Réunion des ministres des Finances et gouverneurs de Banques centrales du G7 (17 et 18 juillet 2019, Chantilly) [nl]

La réunion des ministres des Finances et des gouverneurs de Banques centrales du G7 s’est tenue les 17 et 18 juillet, à Chantilly. Dernière réunion ministérielle du G7 avant le Sommet de Biarritz (24-26 août), cette réunion s’insère dans la priorité transversale de la présidence du G7 avec pour objectif central de rendre le capitalisme plus juste.

À l’ordre du jour du G7 Finances de Chantilly

Trois objectifs  : faire face aux risques pesant sur l’économie mondiale et le système financier, répondre aux défis émergents en matière fiscale, numérique et environnementale, réduire les inégalités au sein des pays et entre les pays.

Faire face aux risques pesant sur l’économie mondiale et le système financier


Répondre aux risques pesant sur l’économie mondiale :
agir collectivement pour prévenir et, le cas échéant, répondre aux risques qui peuvent affecter la croissance économique mondiale, y compris au plan structurel en intensifiant les efforts en faveur d’une mondialisation assurant des conditions équitables de concurrence entre acteurs.

Renforcer la cybersécurité dans le secteur financier : intensifier la coopération internationale entre membres du G7 et tirer les enseignements du premier exercice G7 de simulation de crise transfrontalière, organisé du 4 au 6 juin 2019.

Créer un cadre réglementaire pour les crypto-actifs de type Libra : tirer les premiers enseignements du rapport d’étape du groupe de travail mis en place par le G7, afin de mieux évaluer les opportunités mais aussi les risques associés à ces actifs, notamment en matière de stabilité financière, de transmission de la politique monétaire, de protection des consommateurs et de blanchiment et de financement du terrorisme.

Répondre aux défis émergents en matière fiscale, numérique et environnementale

Construire un système fiscal international plus juste : intensifier la lutte contre l’optimisation fiscale et les paradis fiscaux par un accord du G7 sur des règles d’imposition minimale pour les compagnies - où qu’elles soient basées -, et sur l’architecture d’une solution permettant d’adapter les règles de la fiscalité internationale à la numérisation de l’économie.

Appréhender les défis posés par le numérique en matière de concurrence : s’accorder sur une compréhension commune des pays du G7 sur les enjeux de concurrence posés par l’économie numérique et sur les éventuelles adaptations à apporter au cadre de régulation, dans le but de préserver une concurrence saine, y compris au sein de la nouvelle économie.

Répondre au défi de la transition vers une économie durable et à bas carbone, en ligne avec l’Accord de Paris sur le climat : accroître les financements publics et privés en faveur de la transition, en mobilisant les pays du G7 dans la perspective du Sommet climat du 23 septembre 2019 et, plus largement, l’ensemble des acteurs, privés comme publics (institutions financières internationales, banques de développement, Fonds vert, régulateurs et superviseurs).

Réduire les inégalités au sein des pays et entre les pays

Poursuivre les efforts de réduction des inégalités au sein des pays avancés : promouvoir l’échange de bonnes pratiques en matière d’égalité des opportunités, d’égalité femmes-hommes et de transparence salariale.

Intensifier les efforts en faveur du développement des pays les plus pauvres. L’objectif est double : (i) de meilleurs financements pour l’Afrique ; (ii) une plus grande inclusion financière des femmes par le numérique en Afrique, en soutenant les initiatives identifiées par la fondation Gates dans le rapport transmis au G7 Finances.

- Source / En savoir plus : https://www.economie.gouv.fr/G7-finance

Dernière modification : 18/07/2019

Haut de page