Revue de presse néerlandaise du mercredi 18 mai 2005

La scolarisation et
l’intégration des jeunes allochtones inspirent deux grands titres ce matin. Le
Conseil de l’enseignement, dans le rapport Bakens voor spreiding en
integratie
(balises pour la répartition et l’intégration) qu’il présentera
aujourd’hui à la ministre de l’Education Van der Hoeven, recommande de permettre
aux communes de contraindre les écoles "blanches" d’accepter des enfants en
situation de retard scolaire, si leur population n’est pas assez équilibrée.

 

NRC Handelsblad
d’hier soir : "Le leader du D66 : porter à 67 ans l’âge d’entrée en AOW
[retraite de base]", "Le ’9/11’ a fait de Karimov un partenaire des Etats-Unis -
Les Ouzbeks en fuite après le massacre", "’Khodorkovski est coupable d’évasion
fiscale’"

Trouw
 : "’Interdire la répartition ethnique’ - Le Conseil de l’enseignement veut
cependant obliger les écoles à accepter des élèves en retard", "Les jeunes sont
pessimistes sur leurs propres perspectives - 115 000 jeunes sans emploi"

de
Volkskrant
 :
"Inscription forcée dans une école blanche - Le Conseil de l’enseignement veut
une meilleure répartition des élèves", "Le cerbère qui mord trop fort - Moscou
et Washington redoutent une révolution islamique en Ouzbékistan", "Le nombre de
fonctionnaires de l’Etat baisse de presque 3
pour cent"

Algemeen Dagblad
 : "Succès dans le traitement des tumeurs - Un nouveau médicament freine la
croissance des cellules cancéreuses", "Beaucoup de maisons ont des défauts",

"Kylie
Minogue a un cancer du sein"

De
Telegraaf
 : "Les
assurances espionnent les médecins - ’Remettre le dossier en cas de décès du
patient’
" (lutte contre la fraude aux assurances-vie), "Kylie a un cancer
du sein
"

 

 

* * *

 

 

Le
dossier du jour : Pamphlet D66

L’âge
d’entrée en AOW doit passer progressivement à 67 ans les prochaines années
",
relève le NRC Handelsblad d’hier soir dans son grand article à la une. " Les
personnes âgées bénéficiant d’une retraite complémentaire élevée devront
contribuer à financer l’AOW. C’est ce qu’écrit le leader D66 Dittrich dans le
pamphlet Op weg naar nieuwe solidariteit [vers une nouvelle solidarité]
présenté mardi matin. C’est le premier leader politique à proposer de toucher à
la retraite de base. Ce thème est sensible à La Haye, depuis que le CDA, en
1994, a subi une défaite électorale pour avoir mis en cause l’AOW
."

"Le
thème central du pamphlet est ’le changement, la liberté et la responsabilité et
une vision pour arriver à une nouvelle solidarité’. Pour garantir cette
solidarité, il est inévitable, à terme, d’élever l’âge d’entrée en AOW, selon le
leader D66. ’On pourrait choisir maintenant d’élever chaque année l’âge d’entrée
en AOW d’un mois, de sorte qu’en 2030 la limite de 67 ans sera atteinte’, selon
Dittrich. Le leader D66 ne veut plus donner d’allocations familiales que pour
deux enfants par famille. Il veut investir dans les structures d’accueil des
enfants les fonds économisés ainsi
."

"Dittrich,
lors d’un congrès spécial en avril, avait promis aux membres du D66 de rédiger
une lettre sur le cap du parti", rappelle le journal du soir." "La rénovation
administrative n’occupe pas une place proéminente dans le pamphlet. Dittrich se
rallie cependant à un paragraphe du manifeste libéral Om de vrijheid
[pour la liberté] du VVD qui prône l’élection du formateur de gouvernement."

" Dittrich
a rédigé personnellement le pamphlet, ’après de nombreux entretiens avec des
gens du parti comme de l’extérieur’. Le document de travail sera probablement
débattu lors du congrès régulier du D66, samedi. Il sera voté lors d’un congrès
en novembre
."

"Dittrich
affirme dans le pamphlet que le D66 ne doit pas être dogmatique, qu’il ne doit
pas avoir peur de résoudre les problèmes et qu’en principe il doit vouloir
participer au gouvernement. Il veut un libéralisme social et économique et
préconise une politique progressiste et non conformiste. Le D66 doit devenir
plus actif et tendre la main aux autres personnes et groupements libéraux
progressistes du paysage politique néerlandais."

" Une
tentative téméraire de revitaliser le parti
", titre ce matin le Volkskrant (p.3) au-dessus d’une analyse. "’C’est tout bonnement du culot’,
a déclaré mardi la députée D66 Lousewies van der Laan, pleine d’admiration pour
le leader de son groupe. D’autres leaders de parti abandonnent la rédaction
d’un nouveau programme à une commission derrière laquelle ils peuvent se cacher
si nécessaire. La couverture du nouveau pamphlet D66 porte uniquement le nom de
Boris Dittrich. ’Un signe de leadership’, dit Dittrich lui-même
."

"Et
effectivement, Dittrich, avec ce document, achève le saut périlleux qu’il a
commencé lorsque son prédécesseur Thom de Graaf a trébuché sur l’élection des
maires. Dittrich fait du D66 un autre parti et de sa propre personne le
leader incontesté du parti. Ses proches partent désormais du principe qu’il sera
tête de liste du D66 en 2007
."

"On
peut considérer le pamphlet Op weg naar nieuwe solidariteit comme le
fondement idéologique du changement de cap que le groupe a déjà effectué sous sa
direction, à La Haye, surtout en participant à un gouvernement de centre droit.
Le message doit passer maintenant à l’échelle nationale. Il annonce la fin du
vieux D66, avec son penchant naturel pour la coopération avec le PvdA et sa
fixation à la rénovation administrative
."

 

Actualité internationale

 

Union européenne : référendum

" Si
les Pays-Bas disent ’non’ à la Constitution européenne, notre économie connaîtra
une baisse’
", rapporte le journal d’affaires Het Financieele Dagblad
à la une. C’est ce que dit le ministre des Affaires étrangères Ben Bot
dans un entretien avec notre journal. La confiance dans le climat
néerlandais d’implantation d’entreprises deviendra incertaine. Nous devrons
alors attendre le référendum au Royaume-Uni, dans le courant de l’année
prochaine. Il y aura au moins un an d’incertitude. Depuis que je m’occupe de
cette matière j’ai toujours constaté que, chaque fois que l’Union se porte moins
bien une baisse du marché suit’
."

"Bot
est un Européen convaincu, partisan de la Constitution. Aucun argument
contre ne m’a impressionné jusqu’à présent. On invoque tout, la Turquie, l’euro,
mais tout cela est absurde. Ce sont bien des préoccupations pertinentes, mais
elles n’ont rien à voir avec le nouveau traité’
."

"Depuis peu, le ministre CDA est en tournée dans le pays pour distribuer des
prospectus, écouter, réfuter et convaincre. Selon le dernier sondage, l’ambiance
parmi la population est maintenant moitié-moitié. Bot escompte néanmoins un
résultat positif au référendum du 1er juin. ’Je pense qu’il y a de fortes
chances qu’il soit positif, même s’il n’est pas spectaculaire. Nous essayons
surtout de convaincre les gens qui n’ont pas encore d’opinion, quelque 65 pour
cent, de voter et de conserver ceux qui ont l’intention de voter pour. Ensuite
viennent ceux qui veulent voter ’non’. Une partie de cette catégorie dit qu’elle
votera contre, quoi que je dise. Je ne perdrai pas mon temps avec eux’."

" Selon
Bot, ce n’est pas à cause de la communication que tant de Néerlandais d’habitude
pro-européens veulent brusquement montrer à l’Union ’de quoi ils sont capables’
.
’Tous les médias suivent l’Europe de près et nous expliquons constamment ce que
nous faisons à Bruxelles. Mais je comprends bien que c’est dur à avaler. Parce
que c’est tellement compliqué, le gouvernement aurait préféré qu’il n’y ait pas
de référendum’."

" Bot
pense pouvoir obtenir un résultat positif en expliquant que le traité rendra
l’Union flexible et dynamique sans en faire un super-Etat, mais surtout en
’rappelant aux Néerlandais leurs responsabilités et les conséquences pour leur
porte-monnaie’
."

"Le
porte-monnaie joue aussi un rôle dans les négociations sur le nouveau budget
pluriannuel de l’Union. Durant l’établissement du budget actuel, Bot, en tant
que représentant auprès de l’Union, a déjà brandi la menace d’un veto
néerlandais et il est prêt à le refaire. ’Les Pays-Bas versent maintenant € 180
par habitant par an, la Suède € 95 et l’Allemagne € 71. Nous devrons finir
autour du niveau de ces pays, sinon ce sera le veto’."

L’entretien avec le ministre figure en page 7 du journal financier.

Le
secrétaire d’Etat Nicolaï (Affaires européennes, VVD) a déclaré hier à la
Deuxième Chambre que "les arbres cachent la forêt aux citoyens néerlandais"
.
"La confusion est grande, peu de gens connaissent les enjeux du prochain
référendum de l’UE et le contenu de la Constitution." C’est ce que Nicolaï a
déclaré en réaction aux critiques des adversaires politiques du Traité
constitutionnel, qui ont reproché au gouvernement de consacrer un montant
disproportionné à ce qu’ils appellent de la "propagande d’Etat".

Le
SP, la ChristenUnie, le SGP et la LPF ont houspillé le secrétaire d’Etat parce
que le gouvernement a dégagé 1,5 millions d’euros pour une brochure
d’information et 2 millions pour des spots radiophoniques et télévisés, alors
que les adversaires de la Constitution doivent se contenter des 400 000 euros
que la commission référendaire leur a alloués ( de Volkskrant pp.1 et 2,
Trouw p.5, De Telegraaf p.9).

A
noter que le NRC Handelsblad d’hier soir a publié en page d’opinion une
version adaptée d’un discours prononcé par Javier Solana, Haut Représentant de
l’UE, à Varsovie la semaine dernière : "Donnez du poids à l’Europe dans le
monde. Trois raisons de voter pour la Constitution européenne."

 

Actualité intérieure

 

Confiance dans le gouvernement

La
confiance des Néerlandais dans le gouvernement Balkenende II est au point le
plus bas jamais enregistré
.
Il ressort d’une enquête effectuée par le bureau TNS-Nipo et le magazine PM
que 19 pour cent seulement des personnes interrogées ont une grande confiance
dans le gouvernement CDA-VVD-D66 actuel. La confiance est la plus grande parmi
la base du CDA, elle est réduite parmi celle du D66 et la moitié de l’électorat
du VVD en a assez de Balkenende II ( de Volkskrant p.3, Algemeen
Dagblad
p.5).

 

Economie, Finances

 

Recherche néerlandaise

"Les
Pays-Bas obtiennent de 6,3 à 7,9 pour cent des subventions européennes à la
recherche scientifique", relève le Volkskrant à la une, "alors qu’ils
apportent une contribution de 5,3 pour cent au budget (17,5 milliards d’euros au
total). Cela représente un solde positif d’environ 175 millions d’euros sur les
cinq ans de validité du budget scientifique."

"C’est ce qui ressort des résultats des Pays-Bas durant le sixième
programme-cadre, le programme de subventions européennes à la recherche de 2002
à 2006, résultats qui sont présentés aujourd’hui. Ces subventions sont destinées
à faire coopérer les entreprises et les universités dans le domaine de la
recherche et du développement."

"Mardi le ministre des Affaires étrangères Bot a prôné une réduction de la
contribution néerlandaise à Bruxelles. Mais selon la ministre de l’Education et
des Sciences Van der Hoeven, les Pays-Bas profiteront plus d’une augmentation du
budget de la recherche."

"Nous y gagnons", déclare Maria van der Hoeven dans une interview qui figure en
page 3. "Uniquement sur la base de la qualité de notre recherche. Car on ne
reçoit ces subventions que quand on a quelque chose à offrir. Sinon, forget
it
."

 

Affaires françaises
 

 

Le
NRC Handelsblad (p.5) d’hier soir évoque le premier lundi de Pentecôte
ouvré : "Un lundi de Pentecôte qui n’était ni un jour ouvré ni une journée
libre".

 

Dernière modification : 18/05/2005

Haut de page