Presse néerlandaise du vendredi 5 avril 2013

Trouw : [Un groupe islamique à [Tilburg aide les radicaux [en Syrie].

De Volkskrant : Rembrandt a retrouvé sa place [au Rijksmuseum].

AD Haagsche Courant : FNV : les économies aux NS [chemins de fer] peuvent avoir comme conséquence une vague de licenciements.

De Telegraaf : Forte augmentation du prix de notre alimentation.

Het Financieele Dagblad : Important désaccord au sein de la direction de la banque Rabo.

NRC-Handelsblad : Des problèmes informatiques révèlent la faiblesse de l’argent digital.

* *

Rijksmuseum

Le Trouw, l’AD et le Volkskrant consacrent une grande partie de leur édition à la prochaine ouverture du Rijksmuseum à Amsterdam. La rénovation du musée aura duré 10 ans, un an de plus qu’initialement prévu. En 2003, les travaux étaient estimés à 272,3M€. Finalement, les travaux ont coûté 375M€. La collection du musée comporte environ 1 million d’objets, dont 8 000 sont exposés dans les salles. Le quotidien précise que parmi les nouveautés se trouvent l’exposition sur le 20me siècle et les toiles : ‘Vue sur le Herengracht’ de Gerrit Berkheyde et ‘Le maire de Delft avec sa fille’ de Jan Steen. Une chaise blanche de Gerrit Rietveld et une robe ’mondrian’ de Yves Saint Laurent font également partie des nouveaux objets. La seule toile qui retrouvera son emplacement d’origine est ‘La ronde de nuit’ de Rembrandt. Le musée ouvrira ses portes samedi 13 avril. Il s’attend à recevoir annuellement 1,7 millions de visiteurs.

Liens entre SOS-Stichting et des groupes djihadistes syriens

Le Trouw évoque à la une les liens entre l’organisation de bienfaisance islamique SOS-Stichting basée à Tilburg (commune de la province du Brabant-Septentrional) et deux groupes « extrêmement radicalisés » dans le nord de la Syrie. Selon le quotidien, l’organisation à Tilburg opère sous un nom néerlandais et un nom arabe : ‘SOS-Stichting’ et ‘Ansar al-Sham’. Le cheik Adnan al-Aroer serait le leader spirituel des groupes de combat syriens ‘Ansar al-Sham et ‘Ahrar al-Sham’ et, selon des sources bien informées, Aroer entretiendrait des relations proches avec l’imam de Tilburg, Ahmad Salam, dont le fils est le président de SOS-Stichting qui, sur son site, s’en prend violemment aux chiites. Le Trouw dénonce le double langage d’Aroer et de SOS-Stichting : « lors des actions pour récolter des fonds, la première partie du film montre les images habituelles d’êtres humains en détresse. Celles-ci sont suivies en deuxième partie d’images d’héros guerriers qui font penser aux films de recrutement des groupes extrémistes en Afghanistan et de la Tchétchénie. Le quotidien rappelle que le service des renseignements néerlandais, l’AIVD, a récemment annoncé que plus de 100 musulmans néerlandais sont parties en Syrie pour se battre. Deux ou trois auraient été tués. L’AIVD craint que les jeunes qui survivront, forment à terme un danger pour la sécurité nationale des Pays-Bas.

Conseil d’Etat

Le dernier rapport du Conseil d’Etat (Raad van State) a retenu l’attention de tous les grands quotidiens : « Raad van State : rend l’argent aux citoyens (De Telegraaf) », « Le Raad van State met en garde contre les excès d’économies du gouvernement (Trouw) », « Les rapports entre les citoyens et l’Etat vont changer durablement (Volkskrant), « L’inégalité guette le citoyen (NRC-Handelsblad) » et « Regard sombre sur les Pays-Bas (Financieele Dagblad) ». Le FD observe en Une que Piet Hein Donner, vice-président du Conseil d’Etat, est particulièrement pessimiste sur l’état des Pays-Bas. Dans son rapport annuel 2012, le Conseil écrit : « S’il est vrai que les Pays-Bas appartiennent au groupe de pays avec un triple A, leur position financière et économique a plus les caractéristiques des pays européens moins bien notés ». Donner estime que "les Pays-Bas prennent du retard par rapport aux autres pays européens, alors que l’Europe elle-même prend du retard par rapport à d’autres régions dans le monde ». Selon lui, le gouvernement néerlandais tend trop à dire qu’on est en crise, ce qui supposerait un problème temporaire alors que les problèmes auxquels sont confrontés les Pays-Bas sont durables. Les réformes en cours prévoient que le citoyen doit payer de plus en plus pour des services et des soins qui, avant, étaient pris en charge par l’Etat. Donner plaide de ce fait pour une diminution des charges.

ING

Les clients de la banque ING ont vu disparaître leur argent hier. L’automatisation complète des transactions financières a un prix, constate le NRC-Handelsblad en première page. Quelques heures après les problèmes informatiques, il y a eu une véritable explosion de colère de la part des clients. Ce n’est pas la première fois que la banque, qui gère les comptes de 9 millions de clients, est confrontée à des perturbations. Au même moment, le Rabobank a eu aussi des problèmes informatiques, ainsi qu’ABN Amro il y a quelques jours. Pour le NRC, le problème a trait au fait que les grandes banques néerlandaises ont misé sur une automatisation presque totale de la plupart d’activités bancaires : épargnes et transactions financières. Une orientation qui avait été mise en avant récemment par Jan Hommen, directeur de la banque ING.

--------

Cette revue de presse est réalisée à partir des quotidiens suivants : Trouw (chrétien progressiste – 105.000 ex.) ; De Volkskrant (centre gauche – 262.000 ex.) ; AD Haagsche Courant (indépendant populaire – 430.000 ex.) ; De Telegraaf populaire – 605.000) ; Het Financieele Dagblad (financier - 62.500 ex.) ; NRC-Handelsblad (centre – 199.000 ex.)

Cette revue de presse ne prétend pas à l’exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse néerlandaise, qui n’engagent en rien le point de vue propre de l’ambassade de France aux Pays-Bas.
Suivez nous sur www.twitter.com/FranceinNL. - consultez notre site internet http://www.ambafrance-nl.org.

Dernière modification : 09/09/2014

Haut de page