Revue de presse néerlandaise du lundi 27 novembre 2006

Le ministre des Finances Gerrit Zalm va quitter la politique après la formation de gouvernement. Il cherchera un emploi dans le secteur privé maintenant que son parti, le VVD, "semble condamné à siéger dans les bancs de l’opposition" (De Telegraaf). Zalm a tenu le portefeuille des Finances pendant douze ans au total, un record dans l’histoire parlementaire néerlandaise.
"Lors de son avènement, le pays souffrait de déficits budgétaires chroniques presque impossibles à éponger", souligne l’éditorialiste du Telegraaf. "A son départ il laisse un excédent budgétaire structurel."

De Telegraaf (populaire) : "Zalm ne recueille que des éloges - Le ministre quitte la politique après douze ans", "L’Ajax voit rouge" (football), "Humeur printanière en novembre"
de Volkskrant (centre gauche) : "Etudes en partie gratuites sur Internet - L’Université Ouverte met des cours à disposition", "Le ministre louangé a imposé sa norme Zalm en catimini - En Italie on l’appelait Il Duro à cause de sa sévérité"
Trouw (chrétien progressiste) : "La Justice n’offre pratiquement pas d’aide aux détenus à l’étranger", "Une trêve à Gaza accorde une pause respiratoire aux parties", "Une émeute écrasée à Oaxaca (Mexique)"
AD Haagsche Courant (indépendant populaire) : "Une pilule qui guérit le rhume des foins", "Assez ri, le ministre Zalm s’en va"

* * *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Détenus néerlandais à l’étranger

"Un nombre croissant de détenus néerlandais à l’étranger ne peuvent pas revenir", annonce le Trouw dans son grand article à la une. "Pour des raisons juridiques formelles, le ministère de la Justice ne coopère pas à leur rapatriement. Il s’agit de centaines de Néerlandais, souvent détenus dans de mauvaises conditions dans des pays avec lesquels les Pays-Bas n’ont pas conclu de traité international. La Zambie, le Pérou et la République Dominicaine sont du nombre."
"La Justice ne coopère à leur rapatriement que si le pays de détention s’associe à de grands traités internationaux, comme la convention de transfèrement du Conseil de l’Europe datant de 1983. Les Pays-Bas rejettent les traitements ad hoc et les accords bilatéraux, même si cela entrave le rapatriement des détenus."
"L’avocat amstellodamois Rob Vink estime que l’Etat manque ainsi à sa ’tâche humanitaire’. ’Les Pays-Bas s’accrochent à des raisonnements juridiques dogmatiques. Les temps changent et le nombre de Néerlandais détenus dans des pays lointains croît. Quand ces pays sont disposés à laisser les Néerlandais renter aux Pays-Bas, il est simple de dire ’oui’."
"’Sans traité il n’y pas de base juridique’, réagit un porte-parole du ministère de la Justice. ’Nous voulons savoir pourquoi un pays ne veut pas participer à un grand traité, mais éventuellement conclure un traité bilatéral ou avoir recours à un règlement individuel. Nous ne sommes pas contre le rapatriement de Néerlandais, mais nous posons des conditions aux pays de détention’."
"Vink juge ’navrant’ que les Néerlandais qui ont des problèmes à l’étranger ne puissent pas compter sur une assistance juridique financée. ’Cela signifie que la plupart de ceux qui sont traduits en justice sont abandonnés à leur sort’. Il y a plus d’un an, la Zambie était prête à laisser rentrer Roel Goosen, condamnée à la prison à vie. La Haye n’a pas réagi. Un autre Néerlandais, Wim Aalten, est emprisonné au Mexique depuis des années. Les autorités ont envoyé à deux reprises une lettre à La Haye, en proposant le transfèrement d’Aalten. Mais le ministre de la Justice a refusé à chaque fois de signer la demande. A la suite de quoi le Mexique s’est récemment associé à la convention de transfèrement du Conseil de l’Europe."
Le cas de Roel Goosen (36ans), dont la condamnation à mort a été commuée en prison à vie à Lusaka, est détaillé dans le cahier de Verdieping. Le magazine Vrij Nederland a publié une interview de lui il y a presque deux ans et un documentaire de l’organisation de radiotélédiffusion VPRO figure au programme du festival IDFA.

Pologne - Russie

"C’est à juste titre que les Polonais clouent la Russie au pilori, même s’ils divisent l’UE", estime le commentateur du Trouw. "La Pologne a tout à fait raison d’exiger la fin du boycott [de sa viande et de ses légumes]. Le reproche fait à la Pologne est absurde, ne serait-ce que parce que l’hygiène dans le secteur alimentaire russe est déplorable. C’est une brimade à l’adresse d’un ancien Etat satellite d’Europe de l’Est."
"La Russie est aussi à d’autres égards loin d’être un candidat idéal au renforcement de la coopération. Il ne fait pas bon faire affaire avec un pays où la torture et les disparitions sont courantes et où l’opposition est peu à peu réduite au silence. La mort de l’ex-espion Litvinenko est le dernier d’une longue série de crimes commis contre les censeurs de l’autoritaire président Vladimir Poutine."
"Il serait meilleur pour la Pologne de faire front commun avec les autres Etats membres. Mais l’UE peut tirer une leçon de la ligne adoptée par la Pologne vis-à-vis de la Russie et elle doit poser des conditions beaucoup plus dures à la coopération avec la Russie."
"Il apparaît que Litvinenko, un grand censeur du régime russe qui a récemment acquis la nationalité britannique, a été empoisonné avec une substance radioactive", remarque le Volkskrant de son côté. "Il est loin d’être établi que le Kremlin a joué un rôle direct dans cette affaire, mais la substance employée montre qu’une instance professionnelle ayant des connections nucléaires est impliquée. Et elle montre que c’est une illusion de croire que les troubles russes sont loin de nous."

Actualité intérieure

Formation de gouvernement

"L’ironie de la situation ne lui aura certainement pas échappé", écrit le Volkskrant (p.3). "Rein Jan Hoekstra (65 ans), que la Reine Beatrix a nommé informateur samedi, prônait il n’y a pas plus d’un mois et demi la suppression de cette procédure peu démocratique de formation de gouvernement. C’était la Deuxième Chambre qui devait prendre l’initiative. La chute du gouvernement a empêché le Parlement de traiter sa proposition."
"Mais s’il l’avait fait, il y a de grandes chances que la Deuxième Chambre aurait désigné Hoekstra. Non seulement parce qu’il est membre du CDA (le plus grand parti) et du Conseil d’Etat (un peu au-dessus des partis), mais aussi parce que c’est un homme aux talents multiples. Quand on lit son CV, on se demande pourquoi il n’a jamais été premier ministre."
Hoekstra a commencé sa carrière en 1970, au ministère de l’Intérieur. Cinq ans plus tard, il passe aux Affaires générales, le ministère du premier ministre, dont il devient secrétaire général à partir de 1986. Depuis 1994, il siège au Conseil d’Etat. Ce n’est pas un inconnu pour la Reine Beatrix. Il a donné des cours de droit constitutionnel à la princesse Máxima et avec l’ancien ministre Korthals Altes (VVD), il a rendu possible la formation du gouvernement Balkenende II. Le Volkskrant lui attribue la 153e place sur sa liste des deux cents Néerlandais les plus influents.
"Quand la tâche de l’informateur Rein Jan Hoekstra sera achevée, un gouvernement comprenant le CDA, le PvdA et la ChristenUnie sera en vue", note le journal de centre gauche dans un deuxième article. "C’est du moins la prévision du Politieke Aandelenmarkt [PAM, marché des valeurs politiques] du Volkskrant. Selon les 1 800 acteurs de ce marché, cette coalition a 42 chances sur cent de réussir. La coalition CDA-PvdA-SP, avec 31 chances sur cent, est nettement moins probable."

AFFAIRES FRANÇAISES

Tous les journaux du week-end ont annoncé la rupture par le Rwanda des relations diplomatiques avec la France, à la suite de la publication d’un rapport du juge d’instruction Jean-Louis Bruguière.
Le Volkskrant (p.5) et l’AD Haagsche Courant (p.15) de samedi ont signalé que Jean-Marie Le Pen obtiendrait actuellement 17 pour cent des suffrages aux élections présidentielles.
Sur le plan culturel, le Trouw (cahier Letter & Geest) de samedi a présenté une nouvelle traduction néerlandaise, "la première traduction complète depuis le XVIIIe siècle", de l’ouvrage de référence "De l’esprit des lois", de Montesquieu.
L’attribution du Prix Erasme 2006 au concepteur Pierre Bernard a été signalée par le NRC Handelsblad (p.9) de vendredi et l’AD (p.12) de samedi.
Ce matin, le Volkskrant (p.14) évoque le succès du magazine Le Monde des Religions.

Dernière modification : 27/11/2006

Haut de page