne sont pas des cas isolés", écrit le Trouw dans son grand article à la une. "Le Parlement et sept ministères ont également commis des erreurs." "Selon les règles en vigueur, tout projet dont la valeur dépasse 137 000 euros doit faire l’objet d’une adjudication publique. Il ressort des données de la Cour des comptes - qui contrôle les dépenses du Parlement et du gouvernement - que la Deuxième Chambre a dépensé l’an dernier 2,9 millions d’euros sans respecter les règles d’adjudication. La Première Chambre, lors de la prolongation de contrats en 2005, a également attribué 650 000 euros de façon illicite. Il apparaît par ailleurs que sept ministères, en 2005 et 2006, ont enfreint les règles pour un montant de 43,4 millions d’euros. Il s’agit des ministères des Finances, de la Justice, de la Défense, des Affaires sociales, de la Santé publique, du Logement et des Transports et Voies d’Eau."
"La Justice est en tête : les fonctionnaires y ont contourné les règles européennes pour un montant de 22,5 millions d’euros. Les Finances ont dépensé 9 millions d’euros sans respecter les règles du marché. Il s’agissait de la prolongation et de la conclusion de contrats NTIC par les services fiscaux. Le ministère des Affaires sociales a péché pour presque 11 millions d’euros, celui de la Santé publique pour un million. Les chiffres des autres ministères ne sont pas connus."
"La nouvelle tombe mal pour le VVD. Mercredi, les libéraux, qui participaient au gouvernement en 2005 et 2006, ont exigé que le premier ministre Balkenende vérifie toutes les adjudications de l’Etat. Il s’avère maintenant que des responsables VVD se sont également rendus coupables de non-respect des procédures. Un ministre VVD dirigeait quatre des sept ministères en question : Zalm aux Finances, Hoogervorst à la Santé publique, Dekker, puis Winsemius au Logement, tandis que Verdonk (Etrangers) faisait partie de la Justice" (également NRC Handelsblad pp.1 et 3, de Volkskrant pp.1 et 3, AD Haagsche Courant p.3, De Telegraaf p.7).

Selon l’éditorialiste du Trouw, "la classe politique, pour citer la Cour des comptes, manque gravement à ses responsabilités par pure ’bêtise, nonchalance et ignorance’." "Jamais encore un gouvernement n’a fait autant de publicité pour lui-même les cent premiers jours de son mandat. Tout cela avec la pieuse intention d’entrer en dialogue avec les citoyens. C’est beau et c’est peut-être même utile, mais un effet accessoire était tout de même qu’on avait le sentiment qu’il frimait. Et l’opposition, elle, était impuissante car elle ne dispose pas d’un budget aussi large pour faire de la réclame. Une raison de plus pour ces partis de faire en sorte que même ce gouvernement propagandiste respecte les règles du jeu".

Lèse-majesté

En page d’opinion du Volkskrant, le sénateur PvdA et spécialiste de droit constitutionnel Peter Rehwinkel fait valoir que "la différence de pénalisation entre les délits de lèse-majesté et d’autres formes d’insultes est injustifiée". "Notre chef d’Etat doit être protégé tout comme les autres Néerlandais, ou plutôt : tous les Néerlandais méritent la même protection que leur reine." "Je ne vois pas pourquoi insulter toute une catégorie de la population, par exemple pour des raisons de race, de religion ou de philosophie, de sexualité, et même inciter à la haine n’est passible que d’un an de prison, alors qu’insulter une seule personne, en commentant un délit de lèse-majesté, peut être puni de cinq ans."

PRESSE HEBDOMADAIRE

Vrij Nederland, sous le titre "Welcome to Fabulous Schiermonnikoog - Home of the Rich", publie un reportage de huit pages sur cette île des Wadden. "L’an dernier, Schiermonnikoog a été nommée le plus bel endroit des Pays-Bas. Mais la communauté de moins de mille âmes est maintenant profondément divisée sur des projets de construction qui porteraient atteinte au caractère unique de l’île. Les nouveaux riches s’emparent de l’île, estiment des villageois préoccupés. Mais le maire et l’entrepreneur le plus influent estiment que l’immobilisme, c’est le déclin."
Un autre reportage a pour thème l’écrivain américain Jack Kerouac, dont le livre On the Road, la bible de la Beat Generation, a cinquante ans. "Le 5 septembre, Viking publiera une nouvelle édition d’On the Road, basée sur le manuscrit original. En novembre paraîtra la traduction néerlandaise, chez De Bezige Bij."

HP/De Tijd dénonce "les méchantes pratiques de GeenStijl", un site Internet néerlandais qui excelle surtout en "exécutions publiques" de personnes critiquées pour une raison ou une autre. "Je trouve que GeenStijl est un site écœurant", écrit le rédacteur en chef du magazine, Henk Steenhuis. "Apparemment, il diffuse l’actualité avec une certaine espièglerie. Mais ne vous y trompez pas. Il est entre les mains de psychopathes et les plaisanteries qu’ils font ne servent qu’à masquer leur esprit pourri. GeenStijl a horreur des gens qui ne sont pas banaux. Quiconque veut réussir sa vie et a une certaine prétention intellectuelle est chocolat. Tel un limier, GeenStijl détecte ses victimes et gare si Leon de Winter, Michaël Zeeman, Mark Rutte ou Lousewies van der Laan ont dit quelque chose qui n’est pas grossier ou vulgaire. Le site leur assène alors les insultes les plus viles. Et ceux qui osent répliquer prennent le risque de se faire suivre de façon gênante. Il est bon qu’Internet ait mis fin à la monoculture dans les médias néerlandais, il était temps. Mais il est dommage que ce soit justement un média comme GeenStijl qui en profite tant. Vous pensez que ce n’est pas si grave que ça ? Allumez votre ordinateur, cherchez la bonne adresse Internet et une puanteur d’égout vous assaille."
Sur le plan politique, le général de division à la retraite A.J. van Vuren s’interroge sur la présence néerlandaise en Afghanistan. "Le gouvernement débattra prochainement de la possible prolongation de la mission néerlandaise en Afghanistan. Rester est une mauvaise idée. Partir aussi. Alors que faut-il faire ?" "Partir si nous ne sommes pas relayés par un autre pays n’est pas une option. Nous livrerions alors les Afghans qui ont choisi notre camp - il y en a beaucoup - aux talibans et à leurs acolytes. Nos pertes n’auraient servi à rien et la reconstruction qui a indéniablement commencé à de nombreux endroits s’arrêterait ou serait même réduite à néant."
On notera aussi un article documentaire sur les musulmans aux Pays-Bas, surtout basé sur les statistiques du Centraal Bureau voor de Statistiek et du Sociaal Cultureel Planbureau. Quelques sources étrangères sont également citées.

Elsevier propose un dossier intitulé "Plutôt être son propre patron". "Un Néerlandais sur huit est à son compte et ce pourcentage croît. Au début, c’étaient surtout des travailleurs du bâtiment et des coiffeuses qui commençaient leur propre entreprise. De plus en plus de diplômés optent maintenant pour l’indépendance. Des tuyaux pour un bon départ."
"Derrière la bonhomie de Jan Marijnissen se cache un terrible leader", affirme Syp Wynia dans un article de fond. "Il y a vingt ans déjà, Jan Marijnissen a dû réprimer une révolte à Zwolle. La discipline est le propre de son Socialistische Partij. Ce n’est pas illogique : si la direction relâche la bride, c’est préjudiciable à lui-même et à sa base financière. L’intérêt du parti prime sur tout : quiconque se montre rebelle est inévitablement exclu."
Sur le plan sociologique, on retiendra un papier de Gertjan van Schoonhoven sur la ségrégation. "Les Turcs et les Marocains de la première génération avaient plus de contacts avec les Néerlandais autochtones que leurs enfants nés ici. Aucun autre pays ne compte autant de ’projets d’intégration’. Pourtant le clivage croît plutôt qu’il ne décroît. N’est-il pas temps de reconnaître que la plupart des Néerlandais ne veulent pas ’s’intégrer’ ?"

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Volkskrant (pp.1 et 5), le Trouw (p.8) et l’Algemeen Dagblad (p.11) rendent compte des réactions suscitées en France et dans d’autres pays par une interview du fils du leader libyen Kadhafi dans le quotidien Le Monde. "La porte-parole de la commissaire européenne Ferrero-Waldner a répété hier que Bruxelles n’a pas fait de promesses secrètes pour obtenir la libération des six [détenus bulgares]", souligne Bart Dirks dans le premier journal. "Elle n’a pas dit si certains pays ont passé des accords complémentaires avec la Libye. Bruxelles ne fait pas de commentaire sur un éventuel accord français sur des armements."

Dans le journal d’Amsterdam Het Parool (p.9) d’hier soir, Olivier van Beemen note que "deux mois et demi après son élection, le président français Nicolas Sarkozy est extrêmement populaire". "Sarkozy réforme, mais avec modération."

Dernière modification : 07/12/2009

Haut de page