Presse néerlandaise du vendredi 30 janvier 2004

Alerte au radon du béton de gravier, ticket modérateur pour les
patients qui consultent leur médecin généraliste, interrogations sur la cause exacte de
l’affaissement d’une digue au Limbourg et division du gouvernement néerlandais sur la
candidature de la Turquie à l’Union européenne : les grands titres présentent un
intérêt inégal ce matin.

La presse populaire réserve d’autre part une grande place à la une au
décès, des suites d’un cancer, d’une jeune actrice de 34 ans.

  • NRC Handelsblad d’hier soir : "Le président de la BBC démissionne après
    avoir présenté ses excuses", "Les communes engagent des poursuites contre des
    entreprises de construction", "La digue de Stein venait d’être contrôlée par
    un inspecteur"

  • de Volkskrant  : "Le gouvernement est profondément divisé sur la
    Turquie", "La presse est vulnérable – La réhabilitation de Blair dans le
    rapport Hutton et les critiques à l’adresse de la BBC reflètent l’attitude du public
    vis-à-vis des médias"


    Trouw  : "’Contribution personnelle’ pour le médecin de famille - L’opposition
    est furieuse à cause de la proposition de Hoogervorst : le médecin devient
    ’inaccessible’", "Le Hezbollah en fête, Israël vit une rude journée"


    Algemeen Dagblad  : "Affaissement de digue : une cause bizarre – Des
    centaines d’habitants de Stein évacués à cause d’une conduite d’eau qui fuit",
    "Guusje Nederhorst (1969 – 2004) – Stupéfaction après la mort de
    l’actrice"


    De Telegraaf  : "Alerte aux radiations du béton – Van Geel veut des
    mesures contre le gaz radon
    ", "Les plaisirs de la neige",
    "Guusje Nederhorst est décédée"

* * *

Le dossier du jour : Le ministre Bot à Paris

La visite à Paris du chef de la diplomatie néerlandaise, Ben Bot
(CDA), fait l’objet d’une bonne couverture de presse, en partie basée sur sa tribune dans
Le Figaro et le quotidien néerlandais de Volkskrant d’hier.

" Le ministre des Affaires étrangères Bot a pu exercer ses
compétences d’ancien haut fonctionnaire de l’UE, jeudi à Paris, en faisant de la
diplomatie internationale
", écrit Fokke Obbema, correspondant à Paris du Volkskrant
(p.5). " Loin de ses tribulations haguenoises avec le VVD sur la Turquie, il a pu
prendre le temps dans les imposants salons du Quai d’Orsay pour une réunion de travail et
un déjeuner avec son homologue français de Villepin
. Les deux hommes et les deux
pays ont ’une très bonne chimie’, a conclu Bot à l’issue de sa visite
. Les relations
n’ont jamais été aussi chaleureuses, a jubilé un haut fonctionnaire qui
l’accompagnait."

" Mais le VVD a poursuivi Bot même à Paris . En effet, il
fallait qu’il aborde avec de Villepin deux dadas néerlandais venant du ministre des
Finances Zalm, qui est beaucoup plus sceptique vis-à-vis de l’Europe que le
chrétien-démocrate internationaliste Bot. Il devait rappeler à de Villepin les
intérêts des Pays-Bas mercantiles : le maintien du droit veto sur le budget pluriannuel
de l’UE et le renforcement du rôle de la Cour européenne de Justice dans la surveillance
du Pacte de stabilité
."

"De Villepin, à l’issue de la rencontre, ne s’est pas laissé
inciter à prendre position sur les préoccupations néerlandaises. La vision de Bot
concernant une ’Europe à deux vitesses’ ne lui aura en tout cas pas posé de problème.
Bot n’est pas favorable aux groupes de tête, mais s’il s’en forme, il veut que les
Pays-Bas en fassent partie. Ce message laisse suffisamment de marge aux Français pour
prendre des initiatives dans ce domaine."

" Assez paradoxalement ", conclut Obbema après avoir
rappelé l’anxiété relative de la France devant l’élargissement à dix nouveaux Etats
membres, " c’est l’élargissement de l’UE qui pourrait bien rapprocher la France et
les Pays-Bas
. La ’très bonne chimie’ entre Bot et de Villepin sera alors utile. Bot
a habilement souligné que les Pays-Bas se sont impliqués dans l’Europe dès la première
heure
. Cela a plu aux Français qui ont une prédilection pour l’histoire, mais
surtout un besoin urgent d’alliés fidèles
."

" Tant que cela se passe dans la ’transparence’, les Pays-Bas ne
voient pas d’objection à ce que certains pays précèdent les autres et prennent des
initiatives propres
", rapporte Pieter van den Blink dans le Trouw (p.6).
" Bot, selon ses propres dires, a clairement transmis ce message à son homologue
français de Villepin
." "Un entretien avec le président de la Convention
européenne, l’ancien président Giscard d’Estaing, était aussi au programme de Bot.
Selon Bot, celui-ci a confirmé que les Pays-Bas faisaient partie des pères fondateurs
de l’Union européenne."

"Le ministre Bot a brodé sur ce thème dans un article paru
simultanément dans le Volkskrant et le quotidien français Le Figaro, hier.
Bien qu’il ne soit pas partisan de la formation de coteries au sein de l’UE, il annonce
que s’il se forme tout de même un ’groupe de tête’ les Pays-Bas veulent en faire
partie."

Le Financieele Dagblad , à la une, cite également ce passage de
la tribune du ministre néerlandais, pour ajouter : " A l’issue de la concertation,
de Villepin a déclaré que la France éprouvait de la compréhension pour le souhait
néerlandais de réduire leur contribution à l’Union européenne
." "Les
Pays-Bas sont le plus grand contributeur net par tête d’habitant", rappelle le
journal financier. "La France, surtout grâce aux subventions agricoles, est l’un des
plus grands bénéficiaires nets."

" L’article dans Le Figaro est mal accueilli par le
député VVD Hans van Baalen
. Van Baalen trouve que Bot est ’trop diplomate et pas
assez ministre’
. Bot veut rejoindre les grands Etats membres comme la France et
l’Allemagne, alors que les Pays-Bas peuvent exercer davantage d’influence en coopération
avec les petits Etats membres et les nouveaux pays de l’UE, de l’avis du député VVD. Mieux
vaut être le plus grand des petits que de suivre les grands’
."

" A la différence de Van Baalen, le porte-parole PvdA Frans
Timmermans juge la position de Bot ’extrêmement raisonnable’
." "Timmermans
estime que la tentative du ministre CDA d’améliorer la relation avec la France et
l’Allemagne est de loin préférable à l’attitude du ministre VVD des Finances Gerrit
Zalm, qui ’fait la leçon’ aux grands pays, ’depuis la touche’."

"Après le déjeuner commun, avec au menu, entre autres, la paix
souhaitée au Moyen-Orient, les droits de l’homme en Afrique, la Convention européenne,
l’Irak et le rôle des Nations Unies, les deux responsables ont déclaré qu’ils
s’entendaient bien", écrit Kirsten Coenradie dans son compte rendu pour le Telegraaf
(p.9).

 

Actualité internationale

Pays-Bas : candidature de la Turquie

" Le gouvernement est gravement divisé sur la question de
savoir si la Turquie peut devenir membre de l’Union européenne
", souligne le Volkskrant
dans son grand article à la une. " L’opposition est la plus vive chez les
responsables VVD, mais des ministres CDA et D66 doutent aussi de l’adhésion de la Turquie
à l’UE
. ’La résistance aux Turcs est professée de façon presque religieuse’,
signalent des sources proches du gouvernement."

"Les dernières semaines, la querelle au sein du conseil des
ministres sur la question de la Turquie s’est aggravée. Des éclats ont eu lieu durant
les discussions, selon des initiés."

" Le ministre des Affaires étrangères Bot (CDA), le premier
responsable de cette question, estime qu’en fait on ne peut plus refuser l’adhésion à
Ankara, après toutes les promesses faites
. Ses collègues VVD Zalm (Finances), Remkes
(Intérieur) et Hoogervorst (Santé publique), les responsables CDA Veerman (Agriculture)
et Donner (Justice) et le D66 De Graaf (Rénovation administrative) ont mal pris la
position de Bot. Ces censeurs soulignent que la Turquie islamique n’est pas à sa place
dans la ’communauté de valeurs chrétienne européenne’."

"Un ministre VVD condamne ’l’incroyable facilité’ avec laquelle
on ouvre la porte à Ankara. Hoogervorst, à ce qu’on dit, redoute un raz-de-marée
d’immigrants turcs. Le ministre Zalm a fait calculer que l’adhésion de la Turquie
coûtera un milliard d’euros aux contribuables néerlandais."

" A la mi-février, le gouvernement consacrera une réunion
spéciale au Catshuis à l’adhésion turque à l’UE
. Plusieurs responsables parlent
d’emblée d’une ’discussion sans espoir’
. ’L’équipe est totalement divisée, je ne
vois pas de compromis’, dit l’un d’eux."

 Pays-Bas – Afghanistan

Les Pays-Bas, en mars, enverront six hélicoptères de combat Apache et
environ 130 hommes pour leur maintenance en Afghanistan, dans le cadre de la force
internationale de sécurité ISAF. La presse s’attend à ce que le conseil des ministres
approuve aujourd’hui cette proposition des ministres Bot (Affaires étrangères) et Kamp
(Défense) ( Trouw p.3, de Volkskrant p.3, Algemeen Dagblad p.5).

 

Actualité intérieure

Migrantes

" L’afflux constant de migrantes turques et marocaines qui
viennent comme future épouse freine l’émancipation et l’intégration des allochtones aux
Pays-Bas
", relève le Volkskrant (p.3). " Plus de 70 % des
femmes qui arrivent aux Pays-Bas dans ce but ont tout au plus une formation primaire et
n’ont pratiquement aucune chance sur le marché du travail néerlandais
, annonce le Sociaal
en Cultureel Planbureau
(SCP) dans le rapport Emancipatie in estafette [l’émancipation
comme course de relais] envoyé à la Deuxième Chambre mercredi."

"Le SCP est pessimiste sur les perspectives d’un grand groupe de
femmes allochtones. Plus de la moitié (53 %) se trouvent dans une situation
défavorisée. La plupart de ces femmes sont d’origine turque ou marocaine. Moins d’un
quart des Turques et des Marocaines ont un emploi rémunéré. Les mères isolées
d’origine surinamienne et antillaise font aussi partie de ce groupe défavorisé. Moins
d’un quart des femmes allochtones réussissent sur le plan social
. C’est notamment le
cas des Surinamiennes et des Antillaises dont la situation est proche de celle des femmes
autochtones."

" Le ministre des Affaires sociales De Geus considère l’étude
du SCP comme une justification de sa politique d’émancipation, qui insiste sur
l’émancipation et l’intégration des femmes allochtones
."

Environ 68 000 Turques et 56 000 Marocaines, dont beaucoup
ont plus de 40 ans, se trouvent dans une situation précaire. La plupart n’ont pas de
revenu personnel, n’entretiennent pas de contact avec des autochtones et ont une
conception traditionnelle de la relation homme-femme (également Trouw pp.1 et 5, Algemeen
Dagblad
p.5).

 

Presse hebdomadaire

Tous les hebdomadaires en parlent encore, mais c’est HP/De Tijd
qui brode avec le plus d’insistance sur l’affaire Rob Oudkerk, qu’il considère comme
"une percée morale" : "Aux Pays-Bas aussi, les politiques devront
désormais se demander si leur vie privée est conforme à leur message public. Les
électeurs doivent savoir à qui ils ont affaire." Le magazine indépendant consacre
aussi un article à la "confession publique" de Karina Schaapman, conseillère
municipale PvdA à Amsterdam, qui révèle son passé de prostituée dans un livre paru
juste une semaine après la démission de l’échevin PvdA. "Sur conseil de ce même
Rob Oudkerk, parce qu’il trouvait qu’elle devait être prudente et en parler de son propre
chef. Epoustouflante, cette preuve d’habilité de la part d’un casse-cou."

Dirk-Jan van Baar, dans sa rubrique "Affaires étrangères",
évoque la question du foulard islamique en France
et les manifestations à l’échelle
internationale contre son interdiction. Il y mêle le strict sécularisme appliqué en
Turquie, où "la rue s’est de nouveau islamisée les dernières années, avec des
femmes voilées et des hommes portant barbe". "En tant qu’admirateur d’Atatürk,
j’éprouve de la sympathie pour le modèle turc. La Turquie et la France disposent de
collectivités fortes capables d’appliquer une idéologie d’Etat séculière, bien que
cela puisse aussi amplifier les protestations. Le modèle turc montre aussi qu’on ne peut
pas réprimer la religion de façon permanente. Il semble raisonnable de ne pas rendre le
foulard plus important qu’il ne l’est Dans les questions d’intégration, chacun voit
midi à sa porte
. Aux Pays-Bas, nous ne pouvons plus nous imaginer cela . En
France, Chirac a du moins fait comprendre ce qu’on entend par ordre séculier
."

Bart Tromp , dans Elsevier , s’intéresse aussi à la
question. " La commission a tout à fait raison ", conclut-il après avoir
résumé le rapport Stasi. " Ces foulards sont une ’tradition inventée’ . Ils
n’ont pas de base dans l’islam originel. Un éminent théologien de la mosquée El Akbar,
au Caire, a déclaré que le gouvernement français a parfaitement le droit de décréter
une telle interdiction et que les musulmans doivent s’y conformer." " J’ai
trouvé ce rapport français bénéfique, parce qu’il applique clairement le principe de
la séparation de l’Eglise et de l’Etat et qu’il est au service de la liberté
individuelle
. Il est curieux que le seul autre Etat qui ait une conception aussi
fondamentale est la Turquie."

Le magazine conservateur consacre quatre pages à la criminalité aux
Pays-Bas, "le paradis des voyous". "Cela fait plus de dix ans que
l’approche de la police et de la justice vis-à-vis du crime organisé est défaillante.
Mais le ministre de la Justice Piet Hein Donner ne veut pas qu’on conclut des accords avec
des criminels. La question est de savoir comment les ’Pays-Bas pays distributeurs’ peuvent
se défaire autrement de la méga-criminalité, qu’ils ont eux-mêmes attirée par leur
’double tolérance’." "Les autorités ne font pas preuve d’assez de dynamisme,
elles sont bureaucratiques, inefficaces et souvent incompétentes."

L’enseignement déplorable des langues étrangères aux Pays-Bas
retient aussi l’attention du magazine. "Les performances linguistiques du
Néerlandais moyen sont beaucoup plus mauvaises qu’il le pense, en particulier en ce qui
concerne le français et l’allemand."

Vrij Nederland publie un reportage sur le passage clandestin en
Europe d’une Iranienne et de ses deux filles. "Quand on parle de passeurs d’être
humains on emploie souvent le terme ’mafia’. Il s’agirait de criminels sans pitié, qui
opèrent en réseau. Mais est-ce bien vrai ? L’Arabe Djouma est un petit opérateur
indépendant. Et l’Iranienne Sima, qu’il a aidée à venir en Europe avec ses deux filles,
lui est éternellement reconnaissante."

"Les Polonais sont déjà là", constate l’hebdomadaire
progressiste dans un autre dossier. "Et ils sont populaires. Ils travaillent dur pour
un salaire modique et évincent les Néerlandais du marché du travail. Les problèmes que
le gouvernement veut prévenir existent depuis longtemps."

"Au sein du gouvernement actuel – avec un ancien inspecteur
des finances à la Défense et un rat de bibliothèque comme premier ministre - Bot est un
merle blanc", constate Thomas von der Dunk dans sa rubrique. "C’est l’un des
seuls au sein du gouvernement à comprendre que le monde, ce n’est pas les Pays-Bas en
plus grand."

Economie, Finances

Bâtiment

Le NRC Handelsblad (p.1) d’hier soir annonce l’engagement
de poursuites contre 43 entreprises de construction par 75 communes réunies dans une
fondation ad hoc, pour réparer le préjudice subi par suite de la formation de cartels
dans le bâtiment.

Ce matin, la plupart des quotidiens signalent que le Ministère public,
dans ce contexte, poursuivra sept fonctionnaires pour corruption : cinq fonctionnaires du
service de gestion des eaux Rijkswaterstaat, un fonctionnaire de la commune de
Hoorn (Hollande du Nord) et un ancien collaborateur de la province de Hollande du Sud.

Affaires françaises

Le Trouw évoque à la une, à travers un commentaire à la
radio du professeur Filip Reijntjens, du dossier confidentiel et "explosif" que
le juge d’instruction Jean-Louis Bruguière prépare sur la destruction en 1994 de l’avion
français transportant le président rwandais Habyarimana : "’Des Tutsis ont
provoqué le génocide contre les Tutsis’".

Dernière modification :

Haut de page