Revue de presse néerlandaise

image 260 x 174 - JPEG
Un gouvernement de centre droit formé par le CDA, la Liste Pim Fortuyn (LPF) et le VVD a prêté serment à la Reine Beatrix le lundi 22 juillet 2002, au palais Huis ten Bosch.

image 59 x 79 - JPEG Jan Peter Balkenende
Premier ministre du Royaume des Pays-Bas

Un gouvernement de centre droit formé par le CDA, la Liste Pim Fortuyn
(LPF) et le VVD prêtera serment à la Reine Beatrix cet après-midi, au palais
Huis ten Bosch. Après cette cérémonie à huis clos, les ministres des trois
partis poseront pour la traditionnelle "photo de famille" sur les
marches du palais, ou à l’intérieur s’il fait mauvais. Le premier ministre démissionnaire
Wim Kok remettra ensuite la clé de la Tourelle du Binnenhof à son successeur
Jan Peter Balkenende. Les autres responsables transmettront également leur
portefeuille, chacun dans le ministère qu’il quitte.

L’enterrement définitif de Pim Fortuyn en Italie, samedi, est surtout
évoqué par la presse à grand tirage, qui annonce d’autre part le retour à
l’hôpital du Prince Claus, pour observation.

De
Telegraaf
 : "Le gouvernement commence aujourd’hui – Kok remet la Tourelle
à Balkenende", "Claus de nouveau hospitalisé", "Son
costume et une photo accompagnent Pim dans sa tombe"

de
Volkskrant
 : "Kok : Balkenende promet beaucoup trop – Le premier
ministre s’inquiète de la stabilité politique", "Pim n’est pas Pasolini" (ambiance à Provesano)

Algemeen
Dagblad
 : "Kok : Le nouveau gouvernement ne pourra pas tenir ses
promesses", "Le frère de Fortuyn veut entrer en contact avec Volkert
van der G."

Trouw
 : "Kok ne refusera pas une décoration maintenant", "’Des civils
tués pour rien’ – Les Américains, mal informés, interviennent trop durement
en Afghanistan"

Le dossier du jour
 : Départ de Wim Kok

" Le gouvernement Balkenende
n’arrivera pas à résoudre les listes d’attente et les bouchons, ni à rendre
les Pays-Bas plus sûrs à court terme
", relève le Volkskrant dans son grand article à la une. "C’est ce le
premier ministre Kok a déclaré dimanche après-midi, lors d’une interview
remarquablement franche sur le plateau de Nova, durant laquelle il a pris congé
de la population néerlandaise."

" Kok a déclaré que le
gouvernement Balkenende n’avait tout simplement pas les moyens financiers pour résoudre
les problèmes et que le nouveau gouvernement serait confronté à ses propres
limites
. ’Ce gouvernement a pris de lourdes responsabilités par les
attentes qu’il a suscitées.’ Kok a ajouté
que le manque de stabilité politique le préoccupait, faisant allusion aussi
bien à la LPF qu’au VVD
."

" Kok a été très vif
s’agissant des critiques à l’encontre de son rôle dans le drame de Srebrenica,
qui a fini par provoquer la chute de son gouvernement
. Il s’est une fois de
plus défendu fermement contre l’accusation, notamment exprimée par Mient Jan
Faber de l’IKV, selon laquelle il aurait pu prévenir le massacre de musulmans
en intervenant. ’Je n’étais pas en colère. J’étais blessé. Cette suggestion
était malveillante et ne s’appuyait pas sur les faits.’ A propos de sa décision
de démissionner, Kok a déclaré : ’J’ai considéré que quelqu’un devait
prendre ses responsabilités, ou allions-nous de nouveau détourner le regard ?
Il n’y avait qu’une personne qui pouvait répondre à cette question, votre
serviteur. C’est ma conclusion personnelle. Je veux pouvoir me regarder dans le
miroir dans quelques années. Je ne regrette pas ma décision’."

" C’était
la dernière interview de Kok en tant que premier ministre
", souligne
le journal de centre-gauche. " Après
avoir dirigé deux gouvernements pendant huit ans, il quitte aujourd’hui la
Tourelle
. Cette après-midi, il signe le transfert officiel de ses compétences
à Jan Peter Balkenende, le leader CDA qui a gagné les élections en mai et qui
a formé un gouvernement CDA-LPF-VVD. ’Ce sera tout’, a déclaré Kok hier, à
propos d’un départ qu’il a voulu sobre."

" C’est avec déception, mais
sans amertume que Wim Kok prend congé de la politique néerlandaise
",
rapporte le Trouw à la une. " Il
ne sait pas encore ce qu’il fera maintenant
. Mais
à 64 ans, il sait que ce ne sera pas une fonction à plein temps
. ’J’ai miné
ma vie et celle de ma famille pendant des années’, a-t-il déclaré hier,
durant son interview de départ à Nova-Den Haag Vandaag."

"Kok n’a pas encore d’analyse complète du succès de Fortuyn.
’Mais il y a bien un rapport avec les attentats du 11 septembre dernier aux
Etats-Unis. A partir de ce jour, on a dit des choses qu’on ne faisait que penser
avant."

" Kok
ne tient pas à ce qu’on organise une grande fête pour son départ des milieux
politiques de La Haye
. ’Ce n’est pas comme ça qu’on touche le grand public.
Ceux qui veulent me manifester leur sympathie sauront me trouver.’ Il ne
refusera pas d’être décoré. ’C’est un malentendu très répandu que de croire
que j’ai refusé par principe, lorsque j’ai quitté la FNV. Je trouvais que je
ne méritais pas une décoration, à l’époque’."

" Il ne faut pas décompter
la décevante fin du marathon de Kok de son état de services
", estime
l’éditorialiste de l’ Algemeen Dagblad .
"Le quatrième premier ministre issu de la social-démocratie peut
s’enorgueillir de résultats flatteurs qui forcent la reconnaissance de la société.
’Fort et social’, telle avait été la devise de Kok. C’est une devise qu’il a
appliquée dans l’ensemble, surtout dans le domaine socio-économique. Il
ne laisse pas de décombres derrière lui, mais des problèmes non résolus (les
listes d’attente) auxquels d’autres pays européens sont également en proie
."

"En tant qu’Européen convaincu, qui a
contribué à instaurer la monnaie unique, il s’est aussi distingué à l’étranger.
Sa carrure dépassait la signification d’un petit Etat membre toujours bienvenu
pour participer au débat européen, mais qu’on écoute souvent mal. Kok
était écouté dans les grandes capitales
."

Actualité
intérieure

Gouvernement
Balkenende

L’éditorialiste du Volkskrant
juge quot ;introverti" le nouveau
gouvernement, "fruit d’un semestre agité et flétrissant"
.
"Flétrissant, parce qu’il s’est avéré que notre pays n’était tout de même
pas ’parfait’, comme on l’avait prudemment suggéré quelques années plus tôt.
La révolte de M. Tout-le-monde, orchestrée depuis Rotterdam, la génuflexion
massive devant un leader charismatique et le meurtre politique qui a suivi nous
ont fait comprendre que le pays du modèle polder loué à l’échelle
internationale était moins idéal que nous le pensions."

" Evidemment, le gouvernement
Balkenende doit encore commencer, mais les paragraphes de l’accord de
gouvernement portant sur la politique étrangère, la défense et l’Europe ne
sont guère mobilisateurs
. Il manque un sentiment d’urgence. Rien ne laisse
paraître que l’Union européenne se trouve au seuil d’une période
cruciale."

"Les Pays-Bas, en tant que contributeur net de l’UE, veulent réduire
le soutien financier aux paysans européens, mettre fin aux courants monétaires
entre l’UE et les Etats membres riches, maintenir les sévères règles budgétaires
de la zone euro et prendre des mesures contre les Etats membres qui veulent se décharger
sur les autres du coût de leurs retraites. Tous ces points sont défendables en
soi, mais on regrette qu’ils ne soient pas encastrés dans une vision plus large
de l’avenir de l’Europe et de la place que les Pays-Bas souhaitent y
occuper." " Nul n’attendait des
perspectives exaltées, mais le gouvernement a vraiment les yeux rivés sur le
porte-monnaie
."

" On peut aussi se demander
à quel point la nomination d’Atzo Nicolaï au poste de secrétaire d’Etat aux
Affaires européennes est significative
. C’est un novice en la matière et il vient du VVD, qui flirte parfois
avec des positions eurosceptiques
."

Le gouvernement Balkenende, conclut le journal
de centre-gauche, "devra prouver que les maigres paragraphes de politique
étrangère de l’accord de gouvernement, l’attribution du complexe dossier européen
à un novice et la suppression du ministre de la Coopération n’augurent pas
d’un nouveau provincialisme ."

" Ces
reproches sont relatifs
", fait valoir le commentateur du Trouw ,
partisan des propositions de réforme agricole du commissaire Fischler, à
propos des critiques exprimées d’emblée contre le gouvernement Balkenende
concernant la politique étrangère, l’Europe et la défense : "on ne
peut appliquer une politique étrangère que si l’on a la marge de manœuvre nécessaire
à l’intérieur". quot ;En
manifestant son engagement pour la réforme agricole souhaitée, le nouveau
ministre de l’Agriculture, Veerman, pourra parer au reproche de provincialisme
et donner le ton pour l’une des plus importantes questions européennes, cet
automne
."

" Il est impossible de dire
quelle sorte de gouvernement sera la nouvelle équipe
", considère le Telegraaf
de façon plus générale. " Il y a
trop de facteurs incertains
, aussi bien en ce qui concerne les partis de la
coalition que s’agissant de la composition du gouvernement." "Le CDA
est de retour au gouvernement, sous la direction d’un premier ministre
consciencieux et intelligent, mais sans grande expérience de gestionnaire. Le
VVD est resté, mais abîmé par les élections et avec un nouveau leader
politique. La LPF doit encore trouver son chemin à La Haye. L’équipe
ministérielle est un ramassis de membres expérimentés et inexpérimentés
."

Le journal populaire conclut en souhaitant la
bienvenue au nouveau gouvernement. "Il peut en principe compter le soutien
de la Chambre. Mais si ses actes s’avèrent insuffisants, il ne faudra pas lui ménager
la trique."

Melkert

" Le leader PvdA Ad Melkert
(47 ans), battu aux dernières élections, quitte la politique haguenoise
",
annonce le Trouw de samedi à la une.
" Il obtiendra probablement un poste
à la Banque mondiale, à Washington
."

"Le nouveau gouvernement Balkenende, qui sera installé lundi,
proposera Melkert pour ce poste international. Les négociateurs des partis de
coalition CDA, LPF et VVD en sont convenus, confirment des sources proches du
formateur. L’initiative de cette candidature a été prise durant la formation
par le leader VVD Gerrit Zalm."

"Melkert veut quitter La Haye, après une
période durant laquelle il a été personnellement mis à rude épreuve. Le
PvdA, sous son leadership, a perdu les élections et lui-même a dû transférer
la présidence du groupe parlementaire à Jeltje van Nieuwenhoven. En outre, le
meurtre de Pim Fortuyn a suscité des réactions si vives contre les opposants
politiques ’de gauche’ de Fortuyn, accusés de
’diabolisation’, que Melkert et sa
famille ont longtemps fait l’objet d’une protection rapprochée
. L’ex-leader
PvdA a même reçu un colis contenant un pistolet armé
."

" Le député LPF Van As
s’oppose à la proposition de candidature de l’ex-leader PvdA Melkert
",
relève le Trouw (p.4) dans son édition
de ce matin. "Il estime que Melkert n’est pas compétent et il s’interroge
en outre sur la procédure suivie."

"Van As parle à titre personnel et pas
au nom du groupe parlementaire LPF. Selon lui, le groupe n’a pas encore arrêté
sa position." "’Ce genre de nomination doit être transparent et il
faut voir qui est le plus compétent’, selon Van As, qui déclare que le PvdA a
de meilleurs candidats, comme Vermeend. Van As estime que la procédure suivie
maintenant ressemble à celles des ’régents’. ’Ce n’est pas le style de la
LPF’" (également Algemeen Dagblad
p.3).

Cees
van Leeuwen

Une "commission lourde" composée du président de la Cour des
Comptes, Stuiveling, du vice-président du Conseil d’Etat, Tjeenk Willink, et du
président du Conseil pour la jurisprudence, Van Delden, se penchera sur la
question de l’ancienne ferme du secrétaire d’Etat présumé à la Culture, Cees
van Leeuwen (LPF).

Van Leeuwen, exproprié de sa ferme du XVIIe
siècle pour la somme de 1,36 million d’euros, a décidé de la faire
reconstruire un peu plus loin. Dans cette perspective, il a emporté des éléments
de l’intérieur que la ministre Netelenbos lui réclame, depuis que le Musée en
plein air d’Arnhem a manifesté son intérêt pour le bâtiment ( De
Telegraaf
p.3, Trouw p.3).

Economie,
Finances

Mouvement
syndical

"La centrale syndicale FNV est en désaccord avec le nouveau
gouvernement sur tant de points qu’elle prépare d’ores et déjà des
actions", annonce le Financieele
Dagblad
dans son grand article à la une. "La concertation avec l’équipe
ministérielle qui sera installée aujourd’hui reste son objectif numéro un,
mais la FNV a déjà mis en place un groupe directeur interne en vue de la préparation
d’actions. C’est ce que déclare le président de la FNV, Lodewijk de Waal. Au départ,
il s’intéressait surtout aux nouveaux projets concernant la WAO, projets qui,
selon lui, sont beaucoup plus sévères que les propositions formulées par le
Conseil social et économique (SER). En étudiant de près l’accord de
gouvernement et les calculs du Centraal
Planbureau
, De Waal a découvert de plus en plus de projets gouvernementaux
sur lesquels la FNV est en désaccord total."

"La FNV a dressé une longue liste de sujets à propos desquels on
fera du lobbying à La Haye, comme le salaire épargne, la constitution des
retraites et la WAO." "Le syndicat FNV Bondgenoten prépare des
actions contre la suppression du salaire épargne, les syndicats enseignants
s’insurgent contre les économies et l’Abvakabo organise des actions contre la
suppression des emplois Melkert." "De Waal craint que toutes ces
mesures n’entraînent des conflits entre le patronat et les syndicats."

"Le président de l’organisation patronale VNO-NCW, Jacques
Schraven, appelle dans une tribune libre les syndicats et le gouvernement à
poursuivre leur concertation. Le gouvernement complique cette concertation,
selon Schraven, parce que son projet de WAO s’écarte trop des recommandations
du SER."

Energie
durable

"S’agissant de la production d’électricité
verte, les Pays-Bas restent en retard sur d’autres pays d’Europe", note le Volkskrant
à la une. "L’Espagne et l’Allemagne, elles, produisent avec succès de l’électricité
à partir de sources d’énergie durables. C’est ce qui ressort
d’un rapport sur le marché européen de Reuters et Greenprices, une
organisation indépendante qui compare les prix des fournisseurs d’énergie
verte."

Affaires françaises

Le Telegraaf
(p.7)desamedirelèveque,selonlafondation normal">VoedingscentrumNederland(centrealimentairedesPays-Bas),
"lesvacanciersnéerlandaiscourent un grand risque d’intoxication
alimentaire en France, par la consommation de produits à base de lait ou de
viande crus". "Chaque année, il y a de nombreux cas de listériose en
France et un certain nombre de cas sont toujours mortels", cite le journal
populaire de la bouche d’un spécialiste. "Au demeurant, il y a environ
quatre-vingts cas de listériose aux Pays-Bas, par an", reconnaît le
journal.

Sous le titre "Les Etats-Unis souffrent
de francophobie", Antoinette Reerink rend compte dans l’ Algemeen
Dagblad
(p.7) d’un entretien avec le professeur Justin Vaïsse.

Ce matin, le Trouw (p.5) remarque que "le nouveau gouvernement de centre
droit français introduit ce que son pendant néerlandais veut supprimer, du
moins en ce qui concerne la politique du marché du travail : après la réduction
du temps de travail, les Français misent maintenant sur les emplois subventionnés".
"Paris choisit ’l’arme néerlandaise’."

Sur le plan touristique, on notera une belle
présentation de Dinard ( de Volkskrant
de samedi, cahier Traject) et une
autre du parc Vulcania ( Algemeen Dagblad
de samedi, cahier Reporter).

Sur le plan culturel, l’ Algemeen Dagblad (p.7) de ce matin loue la "beauté émouvante"
de l’exposition égyptienne du Louvre.

A
signaler :

Portraits et entretiens politiques : Herman
Heinsbroek (Affaires économiques, LPF, De
Telegraaf
pp.1 et 5 de samedi), Ferry Hoogendijk (député LPF, de
Volkskrant
p.13 de samedi), Maxime Verhagen (président du groupe
parlementaire CDA, Trouw p.13 de samedi), la nouvelle équipe de Balkenende ( Het
Financieele Dagblad
p.2 de ce matin).

Dernière modification :

Haut de page