Revue de presse néerlandaise du vendredi 30 décembre 2005

L’institut météorologique KNMI a mis en garde contre les conditions extrêmes qui risquent de perturber la circulation durant la pointe de ce soir. Il neigera dans le Nord-Est des Pays-Bas et il se formera du verglas dans le Sud-Ouest, tandis que les provinces côtières doivent tenir compte d’un vent fort qui provoquera des tourmentes de neige. Le touring-club ANWB, de son côté, a déconseillé aux Néerlandais de sortir après 16 heures, si ce n’est pas absolument nécessaire.

NRC Handelsblad d’hier soir : "La sédation palliative ne fera plus l’objet de poursuites, selon le chef du Ministère public", "L’organisation patronale VNO-NCW exige une compensation pour la nouvelle sécurité sociale"
Trouw : "Le délai d’attente d’une place en clinique tbs [condamnation sous protection judiciaire] augmente - Les tribunaux réduisent maintenant d’emblée les peines"
de Volkskrant : "’L’aide dispensée à la suite de l’incendie d’un café suscite parfois des jalousies - Les victimes de la catastrophe de Volendam accèdent plus facilement à la propriété que les autres jeunes ménages, grâce à leur indemnité", "Le Ministère public : ne plus poursuivre pour sédation palliative"
AD Haagsche Courant : "Grande pénurie d’eau pour éteindre les incendies - Les maires et les corps de pompiers sonnent l’alarme dans les campagnes", "Un rude temps d’hiver menace la pointe du soir"
De Telegraaf : "Koeman arrêté après avoir parcouru cinq mètres - L’entraîneur du Feyenoord sortait sa voiture du stade pour attendre les chauffeurs - ’La police guettait Erwin’ - L’entraîneur saisit le tribunal", "Les pluies néerlandaises sont beaucoup moins acides"

* * *

ACTUALITE INTERIEURE

Mission en Afghanistan
Une grande majorité de la Deuxième Chambre refuse de tenir un débat de fond sur le projet de mission en Afghanistan, tant que le gouvernement n’aura pas pris de décision à ce sujet. Selon le VVD, la Chambre ne doit pas accepter un "prêt-à-monter". Seuls le CDA et le D66 sont disposés à coopérer à la procédure adoptée par le gouvernement : formuler "l’intention" de participer à la mission de l’OTAN pour en prendre la décision si le projet bénéficie de suffisamment de soutien à la Chambre.
Le VVD, le PvdA, la LPF, GroenLinks et les petits partis protestants ont bloqué cette procédure hier, durant un court débat pour lequel les députés ont interrompu leurs vacances de Noël.
Si le gouvernement est contraint de prendre rapidement une décision, il aura un grand problème politique. Les deux ministres D66, Brinkhorst et Pechtold, refusent de coopérer à une décision positive unanime. Inversement, une décision négative est difficile à accepter pour les ministres Kamp (Défense, VVD) et Bot (Affaires étrangères, CDA), qui veulent participer à la mission comme l’OTAN le leur a demandé.
Après les vacances de Noël, la Chambre entrera en débat avec le premier ministre Balkenende, Bot et Kamp, mais ce débat ne portera que sur la question de savoir pourquoi le gouvernement refuse de prendre l’initiative. "Il ne doit pas y avoir de confusion sur la séparation des responsabilités du gouvernement et de la Chambre", a expliqué le porte-parole PvdA Koenders. "Le gouvernement doit gouverner", selon le député VVD Van Baalen.
Le porte-parole de la ChristenUnie, Huizinga, refuse de "prêter main forte" au gouvernement de cette façon. "C’est une mauvaise solution de circonstance", a dit le député SGP Van der Staaij. Le porte-parole SP Van Bommel reproche au gouvernement Balkenende de "falsifier l’histoire", parce que les ministres ont d’abord essayé de présenter leur procédure comme étant la plus normale du monde.
Indépendamment de la "partie de ping-pong" politique qui se déroule actuellement, il est extrêmement douteux que les Pays-Bas finissent par envoyer des troupes en Uruzgan, selon la presse. La coalition est divisée, rappellent les journaux : le VVD est pour, le D66 est contre et le CDA exige l’impossible, une majorité des deux tiers de la Chambre (de Volkskrant p.2,Trouw p.5,De Telegraaf p.9).
Le Trouw a pris l’avis de l’ancien ministre PvdA de la Défense Henk Vredeling, qui juge "irresponsable" le processus décisionnel du gouvernement concernant l’Afghanistan. "Nous y allons avec deux pelés et trois tondus et nous sommes entièrement dépendants des Américains." Ce qui gêne Vredeling, c’est la "défaillance" de l’Union européenne en l’occurrence. "Tous ces petits pays, y compris les Pays-Bas, décident maintenant eux-mêmes d’y aller ou non. Oui, officiellement, c’est dans le cadre de l’OTAN que nous y allons. Mais il n’y a pas de véritable coopération. L’OTAN est dominée par les Etats-Unis. L’Europe ne doit plus suivre docilement les Américains, mais former sa propre force de défense."
Le débat sur les tiraillements politiques concernant la mission aura lieu le 25 janvier, précise le Telegraaf. "Balkenende est responsable de l’unité de la politique gouvernementale et divers partis lui reprochent de manquer de leadership."

Sédation palliative
"Les médecins qui font dormir leurs patients mourants en respectant la nouvelle directive de l’organisation médicale KNMG ne seront plus inquiétés par le Ministère public", écrit le Volkskrant à la une. "C’est ce qu’a déclaré le président du collège des procureurs généraux, Harm Brouwer, dans une interview publiée jeudi dans le NRC Handelsblad."
"4 à 10 pour cent de tous les décès aux Pays-Bas sont précédés d’une sédation palliative, selon une enquête effectuée en 2003." "Le prédécesseur de Brouwer, De Wijkerslooth, était d’avis qu’il fallait aussi contrôler la sédation palliative, par le biais du droit pénal ou une commission de contrôle, parce que beaucoup de médecins l’emploient comme une alternative à l’euthanasie." "Brouwer a décidé de ne pas suivre le point de vue de De Wijkerslooth. Il considère la sédation palliative comme un traitement médical normal. Le Ministère public n’ouvrira une instruction qu lorsqu’un médecin transgresse la directive de la KNMG."
Cette directive proscrit notamment l’administration de morphine pour la sédation palliative.

Réforme de l’orthographe
Les maisons d’éditions s’opposent de plus en plus ouvertement à la nouvelle orthographe néerlando-flamande
, relève le Volkskrant (p.2). Tilly Hermans, de la maison d’édition littéraire Augustus, appelle ses collègues à un boycott commun, dans l’hebdomadaire Vrij Nederland qui a décidé il y a déjà deux semaines, avec d’autres hebdomadaires et journaux, de ne pas suivre les nouvelles règles de la Taalunie, l’union linguistique des Pays-Bas et de la Flandre.
Le premier éditeur littéraire des Pays-Bas, De Bezige Bij, avait déjà protesté avant qu’il soit question d’une action commune. Il se rallie maintenant aux protestations des médias, de même que la maison Querido. Wouter van Oorschot, de la maison d’édition du même nom, s’était déclaré solidaire dans le Volkskrant, il y a deux semaines. Les écrivains Harry Mulisch, Jan Wolkers et Hella Haasse avaient aussi exprimé dans cet article leur aversion pour les nouvelles modifications. Tom Lanoye, A. F. Th. Van der Heijden et Maarten ’t Hart les rejoignent dans Vrij Nederland. Le dernier déclare : "Cela ne me dérangerait pas si quelques têtes tombaient à la Taalunie."
Le magazineElsevier se déclare aussi contre la réforme : "Il n’y a aucun argument valable pour passer à la nouvelle orthographe de la Taalunie." "Si les médias qui la boycottent veulent faire front, ils doivent proposer une alternative convenable, peut-être avec [la vénérable société] Onze Taal [notre langue]."Maison Royale
Le Telegraaf (p.3) poursuit sur sa lancée en annonçant aujourd’hui que "la princesse Margarita s’avère avoir donné une mèche de cheveux, de la salive et un vêtement pour tenter de prouver par le biais d’un examen d’ADN que la Reine Beatrix ne serait pas un chef d’Etat légal". "L’échantillon d’ADN de Margarita est conservé dans un endroit secret dans l’attente d’un examen en laboratoire. Il a été donné sciemment et volontairement par la princesse. C’est ce que confirment le spécialiste de l’ADN Peter Nugter et l’avocat Pim de Vos, qui assistent Edwin de Roy van Zuydewijn, l’ex-mari - ou presque - de Margarita. Selon De Vos, Margarita a donné les pièces après avoir pris l’avis de divers professeurs."
Selon la Constitution néerlandaise, le souverain doit être le successeur légal de Guillaume Ier, Prince d’Orange-Nassau.

ECONOMIE, FINANCES

Energie nucléaire
Dans le magazine conservateur Elsevier de cette semaine, l’ancien premier ministre CDA Ruud Lubbers répète son plaidoyer en faveur de l’énergie nucléaire. "L’énergie nucléaire est en train de devenir durable", affirme-t-il. "Tout d’abord l’énergie nucléaire est devenue beaucoup plus sûre. Un grand progrès a été enregistré dans ce domaine. Une nouvelle génération de réacteurs dits intrinsèquement sûrs fait son entrée. Cela signifie qu’il ne peut plus arriver de catastrophe due à des facteurs humains."
La technologie a également beaucoup progressé dans le domaine des déchets nucléaires. "Nous réussissons à en recycler de plus en plus, de sorte qu’il y en a moins à stocker."

AFFAIRES FRANÇAISES

Le Trouw (pp.1 et 9) relève, selon les réalisateurs du film "The Da Vinci Code", le Président de la République aurait essayé d’influencer le casting. "L’Elysée a démenti hier l’histoire parue dans Newsweek."
Le Volkskrant, dans son cahier Cicero, évoque la polémique autour du "Traité d’athéologie" de Michel Onfray.

Dernière modification : 30/12/2005

Haut de page