Presse néerlandaise du vendredi 8 août 2003

  • Trouw : Le patronat va aider les syndicats à recruter 
  • Volkskrant : Les pilules aux hormones source de cancer
  • Algemeen Dagblad : Préférence pour les primes de licenciement
  • Telegraaf : Arjan Erkel est vivant

 

* * *

 

Notre dossier : Budget 2004

Une semaine avant l ‘ouverture des discussions sur le budget,
l’Algemeen Dagblad parle de " gros temps pour le gouvernement ".

" Les ministres se pencheront la semaine prochaine pour la
première fois sur la difficile situation économique. Cela promet d’être le
baptême du feu du nouveau gouvernement ; tous les ministres sont concernés par les
mesures d’austérité ".

" Laisser augmenter le déficit n’est pas une option,
parce que les Pays-Bas se retrouveraient en 2004, comme la France et l’Allemagne, au
banc des accusés à Bruxelles. Cela porterait un coup sensible à l’image de Zalm.
Il n’est pas non plus suffisant de garder le déficit 2004 juste sous la limite des
3%, ce qui serait possible avec des économies modestes. Etant donné que les perspectives
à long terme s’aggravent, une intervention énergique est nécessaire ".

" Le ministre des finances voit trois façons de résoudre
les problèmes : reporter davantage de dépenses, supprimer des baisses
d’impôts ou faire davantage d’économies. Les trois méthodes sont discutées.
Le gouvernement CDA-VVD-D66 a déjà signé pour 13 milliards d’Euros de coupes
sombres diverses, après cela il ne reste plus guère de marge de manœuvre. Le leader
D66 Boris Dittrich a été le premier cet été à s’installer dans sa tranchée en
déclarant qu’il entendait garder Zalm à distance. Son parti n’acceptera pas
que l’on supprime les dépenses supplémentaires pour l’enseignement qu’il
a obtenues de haute lutte, a-t-il prévenu. L’on s’attend à ce que beaucoup de
collègues de la coalition suivent son exemple ".

Le Telegraaf s ‘appuie sur les chiffres du CPB (Centraal
Planbureau) pour confirmer que " sans intervention du gouvernement, le déficit
budgétaire risque de déraper. D’après des calculs encore provisoires du CPB, le
déficit devrait atteindre 3% l’an prochain. C’est le déficit maximum accordé
par les règles européennes. La semaine dernière, il est apparu que le ministre des
Finances M. Zalm prévoit d’économiser 5 milliards d’Euros l’an prochain.
Cela est nécessaire pour parvenir à un déficit de 0,5% en 2007. Le gouvernement ne veut
en aucun cas laisser le déficit dépasser 2,5%. M. Zalm devra être ferme pour éviter de
perdre la face en Europe. Zalm est le principal critique de pays comme la France et
l’Allemagne, qui ont déjà depuis un certain temps un déficit budgétaire
supérieur à 3%. Le ministre néerlandais ne peut pas se permettre de dépasser lui aussi
cette limite ".

 

Actualité internationale

Libéria

Sous le titre " Enfin ", l’éditorialiste du
Volkskrant se réjouit de l’arrivée d’une force de paix au Libéria.
" Beaucoup de temps a été perdu en tergiversations diplomatiques. Du fait de
l’animosité tenace entre Américains d’une part et Allemands et Français de
l’autre. Une fois de plus, il est apparu que le fossé est très profond entre eux et
que l’Irak n’était pas un incident. "

Les Français et les Allemands, relève le Volkskrant, ont finalement
abandonné leurs objections contre la rédaction de la résolution, qui rappelait que les
soldats américains ne pouvaient être jugés que par des juges de leur propre pays.
" Les Français et les Allemands accusaient les Américains de vouloir miner la
Cour Pénale Internationale ". "Finalement, la France et l’Allemagne
n’ont pas voté contre la résolution sur l’intervention au Libéria. Le
pragmatisme l’a emporté sur les principes. C’est un progrès, les Libériens en
sont heureux. Car ironiquement, cette querelle, qui portait sur l’attitude à adopter
dans le cas hypothétique où des soldats commettraient des crimes de guerre, empêchait
de lutter contre les crimes de guerre qui sont réellement commis ".

 

Actualité intérieure

Pays-Bas - Etats-Unis

Le Volkskrant annonce à la une que " Balkenende va rendre
visite à Bush ". Il sera reçu " à la maison Blanche dans la
matinée du mercredi 3 septembre, accompagné du ministre des Affaires Etrangères De Hoop
Scheffer ; ils s’entretiendront pendant deux heures avec le Président George
Bush et le ministre américain des Affaires Etrangères Colin Powell "

Le Volkskrant explique que " les Pays-Bas font partie des
pays qui ont fourni des militaires pour la stabilisation de l’Irak. Cette invitation
doit être considérée comme un geste de reconnaissance pour la participation
néerlandaise à la Coalition of the willing conduite par les Américains en Irak.
La dernière fois que des responsables néerlandais ont été reçus à la Maison Blanche
remonte à septembre 2000. Le Premier ministre Kok et le ministre des Affaires
étrangères Van Aartsen avaient été reçus par le Président Clinton ".

 

Sondage

Le Telegraaf publie un sondage NIPO faisant apparaître que
"beaucoup de Néerlandais soutiennent la guerre en Irak ".

" 56% des personnes interrogées trouvent que cette guerre
était justifiée, même en l’absence de preuves sur la présence d’armes de
destruction massive ; 35% des personnes interrogées sont d’avis qu’elle
n’était pas justifiée, 9% sont sans opinion.

Les personnes plus âgées soutiennent plus souvent l’intervention
américano-britannique que les plus jeunes : 62% contre 50.

C’est surtout l’électorat VVD qui se déclare
d’accord ; contrairement à celui de Groen Links – 27% - et du SP –
25%.

3 Néerlandais sur 5 approuvent l’envoi de militaires néerlandais
en Irak. 1 sur 3 est contre, 9% sont sans opinion. Les personnes interrogées estiment le
risque qu’il y ait des victimes néerlandaises à 45% ; 48% estiment que ce
risque est faible ".

 

Affaires françaises

Alstom

" Réflexes français ", écrit H. Schlaghecke dans
le Financieele Dagblad à propos de l’aide apportée par l’Etat au constructeur
du TGV.

" La France a toujours été le champion du concept de
l’intervention gouvernementale. Le mercantilisme a été érigé au niveau de
philosophie d’Etat par Jean-Baptiste Colbert à l’époque du Roi Soleil. Et
jusqu’à aujourd’hui, la France reste associée à intervention de l’Etat
et réticence vis-à-vis des forces insaisissables du capitalisme anglo-saxon ".

" Aussi compréhensible que cela paraisse, les 300 millions
d’Euros de soutien en actions et les 200 millions de prêt sont un mauvais signal.
Depuis son entrée à la bourse en 1998, il est clair qu’Alstom a des problèmes.
Ceux-ci se sont accumulés et la dette actuelle s’élève à 4,9 milliards
d’Euros, essentiellement vis-à-vis de banques françaises. Ces banques sont restées
beaucoup trop longtemps passives, dans l’espoir que Paris finirait bien par apporter
son aide. Ce calcul a été récompensé, et entretient l’idée selon laquelle
l’Etat corrige au bout du compte les erreurs commises par des acteurs privés du
marché. Un tel raisonnement est funeste pour le bon fonctionnement de l’économie de
marché. L’Eurocommissaire Mario Monti peut briser cette spirale, maintenant que la
demande d’approbation est sur son bureau ".

 

Presse hebdomadaire

Vrij Nederland a publié la semaine dernière un numéro double, et
n’est donc pas paru cette semaine.

Elsevier titre sur " le drame des Antillais ".
A la suite du drame de Tilburg le magazine se demande " pourquoi les Pays-Bas se
sentent impuissants devant les jeunes de Curaçao ". Le magazine parle de
" mauvais mariage qui s’éternise ". Comme beaucoup de ses
confrères, il préconise un statut inspiré du modèle français des DOM-TOM, tout en
reconnaissant que cela ne pourra pas se faire sans difficulté.

HP/De Tijd titre en couverture sur le " désordre
public " et critique dans son dossier la multiplication des panneaux indicateurs
et agencements publics qui encombrent les villes néerlandaises.

Ce magazine publie une interview du porte-parole PvdA pour les Affaires
étrangères, Bert Koenders, qui continue de demander des explications au gouvernement
néerlandais sur son soutien politique à la guerre contre l’Irak. Selon le député
PvdA, " De Hoop Scheffer a un peu l’illusion qu’on peut s’acheter
une certaine forme d’influence auprès des Américains en faisant du zèle. Mais avec
les Américains, il faut surtout faire preuve de respect de soi-même ".

Dernière modification :

Haut de page