Relations économiques [nl]

Les relations économiques et commerciales entre la France et les Pays-Bas sont denses, comme en témoigne le volume global des échanges de l’ordre de 39,2 milliards d’euros en 2016, selon les chiffres des Douanes françaises. La France et les Pays-Bas sont des partenaires économiques majeurs et stables l’un pour l’autre : la France est en effet le 6ème fournisseur des Pays-Bas et son 4ème client. Les Pays-Bas sont quant à eux le 7ème client et le 6ème fournisseur de la France.

Les échanges économiques bilatéraux demeurent toutefois largement déficitaires pour la France. En 2016, le déficit commercial de la France avec les Pays-Bas a même augmenté, rompant avec la légère dynamique baissière des années 2013-2015. Il atteint désormais 7,1 Md €. En 2016, les Pays-Bas représentent désormais le troisième déficit commercial de la France.

Les industries agro-alimentaires (IAA) représentent le principal poste déficitaire de la France, avec un solde négatif de 2,6 Md €. Cumulé avec les produits agricoles, l’agriculture, au sens large, contribue au total pour plus de 40 % (avec près de 3 Md €) au déficit de la France. On peut voir dans ce chiffre le reflet du dynamisme des industries agro-alimentaires néerlandaises. Des raisons conjoncturelles expliquent également le déficit commercial français. Ainsi, les mauvaises conditions climatiques qui ont régné en France en 2016 ont affecté la production agricole française et donc les exportations de céréales (et notamment de blé), qui sont traditionnellement un point fort de l’agriculture française. Dans un autre secteur, on notera aussi que les exportations des produits du raffinage du pétrole ont baissé de 35,5 % (cette baisse pouvant s’expliquer par l’arrêt prolongé des raffineries françaises au printemps 2016), alors même que les Pays-Bas sont dans ce domaine le 1er client mondial de la France.

La dégradation de notre balance commerciale résulte à la fois (i) de la baisse de nos exportations vers les Pays-Bas, qui sont passées de 17,5 Md € en 2015 à 16 Md € (soit une baisse de 8,4 %) et (ii) d’une nette progression des importations françaises en provenance des Pays-Bas, qui augmentent de 21,6 Md € en 2015 à 23,1 Md e en 2016 (soit une hausse de 7%).

Dans le domaine de l’investissement, la France et les Pays-Bas sont également des partenaires de premier ordre. Selon la Banque de France, la France se situe au 4ème rang en termes de stock d’IDE aux Pays-Bas et, toujours en stock, les Pays-Bas sont le 2ème investisseur en France. Les investissements réciproques se sont traduits par plusieurs opérations d’envergure ces dernières années, particulièrement visibles dans le domaine des transports et de l’énergie : fusion Air-France-KLM en 2004, et ses prolongements sur le partenariat entre Schiphol et Aéroport de Paris ; rachat de l’entreprise publique de transports Connexxion par Transdev en 2007 ; achat par Total de Goal Petroleum et reprise des actifs de la NAM (société néerlandaise de production du gaz naturel) par Engie, notamment. Les entreprises françaises ont ainsi établi des synergies fructueuses avec leurs partenaires néerlandais pour donner parfois naissance à des leaders mondiaux dans leurs domaines d’activité.

A un niveau plus détaillé, avec 1 344 entreprises qui emploient plus de 129 800 personnes, la présence française aux Pays-Bas est substantielle. Elles réalisent un chiffre d’affaires (CA) cumulé de 50,1 Md €. Cette présence est particulièrement importante dans les transports, l’énergie, et l’agro-alimentaire. En sens inverse, avec 1 861 implantations en France, pour plus de 121 100 emplois, réalisant un CA cumulé de plus de 65 Mds€, la présence néerlandaise en France est très importante.

Voir aussi : les dernières nouvelles dans le domaine de l’économie

Dernière modification : 31/10/2017

Haut de page