Presse néerlandaise du vendredi 30 novembre 2007

Des milliers de lycéens néerlandais participeront aujourd’hui à Amsterdam, à partir de midi, à une manifestation nationale contre l’application trop stricte, à leur avis, de la "norme horaire", le nombre minimal d’heures de cours à dispenser dans le premier cycle de l’enseignement secondaire. Cette norme, qui est actuellement de 1 040 heures, est considérée par eux comme étant toujours trop lourde.
Le comité d’action Landelijk Aktie Komitee Scholieren (LAKS) a décidé mercredi d’appeler à cette manifestation, après un débat d’urgence sur cette norme à la Deuxième Chambre. Une majorité parlementaire a soutenu la secrétaire d’Etat à l’Education Van Bijsterveldt, qui a convenu avec le Conseil de l’enseignement d’accorder un peu plus de liberté aux lycées afin de satisfaire à la norme actuelle.
Le syndicat CNV des enseignants a fait savoir depuis qu’il soutient l’action des lycéens. Le syndicat général des enseignants AOb, de son côté, demande aux directions de lycée de donner à leurs élèves la possibilité de faire grève.

NRC Handelsblad (libéral) d’hier soir : "Une compagnie d’assurance chinoise prend une participation de plus de 4 pour cent dans Fortis", UE : l’air doit devenir plus pur"
Trouw (chrétien progressiste) : "Ce sont des ’lavettes’ ou des ’houligans’ - Les opinions divergent à la vielle de la manifestation nationale des lycéens", "La Chambre est favorable à une enquête sur les problèmes des projets d’informatisation"
de Volkskrant (centre gauche) : "Mission en Afghanistan jusqu’en décembre 2010 - Le gouvernement prend aujourd’hui sa décision définitive - La prolongation de la présence militaire néerlandaise coûtera un milliard d’euros", "Les lycées désemparés par la grève des élèves"
De Telegraaf (populaire) "La coalition se chamaille à propos de la taxe kilométrique - Les positions du CDA et du PvdA sont diamétralement opposées", "Verdonk essuie un refus de Hans Wiegel - Le membre d’honneur du VVD ne veut pas jouer de rôle officiel dans le mouvement TON"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Revers financier pour les personnes âgées - La facture des institutions de soins augmentera fortement, contre toute attente", "’Considérer la manifestation comme une partie du stage social, une très bonne idée’" (commentaires de GroenLinks et du SP sur la manifestation contre l’application de la norme horaire)

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Projets NTIC de l’Etat

La plupart des quotidiens évoquent les coûteux échecs de l’informatisation des services publics.

"Des ambitions politiques irréalistes, le besoin de solutions rapides à des problèmes complexes et le manque de connaissance des possibilités sont les principales causes de l’échec des projets NTIC de l’Etat", écrit le NRC Handelsblad (pp.1 et 3) d’hier soir. "C’est ce que fait valoir la Cour des comptes, le principal organe de contrôle de l’Etat, dans son rapport Lessen voor ICT-projecten bij de overheid [Leçons pour les projets NTIC de l’Etat]. Les projets NTIC sont souvent trop complexes et trop ambitieux, de sorte qu’il n’y a ’pas d’équilibre entre les ambitions, la ressource humaine et le temps disponibles’. Les politiques et les entreprises NTIC se retrouvent ainsi dans une ’spirale de complexité croissante sans voie de sortie élégante’."
"Le versement de primes de soins par le Fisc, la gestion des stocks de l’armée, les projets d’informatisation de la police et de l’IND [Service d’immigration] : autant de projets qui se sont heurtés à de grosses difficultés."
"Selon la Cour des comptes, "l’enthousiasme pour les NTIC" des hauts fonctionnaires et des politiques les incite à les considérer comme une panacée universelle pour la résolution de problèmes. Ils surestiment les possibilités techniques et sous-estiment les besoins en temps, fonds et main-d’œuvre. En combinaison avec les ambitions politiques de ministres qui ’veulent manifester leur dynamisme’ et les pressions de la Deuxième Chambre, cela débouche sur des projets irréalistes. Ce mécanisme n’est pas corrigé parce que les fournisseurs de NTIC, ’pour des raisons commerciales, ne sont pas rapides non-plus à s’interroger sur un projet’, écrit la Cour des comptes."
"Il arrive souvent, une fois qu’un projet NTIC a été décidé, que les objectifs soient modifiés en cours de route, par exemple parce que la Deuxième Chambre pose de nouvelles exigences. Les nouveaux risques que cela entraîne ne ’mènent pas souvent à l’indispensable réévaluation’. Lorsque divers départements de la fonction publique sont impliqués dans un projet, la coopération démarre souvent difficilement, parce que les intérêts propres des départements prévalent" (également Trouw pp.1 et 13, Het Financieele Dagblad p.2, de Volkskrant p.7).

Film de Geert Wilders

"Le chef de file du Parti de la Liberté (PVV) a de nouveau réussi à susciter l’émoi, cette fois-ci en lançant l’idée d’un film contre le Coran [cf. presse du 28 novembre]", commentent Marcel Proos et Lianne Sleutjes dans le Het Parool (p.5) d’hier soir. "Wilders ne parle pas encore de la teneur précise, mais les organisations musulmanes sont d’ores et déjà sur le qui-vive." "Le gouvernement s’inquiète des conséquences que le film peut avoir. Il a déjà pris des mesures préventives en cas de réactions violentes. L’une d’elles consiste à présenter le point de vue du gouvernement immédiatement après la diffusion du film, selon un porte-parole du ministre de la Justice Hirsch Ballin."
"Des émeutes aux Pays-Bas et à l’étranger sont une possibilité réelle, confirme la spécialiste du terrorisme Bibi van Ginkel, de l’Institut Clingendael. La comparaison du film de Wilders aux caricatures danoises qui ont provoqué des émeutes début 2006 s’impose, selon elle."

En page d’opinion du Trouw (de Verdieping p.8), l’éminent membre du CDA Doekle Terpstra reproche à Geert Wilders d’abuser de son siège de député pour faire de la provocation. C’est dangereux, selon Doekle Terpstra qui appelle les "gens raisonnables" à dire clairement "non" au mauvais message de Geert Wilders.

PRESSE HEBDOMADAIRE

Vrij Nederland a comme grand dossier une interview de la journaliste américaine de mode Dana Thomas, dont le livre "Deluxe : How Luxury Lost Its Lustre" est publié par Penguin Books Benelux. "La classe moyenne est devenue dépendante de Versace, Dior et Gucci. Mais le luxe ne se laisse pas démocratiser, même si les maisons de mode européennes traditionnelles dévalorisent leur marque. La journaliste américaine de mode Dana Thomas en a fait un livre. Dans la production d’articles de luxe le métier a été remplacé par des ateliers de misère’."
Sur le plan néerlandais, on retiendra un reportage sur la viande rituelle musulmane produite et vendue aux Pays-Bas. "Le marché halal hollandais est un chaos. Le prophète Mahomet a beau poser de sévères exigences aux aliments et aux affaires bancaires, les consommateurs sont ignorants, les entrepreneurs allochtones font un peu ce qu’ils veulent, les producteurs occidentaux ne s’en mêlent pas, les autorités détournent le regard et les contrôleurs islamiques se chamaillent."
HP/De Tijd présente "Les 100 Néerlandais les plus influents", répartis en cinq catégories : les leaders et les personnalités en vue, les scientifiques et les penseurs, les artistes, les grands patrons et les tycoons, les pionniers et les héros. De l’eurocommissaire Neelie Kroes on apprend que le Wall Street Journal l’a honorée en lui attribuant la troisième place sur sa liste "femmes à suivre". Le premier ministre Jan Peter Balkenende est qualifié de "spécialistesatisfait de la survie", ce que "presque personne n’aurait prédit lorsqu’il a pris le pouvoir sans bruit, dans le sillage de Fortuyn".
Elsevier remarque dans son article de couverture que "depuis des décennies on reproche aux carnivores de nuire au bien-être des animaux". "Et on leur dit qu’ils portent atteinte aux forêts tropicales et courent un risque accru de cancer de l’intestin. Mais ces arguments ne sont pas bons. Manger de la viande avec modération est justement plus ’vert’ que le végétarisme."
Sur le plan politique, le magazine évoque le malaise des partis centristes. "Le VVD se déchire, le PvdA n’arrive pas à tenir ses promesses et le CDA lui aussi perd de sa crédibilité. La désaffection de leur base, ils la doivent à eux- mêmes : zigzaguer avec les opinons est presque la règle à La Haye." Suit une liste des points de vue abandonnés par chacun des trois partis et des graphiques électoraux. "Une politique sans boussole."

AFFAIRES FRANÇAISES

René Moerland, dans le NRC Handelsblad (p.4) d’hier soir, rend compte du projet de réforme de la justice. "Tout disparaît dans les campagnes françaises, y compris les juges", écrit-il depuis Tarbes.

Le Trouw (p.9) parle de l’interview télévisée du Président de la République hier soir, sous le titre : "Sarkozy : Les émeutiers de Paris sont des voyous, pas des victimes."

Dernière modification : 22/09/2008

Haut de page