Revue de presse néerlandaise du lundi 29 août 2005

Beaucoup de sport à la une de la presse à grand tirage ce matin : Feyenoord, le onze de Rotterdam, a créé la surprise du week-end en battant l’Ajax par deux buts à un et le gouvernement Balkenende II, selon le Telegraaf qui affirme être en possession d’informations confidentielles, aurait l’intention de dégager 96 millions d’euros pour les sports les prochaines années, au lieu des 67 millions actuels. Cinquante millions de ce budget seront réservés aux jeunes allochtones.

de Volkskrant : "’Plafonner les salaires des directeurs des corporations locatives", "La perle de l’Expo 2000 ne brille plus - Le Pavillon hollandais, la grande attraction de l’exposition universelle, est maintenant un gâchis", "Les sunnites restent opposés à la Constitution" (AP-Reuters)
Trouw : "Pas de structure d’accueil en cas de menace de crime d’honneur - Le ministère [de la Santé publique, du Bien-être et du Sport] travaille à un projet pour les jeunes filles menacées qui fuient leur foyer", "’Si tu restes à la maison nous te retrouverons mort’" (évacuation de la Nouvelle-Orléans à l’approche du cyclone Katrina)
De Telegraaf : "Défaillance dans la détention des dérangés - Pas de mise sous protection judiciaire ? Après la prison la rue...", "Feyenoord surprend l’Ajax - 1-2", "Le gouvernement mise sur le sport"
Algemeen Dagblad : "Un mauvais cadre de fenêtre ouvre la maison aux voleurs - La police prévient des milliers de ménages", "La Nouvelle-Orléans fuit devant le cyclone", "La Constitution irakienne reste controversée", "Feyenoord songe déjà au titre, Kuyt reste à Rotterdam", "Une femme tuée par un pot de fleurs"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Veerman (Agriculture)

"A une ’erreur embarrassante’ près, auprès du notaire, le ministre Veerman a correctement réglé la gestion de ses fermes", relève le Volkskrant à la une. "C’est ce que constate le premier ministre Balkenende à la suite d’une enquête. Le ministre doit néanmoins quitter quatre comités, parce qu’il n’a pas demandé d’autorisation écrite au premier ministre."
"C’est ce que Balkenende écrit à la Deuxième Chambre, en réponse à des questions relatives à un possible conflit d’intérêts. Vendredi, Balkenende avait qualifié son ministre d’’intègre’."
"Le député SP Van Velzen n’est ’pas convaincu’ par le premier ministre. ’C’est très négligent. L’apparence de conflit d’intérêts n’est pas dissipée.’ GroenLinks estime que les réponses appellent davantage de questions et qu’il y a tout lieu de poursuivre le débat cette semaine. ’Veerman doit convaincre la Chambre qu’il ne s’est pas mêlé de la gestion de ses entreprises les trois dernières années’, déclare le député Duyvendak."
"Le ministre CDA de l’Agriculture Veerman a confié la direction de ses fermes en France à un tiers, l’avocat Van den Herik", poursuit le journal de centre gauche en page 3. "Mais la semaine dernière, des documents sont apparus qui désignent Veerman comme directeur de la société La douce France, qui administre ses fermes."
"’Le notaire, en première instance, a abusivement inscrit C.P. Veerman comme directeur auprès du registre du commerce, alors que C.P. Veerman n’avait pas été nommé directeur’, écrit le premier ministre Balkenende dans sa lettre à la Deuxième Chambre. Le notaire, à cet effet, a fait signer un formulaire à Veerman, alors qu’en fait c’était son fils Pieter qui était directeur. L’erreur a immédiatement été corrigée après sa découverte. ’Le ministre Veerman, après son entrée en fonction, n’a pas donc été à aucun moment directeur de L.D. France B.V.’ ’Mais il s’agit évidemment d’une erreur gênante’, écrit le premier ministre."
"Interrogé sur d’autres fonctions annexes, le premier ministre révèle que Veerman est membre de trois comités de recommandation, à savoir le Nationale Haringpartij [promotion du hareng], l’Achterhoekse Paardendagen [journées hippiques en Gueldre] et le Westlandse Druif [raisin du Westland], et d’un comité d’honneur : la fondation CHIO Rotterdam, un concours hippique. Ces fonctions ne sont ’pas en conflit avec son portefeuille de ministre’."
"Mais il faut demander l’approbation du premier ministre pour toutes les fonctions annexes. En outre, le gouvernement est ’d’accord qu’il ne faut pas accepter de faire partie de comités de recommandation’. Le ministre Veerman se retirera par conséquent des quatre comités."
"Les députés se demandent maintenant comment le notaire et Veerman ont pu être distraits au point de signer l’acte. D’autres questions de la Chambre sont restées sans réponse."
On notera qu’en page d’opinion du NRC Handelsblad de vendredi soir, l’ancien directeur général des Communautés européennes E.P. Wellenstein fait valoir que la question des subventions aux entreprises agricoles du ministre Veerman détourne l’attention du thème de l’indispensable réforme de l’agriculture européenne. "Indépendamment de la question de savoir comment Veerman a réglé précisément ses intérêts, il faut tout d’abord constater qu’à l’inverse de ce que suggérait l’International Herald Tribune, les subventions à son exploitation ne sont pas un secret d’Etat. Ces données peuvent être demandées par le biais de la loi sur la transparence administrative, comme l’a fait l’Evert Vermeer Stichting, qui est à l’origine de l’affaire. Veerman, au demeurant, est en bonne compagnie : les entreprises agricoles de la reine Elizabeth et du prince Charles touchent aussi des subventions européennes."

ACTUALITE INTERIEURE

Perception de l’étranger
"Les Allemands jouissent d’une popularité croissante auprès des Néerlandais", rapporte le Trouw (p.3). "Nous les trouvons moins bruyants et arrogants qu’avant. Ils n’ont toujours pas d’humour, mais ils ne sont pas agressifs non plus. C’est ce qui ressort d’une enquête de la faculté des sciences de la terre de l’Université d’Utrecht."
"Nous sommes dans l’ensemble positifs sur nos voisins proches en Europe. Nous accordons en moyenne un 6,4 aux Allemands et un 7,2 aux Belges. En dépit de la popularité de la France comme pays de vacances, les Français doivent se contenter d’un 5,9. L’enquête a été effectuée auprès de 900 Néerlandais."
"A la demande du Trouw, la faculté a également étudié la ’carte mentale’ que les gens ont de l’Europe. Il est frappant à cet égard que nous sous-estimons lourdement le nombre d’habitants de l’Allemagne. Les personnes interrogées estiment en moyenne le nombre d’Allemands à 52,9 millions. En réalité l’Allemagne compte 82,5 millions d’habitants. Selon le chercheur Leo Paul, c’est signe que l’Allemagne, manifestement, n’est plus considérée comme une menace. La population des pays moins connus est en général surestimée ; ainsi, les Néerlandais pensent que la Hongrie a 21 millions d’habitants, alors qu’elle en a dix millions."
"Il ressort d’autre part de l’enquête que les gens estiment la distance des pays d’Europe centrale et orientale beaucoup plus grande qu’elle n’est en réalité. Beaucoup de Néerlandais pensent que Moscou est plus éloigné qu’Athènes, alors que la distance est pratiquement la même. Prague, Varsovie et Helsinki sont aussi plus éloignés qu’en réalité, dans la tête des personnes interrogées. Et la plupart ne savent pas que la Slovénie est un pays plus riche que la Grèce."
"’Les gens ne s’attendent pas à ce que les régions les plus riches d’Europe de l’Est soient plus riches que les régions pauvres d’Europe de l’Ouest’, remarque Leo Paul. ’L’enquête confirme que les gens perçoivent l’Europe de l’Est comme un grand bloc unique : pauvre, uniforme, menaçant à certains égards. Tout comme le monde arabe, que nous avons aussi tendance à considérer comme un tout’."
"En dépit de notre mauvaise connaissance de l’Europe centrale et orientale, nous sommes plutôt généreux s’agissant de l’adhésion à l’UE - à condition de satisfaire aux exigences. Trois Néerlandais sur cinq trouvent que la Croatie peut devenir membre, la moitié trouve que la Turquie et la Roumanie doivent nous rejoindre, quatre sur dix veulent accueillir l’Albanie et l’Ukraine et un Néerlandais sur trois est même d’avis que la Russie pourrait devenir membre de l’Union européenne, à terme."

Balkenende II
"En dépit de l’allégement supplémentaire des charges en 2006, la confiance des citoyens dans le gouvernement actuel n’a absolument pas augmenté", écrit le Telegraaf (p.2) de samedi. "Notre enquête parmi nos lecteurs montre par ailleurs que pratiquement tout le monde (90 %) pense que le pouvoir d’achat ne s’améliorera pas l’année prochaine." "83 % estiment qu’il ne croîtra pas. Du fait de ce manque de confiance dans le gouvernement seuls 22 % de nos lecteurs sont actuellement disposés à voter pour un des partis de la coalition CDA-VVD-D66. D’autre part 87 % estiment que le gouvernement ne tient pas ses promesses."

AFFAIRES FRANÇAISES

Tous les quotidiens de samedi ont consacré un article descriptif à l’incendie d’un foyer africain à Paris.
Ce matin, le Telegraaf (p.5) note qu’un avion de la compagnie turque Fly Air a été immobilisé à Roissy par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Cela fait des mois que la France, dans le cadre de l’UE, réclame une liste noire des "avions poubelle", souligne le journal populaire.
Sur le plan touristique, on retiendra un article publicitaire sur la région de Roquefort et une présentation de Belle-Ile, respectivement dans le Telegraaf et le Het Parool de samedi.

Dernière modification : 29/08/2005

Haut de page