Revue de presse néerlandaise du mercredi 7 septembre 2005

Les conséquences de la flambée du prix du pétrole inspirent plusieurs grands titres ce matin. Tandis que l’ADHaagsche Courants’étonne que le gouvernement néerlandais, à la différence du gouvernement français, ne veuille pas compenser la hausse des prix due au pétrole, le Telegraaf annonce une baisse de la taxe sur les automobiles et les cyclomoteurs (BPM) pour les voitures à faible consommation et peu polluantes, et le Volkskrant évoque l’ajout de biocarburant à l’essence et au fioul.

NRC Handelsblad d’hier soir : "La Chambre veut des éclaircissements sur l’affaire Nienke - Le Ministère public retiendrait des preuves" (affaire criminelle), "La mort d’un enfant est souvent due à une décision médicale", "Appel à une enquête sur la catastrophe aux Etats-Unis"
de Volkskrant : "Ajout obligatoire de biocarburant - Les autorités vont contraindre les compagnies pétrolières", "Shawn voudrait tant parler à son père" (reportage de la Nouvelle-Orléans), "Le rétablissement du pouvoir d’achat réduit à néant par la hausse du prix de l’énergie"
De Telegraaf : "Forte baisse de la BPM sur les voitures à faible consommation - Le gouvernement offre jusqu’à 1 000 euros de réduction", "Donner garde le silence sur l’affaire de l’ADN - Les Parents de Nienke Kleiss sont choqués"
AD Haagsche Courant : "Des centaines de produits deviendront plus chers - Le gouvernement ne veut pas compenser les conséquences de la hausse du prix du pétrole", "D’éminents Américains viennent à la rescousse"
Trouw : "Report du débat sur la radiotélédiffusion - Les critiques massives obligent la coalition à ’reconsidérer’ ses projets", "Atmosphère de fraternité à la Coupe du Monde de base-ball"

* * *

LE DOSSIER DU JOUR :Energie

"L’Etat néerlandais va contraindre les compagnies pétrolières à mélanger des biocarburants à l’essence et au fioul", écrit le Volkskrant dans son grand article à la une. "Selon certaines sources haguenoises, le gouvernement fera connaître les modalités de l’obligation le jour de la présentation du budget."
"Cette obligation doit contribuer à réduire le rejet de gaz à effet de serre et la dépendance de l’étranger pour l’approvisionnement en énergie. En outre, les Pays-Bas sont en retard sur l’application d’une directive européenne concernant les biocarburants comme le biofioul (surtout de l’huile de colza) et l’alcool (pour ajouter à l’essence). Cette directive précise que le carburant dans les Etats membres de l’UE doit compter 2 pour cent de biocarburant en 2005 et presque 6 pour cent en 2010. Il n’y a encore ni alcool ni biofioul dans les stations service néerlandaises."
"Les compagnies pétrolières ne se sont guère montrées enthousiastes aux Pays-Bas les dernières années. Le biocarburant, que les compagnies pétrolières doivent acheter sur le marché, est encore plus cher actuellement que le carburant traditionnel."
"Le week-end dernier on apprenait que le gouvernement, en 2006, dégagera soixante-dix millions d’euros pour l’exonération fiscale du biocarburant. Les partis politiques, le secteur privé et les spécialistes s’étaient étonnés du caractère temporaire de cette exonération. Pour rendre le biocarburant attrayant, une impulsion durable est nécessaire, selon ces parties. L’obligation pour les compagnies pétrolières d’ajouter du biocarburant constitue maintenant une impulsion durable."
"Les producteurs néerlandais de biocarburant, comme Nedalco, sont prêts. Cette entreprise veut distiller de l’alcool de restes de blé. En Groningue et en Drenthe on installe actuellement de grandes fabriques pour la production de biofioul. Les producteurs de pétrole pourront aussi acheter le biocarburant à l’étranger."
"Le gouvernement n’a pas encore arrêté le pourcentage de biocarburant à ajouter. Pour appliquer la norme de la directive de l’UE, 2 pour cent, il faut 300 millions de litres, dont 170 millions de litres d’alcool. La consommation totale annuelle des Pays-Bas est de 15 milliards de litres de carburant."
En page économique du même Volkskrant, le secrétaire d’Etat Van Geel (Environnement) exprime l’espoir que les compagnies pétrolières achèteront leur biocarburant aux Pays-Bas mêmes. "Nous avons la technologie requise et cela créerait aussi des emplois."
Le Trouw (p.13) donne la parole à des spécialistes de l’Université d’Utrecht et de la fondation Natuur en Milieu. "Tous les scientifiques s’accordent à dire depuis le début que les avantages environnementaux de la première génération de biocarburants ne sont pas si grands", rappelle Marco Hekkert (Utrecht). "Seuls les nouveaux biocarburants sont intéressants."
L’AD Haagsche Courant, à la une, annonce que "des centaines de produits à base (indirectement) de pétrole augmenteront prochainement". "Le prix extrêmement élevé du pétrole n’affecte donc pas seulement l’automobiliste qui fait le plein. Il faut songer aux jouets, à la peinture, aux cadres de fenêtres en matière plastique, aux isolants, aux pare-chocs de voiture, aux téléphones portables, aux télévisions et même aux bâtonnets pour remuer le café et aux sacs en plastique des supermarchés. ’Il vaut mieux se demander ce qui n’est pas à base de pétrole’, dit un porte-parole de la VNCI, l’association de l’industrie chimique néerlandaise. Tous ces produits augmenteront de quelques pour cent."
"Le gouvernement français veut abaisser les impôts pour compenser la hausse du prix de l’essence et du fioul. Le ministre De Geus (Affaires sociales) ne voit pas de raison pour le moment d’adapter la politique du pouvoir d’achat du gouvernement néerlandais. ’Nous ne devons pas nous laisser affoler par l’air du temps’."

ACTUALITE INTERNATIONALE

Pays-Bas - Chine
"La mission culturelle dirigée par la secrétaire d’Etat Medy van der Laan en Chine est un grand succès pour les lettres néerlandaises", relève le Volkskrant (p.15). "Des éditeurs chinois vont traduire et publier au moins vingt-cinq titres. A paraître sous peu en Chine : Kaas de Willem Elschot, Siegfried de Harry Mulisch, Mystiek Lichaam de Frans Kellendonk, Darwins Hofvijver de Tijs Goldschmidt, L’éthique de Spinoza, L’éloge de la folie d’Erasme et Homo Ludens de Johan Huizinga. Les négociations sur des dizaines d’autres titres sont encore en cours. Selon le Nederlands Literair Productie- en Vertalingen Fonds (NLPVF), un des participants de la mission, il s’agit d’une grande percée de la littérature néerlandaise en Chine."
Selon le NLPVF, deux livres néerlandais paraissent en Chine par an, en moyenne. "Il s’agit alors d’Anne Frank et de Multatuli. Après cette mission, la Chine aura un bel aperçu de la littérature néerlandaise classique moderne."
La mission culturelle durera jusqu’au 10 septembre.
Le journal d’Amsterdam Het Parool (pp.1 et 14) d’hier soir note que "la Chine deviendra un fer de lance pour Amsterdam". "Le mois prochain, un grand festival chinois dominera la ville. Au printemps prochain, Amsterdam veut ouvrir un comptoir commercial en Chine."
L’AD Haagsche Courant (p.9) signale que le prince héritier Willem-Alexander passera onze jours au Vietnam et en Chine, en octobre. En Chine, le prince s’informera sur la gestion des eaux du Fleuve jaune.

ACTUALITE INTERIEURE

L’état social des Pays-Bas
"Le président du groupe parlementaire CDA, Maxime Verhagen, n’est pas le moins du monde désarçonné par la conclusion du Sociaal en Cultureel Planbureau SCP) selon laquelle la moitié des Néerlandais n’a plus confiance dans la classe politique. ’Cela signifie que l’autre moitié me fait confiance. Quel bel emploi que le mien !’"
"Les chiffres publiés par le SCP cette semaine ne sont cependant guère réjouissants pour Verhagen, le CDA et le gouvernement de son collègue de parti Jan Peter Balkenende. 48 pour cent seulement sont satisfaits de l’équipe gouvernementale, le fond de l’abîme selon le SCP."
"Selon Verhagen, le rapport De sociale staat van Nederland offre une image réelle, mais une image du passé. Les chercheurs ont effectué leurs derniers sondages à l’automne 2004. ’Cela signifie que les résultats de la politique gouvernementale ont à peine été pris en considération, car ce n’est que maintenant qu’ils commencent à apparaître’."
Lorsque le SCP présentera un nouveau rapport dans deux ans, la confiance dans la classe politique sera-t-elle rétablie ? Verhagen : "Je suis certain que notre position s’améliorera. Les premiers signes apparaissent déjà : les exportations augmentent, l’emploi croît. Balkenende a fait plus en deux ans que deux gouvernements Paars successifs. Lorsque l’économie reprendra les Pays-Bas pourront en profiter plus qu’un pays comme l’Allemagne, où il n’y a pas eu de réformes parce qu’on voulait préserver la popularité du chancelier fédéral. Que Balkenende se soit attaqué aux grands problèmes de la société est une preuve de leadership."
Pour le commentateur du Trouw, "on peut conclure que le gouvernement Balkenende est allé trop vite en besogne pour réformer l’Etat-providence et qu’il effraie les gens en lorgnant sur une ’société à l’américaine’". "Mais il est trop facile de désigner la classe politique comme unique coupable. L’enquête nous oblige aussi, nous citoyens, à faire notre autocritique. Il est beau de vouloir préserver une société fortement solidaire et soucieuse de la qualité de la vie ; mais simultanément nous manifestons une forte tendance à nous retrancher dans notre domaine privé et nous attendons toujours beaucoup des autorités. Cela aussi est trop facile."

ECONOMIE, FINANCES

Réduction des rejets de CO2
L’ensemble de la presse évoque la remise en service officielle par la Reine Beatrix, aujourd’hui, du pipeline Ocap, augmenté de nouvelles ramifications. Ce pipeline de 80 km, qui a été installé dans les années soixante par l’échevin amstellodamois Joop den Uyl (le futur premier ministre) et qui a servi jusqu’au début des années quatre-vingts à transporter du pétrole brut, a été rénové et ramifié pour approvisionner en dioxyde de carbone (CO2) 400 serristes du Westland et de la région de Bleiswijk, soit 10 pour cent environ de l’horticulture sous serre des Pays-Bas. Il s’agit de producteurs de fleurs coupées, de plantes en pot et de légumes. Le dioxyde de carbone est nécessaire pour faire pousser les plantes et la quantité qui sera désormais disponible permettra aux serristes non seulement de consommer moins de gaz, mais aussi de faire pousser leurs plantes beaucoup plus vite. Un gain de temps et d’argent, donc, pour l’horticulture sous serre néerlandaise.
Le CO2 provient de la raffinerie Shell à Pernis, en région rotterdamoise (AD Haagsche Courant pp.7, 28 et 29, de Volkskrant p.9, De Telegraaf p.25).

AFFAIRES FRANÇAISES

Le prix du carburant et les mesures de compensation du gouvernement font l’objet d’un article en rubrique économique du Telegraaf (p.29).
L’AD Haagsche Courant (p.3) s’intéresse au sort d’immigrés expulsés de leurs taudis à cause du risque d’incendie : "Une nouvelle légion de sans-abri vit dans un parc parisien".

Dernière modification : 07/09/2005

Haut de page