Revue de la presse néerlandaise du 19 avril 2002

NRC-Handelsblad : Percée de soleil dans l’économie mondiale
Volkskrant : Rapport NIOD trop indulgent
Trouw : Enquête sur le bain de sang de Jenin, tout de même une décision sur le JSF
Algemeen Dagblad : Milan sous l’emprise de la peur, le JSF de nouveau à l’ordre du jour
Telegraaf : Le PvdA ne peut pas échapper au JSF

Les Unes retrouvent ce matin une certaine variété. En revanche, les grands thèmes traités par les journaux restent liés à la démission du gouvernement et au rapport du NIOD sur Srebrenica (décision du parlement sur les sujets sensibles et mise en place d’une commission parlementaire sur Srebenica) ; l’approche des élections législatives donne lieu à deux articles présentant les idées de Leefbaar Nederland et du D66. Sur le plan international, l’échec de la mission Powell au Moyen-Orient est analysé par le NRC-Handelsblad et le Volkskrant.

Affaires intérieures

a)Travaux parlementaires
Le Parlement ne fait pas figurer la décision sur le JSF sur la liste des sujets sensibles :
les Parlementaires néerlandais se sont réunis hier pour établir la liste des sujets suffisamment peu sensibles pour pouvoir être traités par un gouvernement démissionnaire. L’attention de la presse s’est concentrée sur leur décision concernant le remplacement des F16 de l’armée néerlandaise. Le PvdA n’est pas parvenu à convaincre une majorité de parlementaires du caractère sensible de cette question : " au moment du vote, explique le Volkskrant, la ChristenUnie et deux députés D66 Augusteijn et Van’t Riet n’ont pas apporté leur soutien au PvdA. Treize députés, de groupes différents, étaient absents ; 65 ont soutenu le PvdA et 72 étaient d’avis que le sujet pouvait être traité par un gouvernement démissionnaire.

Les ministres PvdA vont tenter aujourd’hui, en conseil des ministres, poursuit le Volkskrant, " de bloquer la participation au projet JSF. Ils vont devoir se heurter à leurs collègues VVD, qui sont favorables à une signature avec les Américains avant le 26 avril. Le président du PvdA, M. Koole, fait remarquer qu’il n’y a aucune raison contraignante de prendre maintenant une décision qui obligerait les Pays-Bas, à terme, à acheter du matériel militaire : ’ce serait une pure décision de politique industrielle’. " " Rien ne presse ", ajoute l’Algemeen Dagblad, selon lequel " dans les rangs du PvdA, on pense que la décision peut bien attendre encore un peu, Lockheed Martin ayant ’très envie’ que les Pays-Bas s’engagent. "
Le Volkskrant fait remarquer que " le gouvernement peut prendre une décision aujourd’hui en conseil des ministres sur la participation au projet JSF puisque le sujet n’a pas été qualifié de ’sensible’ par la Chambre. Et ainsi, les députés devront se prononcer mardi sur deux motions (D66 GroenLinks/SP) demandant de ne pas prendre part au projet. Le résultat du vote peut tout au plus déboucher sur un match nul 75/75. VVD, CDA, Christen Unie et SGP apportent 75 voix. D66, Groen Links et SP y sont farouchement opposés. Le PvdA n’a toujours pas de réponse. Mais même s’il se prononce unanimement, il n’y a toujours pas de majorité contre. La secrétaire du groupe PvdA a rappelé hier que celui-ci s’interroge toujours sur la solidité du montage financier et envisage de faire étudier le projet par la Cour des Comptes.

La Deuxième Chambre a également pris une décision hier sur les suites parlementaires à donner à l’étude du NIOD sur Srebenica.
Une commission a été mise en place pour décider de la nécessité d’organiser une enquête parlementaire pour compléter les travaux des historiens du NIOD.
Eimert Middelkoop, député ChristenUnie, a été désigné pour la présider. Le Trouw rappelle que " la semaine dernière, après la parution du rapport du NIOD , celui-ci avait déclaré au nom de son parti ne pas voir l’utilité d’une enquête ". Ce député " est entré au Parlement en 1989. Il est connu pour le caractère sérieux et analytique de son travail et comme un bon collègue qui apprécie de ne pas être dérangé le dimanche. En 1996 il a déjà présidé la Commission sur les changements climatiques. "

b)Campagne électorale
Les élections commencent à reprendre leur place dans les colonnes des journaux.
Tout d’abord les municipales, à propos desquelles le Het Parool annonce que le collège du maire et des échevins d’Amsterdam se composera des partis PvdA, VVD et CDA et l’Algemeen Dagblad que celui de Rotterdam s’achemine vers une combinaison Leefbaar-CDA-VVD.
En ce qui concerne les législatives, deux articles peuvent être cités.

Le Trouw consacre la première page de son supplément Verdieping à une interview/portrait du chef de file Leefbaar, Fred Teven : le quotidien chrétien donne le ton de la campagne de l’ancien magistrat en demandant : " Si quatre vieillards peuvent partager une chambre d’hôpital, pourquoi deux prisonniers ne pourraient-ils s partager la même cellule ? " et constate qu’en dépit de " ses innombrables propositions il impressionne peu les électeurs ".

Le Telegraaf publié un article signé Thom De Graaf, qui exprime les positions du D66 sur l’élection du Premier ministre. " Si au lieu de le laisser désigner par son parti, vous l’élisiez vous-mêmes ? " suggère-t-il. " Directement, donc à l’occasion des élections législatives, en apportant votre voix aux candidats au poste de Premier ministre. Celui qui recueille la majorité des suffrages devient chef du gouvernement. L’enjeu des élections en Angleterre ou en France est de désigner réellement celui qui va diriger le pays. Aux Pays-Bas, c’est un simulacre, il faut que cela change ".

Il faut ajouter à ces deux articles ponctuels la réflexion que suggère à Willem Breedveld dans sa rubrique politique du Trouw un " coup d’œil au calendrier " : " Il faut apprécier le geste de Kok à sa juste dimension, c’est un grand geste. Mais il est également vrai, si l’on jette un coup d’œil au calendrier, que le moment l’arrangeait assez. Si Kok était resté en fonction, Fortuyn l’aurait haché menu. Les électeurs n’auraient pas fait preuve de beaucoup plus de compréhension. Il était donc urgent de faire un geste, et il a été fait " . Le journaliste souligne que toutefois, " tant que le PvdA (Melkert) et Kok continueront de s’accrocher à une distinction artificielle entre responsabilité et faute, ils infligeront à l’électeur le curieux paradoxe selon lequel il est possible de prendre sur soi les pêchés de l’humanité sans ressentir pour autant un sentiment de faute. J’ai du mal à gober cela, et je suppose que ce n’est pas ce qu’a voulu dire Kok, même s’il connaissait parfaitement l’importance de l’enjeu ".

Affaires internationales

Moyen-Orient

- Jenin
Le Trouw titre à la une sur une " enquête sur le bain de sang de Jenin ", pour préciser que M. Van Aartsen et les grands partis de la deuxième Chambre soutiennent l’idée britannique d’enquête internationale. M. Van Aartsen veut en parler lundi avec ses collègues européens au sommet de Valence, auquel assistera vraisemblablement le ministre israélien des affaires étrangères Peres ".

- Mission Powell
Les deux éditoriaux parus sur la question, dans le NRC et le Volkskrant, s’accordent à déplorer que le ministre américain soit " rentré les mains vides ".
Pourtant, estime le Volksrant " c’est un bon signe que Bush veuille s’impliquer activement pour ramener la paix dans la région. Les deux parties concernées ne pourront s’en sortir seules et l’Amérique est le seul pays à avoir suffisamment de pouvoir et d’influence pour les pousser au cessez-le-feu. Mais la mission Powell n’y est pas parvenue. Sharon a constamment fait la comparaison entre la lutte contre le terrorisme menée par les Etats-Unis depuis le 11 septembre et la lutte menée par Israël contre le terrorisme palestinien. Visiblement, les Etats-Unis sont réceptifs à ce genre d’argument. Mais cette approche réserve une place trop importante au terrorisme et ignore le caractère politique du conflit. Il s’agit avant tout de trouver une réponse à la question comment les Palestiniens pourront-ils disposer d’un Etat viable, en échange de garanties de sécurité pour Israël. "
Le NRC propose une politique des petits pas, permettant de résoudre le problème en se fixant des " objectifs limités ". " Nous l’avons déjà dit, rappelle l’éditorialiste, il ne faut pas songer à un accord global et à une paix générale. Bien pire, la recherche de ce genre de solution est contre-productive. Comme le disait récemment Henry Kissinger, certaines crises ne peuvent pas être résolues, elles peuvent seulement être gérées.
Ce qui compte dans l’immédiat, c’est le retrait de Israéliens des territoires occupés, le règlement du problème de Ramallah et de l’Eglise de la Nativité à Bethléem et la mise en route de l’aide humanitaire et alimentaire dans les villes palestiniennes. Il faut maintenant que les armes se taisent, que les morts soient enterrés et que les malades soient soignés. Une telle pause est d’une importance capitale sur le plan humanitaire et sur le plan diplomatique ".

Affaires françaises

Le Trouw consacre encore un grand article à l’exposition Degas et continue de suivre la campagne électorale en faisant le portrait des candidats écologistes.
Le Volkskrant s’intéresse à la situation à la tête de Vivendi.

Dernière modification : 21/04/2010

Haut de page